Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 629 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Architectures de brique en Ile-de-France
    Architectures de brique en Ile-de-France
    Contributeur :
    Redacteur Le Bas Antoine
    Référence documentaire :
    terre cuite. Paris : Le Moniteur,1998. (Collection Memento technique).
    Annexe :
    brique dans une modernité à la fois urbaine et régionale, tempérée par la tradition. Antoine Le Bas Palissy), le choix du sujet de l’étude résulte d’un triple constat dont l’évidence s’est imposée l’agglomération parisienne assez nettement circonscrite dans l’espace et dans le temps. Géographiquement, ces mécanisation des chantiers mais aussi par l’emploi de matériaux de gros-œuvre produits massivement et à bas régionaux traditionnels (la pierre calcaire, le plâtre) par des produits industriels n’ont guère été précisément étudiés et évalués. Si cette étude permet de prendre en compte le changement d’échelle du volume le changement de culture qu’une telle substitution peut induire par l’introduction d’une brique qui dans un dialogue des valeurs dont les matériaux sont porteurs. Dès lors que l’on s’interroge sur le d’édifices. Ainsi, dans le domaine de la construction publique, avant 1914, la brique se trouve aisément dans édilitaires : mairies, écoles primaires, lycées, casernes, maisons de retraite, hôpitaux,… Après 1905, le
    Texte libre :
    thématique, réalisée de 2010 à 2014 par Antoine Le Bas, doit être appréhendée comme une opération de lieu à la publication d'un ouvrage Architectures de brique en Ile-de-France, 1850-1950, LE BAS Antoine modernité urbaine et monumentale où la matière céramique le dispute en texture à la rugosité du béton. La fin du XXe siècle qui retrouve le goût d’une architecture colorée et adopte la préfabrication, redonne restitution et de valorisation des centaines de dossiers résultant des enquêtes menées par le Service régional à des titres divers dans le département de Seine-Saint-Denis à partir des années 2000. Jean-Bernard ) méritaient d'être reproduits pour leur emploi de la brique dans le cadre de cette étude. Cette étude a donné Liens Web - Documentation en bas de page
    Illustration :
    briques, Tuiles et briques de terre cuite / Paris : Le Moniteur,1998, collection Memento technique et briques de terre cuite / Paris : Le Moniteur,1998, collection Memento technique briques, Tuiles et briques de terre cuite / Paris : Le Moniteur,1998, collection Memento technique technique des tuiles et briques, Tuiles et briques de terre cuite / Paris : Le Moniteur,1998, collection technique des tuiles et briques, Tuiles et briques de terre cuite / Paris : Le Moniteur,1998, collection briques, Tuiles et briques de terre cuite / Paris : Le Moniteur,1998, collection Memento technique technique des tuiles et briques, Tuiles et briques de terre cuite / Paris : Le Moniteur,1998, collection : Centre technique des tuiles et briques, Tuiles et briques de terre cuite / Paris : Le Moniteur,1998 briques, Tuiles et briques de terre cuite / Paris : Le Moniteur,1998, collection Memento technique Publicité pour l'entreprise de revêtements céramiques H. Boulenger à Choisy-le-Roi, publiée dans
  • bas relief
    bas relief ""les trois enseignements, le classique, le technique et le moderne 71, 73 avenue de Ceinture
    Inscriptions & marques :
    signature en bas à droite : Lagriffoul
    Historique :
    Henri Lagriffoul compose pour la façade d'entrée du lycée un vaste bas relief en pierre d'Euville . Les trois enseignements représentés par des allégories féminines, le classique, le technique et le moderne, illustrent le nouveau programme pédagogique expérimental de l'établissement.
