Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 20 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cité Descartes
    Cité Descartes Champs-sur-Marne
    Historique :
    Ile-de-France prévoyait sur ce terrain, dit de la Haute-Maison. Mais dans le cadre du plan de relance deux sites de l'Université de Marne-la-Vallée, l'autre se développant à Val d'Europe. L'architecture
    Description :
    avant les coteaux de la Marne, et l'autoroute A4 au Sud. Il présente des voies bordées de platanes
    Localisation :
    Champs-sur-Marne
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
    Texte libre :
    La Cité Descartes est le "cluster" universitaire de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, à l'est Patrimoines et Inventaire de la région Île-de-France et le CAUE de Seine-et-Marne. Cette première enquête constitue l'étape préliminaire à une étude thématique sur le patrimoine universitaire francilien du XXe
  • île de loisirs de Vaires-Torcy
    île de loisirs de Vaires-Torcy Vaires-sur-Marne - île de loisirs de Vaires - route de Torcy - isolé - Cadastre : 2014 AK 3
    Historique :
    L’île de loisirs de Vaires-Torcy est aménagée sur le site d’une ancienne exploitation industrielle Morillon-Corvol. La partie située sur la commune de Torcy a été la première aménagée : elle a ouvert en 1980. Celle située sur la commune de Vaires a été inaugurée en 1990. Sur le site sont conservés deux actuellement en cours sur la base nautique de Vaires.
    Description :
    L'île de loisirs de Vaires-Torcy comprend deux parties. A l'est, la base de Torcy se développe sur artificielle. A l'ouest, séparé de la première partie par une route et par la Marne, s'étend la base nautique de Vaires, sur 200 ha, autour d'un vaste plan d'eau de 90 ha où se pratiquent divers sports nautiques (aviron, canoe-kayak, planche à voile...). Le site, à cheval sur les communes de vaires et de Chelles, est
    Localisation :
    Vaires-sur-Marne - île de loisirs de Vaires - route de Torcy - isolé - Cadastre : 2014 AK 3
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
    Illustration :
    Vue panoramique sur le lac de Vaires et la terrasse du bâtiment principal, depuis la tour d'arrivée Vue panoramique sur la partie nord de la base de Vaires, depuis le sommet de la tour d'arrivée Vue panoramique sur la partie nord du site de Vaires, depuis le sommet de la tour d'arrivée Vue panoramique sur la partie orientale du site de Vaires, depuis la tour d'arrivée Vue panoramique sur la partie orientale du site de Vaires, depuis la tour d'arrivée Vue panoramique sur la partie orientale du site de Vaires, depuis la tour d'arrivée Vue sur le lac de Vaires, depuis la rampe au pied du bâtiment de l'UCPA. IVR11_20157700217NUC4A La "maison du projet", lieu d'exposition du projet d'aménagement en cours sur le site de Vaires Les pontons sur la berge orientale du lac de Vaires. Dans le fond, à droite, la tour d'arrivée et Embarcations sur le lac de Vaires. Dans le fond, la chocolaterie Menier à Noisiel
  • université de Marne-la-Vallée : bâtiments Rabelais et Lavoisier
    université de Marne-la-Vallée : bâtiments Rabelais et Lavoisier Champs-sur-Marne
    Historique :
    "François Rabelais" et "Antoine de Lavoisier" sont deux bâtiments voisins de l'Université de Marne
    Description :
    Le bâtiment Rabelais présente une élévation très originale. Sur un soubassement massif en béton , surmontée d'une toiture débordante en forme d'aile d'avion. La façade sur le boulevard Descartes est courbe
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - boulevard Descartes rue Galilée - en ville - Cadastre : 2007 AM 203
    Titre courant :
    université de Marne-la-Vallée : bâtiments Rabelais et Lavoisier
    Appellations :
    de Marne-la-Vallée, bâtiments Rabelais et Lavoisier
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • Ecole des ponts et ENSG
    Ecole des ponts et ENSG Champs-sur-Marne
    Historique :
    émanation de l'I.G.N. La double image de visage humain de profil gravée sur le verre transparent des façades
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - Cité Descartes - 6-8 avenue Blaise Pascal - en ville - Cadastre : 2007 AM 36
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • CFA Descartes
