Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Résidence Bellevue, Clamart
    Résidence Bellevue, Clamart Clamart - 71-73 rue de Fontenay - Cadastre : 2015 000 AI 01 179
    Historique :
    immeubles d'habitations d'Ivry-sur-Seine, opérations Danièle Casanova et Jeanne Hachette entre 1970 et 1975 (Val de Marne) et à Givors (Rhône) entre 1974 et 1981.
    Description :
    imprenable sur le paysage urbain de Paris. L'ensemble de dix-huit logements, de deux, trois, ou quatre pièces ), le souci d'une architecture intégrée au site (terrain en pente, ouverture sur le paysage), et une La résidence Bellevue épouse le dénivelé d'une pente, orientée Nord-Ouest, qui offre une vue général en L. La résidence Bellevue s'étage sur cinq niveaux : un sous-sol, un rez-de-chaussée, puis trois étages. Le troisième corps de bâtiment, en contrebas, voit son élévation décalée par rapport aux deux autres corps de bâtiments mitoyens. Ses trois étages se prolongent donc sur la pente pour retrouver les corps de bâtiment côté rue. Ainsi, par le jeu du dénivelé, se rejoignent les rez-de-chaussée des bâtiments hauts, et le troisième étage du bâtiment bas. Dans chaque corps de bâtiment, les appartements sont deux bâtiments, donnant sur la rue de Fontenay, offre un espace d’accueil assez vaste, où les boîtes retrouvent dans la résidence Bellevue plusieurs traits caractéristiques de l'agence d'Hervé Baley : le goût
    Annexe :
    °54 France 1, p.64 L’architecture est le moyen de situer l’individu dans un contexte vital. C’est le geste de créer un lieu, qui lui donne la possibilité d’être chez lui dans le cadre environnant, qui le situe par rapport à ce cadre et le situe par rapport à lui-même. En cela seulement réside le réel confort. C’est le geste d’accueillir. C’est faire que la forme accueille l’espace et l’espace la lumière le développement de formes et espaces se développant : démarche que l’homme décide par son geste et dans son geste accompagne. Le geste est l’efflorescence de la géométrie dans lequel elle s’épanouit et
    Illustration :
    Vue latérale de l'élément portant le numéro de la rue. IVR11_20169200255NUC4A Vue frontale de l'élément portant le numéro de la rue. IVR11_20169200256NUC4A Vue des boites aux lettres prise dans le hall d'entrée. IVR11_20169200263NUC4A Vue de l'escalier intérieur prise depuis le hall d'entrée. IVR11_20169200264NUC4A
  • Maison Tardif, Ezanville
    Maison Tardif, Ezanville Ézanville - 53 rue du Chemin Vert - Cadastre : 2015 AI 01 61
    Historique :
    postérieurement été apposé au sommet des murs longeant la maison. D'autre part, le muret bordant l'allée de la
    Description :
    rhomboïdale épouse le plan en X de la maison : elle offre un subtil jeu de losanges qui se déploie sur toute sur le faîte du toit jusqu'aux espaces intérieurs du rez-de-chaussée. Le décor, d'une grande la largeur. Elle se développe selon un plan en X et s'élève sur trois niveaux (sous-sol, rez-de espaces ouverts sont organisés autour d'une imposante cheminée centrale. Le rez-de-chaussée répartit ainsi permet d'accéder à l'unique étage de la maison. Ce second niveau conserve le plan en X du rez-de-chaussée , et accueille dans ses quatre bras les quatre chambres de l'étage. Deux puits de lumière, percés le uniformité, emploie principalement, à l'intérieur comme à l'extérieur, le béton Siporex recouvert d'un enduit horizontales, l'ensemble présente un aspect géométrique d'une grande sobriété dont le triangle est la figure
    Annexe :
    °54 France 1, p.64 L’architecture est le moyen de situer l’individu dans un contexte vital. C’est le geste de créer un lieu, qui lui donne la possibilité d’être chez lui dans le cadre environnant, qui le situe par rapport à ce cadre et le situe par rapport à lui-même. En cela seulement réside le réel confort. C’est le geste d’accueillir. C’est faire que la forme accueille l’espace et l’espace la lumière le développement de formes et espaces se développant : démarche que l’homme décide par son geste et dans son geste accompagne. Le geste est l’efflorescence de la géométrie dans lequel elle s’épanouit et
    Texte libre :
    ). Elle est caractéristique des réalisations de ce groupe par de multiples aspects : le plan de l'édifice le site ne sont donc plus lisibles aujourd'hui.