    Dénominations :
    bas-relief
    Description :
    Les trois personnages féminins portent les attributs correspondants, avec de droite à gauche : le
    Emplacement dans l'édifice :
    à main droite de l'entrée - bas-relief n°1
    Titre courant :
    bas relief ""les trois enseignements, le classique, le technique et le moderne
    Illustration :
    Vue d'ensemble du bas relief exécuté en 1955. IVR11_20089500055NUC4A
  • bas-relief
    bas-relief "les techniques enseignées dans le centre d'apprentissage 71, 73 avenue de Ceinture
    Historique :
    , dans le cadre du 1% décoratif. Il est chargé d'exécuter un grand bas relief de céramique polycrhrome Pour la deuxième tranche de travaux concernant le "Centre d'apprentissage de Saint Gratien" une commission se réunit le 12 mai 1954 pour accepter le projet du sculpteur ayant déjà travaillé sur le lycée , le tout pour une somme de 1. 950. 000 francs. Le thème général retenu "les techniques enseignées dans le centre d'apprentissage" a été développé par l'artiste qui fait se succéder de gauche à droite "les arts du feu", "les sciences expérimentales et appliquées", "le commerce et les voyages en mer".
    Dénominations :
    bas-relief
    Description :
    d'un image du mythe d'Oedipe : un lycéen debout répond à l'énigme posée par le sphinx posé sur une carte annonçant le commerce et les voyages en mer : un bateau sur la mer et en retour d'angle, la
    Emplacement dans l'édifice :
    en couronnement - bas-relief n°2
    Titre courant :
    bas-relief "les techniques enseignées dans le centre d'apprentissage
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la frise ; le thème général illustre ""les techniques enseignées dans le centre l'électricité symbolisés par le personnage féminin et l'éclair, la maîtrise du savoir avec la transmission de la clef par le forgeron à l'ingénieur. IVR11_20089500139NUC4A Détail de la frise : ""les sciences expérimentales appliquées"" symbolisées par le mythe d'Oedipe l'industrie. A droite, l'arlequin ouvrant le rideau annonce la représentation du commerce et des voyages en
  • stade
    stade Melun - rue Marcel-Houdet - en ville - Cadastre : 1985 AX 7
    Contributeur :
    Redacteur Le Bas Antoine
    Historique :
    sport sur la rive sud, entre la Seine et la rue Doré. Le plan des terrains est dressé en 1930 par hauteur, terrain d'association (pour le football), et vestiaires. L'emprise des terrains de sport est ensuite étendue vers l'ouest, mais il faut attendre les années 1980 pour que soit construit le bâtiment 1987. Le dernier équipement en date est la piste de skate, réalisée en 2006.
    Description :
    Le stade municipal comprend un terrain en pelouse entouré d'une piste, avec un bâtiment de tribunes , lutte et haltérophilie au niveau bas, escrime sous les combles (aménagement réalisé en 1999), ainsi que
    Illustration :
    La salle de lutte, dans le niveau bas du bâtiment. IVR11_20067700503XA Trophées du club de lutte, dans le niveau bas du bâtiment. IVR11_20067700505XA Salle de boxe, dans le niveau bas du bâtiment. IVR11_20067700506XA Salle d'haltérophilie, dans le niveau bas du bâtiment. IVR11_20067700508XA Extrait du plan d'ensemble du domaine de Vaux-le-Pénil et Sivry-Courtry appartenant à Madame la pour le stade, le cercle nautique et l'agrandissement du cimetière sud. Calque, 1943. (AM Melun. 1 Fi Deux photographies de compétitions sportives à Melun, avant la construction du stade actuel : le Trois papiers à en-tête de sociétés sportives melunaises : le Boxing-Club Melunais. Papier imprimé Projet de logement préfabriqué pour le gardien : élévation. Tirage d'architecte, 19 décembre 1962 Projet de logement préfabriqué pour le gardien : plans. Tirage d'architecte, 19 décembre 1962. (AM
  • piscine : bassin couvert, bassin découvert, tank à ramer
    piscine : bassin couvert, bassin découvert, tank à ramer Melun - quai du Maréchal-Joffre - en ville - Cadastre : 1985 AW 7
    Contributeur :
    Redacteur Le Bas Antoine
    Historique :
    couvert, un bassin découvert et un tank à ramer. Les premiers projets pour le bassin couvert datent de 1960. Ils sont établis par le cabinet regroupant les architectes parisiens Jean Lesage, Henri-Pierre Maillard et Paul Ducamp. Ces deux derniers sont les architectes d'exécution qui suivent effectivement le menés entre 1963 et 1965. Le bassin couvert est achevé en 1966. Le tank à ramer fait également partie de cette première campagne de travaux. Dans un second temps, on met en œuvre le bassin découvert. L'avant -projet est établi par Maillard et Ducamp en 1965, le plan définitif est adopté en 1966, le chantier s'achève en 1967. Ce bassin découvert a reçu récemment le nom de la championne olympique Laure Manaudou. La piscine couverte a par ailleurs fait l'objet d'une extension récente, le long de la rue.
