Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 969 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Laigues (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Laigues (non étudié) Paris 7e arrondissement - 16 rue Saint-Guillaume
    Historique :
    L'hôtel a été construit en 1659-1660 par Pierre le Muet pour Geoffroy de Laigues, capitaine des
    Matériaux :
    pierre taillé
    Description :
    L'escalier est caractéristique de l'oeuvre de Le Muet. Il est en pierre sur voûtes suspendues jusqu'au 2e étage. La rampe d'appui était en pierre à l'origine, elle avait été remplacée par une rampe en
    Auteur :
    [architecte] Le Muet Pierre
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Marin de la Chataigneray ou d'Assy, actuellement Archives Nationales (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Marin de la Chataigneray ou d'Assy, actuellement Archives Nationales (non étudié) Paris 3e arrondissement - 58 bis rue des Francs-Bourgeois
    Historique :
    , par le maître maçon Pierre Blanvin sur les dessins de l'architecte Pierre Le Muet. Il fut transformé à plusieurs reprises, notamment en 1729 par le président Guillaume de Chavaudon qui fit construire l'aile nord d'importantes modifications. Le parti initial était composé de deux corps de logis en équerre, s'ouvrant sur la
    Matériaux :
    pierre taillé
    Description :
    stéréotomie : les volées de marches et le limon de pierre sont soutenus par des demi-voûtes en berceau Le grand escalier est situé à droite dans la cour, à la jonction des deux corps de logis en équerre caractéristiques des débuts de la grande serrurerie : les différents éléments composant le balustre s'assemblent
    Auteur :
    [architecte] Le Muet Pierre
    Illustration :
    Vue d'ensemble d'une volée de cet escalier suspendu sur voûte de pierre. IVR11_20097500161NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l'infirmerie de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l'infirmerie de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié) Paris 5e arrondissement - 227 rue Saint-Jacques
    Historique :
    monastère reprit quant à lui à partir de 1654-1655, sur un nouveau dessin de Pierre Le Muet. La rampe a été communauté de religieuses bénédictines. Le chantier se déroula en plusieurs phases. Dans les années 1630, les les troubles de la Régence, le chantier prit de l'ampleur à partir de 1645, avec un ambitieux projet de François Mansart. Mais les efforts portèrent d'abord essentiellement sur l'église. Le chantier du
    Matériaux :
    pierre taillé
    Description :
    permettre la circulation des brancards, il dessert uniquement le premier étage. Ses deux volées sont est composée de panneaux presque carrés dont le décor est formé d'un médaillon entouré de quatre anses de panier qui se dédoublent vers les écoinçons. Deux pistils pointent vers le haut et vers le bas et
    Auteur :
    [architecte] Le Muet Pierre
    Illustration :
    volées et le palier supérieur. IVR11_20097500840NUC4A
  • cité de la Muette
    cité de la Muette Drancy - quartier de la Muette - avenue Jean-Jaurès rue Arthur-Fontaine rue Auguste-Blanqui - en ville - Cadastre : BZ104 BZ154 BZ54 BZ52 BZ103
    Historique :
    Envisagé sur le terrain de la Muette, acquis en 1925 par l'Office public d'HBM de la Seine (OPHBMS 800 logements. Pour les 1.250 logements de la cité de la Muette, le chantier est rationalisé au ), le projet débute en 1929, confié aux architectes Eugène Beaudouin et Marcel Lods. Ils sont remarqués en about réparties sur le terrain dans une composition très étudiée. En 1933, un immeuble de 4 étages visitée à ce titre, d'un confort rare pour l'époque, la cité de la Muette subit les conséquences de la crise économique dans sa réalisation. Le gouvernement gèle les crédits de la Caisse des dépôts et cultuels attendus, seul le groupe scolaire est maintenu grâce au soutien de la nouvelle municipalité . Mal-aimés et loués relativement cher dans le contexte de crise, « les premiers gratte-ciel de la . Ils s'installent à la Muette fin 1938, comme dans d'autres cités d'HBM également mises en difficulté . En juin 1940, Le fer à cheval, ou U, est transformé en camp pour des prisonniers de guerre français
