Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 30 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • marché
    marché Enghien-les-Bains - rue du Marché place Verdun rue des Ecoles rue de Puisaye - en ville - Cadastre : 1995 AD 19
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    de la ville Henri Moreels en 1927. Par délibération municipale du 5 octobre 1978 il est à son tour considéré comme ne répondant plus aux exigences de la modernité et il est détruit au profit de la construction d'un nouveau marché, d'un parking et d'un ensemble immobilier de logements.
    Représentations :
    Blason aux armoiries de la ville, disposé sur le pignon central de la façade antérieure du marché.
    Description :
    Le marché est constitué de trois halles métalliques fermées sur l'extérieur par des murs de brique architectural. Les trois ouvertures sont surmontées de baies thermale et la façade antérieure et enrichie de blason de la ville et l'inscription ville d'Enghien.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - rue du Marché place Verdun rue des Ecoles rue de Puisaye - en ville
    Annexe :
    -les-Bains. 2e semestre 1979, n°44. (Centre de documentation du musée de l'Ile-de-France Sceaux) Enghien, marché. Sources et bibliographie Revue Projet de nouveau marché ouvert. In BMO Enghien
    Illustration :
    Vue de la façade antérieure du marché en 1978. (AM Enghien-les-Bains, 1T 251 Vue de la façade latérale du marché en 1978. (AM Enghien-les-Bains, 1T 251) IVR11_20099500548NUC4AB Détail de la façade arrière du marché en 1978. (AM Enghien-les-Bains, 1T 251
  • Les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains
    Les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains Enghien-les-Bains
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    totalité du corpus retenu est donc importante, mais l'intérêt de l'étude d'une ville thermale unique en île -de-France justifie cette importante sélection. Ceci permet une approche plus historique de la car l'histoire de la ville ne prend naissance que durant le deuxième quart du 19e siècle. En raison de la richesse exceptionnelle de la documentation qui a permis d'étudier nombre d'oeuvres détruites, il typologie des maisons du 19e siècle et de mieux comprendre l'évolution du bâti de la ville. D'autre part, le quelques compléments de terrain et surtout plus de recherche dans les fonds d'archives, permettant une attribution et une datation plus fine de nombreux bâtiments. Ces recherches ont ainsi permis de dégager des ensembles d'édifices construits dans la ville par un même architecte et de définir des caractères inhérents à la production de ces derniers. Celui dont la production a été la plus abondante et la plus plusieurs bâtiments de ce dernier afin de traduire sa marque dans le corpus général étudié. Le chiffre
    Murs :
    faux pan de bois pan de bois pierre de taille
    Description :
    siècle aux années 1930, période choisie pour cette étude comme étant la plus représentative de l'architecture de la ville. Pour le 19e siècle on peut signaler l'importance du corpus des maisons à trois travées enduites, des maisons de type chalet et, pour la fin du siècle, de maisons empruntant à des styles d'immeubles affichant des caractères bourgeois lié à la villégiature, un corpus de maisons 1900-1910 construites sur les grands axes de la ville établis à cette période ainsi qu'à un ensemble d'immeubles des au décor sous toutes ses formes, notamment la présence relativement abondante de décor en sgraffitte.
    Auteur :
    [architecte] Baudot Anatole de
    Annexe :
    documentation du Musée de l'Ile-de-France, Sceaux L'Architecture usuelle,1909, pp. 241-245. L'Architecture Enghien - Maisons et immeubles - Sources et bibliographie Plans, élévations et photographies de maisons ou immeubles d'Enghien-les-Bains extraits de : Monographies - GIRAULT DE SAINT-FARGEAU, Eusèbe . Guide pittoresque du voyageur en France. Paris : Firmin Didot, 1838, t. 1, p. 14. (Bibliothèque municipale de Versailles, Duhaut E 375/380) - NORMAND, Louis-Marie. Paris moderne ou choix de maisons construites dans les nouveaux quartiers de la capitale et dans ses environs. Paris : 1837-1849, 3 vol., in-4 °, 159 pl. ; t. 1 et t. 3. - L'architecture pittoresque au XIXe siècle. Recueil de villas, pavillons de campagne. Paris et ses environs. Paris : François Delarue, London-Moore, Mr Queen et Co, [ca 1880 ], 100 pl. lith. ; 37 cm, pl. 52. (Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, in fol. 90488 . Deuxième série. Maisons de campagne, villas et châteaux. Paris : Dujardin et Cie, [ca 1890], 150 pl. ; 48
    Texte libre :
    L'ensemble de l'étude sur les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains, ainsi que la publication - Liens web, en bas de page.