    Illustration :
    vue générale de la façade sur rue. IVR11_20169500151NUC4A Vue des cordons commandant le système d'éclairage. IVR11_20169500170NUC4A Facades sur jardin et sur rue (extrait du permis de construire). IVR11_20169500117NUC4AB
  • Maison G., Fontenay-aux-Roses
    Maison G., Fontenay-aux-Roses Fontenay-aux-Roses - 13 allée Fleurie - Cadastre : 2015 000101 120
    Historique :
    disposées sur les baies des façades et s'élevant perpendiculairement à l'auvent du toit. Ce projet n'ayant raisons de sécurité, et de commodité, ceux ci ont décidé de fermer les baies se trouvant sur les façades métalliques. D'autre part, un garage a également été créé du côté droit de la maison. Le toit terrasse a aussi
    Représentations :
    saillie sur la façade arrière de la maison), étaient à l'origine ornées de volets intérieurs en bois inspiration d'Hervé Baley. Il lui reprend également le goût des lambris pour orner les plafonds, desquels se
    Description :
    supérieur accessible par deux volées de marches prolonge le rez-de-chaussée sur un plan rectangulaire. Il décoration intérieure, et assurent ainsi une continuité entre les différents espaces. Sur le toit plat se La maison G. est construite sur trois niveaux : un sous-sol partiel comprenant garage, buanderie horizontales et verticales, entre maçonnerie et transparence du verre, est souligné par un balcon bordant le niveau supérieur. Le toit se compose quant à lui d'une simple dalle de béton, dont la planéité, renforcée détache une imposante cheminée, dont le plan cruciforme se retrouve à l'intérieur, dans l'espace du séjour . L'environnement extérieur de la maison G. s'est beaucoup urbanisé depuis les années 1960. Originellement bâtie sur une parcelle vaste qui l'entourait de verdure, l'habitation est désormais mitoyenne sur une de ses apportées à la maison, le peu de jardin subsistant font que l'état actuel n'est plus représentatif de son
    Annexe :
    °54 France 1, p.64 L’architecture est le moyen de situer l’individu dans un contexte vital. C’est le geste de créer un lieu, qui lui donne la possibilité d’être chez lui dans le cadre environnant, qui le situe par rapport à ce cadre et le situe par rapport à lui-même. En cela seulement réside le réel confort. C’est le geste d’accueillir. C’est faire que la forme accueille l’espace et l’espace la lumière le développement de formes et espaces se développant : démarche que l’homme décide par son geste et dans son geste accompagne. Le geste est l’efflorescence de la géométrie dans lequel elle s’épanouit et
  • Station-service, Ermont
    Station-service, Ermont Ermont - 255 rue Louis Savoye - Cadastre : 2015 000 AD 01 638
    Historique :
    Baley (1933-2010) et Dominique Zimbacca (1928-2011). Les architectes intervenus sur ce chantier sont
    Description :
    Cette petite station-service, installée sur un terrain de 2000m2, se trouve le long de la rue Louis abritent une des fonctions de la station service. Au centre sont disposées les pompes à essence, et sur le saillie, introduit une jeu de lignes verticales et horizontales. L'espace situé sur le côté droit de cet d'habitation est desservi par un escalier dont le mur d'échiffre, composé de parpaings de Siporex disposés en le chevauchement de ces trois toits, tous de forme triangulaire et de taille différente. Leur par l'ingénieur M.D.Pavlic. Reposant sur de fins poteaux, ces toits donnent à cet ensemble à usage
    Annexe :
    °54 France 1, p.64 L’architecture est le moyen de situer l’individu dans un contexte vital. C’est le geste de créer un lieu, qui lui donne la possibilité d’être chez lui dans le cadre environnant, qui le situe par rapport à ce cadre et le situe par rapport à lui-même. En cela seulement réside le réel confort. C’est le geste d’accueillir. C’est faire que la forme accueille l’espace et l’espace la lumière le développement de formes et espaces se développant : démarche que l’homme décide par son geste et dans son geste accompagne. Le geste est l’efflorescence de la géométrie dans lequel elle s’épanouit et
  • Maison Fraysse, Saint-Maur-des-Fossés
    Maison Fraysse, Saint-Maur-des-Fossés Saint-Maur-des-Fossés - 30 avenue des Sapins - Cadastre : 2015 000 X 01 104
    Description :
    clairevoie en bois. Le plan en L se fonde sur une trame carrée à partir de laquelle s'imbriquent plusieurs niveaux de fenêtres bandeaux sur trois de ses côtés. Cette pièce ouvre à la fois sur la rue et sur le Cette maison de 115m2 est construite sur une parcelle étroite et est mitoyenne d'autres habitations . Réalisée sur un terrain plat orienté Est-Ouest, elle se compose d'un rez-de-chaussée et d'un étage. Les maison est séparée de la rue par un mur de clôture dont le soubassement est en brique, surmonté d'une intérieurs ouverts. Les architectes ont choisi d’utiliser des matériaux naturels : la brique, le bois, le fer et de la pièce principale et protègent ainsi l'accès à la porte principale placée en retrait. Le rez salon est marqué par un jeu de briques disposées en piles irrégulières. Le côté gauche de la façade adopte un ordre plus classique, le rez-de-chaussée est recouvert d'un parement de brique et le premier