    Localisation :
    Drancy - quartier de la Muette - avenue Jean-Jaurès rue Arthur-Fontaine rue Auguste-Blanqui - en
    Titre courant :
    cité de la Muette
    Appellations :
    de la Muette
    Illustration :
    Bâtiment à l'ouest de la grande Muette. Campagne photographique, lors de la destruction du bâtiment Vue de l'aile dont les huisseries ont été changées en 1999, avant le classement Monument historique Vue générale depuis le Mémorial de Drancy en cours de chantier. IVR11_20119300080NUC4A Vue rapprochée depuis le Mémorial de Drancy en chantier. IVR11_20119300081NUC4A Vue rapprochée depuis le Mémorial de Drancy en chantier. IVR11_20119300082NUC4A Vue de la partie arrière du Mémorial national des déportés de France : le wagon et les rails Muette. IVR11_20139300006NUC4A
  • rampe d'appui, escalier du pavillon de la Reine de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du pavillon de la Reine de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié) Paris 5e arrondissement - 227 rue Saint-Jacques
    Historique :
    monastère reprit quant à lui à partir de 1654-1655, sur un nouveau dessin de Pierre Le Muet. Les travaux communauté de religieuses bénédictines. Le chantier se déroula en plusieurs phases. Dans les années 1630, les les troubles de la Régence, le chantier prit de l'ampleur à partir de 1645, avec un ambitieux projet de François Mansart. Mais les efforts portèrent d'abord essentiellement sur l'église. Le chantier du commencèrent par le pavillon nord-est, qui devait abriter le nouvel appartement de la reine, plus vaste et plus
    Matériaux :
    pierre taillé
    Description :
    Le nouveau pavillon de la reine au nord-est de l'abbaye, construit sur un dessin de Pierre Le Muet . Leur panse rectangulaire est doublée d'enroulements divergents rappelant le col et le pied. Une frise continue d'ovales double le sommier, une autre frise haute est composée d'esses affrontées. Le chiffre de la Reine était vraisemblablement contenue dans le vide central des balustres. Les assemblages sont
    Auteur :
    [architecte] Le Muet Pierre
    Illustration :
    Le premier escalier de la Reine, en pierre. IVR11_20097500837NUC4A Le premier escalier d'honneur, vue d'ensemble. IVR11_20097500838NUC4A L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, vue d'ensemble. IVR11_20097500844NUC4A L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, vue des volées du premier et du deuxième étage L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, au dela du 1er étage, le bois succède à la pierre. IVR11_20097500846NUC4A L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, détail des panneaux de ferronnerie L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, détail de l'amortissement du dernier palier
  • verrière axiale : Saint Pierre
    verrière axiale : Saint Pierre Vigneux-sur-Seine - 16 rue Jean-Corringer
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur
    Représentations :
    saint Pierre : debout, clé
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le choeur
    Titre courant :
    verrière axiale : Saint Pierre
  • statue de saint Pierre
    statue de saint Pierre Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Historique :
    Oeuvre de la fin du 17e siècle, achetée à un amateur d'art par l'archiprêtre Pierre-Marie Defaut et
    Représentations :
    saint Pierre : en pied, inspiration divine, livre, clé ; Saint Pierre est debout, un livre et les clés dans la main droite, la main gauche posée sur le coeur.
    Titre courant :
    statue de saint Pierre
  • église paroissiale Saint-Pierre
    église paroissiale Saint-Pierre Vigneux-sur-Seine - 16 rue Jean-Corringer - en ville - Cadastre : 1983 AS 399
    Historique :
