Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • maison centrale
    maison centrale Melun - 10 quai de la Courtille - en ville - Cadastre : 1985 AW 121
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    -Dieu occupait la partie sud-est de l'île Saint-Etienne. Ses bâtiments disparaissent lors de la réfectoire (à l'est). A la pointe de l'île s'élèvent l'infirmerie et la pharmacie. Cet ensemble imposant (5 Le décret impérial du 16 juin 1808 prévoit la création d'une maison centrale de détention en Seine construction de la prison, qui s'effectue en deux campagnes principales. La première, de 1812 à 1832, voit l'édification de trois corps de bâtiments autour de l'église Notre-Dame, alors enclavée dans l'établissement niveaux pour le bâtiment des dortoirs) est édifié sous la direction de plusieurs architectes : Guy de Frédéric Dupont. Une fois achevée cette première campagne de travaux, l'établissement connaît quelques aménagements : installation d'un quartier de punition en 1834 (avec adoption d'une division cellulaire 1858-1867 sous la direction d'Ernest Mangeon et entraîne le doublement de la superficie de la prison nos jours, les ateliers où travaillent les prisonniers sont concentrés dans la partie orientale de
    Description :
    La prison occupe toute la pointe orientale de l'île Saint-Etienne, autour de l'église Notre-Dame. A l'est se trouvent les ateliers, au sud les cellules, au nord le portail d'entrée et les bâtiments de l'administration. En élévation, la prison comprend deux bâtiments de 3 étages carrés, l'un de plan rectangulaire toit à croupe. Les autres bâtiments, moins élevés, emploient pour la plupart le même type de matériaux . L'ensemble de la prison est entouré d'un haut mur de meulière.
    Auteur :
    [architecte] Gisors Guy de
    Localisation :
    Melun - 10 quai de la Courtille - en ville - Cadastre : 1985 AW 121
    Appellations :
    centre de détention
    Illustration :
    La pointe orientale de l'île Saint-Etienne et le pont-aux-moulins. Dessin, 2e quart 19e siècle Melun : vue de la pointe orientale de l'île Saint-Etienne. Gravure, 1835. (BM Melun. NN 9 La pointe de l'île Saint-Etienne et la maison centrale, vues depuis le quai Saint-Ambroise, vers Vue de la partie orientale de l'île Saint-Etienne : la maison centrale, la collégiale Notre-Dame La pointe de l'île Saint-Etienne, avec la prison, vers le début du 20e siècle. Carte postale Le mur d'enceinte de la maison centrale, côté sud, et le quai de l'île Saint-Etienne le long du Plan des toitures de l'ancien hôtel-Dieu Saint-Nicolas (transformé en prison), exécuté par Jollain Plan de l'hôtel-Dieu Saint-Nicolas de Melun (utilisé comme prison au 19e siècle). Papier aquarellé Armoiries relevées dans l'ancien hôtel-Dieu Saint-Nicolas : armes de Jeanne de Walpois femme de Armoiries de Marie de Soulefour, mère supérieure de l'hôtel-Dieu. 1610. Encre sur papier. (BM Melun
  • préfecture
    préfecture Melun - rue Saint-Père - en ville - Cadastre : 1985 AH 93 (partiellement)
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'hôtel du Préfet est installé dans l'ancien logis abbatial de l'abbaye Saint-Père en 1800. L'Etat achète la propriété en 1809 et la cède au département en 1811. Une grande campagne de travaux est menée modifie notamment les abords de l'hôtel, par l'aménagement d'une vaste allée en façade. En 1841-1842 Ernest Mangeon intervient sur le pavillon est où il pose un plancher à structure métallique. De 1864 à1874, l'hôtel de préfecture fait l'objet d'une réfection presque complète : la date 1866 est inscrite sur le pignon oriental de l'édifice. Le chantier est dirigé par Martial Sénèque (démis de ses fonctions pour malversation en 1869) et achevé par Henri Bulot, arpès une interruption liée à la guerre de 1870. Cette grande campagne de travaux a donné son aspect actuel à l'édifice. A la suite du bombardement de 1944, on reconstruit en 1948 le bâtiment à droite de l'entrée d'honneur. Le pavillon à gauche de l'entrée d'honneur est refait en 1969. En 1977 est élevée la nouvelle Préfecture, à l'ouest de
    Description :
    L'hôtel du préfet reprend la disposition en U de l'ancien logis abbatial, en y adjoignant deux ailes latérales. Toutes les élévations sont en moellons enduits avec un décor de briques et pierres