    Description :
    L'entrée de la piscine se fait par le bassin couvert, quai du Maréchal-Joffre. Le bâtiment comprend se trouve le bassin découvert, bordé par une tribune de 900 places. A l'ouest de la piscine couverte , près du Cercle nautique, le tank à ramer permet de s'entraîner hors du fleuve en restant à couvert. Il
    Illustration :
    Bassin découvert : élévation sud-ouest (vers le stade). Partie gauche du document. Tirage Bassin découvert : élévation sud-ouest (vers le stade). Partie droite du document. Tirage La piscine couverte : le toit-terrasse des vestiaires, avec ses bouches d'aération La piscine couverte : vue d'ensemble des toitures. A gauche, le toit des vestiaires. A droite La piscine couverte : vue intérieure. Le grand bassin et ses plongeoirs. IVR11_20067700660XA La piscine couverte : vue intérieure. Le grand bassin et ses plongeoirs, vus du sud La piscine couverte : galerie de circulation souterraine, le long des cuves des bassins La piscine couverte : le fond du bassin, vu depuis l'un des regards en forme de hublot ménagés au Vue d'ensemble des bassins découverts, depuis le toit de la piscine couverte. IVR11_20067700649XA La piscine découverte : le bassin olympique Laure Manaudou. Vue d'ensemble, depuis l'est. Au fond
  • cercle nautique
    cercle nautique Melun - quai du Maréchal-Joffre - en ville - Cadastre : 1985 AW 7
    Contributeur :
    Redacteur Le Bas Antoine
    Historique :
    En 1930, l'architecte parisien R. Poirier dresse les plans d'un bâtiment pour le Cercle nautique artificielle (IA77000573) et un tank à ramer (IA77000431). Le Cercle nautique lui-même a fait l'objet d'une extension plus récente, sur le côté ouest, qui a rompu la symétrie initiale de la façade. L'établissement
    Description :
    Le rez-de-chaussée est occupé par les garages à bateaux. Au premier étage se trouvent les bureaux
    Illustration :
    Le Cercle nautique dans son état d'origine. Carte postale. (AM Melun. 3 R 2) IVR11_20067700243XB
  • plage artificielle
    plage artificielle Melun - quai du Maréchal-Joffre - en ville - Cadastre : 1985 AW 5a
    Contributeur :
    Redacteur Le Bas Antoine
    Historique :
    sur le fleuve. Un espace est réservé au chemin de hallage, devant le restaurant. Très fréquentée dans (1960-1966). Seul le restaurant demeure encore en activité aujourd'hui.