    Illustration :
    l'Ile-de-France, Inv. 65. 23. 5) IVR11_20069500063NUCA l'Ile-de-France, Inv. 65. 23. 6. E 3184) IVR11_20069500068NUCA quart du 20e siècle. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500015NUCB . Carte postale, 1er quart du 20e siècle. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500012NUCB Planche de quatre maisons de villégiature. Chromolithographie, 2e quart du 19e siècle. (Musée de Plan du rez-de-chaussée et élévation de la façade antérieure. Photographie. (AD Val d'Oise, 20Fi 59 Planche de quatre maisons de villégiature. Chromolithographie, 2e quart du 19e siècle. (Musée de Le chalet de Giraud à Saint-Gratien, commune de saint Gratien. Ce type de chalet, sur la commune en partie englobée par Enghien se situaient des maisons de villégiature dont ce chalet couvert de chaume qui appartient à la première génération de ces maisons pittoresques des années 1840 construites au bord du lac ou
  • maisons jumelles, 6 -10 rue Saint Louis
    maisons jumelles, 6 -10 rue Saint Louis Enghien-les-Bains - 6, 8, 10 rue Saint Louis - en ville - Cadastre : 1995 AB 226, 560
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    de gauche a été altéré par un ravalement ne respectant pas le parti initial, faussant ainsi la lecture de la globalité des deux maisons. Dans la revue L'architecture usuelle où ont été publiées les maisons en 1913-1914 sous le titre de Villas jumelles d'habitation particulière à Enghien, l'auteur souligne la qualité de son décor : depuis quelque années un mouvement se manifeste en faveur d'une décoration plus gaie. En effet on note la présence de carreaux et de cabochons de céramique, d'une frise de mosaïque dont les coloris variés ajoutent à la polychromie donnée cette fois par la mise en œuvre de décoratif est obtenu à l'aide d'un jeu de briques silico-calcaires rouges et blanches et d'un cordon de briques émaillées vertes couronnant les arcs des baies. Les frises de nénuphars insérés dans des cercles provient de l'entreprise de céramique architecturale de Choisy-le-Roi, Gilardoni et fils. L'architecte
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    Ces maisons entrent dans la typologie des maisons jumelles qui est en vogue de la fin du 19e siècle aux années 1930. Elles présentent la particularité d'être disposées selon un plan en U qui permet de régionalistes avec la demi-croupe et surtout la grande ferme cintrée de bois. Si l''ensemble des gardes-corps sont en bois, l'architecte, qui affectionne l'art de la ferronnerie, a fait usage du métal dans les
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Plans du premier et du second étage de l'édifice. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500079X maisons. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500080X Elévation des façades antérieures. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500081X Elévation des façades latérales et coupe. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500083X Elévations de la façade principale et latérales et coupe, 1912. (AM Enghien-les-Bains, 1T 225 Plan du sous-sol et du rez-de-chaussée par l'architecte Henri Moreels. Vue perspective de l'une des Vue d'ensemble des façades antérieures de la maison construite en 1912 pour Mme Lockie Détail de la plaque de faïence portant le nom de l'entrepreneur ""Nizard et fils Détail de la ferronnerie du portail. IVR11_20089500454NUC4A Détail de la frise de faïence aux motifs de fleurs de nénuphar. IVR11_20089500452NUC4A
  • mairie
    mairie Enghien-les-Bains - 57 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1995 AC 412
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    -école est achetée. Cette propriété dotée d'un grand jardin ouvrant sur la rue de Malleville possédait une pièce d'eau, une orangerie, une serre, des fabriques de jardin et de nombreux communs. Des travaux , la salle de mariage est installée dans un salon et la salle de réception dans le billard. L'extérieur de l'édifice, maison bourgeoise de brique et pierre est conservé. Mais l'édifice devient rapidement exigu et, dès 1909, germe l'idée de la construction d'une nouvelle mairie. L'architecte parisien et Enghiennois L. Duran souligne que la ville d'Enghien est très en vue par le mouvement de sa population qui en fait chaque année un véritable lieu de réunions mondiales et artistiques et propose de lancer un d'entrée donnant sur la rue et confie sa réalisation à l'entreprise de serrurerie G. Tirfoin et fils de répondre au développement considérable des services municipaux. L'architecte de la ville, Henri Moreels , présente plusieurs projets. La version adoptée est celle qui propose la construction à l'arrière de