    CFA Descartes Champs-sur-Marne
    Description :
    sur la rue Galilée sont de plan triangulaire. Les façades présentent un soubassement de béton à parement de brique et des étages ou (étages d'attique) à panneaux de verre teinté réfléchissant, sur une
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - Cité Descartes - 4-6 allée Kepler - en ville - Cadastre : 2007 AM 118-138
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • ENPC : bâtiment Coriolis
    ENPC : bâtiment Coriolis Champs-sur-Marne
    Historique :
    ParisTech. Il constitue un pôle de recherche sur la maîtrise énergétique des bâtiments et héberge trois
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - Cité Descartes - 6-8 avenue Blaise Pascal - en ville - Cadastre : 2007 AM 209
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • Espace Bienvenüe
    Espace Bienvenüe Champs-sur-Marne
    Historique :
    "L'Espace Bienvenüe" a été édifié sur les plans de l'architecte Jean-Philippe Pargade et du (Laboratoire Central des Ponts et Chaussées) et de l’INRETS (Institut National de Recherches sur les
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - Cité Descartes - 14 boulevard Newton - en ville - Cadastre : 2007 AM 284
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • ESIEE
    ESIEE Champs-sur-Marne - Cité Descartes - 2 boulevard Blaise Pascal - en ville - Cadastre : 2007 AM 21
    Historique :
    installation sur le futur technopôle de la Cité Descartes dès 1983. En 1983 est lancé le concours °362, 1985). En 1992 est installé sur le rond-point, face à l'entrée principale l'ESIEE, la sculpture
    Description :
    couverture sur l'ossature, un vide étant ménagé pour jouer le rôle de tampon thermique. Les tuiles de polyester blanc (6 m sur 1,20 m) sont disposées en couches superposées (gelcoat, résine, tissus de verre non autoporteurs collés sur l'ossature métallique, donnant aux surfaces vitrées une certaine raideur. La toile en une architecture audacieuse : l'alignement sur la rue étant obligatoire, la transgression développe sa thématique innovante de la ville enveloppée en créant une impression de fermeture sur
    Localisation :
    Champs-sur-Marne - Cité Descartes - 2 boulevard Blaise Pascal - en ville - Cadastre : 2007 AM 21
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • portail du Couronnement de la Vierge
    portail du Couronnement de la Vierge Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Historique :
    Villeneuve-l'Archevêque (vers 1240), en plus réduit. Sur le plan stylistique, le traitement très doux des
    Représentations :
    Le Christ et la Vierge sont tous deux assis sur un trône commun, orné d'arcatures. Ils sont
    Description :
    La décoration du portail latéral est concentrée sur le tympan, qui représente le Couronnement de la
    Emplacement dans l'édifice :
    sur le mur sud de la nef
    Annexe :
    Documentation sur le portail du Couronnement de la Vierge de Rampillon Bibliographie - J. Förstel , « L’église Saint-Eliphe de Rampillon », Congrès archéologique de Seine-et-Marne (à paraître). - W
    Texte libre :
    Le petit portail ouvert sur le flanc sud de la nef est orné d'un tympan sculpté représentant le
  • statue de la Vierge à l'Enfant avec son retable
    statue de la Vierge à l'Enfant avec son retable Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Représentations :
    sur le bras droit, qui forme une sorte de tablier sur le devant du corps et s'achève en volutes sur la voile de sa mère. Sur les volets du retable figurent des épisodes de l'Enfance du Christ. A l'origine
    Annexe :
    Documentation sur la Vierge à l'Enfant de Rampillon Sources d’archives Médiathèque de Trésors sacrés, trésors cachés. Patrimoine des églises de Seine-et-Marne, Paris : musée du Luxembourg, 10 septembre-30 octobre 1988, Melun : Comité départemental du patrimoine de Seine-et-Marne, 1988, p. 170. - A de la Vierge et l’Enfant. Le XIVe siècle en Seine-et-Marne, Paris : éditions du Chêne, 1995, p. 44-46 , « Réflexions sur la sculpture parisienne à l’époque de Saint Louis et de Philippe le Bel », Revue de l’Art, n /f25.image.r=Rampillon.langFR - sur un détail du retable, la légende apocryphe du Miracle de la
  • regard photographique sur les paysages de la Plaine de France.