    Illustration :
    Le plongeoir et le restaurant, vus de l'est. A droite, l'île Saint-Etienne avec la maison centrale Arbitrage d'une compétition nautique depuis le plongeoir de la Plage (aujourd'hui disparu Arbitrage d'une compétition nautique depuis le plongeoir de la Plage (aujourd'hui disparu Plage artificielle sur la Seine. Façade du bâtiment sur la rue, vue depuis le toit de la piscine
  • ensemble de 2 retables-paravents : L'arbre de vie, le cosmos
    ensemble de 2 retables-paravents : L'arbre de vie, le cosmos Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Dénominations :
    bas-relief
    Description :
    des cérémonies de divers cultes et camouflent la sonorisation. L'architecte choisit le sculpteur , Pierre Sabatier (1925-2003), adhérent au mouvement "Le Mur Vivant" qui milite pour l'intégration des arts religieuses (la résurrection, l'immortalité dans la vie éternelle) que civiles (le renouvellement, la
    Titre courant :
    ensemble de 2 retables-paravents : L'arbre de vie, le cosmos
    Illustration :
    La livraison d'un des deux paravents déchargé du camion le transportant à l'aide d'une grue Vue d'ensemble du paravent le Cosmos. IVR11_20149400016NUC4A Vue de profil du paravent Le Cosmos, montrant la succession des dix feuilles métalliques assemblées formant le volume de la sculpture. A droite, la porte permettant d'entrer dans le volume
  • Ensemble des bronzes (buste, statue et bas-relief) exécutés pour le monument à Pasteur (détruit)
    Ensemble des bronzes (buste, statue et bas-relief) exécutés pour le monument à Pasteur (détruit) Melun - boulevard Victor-Hugo - en ville
    Historique :
    Melun conserve depuis 1981 les plâtres d'André d'Houdain pour le bas-relief et la Bergère. L'exécution anticharbonneuse des moutons, expérimentée par Louis Pasteur à Pouilly-le-Fort (1881) et à Melun (1882). Les parties en bronze, dues au sculpteur André d'Houdain, sont envoyées à la fonte en 1943. Mais le musée de
    Dénominations :
    bas-relief
    Représentations :
    Pasteur qui couronne l'ensemble. Au revers, en revanche, le bas-relief représente une scène historique : Pasteur assiste à une expérience de vaccination des moutons contre le charbon, menée en 1881 dans la ferme du vétérinaire Hippolyte Rossignol à Pouilly-le-Fort, près de Melun. Pasteur, assis, est entouré de personnalités locales : Hippolyte Rossignol, Bancel (maire de Melun) et le baron de La Rochette, président de la Société d'Agriculture (organisatrice du concours pour le monument).
    Description :
    Le monument comportait deux éléments en ronde-bosse : une statue de Bergère avec son mouton, et un buste de Louis Pasteur. Au revers du piédestal se trouvait en outre un bas-relief en bronze , représentant Pasteur assistant à la vaccination des moutons contre le charbon à la ferme de Pouilly-le-Fort
    Titre courant :
    Ensemble des bronzes (buste, statue et bas-relief) exécutés pour le monument à Pasteur (détruit)
    Illustration :
    vaccination des moutons contre le charbon à la ferme de Pouilly-le-Fort en 1881"" (bas-relief pour le revers Vue générale du monument, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun Maquette pour le monument à Pasteur (disparu), par André d'Houdain : ""Bergère et son mouton Maquette pour le monument à Pasteur (disparu), par André d'Houdain : ""Pasteur assistant à la
  • ensemble de deux bas-reliefs : Enfer et Paradis
    ensemble de deux bas-reliefs : Enfer et Paradis Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Historique :
    Le bas-relief de l'Enfer a été retrouvé en seize morceaux dans une niche du collatéral nord en 1968 , et celui du Paradis était pour sa part en remploi dans le pavement de ce même bas-côté, la partie sculptée retournée face contre terre. Ils ont été restaurés et fixés contre le mur. Leur style permet de juger d'après son état actuel, être demeuré inachevé : le traitement des cheveux des damnés, par exemple
    Dénominations :
    bas-relief
    Représentations :
    Sur le premier bas-relief, un groupe d'élus, couronnés, prie dans le jardin du Paradis, sous une
    Description :
    La forme originelle des deux bas-reliefs semble identique, si l'on restitue les parties manquantes , et leur iconographie est liée puisque l'un représente l'Enfer et l'autre, le Paradis. On ignore
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral nord de la nef
    Titre courant :
    ensemble de deux bas-reliefs : Enfer et Paradis
    Dimension :
    Bas-relief de l'Enfer : h = 57 ; l = 109 ; pr = 12. Bas-relief du Paradis : h = 81 ; l = 128 ; pr
    Annexe :
    Documentation sur l'Enfer et le Paradis de Rampillon Bibliographie - G. Berger-Jobez
    Texte libre :
    Contre le mur nord de l'église de Rampillon sont fixés deux bas-reliefs fragmentaires découverts dans l'édifice à l'occasion de travaux. L'un représente les damnés entraînés vers le chaudron de l'Enfer et l'autre, des élus dans le jardin d'Eden.