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La première mairie avait conservé l'aspect de la maison initiale : façade antérieure avec un corps de bâtiment central encadré de deux avant corps ouverts d'une travée amortie par une lucarne. Le tout était en brique et pierre sur soubassement de meulière. Cet aspect a disparu lors des différents centrale en forme de rotonde sur les deux niveaux.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 57 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1995 AC 412
    Illustration :
    quart du 20e siècle. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500006NUCB Vue d'ensemble de la façade. Carte postale, 1er quart du 20e siècle. (Musée de l'Ile-de-France l'Ile-de-France) IVR11_20069500010NUCB Plan de la propriété Paillard dressé en 1894 à l'occasion de son acquisition par la municipalité pour être transformée en mairie. On remarque sur la droite, dans la partie supérieure, le plan masse de Dessin des grilles d'entrée du jardin de la mairie, 1912. Elévation et plan. Elle est composé d'une porte charretière et de deux guichets. (AM Enghien-les-Bains, M2) IVR11_20099500072NUC4A Projet d'agrandissement, 1932. Plan du rez-de-chaussée. (AM Enghien-les-Bains, M2 Elévation de la façade postérieure, projet d'agrandissement, 1932. (AM Enghien-les-Bains, M2 Elévation de la façade postérieure, correspondant au nouvel agrandissement, 1932. (AM Enghien-les
  • lotissement concerté du comte et de la comtesse de Chabannes
    lotissement concerté du comte et de la comtesse de Chabannes Enghien-les-Bains - 55 rue Félix Faure 47 rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1995 AD 839, 840, 841, 171
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Lotissement concerté commandé par le comte et la comtesse de Chabannes en 1924 à l'architecte Henri
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture de jardin
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Cabochons de céramique.
    Description :
    L'ensemble comporte deux immeubles de quatre étages sur les deux rues qui desservent la parcelle laniérée et quatre bâtiments intermédiaires de plan en U sur une courette. Les constructions sont en
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 55 rue Félix Faure 47 rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1995 AD 839, 840
    Titre courant :
    lotissement concerté du comte et de la comtesse de Chabannes
    Appellations :
    lotissement du comte et de la comtesse de Chabannes
    Illustration :
    Coupe et élévation de l'un des immeubles sur rue, 1924. (AM Enghien-les-Bains, 1T 19 Coupe et élévation de l'un des immeubles du lotissement. (AM Enghien-les-Bains, Fonds des autorisations de permis de construire) IVR11_20099500159NUC4A Plan des immeubles intermédiaires, 1924. (AM Enghien-les-Bains, 1T 19, autorisations de permis de Vue d'ensemble de l'immeuble donnant rue Félix Faure. IVR11_20099500512NUC4A Vue d'ensemble d'un immeuble au 47 rue de la Barre IVR11_20089500278NUC4A Détail de l'un des cabochons en céramique, ornant l'un des piliers de clôture du lotissement au
  • immeuble de madame Ballaz, 10 rue du Départ
    immeuble de madame Ballaz, 10 rue du Départ Enghien-les-Bains - 10 rue du Départ - en ville - Cadastre : 1995 AB 316
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Au dessus de la porte d'entrée figure un motif de proue de navire sur les vagues
    Description :
    Cet immeuble de quatre travées présente une façade ordonnancée avec un avant corps central encadré par des ailes ornées, au cinquième étage, par deux balcons loggias. Le décor de l'édifice a fait l'objet d'un grand soin : portail d'entrée dont les motifs se terminent par des volutes aux têtes de dragon, porte de l'immeuble ornée de fleurs de métal forgées, éléments de grès flammé aux motifs végétaux , panneaux de bas reliefs de béton, carreaux de faïence. Comme dans nombre de ses œuvres, l'architecte joue