    regard photographique sur les paysages de la Plaine de France. Bonneuil-en-France
    Localisation :
    Chennevières-lès-Louvres
    Titre courant :
    regard photographique sur les paysages de la Plaine de France.
    Texte libre :
    travail veut donner à voir ce mélange indistinct, à grande échelle et sur un relief peu accidenté, de cette crise. Il est intéressant dès lors, sur ce territoire éminemment stratégique pour l'avenir de l'Ile-de-France et dans le sillage des questionnements publics sur son aménagement, de s'attacher à paysage contemporain, cet espace de la Plaine de France fut le lieu d'une recherche sur les signes, la (95) et quelques communes du nord des départements de Seine-Saint-Denis (93) et de Seine-et-Marne (77).
    Illustration :
    95, Chennevières-lès-Louvres. Champs et au fond, le clocher de Louvres. IVR11_20129500070NUC4A 95, Chennevières-lès-Louvres. Champs et avion. IVR11_20129500074NUC4A 95, Chennevières-lès-Louvres. Champs et avion. IVR11_20129500075NUC4A 95, Chennevières-lès-Louvres. Champs et avion. IVR11_20129500076NUC4A 95, Chennevières-lès-Louvres. Champs et avion. IVR11_20129500077NUC4A 95, Chennevières-lès-Louvres. Champs, ligne TGV et au fond, la plateforme aéroportuaire 95, Chennevières-lès-Louvres. Croisement de chemin, petit bois et dechets. IVR11_20129500078NUC4A 95, Chennevières-lès-Louvres. Tas de blé. IVR11_20129500071NUC4A 95, Chennevières-lès-Louvres. Tas de blé. IVR11_20129500079NUC4A 95, Chennevières-lès-Louvres. Tas de branches mortes. IVR11_20129500080NUC4A
  • portail du Jugement Dernier
    portail du Jugement Dernier Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Représentations :
    par deux dragons. Dans les ébrasements : le collège apostolique. Sur l'arcature abritant ces statues Temple et une scène non identifiée avec un personnage assis (Jugement de Salomon?). Sur l'arcature basse
    Description :
    mais se développe aussi sur les murs latéraux. Alors que l'église est construite avec un grès local, le
    Emplacement dans l'édifice :
    sur la façade occidentale
    Dimension :
    = 44. Hauteur totale du décor sur les piédroits (statues d'apôtres, frise du calendrier et arcatures
    Annexe :
    l’album Le département de la Seine-et-Marne, 1921-1923 (sur Gallica) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148 Documentation sur le portail du Jugement Dernier de Rampillon Sources d’archives Médiathèque de . 259-272. - F. Boudon et J. Moulin, « Seine-et-Marne. Rampillon, restauration du portail occidental de , Turnhout : Brepols, 2007, p. 393-411. - F. Louveaux, L’église de Rampillon (Seine-et-Marne). Sa direction de L. Grodecki, Paris, 1969. - Ch. Oulmont, «Notes sur l’église de Rampillon », Revue , sourire de l’âme », Monuments et sites de Seine-et-Marne, n°30, 1998. Liens web - Photographies /btv1b31000914/f12.item.r=Rampillon (et photos suivantes) - Sur la restauration du portail en 1991 : http ://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bulmo_0007-473x_1992_num_150_1_4404 - Sur une comparaison du
    Illustration :
    Détail de la tête du saint au trumeau, sur fond des sculptures du tympan et de la première voussure Ebrasements du portail, côté sud : statues d'apôtres dans des niches, sur un soubassement de bas Ebrasements du portail, côté nord : statues d'apôtres dans des niches, sur un soubassement de bas Les 3e, 4e et 5e apôtres de l'ébrasement nord : à droite, saint Pierre ; à gauche, apôtre sur le