    Illustration :
    Détail : le chaudron. IVR11_20117700462NUC4A
  • Ensemble de 4 bas reliefs : Les saisons
    Ensemble de 4 bas reliefs : Les saisons Paris 14e arrondissement - 26 rue Mouton-Duvernet
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le titre sur l'oeuvre sculpté
    Historique :
    Ces quatre bas reliefs ne sont ni signés ni datés. Ils ne sont pas mentionnés dans la réception
    Dénominations :
    bas-relief
    Description :
    . Chacun des bas reliefs évoque une saison. Le printemps est représenté par une jeune femme tenant une Ensemble de quatre bas reliefs disposés en hauteur sur les quatre murs de cette petite salle fleur, l'été par un homme s'épongeant le front, un tracteur figure en arrière plan. L'automne est exposant son petit enfant à la chaleur d'un radiateur électrique. Chacun des reliefs porte le nom de la
    Titre courant :
    Ensemble de 4 bas reliefs : Les saisons
    Illustration :
    vue du bas relief Le Printemps IVR11_20157500224NUC4A vue du bas relief L'Hiver IVR11_20157500226NUC4A vue du bas relief L'Automne IVR11_20157500225NUC4A vue du bas relief L'Eté IVR11_20157500227NUC4A
  • 4 bas-reliefs : les saisons
    4 bas-reliefs : les saisons Bry-sur-Marne - en ville
    Dénominations :
    bas-relief
    Titre courant :
    4 bas-reliefs : les saisons
    Illustration :
    Le Printemps. IVR11_19859400843X
  • Bas-relief : la Seine et la Marne
    Bas-relief : la Seine et la Marne Melun - 19 rue du Château - en ville
    Historique :
    Ce bas-relief symbolisant le département de Seine-et-Marne a été sculpté par Albert Bouquillon pour
    Dénominations :
    bas-relief
    Représentations :
    . De la main gauche, elles soutiennent le sigle RF.
    Titre courant :
    Bas-relief : la Seine et la Marne
  • Ensemble de 2 bas-reliefs: la Pensée et l'Action.
    Ensemble de 2 bas-reliefs: la Pensée et l'Action. Paris 14e arrondissement - 26 rue Mouton Duvernet
    Historique :
    Réalisés au moment de la construction de la mairie annexe en 1936, ces deux bas-reliefs sont placés sur les ailes de la façade donnant sur le square Ferdinand Brunot. La contribution de Raymond Delamarre au décor de cet édifice est mentionné dans le rapport définitif des travaux de 1936 rédigé par
    Dénominations :
    bas-relief
    Description :
    Le bas-relief La Pensée surmonte une porte monumentale composée de deux jambages et d'un fronton , entouré de personnages représentant les arts, la science la philosophie. Le bas-relief intitulé L'Action l'emplacement d'une seconde entrée primitivement prévue à cet endroit. Ce bas-relief est composé selon le même carré dans lequel il s'intègre. Ce bas-relief représente un large visage serein aux yeux grands ouverts ou l'attention. Les personnages qui l'entourent évoquent l’artisanat, l'agriculture, le monde ouvrier
    Titre courant :
    Ensemble de 2 bas-reliefs: la Pensée et l'Action.
    Illustration :
    Bas relief de droite : La Pensée IVR11_20157500296NUC4A Bas relief de gauche : L'Action IVR11_20157500297NUC4A
  • ensemble de 4 bas-reliefs : la Moisson, les Labours, Loisirs en forêt, Hallali
    ensemble de 4 bas-reliefs : la Moisson, les Labours, Loisirs en forêt, Hallali Melun - 12 rue Saints-Pères (des) - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature : Pascal Boureille, dans l'angle inférieur droit des bas-reliefs.