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Titre courant :
    immeuble de madame Ballaz, 10 rue du Départ
    Appellations :
    de madame Ballaz
    Illustration :
    Détail de la partie supérieure de l'immeuble. IVR11_20089500264NUC4A Vue du portail de ferronnerie qui ferme l'accès à la rue. IVR11_20089500295NUC4A Détail du portail d'accès à l'allée conduisant vers l'entrée de l'immeuble. Motif animal : tête de dauphin ou de dragon ? IVR11_20089500296NUC4A Détail de la porte d'entrée. Travail de ferronnerie d'art : détail des feuillages de la partie Détail au deuxième étage, entre les deux baies centrales : panneau décoratif de béton orné de branches de végétaux IVR11_20089500298NUC4A Détail du quatrième niveau : la baie est encadrée de panneaux décoratifs ornés de végétaux Détail de l'un des panneaux de céramique ornant le dessus des baies du premier niveau
  • maison d'industriel, 7 rue Gounod
    maison d'industriel, 7 rue Gounod Enghien-les-Bains - 7 rue Gounod - en ville - Cadastre : 1995 AD 432
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    dirigeait avec son frère Henri l'Entreprise Nithart de constructions métalliques à Saint Gratien, commune
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Murs :
    faux pan de bois pierre de taille
    Description :
    Cette maison présente un parti original avec trois façades diversifiées. La façade principale de tout monumental faisant la hauteur de l'édifice. La façade latérale, rythmée par des baies cintrées avec chacune leur balcon orné d'un garde corps de ferronnerie présente sur la partie droite un autre porche faisant également la hauteur de la maison. On y accède par un escalier qui distribue une entrée de arrondie possède également un petit porche et un troisième accès au rez de chaussée surélevé. Balcons et loggia et leurs gardes corps sont en bois, donnant un aspect cottage à l'ensemble de l'édifice. La pierre de taille est utilisée pour les chaînages d'angle, les couronnements des baies et l'assise du rez de
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Illustration :
    Elévation des façades principale et latérale de la maison, 1925. (AM Enghien-les-Bains, 1T 134 Elévation de la façade sur jardin et coupe, 1925. (AM Enghien-les-Bains, 1T 134 Vue d'ensemble de la façade avec loggia sur la rue Gounod. Pierre, meulière et pan de bois sont conjugués par l'architecte Moreels dans un style que l'on pourrait qualifier de ""cottage"". Balcon et loggia de bois font l'originalité de cet édifice. IVR11_20099500614NUC4A Vue de la façade latérale avec porche d'entrée. Maison construite par l'architecte Henri Moreels pour l'industriel Jacques Nithart en 1925 (entreprise Nithart de constructions métalliques à Saint Vue de la façade latérale avec porche d'entrée. On remarque les baies cintrées avec balconnet
  • maison, 10 rue Gounod
    maison, 10 rue Gounod Enghien-les-Bains - 10 rue Gounod - en ville - Cadastre : 1995 AD 448
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Au dessus du porche d'entrée, est disposé un décor de carreaux de céramique turqoises et blancs dont l'agencement forme le dessin stylisé de deux cygne se faisant face, surmontés d'un motif
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Description :
    En rez de chaussée, l'édifice présente des façades diversifiées. La façade d'entrée a un porche coupé formant une avancée supportée par un massif de pierre et des consoles de brique et couverte par un toit en pavillon à pans brisés. La mise en œuvre des matériaux fait de cette maison de taille modeste un édifice soigné : l'horizontalité des niveaux est soulignée par des frises de brique formant des cottage. Le toit a conservé ses épis de faîtage de zinc et de terre cuite.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Illustration :
    Elévation de la façade antérieure, coupe et détails de plan et de l'élévation du mur de clôture Détail des carreaux de faïence au-dessus de la porte d'entrée formant un décor de mosaïque
  • immeuble de M. Blenstein, 49 rue Félix Faure
    immeuble de M. Blenstein, 49 rue Félix Faure Enghien-les-Bains - 49 rue Félix Faure sentier des Lièvres - en ville - Cadastre : 1995 AD 148