    Annexe :
    °54 France 1, p.64 L’architecture est le moyen de situer l’individu dans un contexte vital. C’est le geste de créer un lieu, qui lui donne la possibilité d’être chez lui dans le cadre environnant, qui le situe par rapport à ce cadre et le situe par rapport à lui-même. En cela seulement réside le réel confort. C’est le geste d’accueillir. C’est faire que la forme accueille l’espace et l’espace la lumière le développement de formes et espaces se développant : démarche que l’homme décide par son geste et dans son geste accompagne. Le geste est l’efflorescence de la géométrie dans lequel elle s’épanouit et
    Illustration :
    Vue ancienne de la Villa de Saint Maur, façade sur rue, côté droit. IVR11_20169400047NUC4A
  • Maison Lemoigne, Ermont
    Maison Lemoigne, Ermont Ermont - 1 rue Henri Verhaege - Cadastre : 2015 AN 01
    Description :
    réalisations postérieures de l'Atelier d'Architecture et d'Aménagement. De plan carré, elle se décline sur . Le premier étage dispose de trois autres chambres, dont deux communiquent entre elles par un balcon filant. Le tout est coiffé d'un toit à pentes douces, affirmant l'aspect cubique de la maison. En , sur une parcelle assez modeste, réussit tout de même à entourer la maison d'un jardin. La clôture chevron qui annonce les futurs jeu de bossage déclinés par exemple à Croissy-sur-Seine.
    Annexe :
    °54 France 1, p.64 L’architecture est le moyen de situer l’individu dans un contexte vital. C’est le geste de créer un lieu, qui lui donne la possibilité d’être chez lui dans le cadre environnant, qui le situe par rapport à ce cadre et le situe par rapport à lui-même. En cela seulement réside le réel confort. C’est le geste d’accueillir. C’est faire que la forme accueille l’espace et l’espace la lumière le développement de formes et espaces se développant : démarche que l’homme décide par son geste et dans son geste accompagne. Le geste est l’efflorescence de la géométrie dans lequel elle s’épanouit et
    Illustration :
    Vue du séjour : détail de la porte vitrée débouchant sur l'entrée. IVR11_20179500307NUC4A
  • Clinique des Charmilles, Arpajon
    Clinique des Charmilles, Arpajon Arpajon - 12 boulevard Pierre Brossolette - Cadastre : 2015 000 AE01054
    Historique :
    d'Alain Marcoz, architecte D.P.L.G, au 29 bd Edgard Quinet, 14e. Le commanditaire de cette hôpital privé est le docteur Charles Franck de Préaumont, beau-frère d'Alain Marcoz. La clinique des Charmilles
    Description :
    courbe vient ensuite se greffer sur le côté Est de cet ensemble. La clinique est réalisée sur un même dans un espace au plan en amande. Les chambres donnant sur la façade avant, côté Nord observent le même La clinique des Charmilles est bâtie sur une parcelle légèrement en pente orientée Nord-Sud. Elle l'Aître). Le bâtiment, recouvert de briques, présente un aspect général où règne la ligne courbe. Le corps différence de niveau du terrain. Ce second niveau, ouvert sur la façade arrière du bâtiment (façade Sud donnant directement sur l'extérieur). A droite de cette entrée des urgences, après l'ascenseur monte salle-à-manger et des chambres de consultations. Au niveau supérieur, le rez-de-chaussée accueille l'entrée principale de la clinique. Un hall prend donc place dans le corps de bâtiment principal et offre sur toute sa hauteur et se destine à l'accueil et à la circulation des usagers. En son centre se présente un large escalier en vis à cage ouverte, dont le noyau central est occupé par un petit ascenseur
    Illustration :
    Vue de la façade principale depuis le toit-terrasse. IVR11_20179100113NUC4A
  • Présentation de l’œuvre d'Hervé Baley (1933-2010)
    Présentation de l’œuvre d'Hervé Baley (1933-2010)
    Historique :
    développer un rapport harmonieux avec le site extérieur dans lequel s'implante l'architecture. L'agence organique héritée de Frank Lloyd Wright et développe une pédagogie basée sur l'expérimentation spatiale qui retrouve son activité exclusive d'architecte. La difficulté à obtenir de nouvelles commandes le pousse au
    Illustration :
    Vue de l'exposition "Frank Lloyd Wright. Dessins, 1887-1959" dans le hall de l'ESA en 1977 Vue de l'exposition "Seuils d'Egypte" dans le hall de l'ESA en 1985. IVR11_20177501103NUC4AB Projet de garage pour monsieur Giuliani : plan sur calque (1968). IVR11_20177501101NUC4AB
1