  • ensemble de deux bas-reliefs : Enfer et Paradis
    ensemble de deux bas-reliefs : Enfer et Paradis Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Représentations :
    Sur le premier bas-relief, un groupe d'élus, couronnés, prie dans le jardin du Paradis, sous une arcature trilobée encadrée par deux anges. Sur l'autre, quatre damnés nus et enchaînés (à droite) sont
    Annexe :
    Documentation sur l'Enfer et le Paradis de Rampillon Bibliographie - G. Berger-Jobez Rampillon (Seine-et-Marne). Sa décoration peinte et sculptée, mémoire de maîtrise en histoire de l’art et , « Rampillon, sourire de l’âme », Monuments et sites de Seine-et-Marne, n°30, 1998, p. 49-52.
  • église paroissiale Saint-Eliphe
    église paroissiale Saint-Eliphe Rampillon - place de la Commanderie - en ville - Cadastre : 2000 C 50
    Historique :
    vont généralement par trois, sauf sur le côté nord des deux travées orientales déjà citées, où l'on a
    Annexe :
    Sources d’archives Archives départementales de Seine-et-Marne - H 716 à 722 Archives nationales -S de Seine-et-Marne, Paris, 1858, p. 150-151. - G. Berger-Jobez, L’architecture religieuse dans les Rampillon », Congrès archéologique de Seine-et-Marne (à paraître). - J.-P. Fournier, « Fouille de , p. 543-546. - A.-M. Legras, L'Enquête pontificale de 1373 sur l'Ordre des Hospitaliers de Saint . Lhuillier, Notice historique sur Rampillon, Meaux : Le Blondel, 1887 ; reprise dans Notre Département : la Seine-et-Marne, n° 2, août-septembre 1988, p. 3-9. - F. Louveaux, L’église de Rampillon (Seine-et-Marne . 33. - Ch. Oulmont, «Notes sur l’église de Rampillon », Revue archéologique, 1912, p. 313-318. - C .-C. Perrot, « Esquisses sur les Templiers et les Hospitaliers », La revue de Moret et de sa région Groupement archéologique de Seine-et-Marne, n°22, 1981, p. 115-116. - J. Schelstraete, « Rampillon, sourire de l’âme », Monuments et sites de Seine-et-Marne, n°30, 1998. - A. Timbert, « Rampillon », dans
    Illustration :
    Plaque de fondation d'obit par Nicolas du Rouët et Louise Camus son épouse (1760), sur le pilier
  • aqueduc Médicis
    aqueduc Médicis Rungis
    Annexe :
    IA00141350 - Synthèse de l'étude sur l'aqueduc Médicis L’aqueduc Médicis Le regard de la maison du 57 mètres, après avoir traversé le pont-aqueduc d’Arcueil, sur le tracé établi par les Romains . Effectués de 1613 à 1623, sur une idée d’Henri IV qui n’en verra pas la réalisation, puis à l’initiative de fleur de marne. L’aqueduc, construit par Jean Coing et son gendre Jean Gobelin, mesure près de treize , bordant de part et d’autre la cunette, on peut marcher à pied sec sur toute sa longueur. Sa hauteur au pas uniforme, est en moyenne de 1,4‰. Le pont-aqueduc sur la Bièvre, en pierre de taille, long de 379 quatre sur les sept construits sont encore visibles. Il s’agit, outre le vingt-septième, du vingt-sixième reconstruction, datant de la fin des années 1990, faite sur le modèle du vingt-cinquième, au moment de
    Texte libre :
    L'année 2013 a marqué le 400e anniversaire de l'aqueduc Médicis construit sur ordre de Catherine de Médicis afin d'amener à Paris les eaux de source captées à Rungis et aux alentours. Sur le trajet de en 1996 d'un dossier d'inventaire IA94000310 aqueduc des eaux de Rungis, consultable sur la base
    Illustration :
