Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 599 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • maître-autel
    maître-autel Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    travaux de réaménagement du sanctuaire, ordonnés par le cardinal Henri de Bissy. Il fut alors remplacé par -autel fut consacré le 25 juin 1726 par le cardinal de Bissy, qui en avait assumé les frais. La jusqu’à la Révolution le principe de la suspense eucharistique, réalisée en 1727 par le même Gaignart ou Caignart, auteur du médaillon de l’autel représentant la lapidation de saint Etienne.
    Représentations :
    lapidation de saint Etienne diacre Le médaillon central représente la Lapidation de saint Etienne, patron de la cathédrale de Meaux . Le saint, au centre, revêtu de ses habits de diacre, est entouré par cinq hommes qui lui jettent des divine, au-dessus de saint Etienne.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Le maître-autel est constitué d'un massif en maçonnerie sur lequel sont plaqués des marbres de couleurs diverses : blanc veiné (fond), rouge (moulures), vert, conglomérat. Le centre de la face
    Auteur :
    [commanditaire] Bissy, de Henri
    États conservations :
    Revers en état moyen, il manque notamment une partie de la corniche supérieure.
    Texte libre :
    cardinal de Bissy au XVIIIe siècle. Il est surmonté d'un tabernacle plus tardif, exécuté au XIXe siècle Le maître-autel de la cathédrale de Meaux s'intègre dans la réfection du sanctuaire menée par le
    Illustration :
    Dessin du maître-autel par l'architecte Dupont, juin 1834. 1834. (Médiathèque de l'architecture et Vue générale, avec les degrés conduisant au maître-autel et les deux bras de lumière néo-gothiques Le médaillon de Caignard : "Lapidation de saint Etienne", sur la face antérieure de l'autel
  • hôpital général, aujourd'hui maison des Augustines
    hôpital général, aujourd'hui maison des Augustines Meaux - 2-6 rue du Faubourg Saint-Nicolas - - Cadastre : BD 211
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Révolution. En 1732, le cardinal de Bissy achète la maison au n°2 de la rue du Faubourg-Saint-Nicolas et y L'hôpital général est fondé en 1667, en application de l'ordonnance royale du 24 avril 1662 prescrivant l'enfermement des mendiants. L'évêque de Meaux, Mgr de Ligny, loue à cette effet une maison maisons correspondant aux actuels n°4 et 6 de la rue du Faubourg Saint-Nicolas pour agrandir l'établissement. A partir de 1700, celui-ci est dirigé par les Filles de la Charité, qui l'administrent jusqu'à la bénie par l'évêque Mgr de Caussade en 1768. Après une désaffectation temporaire à la Révolution , l'établissement reprend sa fonction hospitalière. De 1802 à 1842, la chapelle sert à la fois au service de l'hôpital et à celui de la paroisse, à la suite de l'abandon de l'église Sainte-Céline. La cession de l'ancienne église des Cordeliers à la paroisse en 1837 permet de réserver la chapelle au seul service de l'hôpital une fois les travaux de restauration terminés à Saint-Nicolas. D'autre part, en 1845 l'hôpital est
    Auteur :
    [donateur] Bissy, de Henri [donateur] Ligny, de Dominique
    Destinations :
    maison de retraite
    Illustration :
    La façade de la chapelle, vue depuis la rue. IVR11_20127700833NUC4A Façade de l'immeuble au n°2, rue du Faubourg-Saint-Nicolas, intégré dans le couvent des Augustines La porte de l'immeuble au n°2, rue du Faubourg-Saint-Nicolas. IVR11_20147700281NUC4A Façade de l'immeuble au n°4-6, rue du Faubourg-Saint-Nicolas, également intégré dans le couvent des La chapelle : vue de la tribune, au nord. IVR11_20147700274NUC4A
  • monument à Henri Moissan
    monument à Henri Moissan Meaux - place Henri Moissan - - Cadastre : BR non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Au nord de l'hôtel de ville se dresse une stèle sculptée par Naoum Aronson, sculpteur d'origine russe, formé à l'Ecole des arts décoratifs (Paris), en hommage au Meldois Henri Moissan (1852-1907 ), prix Nobel de chimie en 1906. L'initiative en revint à la Société de Chimie Industrielle, en 1931. Un médaillon du même sculpteur rappelle également le souvenir d'Henri Moissan dans le vestibule du collège communal, rue Courteline (aujourd'hui lycée Henri Moissan : voir dossier IM77000479).