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    est présenté comme une œuvre illustrant les qualités de modernisme de son concepteur, le rattachant au contraints d'établir à l'image des styles. Situé dans l'axe de la rue, cet immeuble a une fonction urbaine des quatre finalement réalisés et augmentés d'un étage de comble. Pourtant la lutte avait été âpre : le commanditaire a voulu un immeuble de 19 mètres de haut, en contradiction avec les arrêtés demandé à Bleinstein de démolir la construction mais probablement en raison de sa situation dans l'axe de
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    L'originalité du plan réside dans la présence de l'avant corps central, à l'origine couronné d'un campanile, qui, au rez de chaussée, a permis l'aménagement d'un porche d'entrée. Les deux premiers niveaux , en meulière, servent visuellement de socle à l'ensemble de la composition en brique silico-calcaire ornée de motifs géométriques de brique rouge. Les deux travées latérales forment un léger ressaut et sont amorties par un petit balcon loggia dont le toit en auvent, de forme triangulaire est supporté par des piliers de bois, typologie fréquemment illustrée dans la production de Moreels à Enghien. Des carreaux de céramique et de cabochons ajoutent à la polychromie générale.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Titre courant :
    immeuble de M. Blenstein, 49 rue Félix Faure
    Appellations :
    de M. Blenstein
    Illustration :
    Plan du rez de chausée (juillet 1912). (AM Enghien-les-Bains, 1T 95) IVR11_20099500521NUC4A Elévation de la façade sur rue en 1912. Premier état du projet respectant les arrêtés municipaux de 1910 et 1911 sur les gabarits en fonction des largeurs de rues : l'ensemble présente trois niveaux. (AM Elévation et coupe de l'immeuble. (AM Enghien-les-Bains, Fonds des autorisations de permis de Elévation de la façade sur rue, deuxième projet : l'ensemble a quatre niveaux plus un étage de Vue d'ensemble de l'immeuble construit en 1912. IVR11_20089500474NUC4A Détail du panneau de céramique portant la signature de l'architecte Henri Moreels
  • immeuble, 12 bis boulevard d' Ormesson
    immeuble, 12 bis boulevard d' Ormesson Enghien-les-Bains - 12 bis boulevard d' Ormesson - en ville - Cadastre : 1995 AC 192
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    pomme de pin
    Description :
    façades symétriques. De part et d'autre de la travée d'angle en pan coupé, traitée comme un pavillon le décor de cet immeuble : variation sur les dessins des garde-corps, panneaux de grès flammé, décor sculpté de fleurs qui encadre les écoinçons des arcs dans lesquels s'inscrivent les fenêtres du premier étage. Ce gout du décor se retrouve dans Le hall de l'immeuble, l'un des plus ornés d'Enghien : quatre murs sont habillés d'une série de panneaux encadrés de moulures de feuillages et ponctués d'un motif de cartouche avec chute de fleurs. Au centre, deux miroirs accentuent le jeu des termes qui se démultiplient dans un nouvel espace. Sur le haut, court une frise de branches chargées de pommes de pin.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Annexe :
    , 35 avenue de ceinture. In L'Architecte, 1919, pp. 87-88, pl. 63. (Bibliothèque Nationale, Fol. V 615)
    Illustration :
    Détail de l'une des travées, au niveau des baies cintrées du premier étage : branches de rosiers et de pins, sculptés dans les écoinçons, carreaux de grès en relief ornés de feuilles de châtaigner sur Détail de l'un des garde-corps de balcon : divisé en trois panneaux en retrait ornés de cartouche de grès aux feuillages de chardon surmonté d'une arcature de mosaïque de tesselle dans les bleus irisés. On retrouve ce motif de mosaïque sur le linteau de la fenêtre située au dessous Vue de la travée de la porte d'entrée, au niveau du rez-de-chaussée et du premier niveau Vue de la porte d'entrée en ferronnerie d'art avec ornement végétal, 1926. IVR11_20089500535NUC4A Détail des motifs végétaux ornant la porte d'entrée de l'immeuble : travail de ferronnerie d'art Détail des feuilles ornant la porte d'entrée de l'immeuble : travail de ferronnerie d'art, 1926 Détail d'une volute fleurie de la porte d'entrée de l'immeuble : travail de ferronnerie d'art, 1926
  • immeuble, 28 rue Paul Delinge