    Rungis, Ecoliers (passage des). Vue sur détail du regard I : numéro gravé sur le linteau de la Rungis, Ecoliers (passage des). Vue sur le lanterneau du regard I avec ses quatre occuli et son Rungis, Ecoliers (passage des). Intérieur du regard I : vue sur le bassin et les départs de Rungis, Ecoliers (passage des). Vue sur le bassin du regard I depuis la galerie aval de l'aqueduc Rungis, Ecoliers (passage des). Vue sur le bassin et la galerie amont depuis la galerie aval au Rungis, Aqueduc (promenade de ). Graffiti d'une nef dans sur le mur de la chambre du regard II Fresnes. Vue sur cheminée entre le regard II et III, avec des traces de corde pour descendre ou Fresnes, Chemin des Otages (rond-point du). Vue sur le regard III. IVR11_20129400082NUC4A Fresnes, Chemin des Otages (rond-point du). Vue sur le regard III : angle sud-ouest Fresnes, Chemin des Otages (rond-point du). Vue sur le regard III avec son lanterneau et acrotère
  • cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin
    cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Historique :
    Bonneuil-sur-Marne, Charenton-le-Pont, Créteil, Joinville-le-Pont, Maisons-Alfort, Saint-Maur-des-Fossés et Saint-Maurice (Nogent-sur-Marne ne rejoindra le syndicat qu'après l'ouverture du cimetière et la commune situé à Créteil, sur les coteaux du Mont-Mesly et est désigné dans le plan d'aménagement intercommunal n degrés s'étageant sur 4 niveaux, pour répondre à la dénivellation du terrain. Il prévoit l'installation , de 40 h, situé au sud du cimetière de Limeil-Brevannes, sur les territoires de Valenton, Limeil et , Auzelle (associé à André Mahe sur le dossier et à Hector Patriotis pour l'exécution), rend son avant
    Référence documentaire :
    et l'urbanisme funéraires parisiens à l'ère des métropoles. Regard sur l’œuvre et la pensée de Robert Mur vivant "Vers l'éternité. Cimetière intercommunal de la Fontaine Saint-Martin sur les
    Description :
    espaces d'inhumation, entourés de verdure et de plantations les isolant les uns des autres, sur la base , sont regroupés sur un espace dallé (B). Auzelle apporte un soin particulier au dessin des bâtiments de et fait réaliser quelques exemples de tombes. Faute de consensus sur cet objectif de cohérence et d'esthétique ainsi que d'assise légale, la restriction est abandonnée. Aujourd'hui le cimetière qui s'étend sur
    Illustration :
    Plan localisant le premier projet de cimetière, sur le territoire de Créteil (aujourd'hui le long Esquisse en couleurs sur calque, non signée, non datée. Schéma d'implantation des différents Coupe esquissée sur calque, non datée, non signée. Coupe esquissée, option A, pour la salle des Coupe esquissée sur calque, non datée, non signée. Coupe esquissée, option B, pour la salle des sur ce plan, Auzelle réservant les arbres de hautes tiges, en périphérie de l'équipement ou délimitant Vue intérieure d'ensemble de la salle de cérémonie. A gauche, cinq éléments abaissés, sur les six
  • Fort de Cormeilles-en-Parisis
    Fort de Cormeilles-en-Parisis Cormeilles-en-Parisis - La Montagne - rue du Fort - isolé - Cadastre :
    Description :