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [commanditaire] Société de Chimie Industrielle
    Localisation :
    Meaux - place Henri Moissan - - Cadastre : BR non cadastré
    Titre courant :
    monument à Henri Moissan
    Appellations :
    Henri Moissan
    Illustration :
    Le buste d'Henri Moissan, vu de face. IVR11_20097700267NUC4A Le buste d'Henri Moissan, vu de trois-quarts. IVR11_20097700266NUC4A Vue du bas-relief sur la face antérieure du socle : four électrique avec supports pour courants de 110 volts et 1000 ampères, invention d'Henri Moissan. Cf. la gravure publiée dans :" Le four électrique", par M. Henri Moissan, 1897, p. 10. IVR11_20097700268NUC4A Vue du bas-relief sur la face latérale droite du socle : l'électrolyseur utilisé par Henri Moissan Henri Moissan. Cf. la gravure publiée dans :" Le four électrique", par M. Henri Moissan, 1897, p. 7
  • plaque commémorative d'Henri Moissan
    plaque commémorative d'Henri Moissan Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    La plaque commémorative en l'honneur d'Henri Moissan (1852-1907), prix Nobel de chimie et ancien donateurs. Contrairement à la stèle près de l'hôtel de ville, la plaque se contente ici de représenter Henri élève du Collège communal, fut inaugurée le 4 octobre 1931. Comme le monument à Henri Moissan, élevé au même moment près de l'hôtel de ville (dossier IA77000633), la sculpture est l'oeuvre d'Aronson. Cette Courteline (voir dossiers IM77000480 et IM77000481), ainsi que les élèves morts à la guerre de 1870 et les
    Représentations :
    portrait Henri Moissan buste de profil
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    La plaque en marbre porte l'inscription : ""Henri Moissan 1852-1907, élève au collège de Meaux de 1865 à 1870. Hommage de la science, de l'industrie, de ses élèves, de ses amis. 4 octobre 1931"". Au -dessus de cette dédicace est placé le portrait du chimiste : un bas-relief rectangulaire (presque carré ) en bronze, signé et daté, le représentant de profil.
    Titre courant :
    plaque commémorative d'Henri Moissan
    Illustration :
    Plaque située dans le vestibule. Le médaillon en bronze est l'oeuvre d'Aronson et date de 1931
  • place Henri IV
    place Henri IV Meaux - Cadastre : BC, BD et BS non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    places de Meaux qui est créée. Elle fut rebaptisée "place Henri IV" en 1820. Les tanneurs qui étaient place : ces deux édifices furent finalement installés en bordure de la place Henri IV. Seul un monument La place Henri IV, ancienne place des Cordeliers, a été aménagée dans la seconde moitié du 18e concédés par la ville en 1767 à quatre entrepreneurs sous réserve de construire un bâtiment « dont la prolongement de la place, vers la Marne : la "promenade des Amourettes". C'est ainsi l'une des principales installés le long du Brasset, au nord, utilisaient une partie de la place pour y faire sécher leurs peaux . En 1845, la ville décida le nivellement définitif de la place, dont le centre était jusque-là surélevé car les terres de la "butte des Cordeliers" n'avaient pas été entièrement évacuées. La place prit d'édifices civils (le théâtre en 1841, le palais de justice en 1880) afin de conserver l'intégrité de la fut érigé au centre de la place en 1891, en l'honneur du général Raoult (voir dossier IA77000848
    Description :
    La place Henri IV est un vaste quadrilatère qui se situe à la jonction de la ville ancienne et du
    Titre courant :
    place Henri IV
    Illustration :
    Vue de l'une des maisons bordant le côté sud de la place (12, place Henri IV Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : la place Henri IV, vue du nord-ouest Jean Rose) et la place Henri IV. IVR11_20127701106NUC4A
  • maison de ville, 160 boulevard Henri-Barbusse
    maison de ville, 160 boulevard Henri-Barbusse Draveil - centre - 160 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AP 125
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Figure sur le cadastre napoléonien de 1810.