    Saint-Pierre-ès-Liens. Le territoire de Montgeron lui est alors rattaché. A l'abandon dès la fin du La première église de Vigneux est attestée dès le VIe siècle ; sa crypte aurait abrité en 846 les l'abbaye de Saint-Victor de Paris, et sans doute reconstruite à la fin du XIIe siècle sous le titre de XVIIIe siècle, l'église est vendue comme bien national le 6 juillet 1803 et démolie deux ans plus tard . Vigneux est alors réuni pour le culte à la paroisse de Draveil. En 1888, le conseil municipal étudie le suite, les autorités administratives le jugeant inutile pour une population aussi dispersée. Deux ans plus tard le projet est repris par la municipalité et l'évêché de Versailles à la suite de l'offre la commune pour une durée de 99 ans ; faute de l'accord du ministère des cultes, le projet est à d'un terrain le long de l'avenue du Parc. La construction a lieu en 1909, sur les plans de Paul Simon salle de patronage et d'ouvroir. L'église (érigée en paroisse le 27 août 1910) ne comporte alors qu'une
    Description :
    encadrée par deux piliers et couronnée par un fronton en pierre que surmonte un motif décoratif en forme de clocher. Au-dessus de la porte en plein-cintre figure une rosace découpée en pierres moulurées et ornées . Le choeur, qui mesure 7 m 50 sur 7 m, est éclairé par une grande baie avec vitraux. Il communique avec la sacristie, installée dans un petit bâtiment qui sert de communication entre l'église et le
    Titre courant :
    église paroissiale Saint-Pierre
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, église paroissiale Saint-Pierre. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I III. Bibliographie - Chodron de Courcel, Robert. Vigneux-sur-Seine, étude historique. Le Livre
    Vocables :
    Saint-Pierre
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la nef en direction de la tribune ; les voûtes sont en briques apparentes, le reste de l'édifice revêtu d'un enduit simili pierre. Des arceaux en plein cintre sont ménagés sur les côté, trois ouvertures faisant communiquer la nef et le bas-côté. La rose est encore en verre blanc Vue d'ensemble : l'église (sans bas-côtés, avant les agrandissements de 1930 et 1935), le presbytère et le départ de la salle paroissiale. Carte postale, vers 1910. (AD Essonne, 2 Fi 184 Le clocher et la façade sud-ouest de l'église. IVR11_20089100482XA Le presbytère relié à la façade sud-ouest de l'église, au fond de la cour. IVR11_20089100478XA Bâtiments paroissiaux faisant suite au presbytère et fermant la cour au sud-ouest. A gauche, le La nef et le bas-côté droit en direction du choeur. IVR11_20079100964XA Détail d'un chapiteau (entre la nef et le bas-côté droit). IVR11_20079100966XA
  • cité de la Pierre-Collinet
    cité de la Pierre-Collinet Meaux
    Historique :
    avril 1965. Le projet d'urbanisation de la Pierre-Collinet se caractérise par une recherche sur les La cité de la Pierre-Collinet est un ensemble de près de 2000 logements édifiés de 1959 à 1965 sous caractéristique de la production de logements HLM des années 1960. Le projet remonte à 1957 : le 27 juillet 1957 , une délibération du conseil municipal de Meaux approuvait l'acquisition des terrains nécessaires et le comme le secteur de la zone industrielle, zones de loisirs (stade et équipements culturels initialement prévus dans les plans masse ont finalement été transférés sur le secteur de Beauval, exception faite de composition d'ensemble n'était pas exactement celle envisagée à l'origine. Le projet initial prévoyait en d'orientations variées donnant vue sur le canal ou sur la rivière. Un autre avant-projet, daté de 1958, montre ; enfin la végétalisation du secteur dépassait le canal de l'Ourcq afin de créer une unité entre les deux , architectes collaborateurs se sont orientés vers une emprise limitée sur le terrain avec une construction en
    Description :
    La cité de la Pierre-Collinet se composait de six barres hautes de quinze étages et longues de 106 distribution élaborée par Le Corbusier pour ses unités d'habitation : au cœoeur du bâtiment, un unique couloir plus sombres signalent cuisines et séjours, les plus clairs les chambres. Le graphisme de la façade est donc la résultante de la distribution des appartements. Le seul véritable élément décoratif est le toit accentuent la linéarité des bâtiments. La signalétique graphique du hall et un projet de frises de Vasarely pour les façades des barres renforcent le parti pris géométrique voulu par les
    Titre courant :
    cité de la Pierre-Collinet
    Vocables :
    de la Pierre-Collinet
    Illustration :