    irrégulier, comme la plupart des ouvrages du système Séré de Rivières. Il est flanqué d'ouest en est, sur batterie B de la Borne de Marne, la batterie C de l'Etang, la batterie des Cotillons, la batterie D du Rond . L'entrée du fort s'effectue au sud, sur la gorge. Après avoir franchi la contrescarpe et le corps de garde sur des culots sculptés, contraste volontairement travaillé entre l'appareil en pierre de taille du , sur laquelle donne la caserne de la troupe, couverte d'un épais matelas de terre. Elle pouvait héberger jusqu'à 1096 soldats. Son élévation, également ordonnancée, se développe sur trois niveaux et onze nord-est du fort, sur le front de tête, se trouve une caponnière, en saillie sur l'escarpement et en
    Illustration :
    Porte d'entrée du fort, sur la gorge, au sud-est du site. IVR11_20119500201NUC4A Détail de la fresque et des graffitis sur l'un des murs-pignons intérieurs du "hangar des harkis
  • Bains douches de la rue de la Bidassoa
    Bains douches de la rue de la Bidassoa Paris - 27 rue de la Bidassoa - en ville - Cadastre : 2016 CB 22
    Historique :
    , déjà co-auteur des bains-douches de la rue de Buzenval (Paris, 20e) (1927). Sur un îlot triangulaire élèves. Achevés en dernier, les bains-douches comportent soixante-quatre cabines réparties sur deux donne sur l’entrée. Les espaces d’accueil et de circulation sont particulièrement développés dans
    Illustration :
    ), située à Ecuelles, aujourd'hui sur la commune de Moret-Loing-et-Orvanne (Seine-et-Marne). Cette société
  • les maisons d'Elisabethville
    les maisons d'Elisabethville Aubergenville - Elisabethville
    Description :
    Les maisons en meulière sont très peu nombreuses (10 sur 172), de même que les maisons en brique (4 ) sur 172). L'essentiel des maisons est en matériau inconnu (probablement béton) recouvert d'un enduit
    Texte libre :
    le toit qui rassemble l’essentiel du décor, par sa forme, ses tuiles en écaille sur le brisis, son présente une légère variante sur la forme des fenêtres du rez-de-chaussée. Ces maisons faisaient sans doute regroupement du bâti sur la limite mitoyenne dégage largement les jardins. On retrouve dans ces maisons les -croupes, ainsi que plusieurs doubles-pignons accolés que l’on voit en grand nombre sur la photographie pan-de-bois, toujours présent, est mis en œuvre, avec plus de raffinement, sur de larges pignons
    Illustration :
    Façade sur jardin de la maison de notable "les Chênes", 13 avenue du Maréchal-Joffre. Architectes Maison, 7, avenue de la Marne. Variante "néonomrmande" des années trente avec une façade en Maison, 7, avenue de la Marne. Vue d'ensemble de la maison. IVR11_20147800233NUC4A Maison, 7, avenue de la Marne. Détail de la porte d'entrée. IVR11_20147800292NUC4A Maison,4 avenue de la Marne. IVR11_20147800286NUC4A Maison,4 avenue de la Marne. Détail de la ferronnerie, motif des années 60 unique à Elisabethville Modèle de barrière en ciment, 21 avenue de la Marne. IVR11_20147800234NUC4A
  • station de villégiature d'Elisabethville
    station de villégiature d'Elisabethville Aubergenville - Elisabethville
    Historique :
    Elisabethville-sur-Seine est utilisée. La construction des villas devra être faite par la société le Home sise à
    Illustration :
    Plan d'Aubergenville sur lequel sont distingués trois secteurs. Plan, 1925. (AM Aubergenville Plan d'Aubergenville sur lequel sont distingués les secteurs des coteaux et des sports et le plan Affiche publicitaire sur Elisabethville. Affiche, 1928. (AM Aubergenville). IVR11_20137800202NUC4A Avenue de la Marne. Carte postale, vers 1928. (AM Aubergenville). IVR11_20137800214NUC4A
1