    Précision dénomination :
    maison de ville
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Draveil - centre - 160 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AP 125
    Titre courant :
    maison de ville, 160 boulevard Henri-Barbusse
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la maison. IVR11_20089100176NUC4A
  • maison de villégiature, 21 boulevard Henri-Barbusse
    maison de villégiature, 21 boulevard Henri-Barbusse Draveil - Champrosay - 21 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AV 75
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Étages :
    étage de soubassement
    Localisation :
    Draveil - Champrosay - 21 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AV 75
    Titre courant :
    maison de villégiature, 21 boulevard Henri-Barbusse
    Illustration :
    Vue de la façade arrière. IVR11_20079101802XA
  • séminaire, aujourd'hui lycée Henri Moissan
    séminaire, aujourd'hui lycée Henri Moissan Meaux - 20 cours de Verdun 65 rue Saint-Rémy - Cadastre : BP 122
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    En 1356, Jean Rose, riche bourgeois de Meaux, fonda un hôpital sur un terrain cédé par l'évêque, à l'entrée ouest de la ville. De cet hôpital subsiste la chapelle (XVIe-XVIIe siècle), étudiée en sous XVIIIe siècle par les Spiritains, de 1747 à 1776. Occupé par des magasins militaires sous la Révolution communal" de 1811 à 1816, avant d'être rendu au clergé qui restaura le séminaire. A la suite de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, les bâtiments furent affectés aux cours secondaires de jeunes filles de 1905 à 1945, puis au Lycée classique d'Etat en 1945. Le lycée Henri Moissan occupe toujours les lieux , tout en bénéficiant d'un second site avec l'ancien collège communal, à l'angle de la rue Courteline et de la rue des Ursulines (dossier IA77000645). A part la chapelle Jean Rose, ces bâtiments remontent pour l'essentiel au XVIIIe siècle, mais ils ont fait l'objet de remaniements au XIXe et au XXe siècle
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    Le lycée Henri Moissan occupe un vaste quadrilatère non loin de la gare et de la voie ferrée, entre le Cours de Verdun et la rue Saint-Remy. L'entrée principale se situe au 20 cours de Verdun, dans le étudiés ici, occupent la partie nord de la parcelle. Ils présentent une longue façade de 80 mètres sur la rue Saint-Rémy, percée de deux beaux portails du 18e siècle. A l'ouest s'élève, dans le prolongement de cette façade, la chapelle Jean Rose (sous-dossier IA77000625). A l'arrière se déploient d'autres ailes, autour d'une cour intérieure. Ces bâtiments abritent des salles de classe répartis sur trois étages, au-dessus d'un niveau de caves. Au sud-est de cet ensemble subsiste la base d'une tour appartenant à l'enceinte de la ville.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Meaux - 20 cours de Verdun 65 rue Saint-Rémy - Cadastre : BP 122
    Titre courant :
    séminaire, aujourd'hui lycée Henri Moissan
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sur la rue Saint-Remy, depuis le nord-ouest. IVR11_20127700829NUC4A La façade de la rue Saint-Remy : la travée du portail oriental. IVR11_20127700830NUC4A La façade de la rue Saint-Remy : le portail central. IVR11_20127700831NUC4A La façade de la rue Saint-Remy : le fronton au-dessus du portail central, avec les trois roses (armes du fondateur de l'hôpital Jean-Rose). IVR11_20127700832NUC4A Revers de la façade de la rue Saint-Remy : la serrure de la porte occidentale Aile sud de l'ancien séminaire : élévation sud (vue prise du sud-ouest, depuis la grande cour du lycée Henri Moissan). IVR11_20127700959NUC4A Aile sud de l'ancien séminaire : élévation sud (vue prise du sud-est, depuis la grande cour du lycée Henri Moissan). IVR11_20127700960NUC4A