    immeuble, 28 rue Paul Delinge Enghien-les-Bains - 28 rue Paul Delinge - en ville - Cadastre : 1995 AD 553
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Sur le portail formé de volutes et d'enroulements de métal sont disposées de fines brindilles forgées. Les piedroits sont surmontés de deux vases en profil forgé évoquant des vases médicis. Sur la
    Description :
    Immeuble construit sur un plan en L, le corps de bâtiment formant une avancée permettant d'insérer un porche d'entrée au rez de chaussée. Une attention est apportée à la polychromie de la façade antérieure : jeux de briques, utilisation de bandeaux enduits lisses, présence de céramique disposée en cabochons ou en frises sur les allèges des baies. Les baies, de formes différentes, ont des garde-corps de fonte ornés de chardons. Mais la partie la plus remarquable, en matière de technique décorative sont le
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'immeuble depuis la rue. IVR11_20089500478NUC4A Détail de la plaque de signature de l'architecte Henri Moreels. IVR11_20089500485NUC4A Vue d'ensemble du portail d'entrée fermant le jardin antérieur de l'immeuble Détail de la ferronnerie du portail d'entrée de la cour : enroulement de la partie haute agrémenté de brindilles de feuilles. IVR11_20089500482NUC4A Détail du motif de vase en ferronnerie ornant le pilastre gauche du portail d'entrée Vue du porche d'entrée de l'immeuble. IVR11_20089500479NUC4A Détail du travail de ferronnerie de la porte d'entrée de l'immeuble : ornement végétal Détail de l'un des garde-corps. Motif végétal : chardons et entrelacs. IVR11_20089500484NUC4A
  • immeuble, 9 rue Blanche
    immeuble, 9 rue Blanche Enghien-les-Bains - 9 rue Blanche - en ville - Cadastre : 1995 AB 315
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    production courante de l'architecte Moreels dans le soin qu'il apporte toujours à la mise en œuvre des matériaux, permettant ainsi des effets polychromes et décoratifs. Sur le fond clair de la brique silico -calcaire se détachent des motifs dessinés par la brique rouge, ponctués de métopes de grès flammé vert. Des carreaux de fleurs en relief couronnant la partie centrale et des panneaux de carreaux de faïence irisée
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'immeuble. IVR11_20099500440NUC4A Vue de la porte d'entrée en ferronnerie de l'immeuble. IVR11_20089500519NUC4A Détail de l'un des garde corps d'une baie au rez-de-chaussée. IVR11_20089500520NUC4A
  • Maison commune : salle municipale
    Maison commune : salle municipale Enghien-les-Bains - 9, 11, 13 rue du Marché - en ville - Cadastre : 1995 AD 16, 17, 18
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    C'est l'architecte Henri Moreels, architecte de la ville, qui travaille dès 1927 sur le projet de salle municipale, alors nommée salle Belhomme. Les archives de la commune conservent deux projets : l'un de style régionaliste, l'autre avec un répertoire architectural plus historicisant. Le programme est identique dans les deux projets : présence de garages, salle d'attente, toilettes municipales pour hommes et
    Description :
    surmontées d'un auvent de béton et un couronnement avec un fronton aux rampants curvilignes sur lequel sont sculptés les initiales de la république, RF et l'inscription salle municipale, le tout encadré de deux vases en ronde bosse, posés sur des piédestaux. Le reste de l'édifice se compose de trois travées aux est souligné d'une frise lisse et d'un motif de godron surmonté d'une corniche en forte saillie ornementaux. A l'extrémité de l'ensemble, se situe le transformateur orné au dessus de la corniche d'un
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Plan du projet de l'architecte de la ville, 1927. (AM Enghien-les-Bains, M14 Projet d'élévation de façade, 1927. (AM Enghien-les-Bains, M14) IVR11_20099500096NUC4A Second projet d'élévation de façade, 1927. (AM Enghien-les-Bains, M14) IVR11_20099500095NUC4A Vue d'ensemble depuis la rue de l'édifice. IVR11_20089500373NUC4A Détail du couronnement en fronton au dessus de l'entrée. IVR11_20089500375NUC4A
  • immeuble Le Castel de l'Espérance, 46 rue Félix Faure
    immeuble Le Castel de l'Espérance, 46 rue Félix Faure Enghien-les-Bains - 46 rue Félix Faure - en ville - Cadastre : 1995 AD 79