    Historique :
    Ces quatre bas-reliefs de Pascal Boureille, illustrant des scènes liées aux paysages de Seine-et
    Dénominations :
    bas-relief
    Représentations :
    bas-reliefs de la façade orientale sont consacrés à l'agriculture. L'un représente les Labours : au centre, deux hommes entraînent deux chevaux de trait attelés à la charrue. Dans le fond apparaissent un tracteur, à gauche, et un semeur, à droite. L'autre bas-relief montre la Moisson. Sur la façade sud, les
    Titre courant :
    ensemble de 4 bas-reliefs : la Moisson, les Labours, Loisirs en forêt, Hallali
    Illustration :
    Bas-relief de Boureille, sur la façade orientale du bâtiment des années 1950. IVR11_20057700467XA Bas-relief de Boureille, sur la façade orientale du bâtiment des années 1950. IVR11_20057700465XA Bas-relief de Pascal Boureille (1951), sur la façade sud du bâtiment des années 1950 Bas-relief de Pascal Boureille (1951), sur la façade sud du bâtiment des années 1950
  • Ensemble de six médaillons
    Ensemble de six médaillons Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Inscriptions & marques :
    Le médaillon de saint Paul est signé et daté : C. Alexandre fecit, 1698. Celui de saint Jérôme
    Historique :
    , traités en bas-reliefs et traditionnellement identifiés comme apôtres, mais dont certains pourraient être des Pères de l'Eglise. Le médaillon de saint Paul est signé et daté : C. Alexandre fecit, 1698. Celui de saint Jérôme (?) porte l'inscription François Jacquot de Tillest, 1676. Ces bas-reliefs médaillons de marbre représentant la Vierge et le Christ, aujourd'hui disparus. L'église de Champdeuil conserve quatre bas-reliefs comparables à ceux de Saint-Aspais, et datés de 1673. Les médaillons de (musée du Louvre et église Notre-Dame de Versailles), plus particulièrement Regnaudin, Le Conte et Lespagnandelle (actif à Vaux-le-Vicomte).
    Matériaux :
    marbre taillé décor en bas-relief blanc
    Dénominations :
    bas-relief
    Représentations :
    figures apostoliques : on reconnaît de haut en bas saint Paul (avec l'épée), saint Simon (avec la scie) et (en bas, évêque avec livres et plume).
    Description :
    Ensemble de six médaillons de marbre blanc, sculptés en bas et demi-relief, et entourés d'un cadre
  • Médaillon : Jeanne d'Arc
    Médaillon : Jeanne d'Arc Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscriptions identifiant le sujet de ce médaillon : Jeanne d'Arc, Souvenir de la délivrance de
    Historique :
    En 1868, Le sculpteur Henri Chapu (Le Mée, 1833-Paris, 1891) offre à la ville ce médaillon , commémorant le passage de Jeanne d'Arc à Melun en avril 1430. L'oeuvre est inaugurée le 9 août 1868
    Dénominations :
    bas-relief
    Illustration :
    Vue du bas-relief de la façade orientale, commémorant le passage de Jeanne d'Arc à Melun
  • Les Bas quartiers
    Les Bas quartiers Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Historique :
    passées et prévoit le recensement des logements insalubres car dans ces bas-quartiers « existent de La préoccupation d’assainir les bas quartiers de la ville se fait jour au conseil municipal de , l’avait démoli et le long de cette rue avait construit des bains-douches et une H.B.M. de huit logements urbaniste en chef du département lors d’une conférence faite le 21 janvier 1941 à la préfecture de Seine-et -Oise. Cette demande est suivie d’effets et lors d’une séance extraordinaire du 16 avril 1941, le donne puisque ce sont les îlots qui ont été détruits par les bombardements. Le reconstruction terminée , le 26 février 1957 le conseil municipal décide de procéder à l'achèvement de l’opération de rénovation des bas quartiers qui est confiée à la SEMICLE. Une enquête démographique, économique et sociale le 18 août 1959, il concerne tous les îlots insalubres subsistants et prévoit la construction de 327 logements HLM. L’enquête a lieu entre le 26 janvier et le 11 février 1959 sous la direction du commissaire