  • rampe d'appui, escalier des Grands Hommes de l'abbaye Sainte-Geneviève actuellement Lycée Henri IV (non étudié)
    rampe d'appui, escalier des Grands Hommes de l'abbaye Sainte-Geneviève actuellement Lycée Henri IV (non étudié) Paris 5e arrondissement - 23 rue Clovis
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'abbaye Sainte Geneviève dont la fondation remonte à Clovis a connu plusieurs phases de phases de construction sont celle du milieu du 17e siècle (deuxième cour et bibliothèque dans l'aile entre les deux cours.). En 1675 fut construit l'escalier dit "de la Vierge à l'Enfant" en pierre. En 1699 cette aile fut prolongée vers l'est. De 1720 à 1733 la bibliothèque fut agrandie et un nouvel
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    bois. Le garde corps est composé de larges panneaux symétriques à petit fleuron central alternant avec des pilastres. Le vide central est de forme barlongue : un panneau sur les petits côté et deux
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier des Grands Hommes de l'abbaye Sainte-Geneviève actuellement Lycée Henri IV
    Illustration :
    Vestibule et départ de l'escalier des Grands Hommes. IVR11_20107500036NUC4A Le première volée de l'escalier des Grands Hommes. IVR11_20107500037NUC4A Enroulement de départ et première volée de l'escalier des Grands Hommes. IVR11_20107500038NUC4A Panneaux droits et pilastres de l'escalier des Grands Hommes. IVR11_20107500039NUC4A Premier et deuxième palier de l'escalier des Grands Hommes. IVR11_20107500040NUC4A Panneau et pilastres rampants de l'escalier des Grands Hommes. IVR11_20107500041NUC4A Deuxième palier de l'escalier des Grands Hommes. Comme le premier palier, il donne sur une galerie Dernier palier de l'escalier des Grands Hommes qui conduisait à la bibliothèque dont la on aperçoit Vue en plongée du vide central de l'escalier des Grands Hommes. IVR11_20107500044NUC4A Vue de l'ancien cloître et de la tour Clovis. IVR11_20107500030NUC4A
  • rampe d'appui, escalier du Cabinet des Médailles de l'abbaye Sainte-Geneviève actuellement Lycée Henri IV (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du Cabinet des Médailles de l'abbaye Sainte-Geneviève actuellement Lycée Henri IV (non étudié) Paris 5e arrondissement - 23 rue Clovis
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'abbaye Sainte Geneviève dont la fondation remonte à Clovis a connu plusieurs phases de phases de construction sont celle du milieu du 17e siècle (deuxième cour, et bibliothèque dans l'aile entre les deux cours.). En 1675 fut construit l'escalier dit "de la Vierge à l'Enfant" en pierre. En 1699 cette aile fut prolongée vers l'est. De 1720 à 1733 la bibliothèque fut agrandie et un nouvel
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    balustres en bois sont imités de balustres en fer forgé : on trouve même la simulation de liens
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier du Cabinet des Médailles de l'abbaye Sainte-Geneviève actuellement Lycée Henri IV (non étudié)
    Illustration :
    L'escalier du Cabinet des Médailles est à balustres de bois imitant les balustres de fer: la
  • immeuble de l'architecte Henri Moreels, 12 rue du Départ
    immeuble de l'architecte Henri Moreels, 12 rue du Départ Enghien-les-Bains - 12 rue du Départ - en ville - Cadastre : 1995 AB 313
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet immeuble a été construit par l'architecte Henri Moreels pour lui même en 1920.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Les allèges et linteaux des baies sont ornés de pannneaux en bas relief de béton figurant des roses , et décor géométrique. Des chardons ornent les carreaux de grès cérame situés sur les jardinières
    Description :