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Plan général des bâtiments composant l'hôtel de préfecture, 18 juillet 1818. (AD Seine-et-Marne. 4 Hôtel de préfecture de Melun. Plan des trois étages du principal corps d'habitation. Calque, 19e de Melun. inv. 970.7.205) IVR11_20027700954X Hôtel de la préfecture : plan d'aménagement de l'aile gauche... Papier aquarellé, 10 avril 1873 Elévation sud, au début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.201 Le portail d'entrée de la préfecture, vers 1907. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv Vue des différents bâtiments de la préfecture, depuis l'est : au premier plan, l'hôtel du préfet et un mur de pierre, vestige du jardin de l'abbaye Saint-Père. Au second plan, le bâtiment à frontons construit de 1948 à 1951. Dans le fond, les bureaux de la préfecture. IVR11_20057700410VA Le bâtiment des années 1950, sur le côté ouest de la cour d'honneur : vue d'ensemble, depuis le sud
  • gendarmerie, aujourd'hui immeuble de bureaux
    gendarmerie, aujourd'hui immeuble de bureaux Melun - 45 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1985 AI 86
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le corps sur rue a été construit en 1852 sur les plans de l'architecte départemental Ernest Mangeon
    Description :
    La gendarmerie présente un corps de bâtiment sur rue, haut de deux étages, entièrement enduit, avec premier étage). Un autre corps de bâtiment s'élève en fond de cour : haut de deux étages et pourvu d'un étage de comble, il emploie la brique en encadrement des baies. Les autres bâtiments présents sur la
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Melun - 45 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1985 AI 86
    Titre courant :
    gendarmerie, aujourd'hui immeuble de bureaux
    Destinations :
    immeuble de bureaux
  • gendarmerie
    gendarmerie Meaux - 4bis rue des Cordeliers - Cadastre : 2000 BC 653
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Après la Révolution, une partie de l'ancien couvent des Cordeliers fut dévolue à la gendarmerie . Ces bâtiments étant en mauvais état, ils furent reconstruits en 1853 sur les plans de l'architecte gendarmerie est actuellement désaffectée, un nouvel édifice ayant été construit plus à l'est, sur le site de l'ancien couvent de Noëfort. Ses bâtiments sont promis à disparaître.
    Description :
    cour au nord. Ce bâtiment en rez-de-chaussée est construit en brique et pierre et couvert de tuiles
  • prison
    prison Meaux - 4 rue des Cordeliers - Cadastre : 2000 BC 652
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    La maison d'arrêt de Meaux a été édifiée de 1854 à 1857 par l'entrepreneur meldois Pierre Félicité Barigny sur les plans de l'architecte départemental Ernest Mangeon, également auteur des prisons de Coulommiers et de Fontainebleau dont elle reprend le plan "en nef" tout en l'adaptant aux principes de la imposé par la loi de 1875 a été appliqué par l'architecte de l'arrondissement Perdrigé en 1902-1903 . L'inauguration du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin, le 8 juillet 2004, a entraîné la désaffectation progressive de l'ancienne maison d'arrêt. Elle est actuellement en cours de reconversion en pôle culturel , selon le projet de l'Atelier Novembre (livraison prévue en 2016).
    Description :
    La maison d'arrêt de Meaux est construite sur un plan "en nef" : la zone réservée aux prisonniers forme un grand rectangle avec un espace de circulation central, qui se retrouve sur les trois étages de . Cette nef est gouvernée, vers l'est, par un observatoire en rotonde qui permet de surveiller aussi les « préaux » (cours de promenade) disposés à l'extérieur, en « camembert ». Cette zone d'enfermement est : le greffe, la lingerie, la cuisine, les logements des gardiens, de la gardienne des femmes et du gardien-chef. C'est cette partie « administrative » qui forme la façade de la prison, avec ses deux avant
    Illustration :
    Projet pour une maison d'arrêt pour 44 détenus", 1846 : plan de situation. Ce projet a été élaboré pour l'ancien site de la prison (dans le château). Calque. (AD Seine-et-Marne. 4 N 110 de la prison (dans le château). Calque. (AD Seine-et-Marne. 4 N 110) IVR11_20117700077NUC4A Plan du rez-de-chaussée, en 1895. Papier aquarellé. (AD Seine-et-Marne. 4 N 110 Vue d'ensemble, depuis la cour de la gendarmerie (au nord). IVR11_20117701027NUC4A Elévation orientale de la maison d'arrêt, vue depuis la cour du collège Henri IV Vue d'ensemble de la maison d'arrêt, depuis la cour du collège Henri IV. IVR11_20147700256NUC4A Elévations sud et est de la maison d'arrêt, vues depuis la cour du collège Henri IV Elévation sud de la maison d'arrêt, vue depuis la cour du collège Henri IV. IVR11_20147700258NUC4A Vue de la façade, depuis le sud-ouest. Au premier plan, l'aile droite des bâtiments administratifs
1