    Les tours de la Pierre-Collinet depuis le canal. IVR11_20097701051NUC4A Une tour de la Pierre-Collinet depuis le canal. IVR11_20097701052NUC4A Vue des trois dernières tours de la Pierre Collinet le 22 juin 2011, juste avant leur destruction La Pierre-Collinet. Plan masse d'un premier projet. (Cité de l'architecture et du patrimoine. fonds La Pierre-Collinet. Plan de situation, plan masse, plan des cellules. (Cité de l'architecture et La Pierre-Collinet. Plan masse d'un projet d'espaces verts. (Cité de l'architecture et du La Pierre-Collinet. Plan masse de l'avant- projet de la cité. (Cité de l'architecture et du La Pierre-Collinet. Plan masse d'un projet d'espaces verts. (Cité de l'architecture et du La Pierre-Collinet. Plan du projet d'exécution des espaces verts. (Cité de l'architecture et du La Pierre-Collinet. Plan du projet d'exécution des espaces verts. (Cité de l'architecture et du
  • graffiti de la cité de la Muette, dite aussi camp de Drancy
    graffiti de la cité de la Muette, dite aussi camp de Drancy Drancy - avenue Jean-Jaurès rue Arthur-Fontaine rue Auguste-Blanqui
    Historique :
    collaboration. Ce conduit de cheminée a pris place en 1989 dans le Conservatoire historique du camp de Drancy
    Description :
    En 2007, le remplacement d'une partie des huisseries classées de la cité de la Muette était prévu . Ces travaux prenaient place dans le dispositif de renouvellement urbain porté par l'Agence nationale et le Département de la Seine-Saint-Denis. Ces deux chantiers ne furent finalement engagés qu'en 2009 Seine-Saint-Denis, le Conseil régional d'Île-de-France et le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, le l'occasion de la découverte de graffiti jusqu'alors inconnus sur le revers des murs de façades. Sensibilisés formant contre-cloison. Dès lors, le chantier fut arrêté pour organiser la dépose systématique des
    Titre courant :
    graffiti de la cité de la Muette, dite aussi camp de Drancy
    États conservations :
    le revers des murs de façade.
    Texte libre :
    Après l'exposition "Des noms sur des murs. Les graffiti du camp de Drancy", le Département de la Seine-Saint-Denis, en collaboration avec le service Patrimoines et inventaire de la Région Ile-de-France , encore conservés au sein de la Cité de la Muette ou seulement connus par des photographies prises après
    Illustration :
    tristement ici Mon bonheur et mes chagrins La vie fut belle en ce pays Ou je n'ai plus le droit de rester
  • Maison-atelier du compositeur Pierre Henry
    Maison-atelier du compositeur Pierre Henry Paris 12e arrondissement - 32 rue de Toul - en ville - Cadastre : 2018 AR011 112
    Historique :
    maison est devenue en 1971 l'habitation et le studio du compositeur Pierre Henry. Citant un entretien la Radio, Pierre Henry fonde, avec Jean Baronnet, le studio Apsome, 80 rue Cardinet à Paris. C'est en pas sans rappeler celui de Bernadette Mangin, qui assistait Pierre Henry pour le montage. Ces œuvres , face au compositeur. Dans Le Son, La Nuit (p.103), Pierre Henry développe la portée symbolique de Située au 32 rue de Toul, dans le quartier du Bel-Air du XIIe arrondissement, cette maison la partie de cette rue située entre le boulevard de Picpus et l'avenue Daumesnil est baptisée rue de donné au journal Le Monde en 1972, Michel Chion livre cette réflexion de l'artiste: "Je vis dans un développer, de s'exprimer, au centre d'une grosse entité sonore." Pierre Henry, après une formation musicale , est engagé par Pierre Schaeffer, de 1949 à 1958, pour travailler avec lui au sein du Groupe de recherches de musique concrète (GRMC) de la Radio. Dès 1955, une collaboration s'installe avec le danseur et
    Référence documentaire :
    Pierre Henry. Le son, la nuit Mallet Franck, Le son, la nuit, entretiens avec Pierre Henry, La rue Pierre Henry Chion Michel, Pierre Henry, 2003, Fayard Journal de mes sons Henry Pierre, Journal de mes sons, Paris, Séguier, coll. "Carré Musique", 1996 La Maison de sons de Pierre Henry Bergjord Geir Egil (photographies), Bigot, Yves, Bringsvaerd Tor , Fleuret Maurice, Henry Pierre, Olsson Tommy, Warnier Isabelle, Weyergans François (textes), La Maison de sons de Pierre Henry, Lyon, Fage, 2010.