    Cet immeuble de cinq travées présente une façade symétrique dont le rythme est donné par les deux travées en ressaut formées d'une superposition de bow window. L'avant dernier niveau est formé d'un balcon loggia courrant sur toute la longueur de la façade, selon un schéma souvent utilisé par l'architecte : des piliers de bois soutiennent l'auvent qui couvre la loggia donnant une vue sur le paysage.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [architecte] Moreels Henri
    Titre courant :
    immeuble de l'architecte Henri Moreels, 12 rue du Départ
    Appellations :
    de l'architecte Henri Moreels
    Illustration :
    Elévation de la façade antérieure (1920). (AM Enghien-les-Bains, 1T 66) IVR11_20099500558NUC4A Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR11_20089500294NUC4A Détail du balcon loggia de la partie haute de l'immeuble. IVR11_20089500263NUC4A Vue de la première grille et portail en ferronnerie fermant l'entrée sur la rue. De part et d'autre , sont disposées des jardinières ornées de chardons sur des carreaux de grès cérame Vue de la porte d'entrée : ouvrage de ferronnerie d'art de style Art Déco. IVR11_20089500197NUC4A Détail de la partie centrale en ferronnerie de l'un des vantaux de la porte d'entrée de l'immeuble Détail des plaques de céramique en grès flammé ornant les bacs à fleurs situés de part et d'autre de l'allée d'accès à l'immeuble. Le motif, en léger relief, figure des chardons Détail d'un panneau en bas relief de béton, orné de motifs floraux : roses et soleils, situé sur un
  • maison Les Amis de l'Homme, 108 boulevard Henri-Barbusse
    maison Les Amis de l'Homme, 108 boulevard Henri-Barbusse Draveil - Villiers - 108 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AP 33
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison entourée d'un parc de près d'un hectare fut de 1896 à 1911 la résidence de Paul Lafargue et de sa femme Laura, fille de Karl Marx. En 1930 elle est acquise par l'association philanthropique Les Amis de l'homme, fondée en 1919-1920 par Alexandre Freytag à Genève, qui la transforme et l'agrandit par l'adjonction d'un corps de bâtiment surmonté d'un dôme. Sur les murs de l'édifice, des panneaux sculptés en bas relief évoquent la doctrine de l'oeuvre, de même que les statues du bassin situé dans le parc ; à l'intérieur, le décor préexistant (pièce principale du rez-de-chaussée) a été modifié pour être mis en résonnance avec l'esprit de l'association. Ce décor a été restauré en 2006.
    Parties constituantes non étudiées :
    fabrique de jardin
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Draveil - Villiers - 108 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AP 33
    Titre courant :
    maison Les Amis de l'Homme, 108 boulevard Henri-Barbusse
    Appellations :
    Les Amis de l'Homme
    Annexe :
    Draveil, Les Amis de l'Homme. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Iconographie . Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 217. - Fontaine, René. Draveil et son
    Illustration :
    Façade principale, côté parc. La maison est déjà la propriété de la société philanthropique Les Amis de l'Homme. Carte postale, vers 1930. (Collection particulière) IVR11_20059100896XAB Vue de la façade postérieure. IVR11_20069100545VA Détail de la salle à manger : la cheminée. IVR11_20089100001NUC4A Groupe sculpté au centre de la ""Fontaine de l'amour"". IVR11_20069100551XA Détail de la ""Fontaine de l'amour"" : enfant brandissant un livre ouvert sur le nom de la fontaine Détail de la ""Fontaine de l'amour"" : deux enfants jouant sur un rocher. IVR11_20069100558XA Détail de la ""Fontaine de l'amour"" : enfant jouant sur un rocher. IVR11_20069100554XA Détail de la ""Fontaine de l'amour"" : autre vue de la même sculpture (enfant jouant sur un rocher Vue du parc, derrière le bassin : le pigeonnier et un vase de jardin. IVR11_20069100562XA
  • maison de notable dite Les Tilleuls, 85 boulevard Henri-Barbusse