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le Castel de l'Espérance a été construit en 1911 par l'architecte Henri Moreels constitué de deux immeubles de rapport sur une parcelle dont l'architecte se dit le propriétaire, ce qui lui est contesté car de haut, refusé en raison de sa non conformité avec le décret urbain n'autorisant qu'une hauteur totale de 14 mètres. Les deux immeubles sont construits sur une parcelle étroite : un premier immeuble en retrait avec un jardinet en avant, un jardin organisé sur le plan de l'architecte en quatre parterres et
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    formant ressaut, couronnées au niveau de l'étage de comble par deux balcons-loggias. Au dernier niveau , ces deux travées sont reliées par un balcon-loggia qui repose sur des consoles de béton. Comme dans
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Titre courant :
    immeuble Le Castel de l'Espérance, 46 rue Félix Faure
    Appellations :
    Le Castel de l'Espérance
    Illustration :
    Elévation et coupe de l'immeuble donnant sur la rue Félix Faure (1911). (AM Enghien-les-Bains, 1T Elévation de la façade antérieure de l'immeuble donnant sur la cour intérieure (1911). (AM Enghien Vue de la façade antérieure de l'immeuble sur la rue Félix Faure IVR11_20089500365NUC4A Détail de la plaque de signature de l'architecte Moreels. IVR11_20089500366NUC4A Vue la porte d'entrée de l'immeuble donnant sur la rue Félix Faure IVR11_20089500367NUC4A Détail de la frise sur faïence ornant la porte d'entrée du premier immeuble. Motif floral Détail du décor entre deux baies, sur un plein de travée IVR11_20089500369NUC4A
  • maison, 44 rue de la Barre
    maison, 44 rue de la Barre Enghien-les-Bains - 44 rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1995 AD 234
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Selon la tradition orale, le commanditaire voulait que sa maison, placée dans l'axe de l'église, en fond de perspective du boulevard Sadi Carnot, fasse écho à l'édifice religieux. La petite tour où se
    Représentations :
    cabochons de céramique
    Escaliers :
    escalier droit escalier de distribution extérieur
    Description :
    , amorti par un épi de faîtage.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 44 rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1995 AD 234
    Titre courant :
    maison, 44 rue de la Barre
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la maison construite dans l'axe du boulevard Sadi Carnot. IVR11_20089500471NUC4A
  • tombeau de la famille Moreels-Buffet
    tombeau de la famille Moreels-Buffet Enghien-les-Bains - rue Louis Delamarre - en ville - Cadastre : 1995 AB non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Victor Moreels (1842-1924) père de l'architecte. Marie Moreels (1889-1941), l'architecte Henri Moreels
    Représentations :
    pomme de pin Le crucifix en bronze est situé dans la partie inférieure de la croix
    Description :
    Tombeau marqué par un petit enclos orné de carreaux de céramique en relief figurant des pommes de pin et cantonné aux angles de quatre piles de pierre couronnées d'un petit fronton cintré et orné de cabochons de céramique. La croix, dans le même matériau que l'ensemble, est également ornée d'un décor de
    Titre courant :
    tombeau de la famille Moreels-Buffet
    Illustration :
    Détail du décor : faïences vernissées aux motifs végétaux (pommes de pins, feuillages
  • maison d'industriel, 28 rue de la Barre
    maison d'industriel, 28 rue de la Barre Enghien-les-Bains - 2 rue Robin 28 rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1995 AD269
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    l'entreprise de construction métallique Nithart à Saint Gratien, commune voisine d'Enghien. Son frère Jacques publication dans la revue l'Architecture usuelle en 1932 où elle est qualifiée de monumentale sans prétention et cottages peuvent ne plus être torturés et déchiquetés par une recherche de faux pittoresque ou de simplicité affectée triomphe de la grâce française qu'un tempérament artiste adapte toujours à sa production.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    La porte d'entrée est de style Art déco avec une compostion de motifs géométriques.
