Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 65 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison Bonnefois, Chennevières-sur-Marne
    Maison Bonnefois, Chennevières-sur-Marne Chennevières-sur-Marne - 11 bis - 13 rue de l'Aqueduc - Cadastre : 2015 AH01 350 - 351
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture organique en Île-de-France
    Historique :
    Si les plans de cette maison ont été dessinés par Dominique Zimbacca, c'est Alain-Philippe Riou , ancien étudiant d'Hervé Baley à l'ESA qui s'est chargé de la réaliser. La maison n'a jamais été modifiée
    Référence documentaire :
    Permis de construire 94 019 00 N1044 AM Chennevières-sur-Marne, service urbanisme, PC n°94 019 00 N1044. Arrêté de permis de construire du 19 décembre 2000
    Description :
    La maison Bonnefois prend place sur une terrain en pente de 655 m² qui offre un point de vue panoramique sur l'Ouest parisien assez remarquable. L'habitation s'étend donc sur la longueur de la parcelle , et observe une gradation de ses différents niveaux afin que la vue soit toujours dégagée. Elle respecte ainsi le choix de son commanditaire : une maison en lien et en intégration avec son site et la , chacune à une extrémité de la maison. Elles sont desservies par deux volées de marches distinctes dont le séjour. Une vaste cheminée à trois foyers y prend place et constitue l'axe vertical de cet espace. Ce séjour se prolonge au niveau du rez-de-chaussée, il est la colonne vertébrale de la maison. L'emplacement des caves du sous-sol correspondent au rez-de-chaussée à deux chambres, qui reprennent également des central du séjour, ici agrémenté de la cuisine. L'extrémité Ouest est quant à elle utilisée comme salon et offre un point de vue imprenable sur le paysage parisien. À l'extérieur ce salon est longé d'une vaste
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Chennevières-sur-Marne - 11 bis - 13 rue de l'Aqueduc - Cadastre : 2015 AH01 350 - 351
    Aires d'études :
    Ile-de-France
    Texte libre :
    proportions et apprécie la présence de nombreux espaces enfoncés, ainsi que la configuration de son salon reprend quant à elle la forme d'un hexagone. La maison n'a pas de cave et possède un chauffage au sol . Elle est construite sur un terrain très glissant, il a donc été nécessaire de réaliser une semelle . [les mots en italique sont de M.Bonnefois]
    Illustration :
    Façade postérieure de la Villa Bonnefois. IVR11_20179400034NUC4A Détail de la façade postérieure. IVR11_20179400035NUC4A Vue de la façade latérale surplombant Paris. IVR11_20179400038NUC4A Vue du rez-de-chaussée de la façade latérale et de la piscine. IVR11_20179400039NUC4A Vue rapprochée des baies de la façade latérale du rez de chaussée. IVR11_20179400040NUC4A Vue de la façade latérale prise depuis le jardin. IVR11_20179400041NUC4A Vue de l'escalier intérieur menant au premier étage de la maison. IVR11_20179400042NUC4A Vue du dessous de l'escalier. IVR11_20179400043NUC4A Vue des marches de l'entresol et de la cuisine en arrière-plan. IVR11_20179400045NUC4A Vue de la cage de l'escalier prise depuis le palier supérieur. IVR11_20179400046NUC4A
  • aqueduc Médicis
    aqueduc Médicis Rungis
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Annexe :
    IA00141350 - Synthèse de l'étude sur l'aqueduc Médicis L’aqueduc Médicis Le regard de la maison du Fontainier ou grand regard de l’Observatoire, vingt-septième du nom, récolte les eaux de nombreuses sources situées dans les environs de Rungis qui, parties de 75 m d’altitude, arrivent dans cette ultime station à . Effectués de 1613 à 1623, sur une idée d’Henri IV qui n’en verra pas la réalisation, puis à l’initiative de Marie de Médicis, ces travaux d’adduction d’eau devaient alimenter son palais du Luxembourg, et plus particulièrement le parc : jets d’eau, grottes et fontaines devaient rivaliser avec ceux des jardins de l’enfance italienne de la reine-mère, qui posa en 1613, en présence du roi Louis XIII et de toute la cour, la première pierre du grand regard de Rungis, où aboutissent les sources principales. Les autres, captées en 1651 , comprenaient deux ensembles : celui de Rungis avec les aqueducs de Paray, de la Pirouette et de l’Église fleur de marne. L’aqueduc, construit par Jean Coing et son gendre Jean Gobelin, mesure près de treize
    Aires d'études :
    Ile-de-France
    Texte libre :
    caractère régional, la Région Ile-de-France a décidé de participer au projet de l'Association pour la L'année 2013 a marqué le 400e anniversaire de l'aqueduc Médicis construit sur ordre de Catherine de Médicis afin d'amener à Paris les eaux de source captées à Rungis et aux alentours. Sur le trajet de l'aqueduc, il reste aujourd'hui vingt-quatre regards en pierre de taille qui disposent tous d'un bassin de surface. L'eau de l'aqueduc arrivait à Paris dans le regard XXVII ou "maison du Fontainier". La bâtisse l'entrepreneur. Elle permet ensuite de stocker l'eau qui, à partir de là, alimente douze fontaines publiques rive gauche et deux fontaines rive droite. Compte-tenu de l'intérêt historique de ce patrimoine et de son l'ouvrage dans la collection "Parcours du patrimoine". Cette publication L'Aqueduc Médicis, des sources de Rungis aux fontaines de Paris. Karine Berthier (réd.), Pierre Housiaux (réd.), Laurent Kruszyk (phot .). Ed. Somogy éditions d'art, 2013. (Coll. Parcours du patrimoine, n°382) ainsi qu'une synthèse de