    maison de notable dite Les Tilleuls, 85 boulevard Henri-Barbusse Draveil - Villiers - 85 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AR 315
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Précision dénomination :
    maison de notable
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Localisation :
    Draveil - Villiers - 85 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AR 315
    Titre courant :
    maison de notable dite Les Tilleuls, 85 boulevard Henri-Barbusse
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la maison et des communs encadrant la cour. IVR11_20079101575XA Vue de la façade principale. IVR11_20079101748XA Bâtiment des communs sur le côté droit de la cour d'entrée ; un bâtiment identique borde la cour à
  • maison de ville, 164-166 boulevard Henri-Barbusse
    maison de ville, 164-166 boulevard Henri-Barbusse Draveil - centre - 164-166 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AP 130
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Précision dénomination :
    maison de ville
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Draveil - centre - 164-166 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AP 130
    Titre courant :
    maison de ville, 164-166 boulevard Henri-Barbusse
  • villa Bétharaba, 83 boulevard Henri-Barbusse
    villa Bétharaba, 83 boulevard Henri-Barbusse Draveil - Villiers - 83 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AR 283
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Maison occupée pendant la deuxième guerre mondiale par l'Oeuvre de secours aux enfants (O.S. E .) qui recueillait des enfants juifs. De 1945 à 1986, elle sert de maison d'enfants sous le nom les Glycines. En 1986 la ville de Draveil achète la propriété et conserve la moitié du parc (4000 m2), qu'elle
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Localisation :
    Draveil - Villiers - 83 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AR 283
    Titre courant :
    villa Bétharaba, 83 boulevard Henri-Barbusse
    Annexe :
    , chemins d’antan…rues du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 216 - 217
    Illustration :
    Vue de la partie des communs située au nord-est de la maison (côté boulevard Henri-Barbusse
  • présentation du mobilier de la cathédrale de Meaux
    présentation du mobilier de la cathédrale de Meaux Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    cardinal de Bissy entreprit le remodelage complet du chœur. L’ancien maître-autel et son retable en pierre cardinal de Bissy ; ils étaient ornés d’un tableau peint l’un par Hallé, l’autre par Jean Restout. Deux La cathédrale de Meaux présente peu de traces de son décor médiéval, à l'exception des portails sculptés et de quelques vitraux anciens (IM77000292) ; les peintures murales qui se trouvaient dans la , ont essentiellement porté sur le décor intérieur. Celui-ci a en effet connu de nombreux réaménagements remédier aux outrages subis par l’édifice : à la suite du sac de la cathédrale par les protestants en 1562 , le jubé et la clôture de chœur durent être entièrement refaits. Toutefois la plupart des interventions menées à l’intérieur de la cathédrale eurent pour simple cause la dévotion des chanoines et des évêques, qui eurent à cœur d’enrichir les chapelles de tableaux, lambris et grilles. Au XVIIe siècle , plusieurs de ces commandes furent passées au peintre meldois Jean Senelle, également chargé d’orner la voûte
    Parties constituantes non étudiées :
    baiser de paix
    Auteur :
    [commanditaire] Bissy, de Henri [commanditaire] Ligny, de Dominique [commanditaire] Fontenilles, de La Roche de Antoine René
    Titre courant :
    présentation du mobilier de la cathédrale de Meaux
    Texte libre :
    de Saint-Etienne de Meaux a su conjuguer plusieurs strates d’histoire, et reflète à la fois l'évolution des goûts et celle de la liturgie.