    Murs :
    pierre crépi
    Description :
    Le toit en pavillon de la maison occupée par le compositeur Pierre Henry est coiffé d'une terrasse pièce commandée en 1989 par Klaüs Schöning à Pierre Henry) . Le sous-sol, desservi par un escalier utilisé pour réunir les membres de l'association Son/Ré. A droite, se trouve le studio où Pierre Henry devant la porte d'entrée. La présence de cet escalier confirme le fait que le portail ouvert du coté de la rue de Toul est postérieur à la construction de l'édifice, l'entrée se faisant à l'origine par le l'impressionnante sonothèque de Pierre Henry. La disposition intérieure de la maison, la même à chaque étage maison a été sonorisé, pour pouvoir accueillir les concerts que Pierre Henry, à partir de 1996 , organisait à son domicile. Cet équipement, et surtout l'activité créatrice qui s'y déployait, justifient le nom de "Maison de sons" que le compositeur avait donné à sa demeure (selon le titre éponyme de la tournant en pierre, a été insonorisé et d'innombrables campagnes de prises de sons y ont été effectuées
    Auteur :
    [habitant célèbre] Henry Pierre
    Titre courant :
    Maison-atelier du compositeur Pierre Henry
    Illustration :
    Affiche du vernissage de l'exposition George Mathieu, Vienne 1959, sur le meuble : Philharmonie noire à soixante,1990, Le fil de la vie 2, 1990, à droite Inventaire démodé, 2015 et dessous Enharmonie Face: Tout Henry au pilon, 1991 et au fond derrière le guide chant Piano cheval, 1992 et à droite Palier du premier étage, départ de l’escalier menant vers le second étage et vue de la sonothèque Au fond, Atelier d’artiste, 2013 en haut à droite Le Roi des auxcriniers, 1988 en montant Palier du premier étage et vue vers le cabinet de travail IVR11_20187500223NUC4 Détail de l’accrochage de peintures concrètes sur le palier du second étage, Sur la gauche Les Chambre de Pierre Henry (2e étage). Au-dessus de la porte Bilboquet, 2013, derrière la porte, Table Détail, chambre de Pierre Henry (2e étage) IVR11_20187500239NUC4 Notes pour "Hamlet", musique Pierre Henry, mise en scène Wilfried Wendling (2017
  • calice de Pierre-François Grandguillaume, vers 1758
    calice de Pierre-François Grandguillaume, vers 1758 Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Trois poinçons sont insculpés sous le pied : le poinçon de l'orfèvre (PF, alérion, et GG) ; le
    Historique :
    bisontin, Pierre François Grandguillaume. Actif de 1725 à 1771, celui-ci a laissé une production abondante la patène égarée, est entré dans le trésor de Meaux.
    Référence documentaire :
    CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa
    Auteur :
    [orfèvre] Grandguillaume Pierre François
    Titre courant :
    calice de Pierre-François Grandguillaume, vers 1758
  • ostensoir de Pierre Paraud, vers 1812
    ostensoir de Pierre Paraud, vers 1812 Meaux -
    Inscriptions & marques :
    , dans un losange horizontal. C'est le poinçon de Pierre Paraud, actif de 1800 à 1815 environ. Sur le avec le chiffre 1, dans un rectangle horizontal aux coins abattus (titre 1, Paris, 1809-1819) ; la dame grecque dans un ovale avec un P (poinçon dit ""d'essai"", apposé par le fabricant lui-même sur l'oeuvre avant son achèvement et son contrôle officiel) ; et le poinçon de l'orfèvre : PP autour d'une buire
    Historique :
    l'orfèvre parisien Pierre Paraud. De plus, les archives de la fabrique signalent en 1812 l'achat d'un . Pierre Paraud est l'auteur de nombreux ostensoirs de même type, conservés dans toute la France.
    Référence documentaire :
    , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Représentations :
    Sur le pied sont représentés l'Agneau aux sept sceaux et les Tables de la Loi. Sur le noeud, deux
    Auteur :
    [orfèvre] Paraud Pierre
    Titre courant :
    ostensoir de Pierre Paraud, vers 1812
  • menhir dit la Pierre-à-Mousseau
    menhir dit la Pierre-à-Mousseau Vigneux-sur-Seine - Mousseaux - isolé - Cadastre : 1983 AW 19
    Description :
    Le menhir, monolithe de grès stampien, est situé à proximité de la Seine, à la limite de Vigneux et
    Titre courant :
    menhir dit la Pierre-à-Mousseau
    Appellations :
    menhir la Pierre-à-Mousseau
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, la Pierre-à-Mousseau. Sources et bibliographie DOCUMENTATION Bibliographie - Chodron de Courcel, Robert. Vigneux-sur-Seine, étude historique. Le Livre d’histoire, 2004, p. 10-11
    Illustration :
    Le menhir de la ""Pierre à Mousseau"" (entre 4000 et 2000 av. J.-C.), classé Monument historique en
  • tombeau de Pierre et Jacqueline Guyot
    tombeau de Pierre et Jacqueline Guyot Enghien-les-Bains - rue Louis Delamarre - en ville - Cadastre : 1995 AB non cadastré domaine public
    Historique :
    reposent nos enfants chéris/ Pierre Guyot/13 février 1925-5 mai 1934/ Jacqueline Guyot/11 septembre 1933-13 avril 1934. Sous la sculpture dominant le tombeau est inscrite une phrase tirée de l'Evangile selon saint Matthieu Laissez venir à moi les petits enfants/ le royaume des cieux et à eux. Cette sculpture en terre cuite, provient d'une entreprise de production en série, comme l'indique le numéro qui y est
    Murs :
    pierre artificielle
    Titre courant :
    tombeau de Pierre et Jacqueline Guyot
  • maison dite Le Castelet
    maison dite Le Castelet Andrésy - 87 rue Maurice-Berteaux - en ville - Cadastre : 1983 AM 470
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    que l'annexe accolée avec le garage est en rez-de-chaussée seulement.