    Description :
    Toutes les façades de l'édifice présentent une composition différente d'un grand raffinement architectural composant des volumes différents. Sur la rue de la Barre, un premier corps de bâtiment, à la fronton à pans coupé, dans une composition très verticale. Le reste de l'édifice est couvert en terrasse particulièrement travaillée, autant pour les effets de polychromie que pour les effets graphiques et les jeux de panneaux de carreaux de faïences aux tonalités beige irisé, ponctués de cabochons du même matériau.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 2 rue Robin 28 rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1995 AD269
    Titre courant :
    maison d'industriel, 28 rue de la Barre
    Illustration :
    Elévation de trois façades, sur les rues de la Barre, Robin et sur le jardin et coupe par Vue d'ensemble depuis la rue Robin de la maison construite en 1927-1928 pour M. Nithart Vue d'ensemble de la façade sur jardin prise en légère perspective IVR11_20099500506NUC4A Détail de la porte d'entrée en ferronnerie de style Art déco. IVR11_20099500507NUC4A
  • maison d'architecte, 6 rue Pasteur
    maison d'architecte, 6 rue Pasteur Enghien-les-Bains - 6 rue Pasteur - en ville - Cadastre : 1995 AD 33
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Escaliers :
    escalier de type complexe escalier dans-oeuvre
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    La façade antérieure se veut moderne et sans référence stylistique affirmée hormis la présence de deux piliers avec chapiteaux composites qui structurent l'une des baies du rez de chaussée. L'édifice est original autant dans le choix des matériaux, de leur mise en œuvre, des formes, des supports que dans la multiplication de différents auvents soutenus par de fins supports de bois. On remarque notamment une très légère avancée du premier étage qui, de ce fait, est soutenu par une série de corbeaux de pierre. L'architecte, pourtant amateur de l'art de la ferronnerie, a choisi pour sa propre maison des courant cottage contemporain. La qualité de l'édifice réside également dans la distribution : dans le sous , est disposée une salle de billard ouvrant sur la façade antérieure.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Plan des sous-sol, rez-de-chaussée et premier étage, 1922. (AM Enghien-les-Bains, 1T 194 Vue d'ensemble de la rue de la maison construite par l'architecte Henri Moreels pour lui-même en
  • immeuble, 11 bis rue de Malleville
    immeuble, 11 bis rue de Malleville Enghien-les-Bains - 11 bis rue de Malleville passage Dubuisson - en ville - Cadastre : 1995 AD 498
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Les ferronneries de la porte d'entrée et des garde corps de baies sont ornées de motifs géométriques de style Art déco.
    Murs :
    faux pan de bois
    Description :
    centrales plus étroites, sur la rue de Malleville. A l'angle gauche donnant sur le passage Dubuisson, en raison de l'étroitesse de cette rue, l'architecte a conçu un encorbellement permettant de réduire l'immeuble au niveau du rez de chaussée. Si la polychromie a été altérée, les briques des deux premiers niveaux ayant été blanchies, le niveau au dessus est traité en faux pans de bois avec un enduit tyrolien . Sous le toit débordant soutenu par des aisseliers de bois, l'architecte a disposé une frise de métopes.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 11 bis rue de Malleville passage Dubuisson - en ville - Cadastre : 1995 AD 498
    Titre courant :
    immeuble, 11 bis rue de Malleville
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'immeuble. IVR11_20089500526NUC4A Détail de l'encorbellement faisant transition entre le premier niveau en surplomb et le rez-de Détail de la porte en ferronnerie. IVR11_20089500527NUC4A Détail du garde-corps au rez-de-chaussée, de style Art Déco. Les balustres semblent en fonte et le
  • immeuble de l'architecte Henri Moreels, 12 rue du Départ
    immeuble de l'architecte Henri Moreels, 12 rue du Départ Enghien-les-Bains - 12 rue du Départ - en ville - Cadastre : 1995 AB 313
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Les allèges et linteaux des baies sont ornés de pannneaux en bas relief de béton figurant des roses , et décor géométrique. Des chardons ornent les carreaux de grès cérame situés sur les jardinières
    Description :
    Cet immeuble de cinq travées présente une façade symétrique dont le rythme est donné par les deux travées en ressaut formées d'une superposition de bow window. L'avant dernier niveau est formé d'un balcon loggia courrant sur toute la longueur de la façade, selon un schéma souvent utilisé par l'architecte : des piliers de bois soutiennent l'auvent qui couvre la loggia donnant une vue sur le paysage.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Titre courant :
    immeuble de l'architecte Henri Moreels, 12 rue du Départ
    Appellations :
    de l'architecte Henri Moreels
    Illustration :
    Elévation de la façade antérieure (1920). (AM Enghien-les-Bains, 1T 66) IVR11_20099500558NUC4A Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR11_20089500294NUC4A Détail du balcon loggia de la partie haute de l'immeuble. IVR11_20089500263NUC4A Vue de la première grille et portail en ferronnerie fermant l'entrée sur la rue. De part et d'autre , sont disposées des jardinières ornées de chardons sur des carreaux de grès cérame Vue de la porte d'entrée : ouvrage de ferronnerie d'art de style Art Déco. IVR11_20089500197NUC4A Détail de la partie centrale en ferronnerie de l'un des vantaux de la porte d'entrée de l'immeuble Détail des plaques de céramique en grès flammé ornant les bacs à fleurs situés de part et d'autre de l'allée d'accès à l'immeuble. Le motif, en léger relief, figure des chardons Détail d'un panneau en bas relief de béton, orné de motifs floraux : roses et soleils, situé sur un