    Illustration :
    cinq évêques déposés dans le caveau créé en 1723 : Henri de Bissy (1705-1737), Antoine René de la Roche Photographie d'un tableau conservé dans le trésor de la cathédrale en 1895, aujourd'hui disparu . Photographie, 19e siècle. Tiré de : Bulletin de la Conférence d'histoire et d'archéologie de Meaux, tome 2 Revers de la statue monumentale du Christ, haute de 2,40 m, placée en novembre 1885 au sommet du pignon sud de la cathédrale. Oeuvre du statuaire Adolphe Geoffroy-Dechaume. IVR11_20097701210NUC4A Partie supérieure de la verrière de la chapelle de la Visitation, ornée des armes royales : fleurs de lys et collier de l'ordre de Saint-Michel. IVR11_20107700147NUC4A Vue des quatre plaques de marbre apposées contre le mur nord de la 2e travée du collatéral du choeur, en mémoire des prêtres et séminaristes du diocèse de Meaux et des paroissiens de Saint-Etienne Dalle funéraire de marbre noir, placée dans le sanctuaire en 1935 pour commémorer le souvenir des
  • immeuble, 210-210bis boulevard Henri-Barbusse
    immeuble, 210-210bis boulevard Henri-Barbusse Draveil - centre - 210-210bis boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AE 473
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Localisation :
    Draveil - centre - 210-210bis boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AE 473
    Titre courant :
    immeuble, 210-210bis boulevard Henri-Barbusse
  • maison de villégiature dite propriété de M. Mourier, 8, 13ter-15 boulevard Henri-Barbuss
    maison de villégiature dite propriété de M. Mourier, 8, 13ter-15 boulevard Henri-Barbuss Draveil - Champrosay - 8, 13ter-15 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AV 10, 21 2011 AV 10, 447
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Paris. En face, de l'autre côté de la route, s'élève une dépendance à usage de laiterie.
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Edifice à corps central d'un étage carré et étage de comble encadré par deux pavillons en légère saillie à deux étages carrés et étage de comble. La laiterie est une construction en pan de bois sur rez -de-chaussée en brique, revêtue d'un toit en tuiles plates.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Draveil - Champrosay - 8, 13ter-15 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AV 10, 21
    Titre courant :
    maison de villégiature dite propriété de M. Mourier, 8, 13ter-15 boulevard Henri-Barbuss
    Appellations :
    propriété de M. Mourier
    Illustration :
    Vue générale vers 1910 : la maison et sa laiterie de l'autre côté de la route de Corbeil. Cliché pré-inventaire. (Région Ile-de-France, service patrimoines et inventaire, Cliché Pré-inventaire Vue d'ensemble de la laiterie située en face de la maison principale. IVR11_20089100498XA
  • verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral
    verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    obtiennent de Henri I comte de Champagne et Brie leurs premières chartes communales. MCLXXIX"". Signature peinte en grisaille, en bas à droite : "Société artistique de peinture sur verre. 96 rue Notre-Dame des Champs (Paris)". Titre de l'oeuvre, en bas de la verrière : ""Les habitants de Meaux
    Représentations :
    Sur la terrasse de son château, le comte de Champagne fait lire par un clerc le texte de la charte communale, en présence de la foule des habitants.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Champagne Henri le Libéral, en 1179. Certains des personnages représentés sont des portraits de L'escalier d'honneur de l'hôtel de ville est orné d'une grande verrière exécutée vers 1900 par l'atelier Champigneulle, qui prit alors le nom de "Société artistique de peinture sur verre". Il s'agit d'une verrière à sujet historique, représentant l'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de personnalités meldoises de l'époque.
    Lieu d'exécution :
    Île-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral
  • maison de villégiature dite Petit Château de Champrosay, 11ter boulevard Henri-Barbusse
    maison de villégiature dite Petit Château de Champrosay, 11ter boulevard Henri-Barbusse Draveil - Champrosay - 11ter boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AV 70
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Description :
    Maison de style néo-Louis XIII formée de trois corps de brique et pierre. Les ailes sont coiffées de toitures particulièrement pointues, qui dépassent celles du corps principal. L'aile ouest est prolongée par un corps de bâtiment de deux travées.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Draveil - Champrosay - 11ter boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AV 70
    Titre courant :
    maison de villégiature dite Petit Château de Champrosay, 11ter boulevard Henri-Barbusse
    Appellations :
    Petit Château de Champrosay
1 2 3 4 30 Suivant