    Titre courant :
    maison dite Le Castelet
    Appellations :
    Le Castelet
    Illustration :
    Le bow-window et l'oriel de la façade sur jardin. IVR11_20067800766VA La boiserie ornant le salon, salle à manger. IVR11_20067800770XA
  • hôtel Le Cocq
    hôtel Le Cocq Melun - rue Saint-Aspais - en ville - Cadastre : 1985 AT 135, 137
    Historique :
    galerie sur cour ont été préservés. Le seul encore en place est un pilier de pierre au fond d'un magasin L'hôtel le Cocq ou hôtel du Coq était l'une des principales demeures Renaissance de Melun la ville de Melun. Deux piliers en pierre sculptés provenant, comme celui encore in situ, du rez-de
    Titre courant :
    hôtel Le Cocq
    Appellations :
    Hôtel Le Cocq
    Illustration :
    Extrait d'un plan du fief de Carrois, dressé en 1742. Le ""fief et hôtel du Cocq"" se trouve face Vue de l'une des colonnes sculptées de l'hôtel Le Cocq, conservée au Musée de Melun (inv. 967.355 Vue de l'une des colonnes sculptées de l'hôtel Le Cocq, conservée au Musée de Melun (inv. 967.355 Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : deux des supports de la galerie Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des éléments
  • verrière figurée : Remise des clés à Saint-Pierre (baie 17)
    verrière figurée : Remise des clés à Saint-Pierre (baie 17) Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le lieu d'exécution inscription concernant le commanditaire
    Représentations :
    scène biblique (Christ, clé : saint Pierre, Apôtre) ; fond de paysage
    Auteur :
    [d'après] Reni Guido, dit : Le Guide
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Titre courant :
    verrière figurée : Remise des clés à Saint-Pierre (baie 17)
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
  • bas relief
    bas relief ""les trois enseignements, le classique, le technique et le moderne 71, 73 avenue de Ceinture
    Historique :
    Henri Lagriffoul compose pour la façade d'entrée du lycée un vaste bas relief en pierre d'Euville . Les trois enseignements représentés par des allégories féminines, le classique, le technique et le moderne, illustrent le nouveau programme pédagogique expérimental de l'établissement.
    Matériaux :
    pierre support
    Description :
    Les trois personnages féminins portent les attributs correspondants, avec de droite à gauche : le
    Titre courant :
    bas relief ""les trois enseignements, le classique, le technique et le moderne
  • Paire de statuettes-reliquaires de saint Pierre et saint Paul
    Paire de statuettes-reliquaires de saint Pierre et saint Paul Meaux -
    Référence documentaire :
    p. 321 Aménagement mobilier. In : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux , Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 289-326. CHARON, Pierre. Aménagement mobilier. In : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, Meaux : Société historique de
    Représentations :
    saint Pierre pour saint Pierre.
    Description :
    Pierre, le médaillon comporte des reliques de saint Martin, saint Laurent, sainte Madeleine, sainte
    Titre courant :
    Paire de statuettes-reliquaires de saint Pierre et saint Paul
    Dimension :
    h 50.0 cm Dimensions sans le socle.
    Illustration :
    Statuette de saint Pierre (Oeuvre en dépôt de la cathédrale). IVR11_20127700708NUC4A
1 2 3 4 49 Suivant