    Description :
    Les bas quartiers étaient des quartiers populaires composés de maisons de bourg de tailles plutôt modestes, comme le montrent les plans et photographies de l'enquête réalisée en 1941 qui ont été conservés
    Titre courant :
    Les Bas quartiers
    Appellations :
    Les Bas quartiers
    Texte libre :
    A Mantes-la-Jolie, les "Bas Quartiers" ont fait l'objet d'une campagne de résorption de l'habitat d'Athènes au centre de la ville. Deux autres dossiers ont été ouverts pour traiter des ces opérations : le
    Illustration :
    Plan des Bas quartiers non bombardés. 1945. (AN Cabinet et services rattachés au Ministre chargé de Les Bas quartiers : au premier plan la partie bombardée et au second celle reconstruite en 1960 Vue des Bas quartiers après les bombardements et dégagement des gravats. On distingue nettement que tous les Bas quartiers n'ont pas été détruits. (Fonds Henrard) IVR11_19857800160N Vue d'ensemble des bas-quartiers non détruits après les bombardements. (Fonds CREDOP. Cliché Bertin Vue de la couture entre les quartiers anciens et les Bas quartiers reconstruits en 1960 Les bas quartiers au devant de la collégiale. (Fonds Bertin). IVR11_20177800636NUC2B Les bas quartiers en cours de reconstruction. Au second plan, la partie non détruite par les Les bas quartiers sous la collégiale. (Fonds Bertin). IVR11_20177800623NUC2B Les bas quartiers en cours de destruction. (Fonds Bertin). IVR11_20177800650NUC2B
  • Ensemble des sculptures du monument aux morts de la Première guerre mondiale
    Ensemble des sculptures du monument aux morts de la Première guerre mondiale Melun - quai Maréchal-Foch - en ville
    Historique :
    (Fontainebleau)... Le choix de la ville se porte sur Jean-René Carrière, domicilié à Paris (182 rue de l'Université) et dans le parc de Saint-Maur. Le groupe sculpté est exécuté en 1923. Le monument est inauguré en
    Dénominations :
    bas-relief
    Représentations :
    sculpté au sommet du monument : une mère embrasse son enfant, vêtu en poilu et prêt au départ. Bas-relief sur la face antérieure du socle : la tranchée. Bas-relief sur la face postérieure : scène allégorique
    Description :
    Le monument se compose d'un socle orné de deux bas-reliefs en relief méplat, surmonté d'un groupe
    Illustration :
    Vue du bas-relief de la face postérieure. IVR11_20027700773X Bas-relief de l'élévation ouest. IVR11_20037700624X
  • Ensemble du décor d'architecture : 1 bas-relief et 8 mascarons
    Ensemble du décor d'architecture : 1 bas-relief et 8 mascarons Mantes-la-Jolie - en ville
    Historique :
    Le décor sculpté de la façade sur cour est contemporain de l'édification de l'hôtel, autour de 1720.
    Dénominations :
    bas-relief
    Description :
    Le décor de la façade comporte un bas-relief dans le fronton central représentant la justice dont on reconnait les attributs : la balance et le glaive. Par ailleurs les mascarons représentent soit les quatres saisons (l'hiver est un vieillard barbu, le printemps une femme avec des fleurs dans les , Minerve, Diane et peut-être Junon. Le mascaron surmontant la porte d'entrée et représentant une femme
    Titre courant :
    Ensemble du décor d'architecture : 1 bas-relief et 8 mascarons
    Illustration :
    Bas relief représentant la Justice. IVR11_20177800805NUC4A Le Printemps. IVR11_20177800809NUC4A Le corps central comporte 4 agrafes et 4 mascarons. IVR11_20177800799NUC4A Le mascaron central du premier étage représente Minerve. IVR11_20177800806NUC4A
1 2 3 4 32 Suivant