    Illustration :
    Arcueil. Plan de la terre et seigneurie d'Arcueil avec le pont-aqueduc et les regards, 1688. (AN, N Arcueil. Plan de la terre et seigneurie d'Arcueil, 1688. Détail : le pont-aqueduc. (AN, N/II/Seine Arcueil. Elévation et plan du pont-aqueduc d'Arcueil (18e siècle). (Bibliothèque de l'Ecole de Arcueil. Coupe et plan de la concession d'eau à Arcueil partant du regard XIII desservant un bassin et une fontainer (18e siècle). (Bibliothèque de l'Ecole de Nationale des Ponts et Chaussées, Ms.2783 l'édifice (18e siècle). (Bibliothèque de l'Ecole de Nationale des Ponts et Chaussées, Ms.2783 l'édifice (18e siècle) : passage de la Bièvre. (Bibliothèque de l'Ecole de Nationale des Ponts et Chaussées l'édifice (18e siècle) : sous le pont, façade de la Maison Renaissance du Fief des Arcs et d'Anjou . (Bibliothèque de l'Ecole de Nationale des Ponts et Chaussées, Ms.2783) IVR11_20129400256NUC4A l'édifice (18e siècle). (Bibliothèque de l'Ecole de Nationale des Ponts et Chaussées, Ms.2783
  • Maison Fraysse, Saint-Maur-des-Fossés
    Maison Fraysse, Saint-Maur-des-Fossés Saint-Maur-des-Fossés - 30 avenue des Sapins - Cadastre : 2015 000 X 01 104
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Référence documentaire :
    , D.Ginat, A.Marcoz, Aujourd'hui: Art et Architecture, septembre 1966, n°54, France I, p.64-81. p.124 Guide architecture en France 1945-1983 EMERY, Marc, GOULET, Patrice. Guide architecture 1945 de l'Ecole du Louvre, sous la direction d'Alice Thomine-Berrada, conservatrice en chef au Musée
    Description :
    Cette maison de 115m2 est construite sur une parcelle étroite et est mitoyenne d'autres habitations . Réalisée sur un terrain plat orienté Est-Ouest, elle se compose d'un rez-de-chaussée et d'un étage. Les murs sont réalisés en brique pleine apparente et les planchers en dalles de Siporex, et la couverture en bastaing. Cette maison est très inspirée de la Robbie House, réalisée par Frank Lloyd Wright en 1906-1909, un des exemples les plus caractéristiques de la période Prairie Houses. Ici, malgré l’exiguïté du terrain, les architectes sont parvenus à créer une impression d'espace et de fluidité. La maison est séparée de la rue par un mur de clôture dont le soubassement est en brique, surmonté d'une clairevoie en bois. Le plan en L se fonde sur une trame carrée à partir de laquelle s'imbriquent plusieurs perpendiculairement. L'aspect de la maison est dominé par des lignes horizontales, des toits plats et des plans . Du côté droit, la façade antérieure se caractérise par la superposition de trois toits plats à larges
    Annexe :
    °54 France 1, p.64 L’architecture est le moyen de situer l’individu dans un contexte vital. C’est le geste de créer un lieu, qui lui donne la possibilité d’être chez lui dans le cadre environnant, qui le l’espace au moyen de la lumière et des formes. L’œuvre bâtie comme une plante se développe. Il n’y a que le développement de formes et espaces se développant : démarche que l’homme décide par son geste et dans son geste accompagne. Le geste est l’efflorescence de la géométrie dans lequel elle s’épanouit et , son langage. L’œuvre architecturée est en continuel changement selon les respirations diverses de la . Telles furent depuis la Renaissance avec leur semblant de révolutions nos fiertés architecturales. Une incantation et évocation ; son essence est analogie, sa recherche est connaissance de la vie, son expression
    Aires d'études :
    Ile-de-France
    Texte libre :
    La maison de Saint-Maur correspond au groupe de réalisations de l'Atelier d'Architecture et
    Illustration :
    Vue ancienne de la Villa de Saint Maur, façade sur rue, côté droit. IVR11_20169400047NUC4A Vue ancienne de la façade de la Villa de Saint Maur, côté rue. IVR11_20169400048NUC4A Vue ancienne de la façade latérale de la Villa de Saint Maur. IVR11_20169400049NUC4A Vue ancienne de la façade et du portail côté rue. IVR11_20169400050NUC4A Vue ancienne de la la façade postérieure de la Villa de Saint Maur. IVR11_20169400051NUC4A Vue générale de la maison côté rue. IVR11_20179400052NUC4A Vue générale de la façade principale avec clôture. IVR11_20179400053NUC4A Vue de la façade principale : détail de l'entrée. IVR11_20179400054NUC4A Vue générale de la façade principale. IVR11_20179400055NUC4A Vue de la façade principale : détail de l'appenti du garage. IVR11_20179400056NUC4A
  • Maison Leufroy, Vitry-sur-Seine.
    Maison Leufroy, Vitry-sur-Seine. Vitry-sur-Seine - 12 rue André Malraux - Cadastre : 2015 000 T 01 303
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Description :
    formée de la réunion de deux bâtiments rectangulaires. Côté rue et côté jardin, chacun de ces bâtiments se caractérise par un jeu de décrochement des volumes encore accentué par la présence d'importantes , l'architecte a su habilement jouer des relations entre l'intérieur et l'extérieur. La présence de nombreuses pas pu visiter, ne semble pas disposer de cheminée. Elle était au départ recouverte d'un enduit rose
    Aires d'études :
    Ile-de-France
    Illustration :
    Vue générale de la façade postérieure (photo inversée). IVR11_20179400066NUC4A
  • plaque de cheminée : Tentation d'Eve
    plaque de cheminée : Tentation d'Eve Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    transcription : 1665 (en haut de part et d'autre de la représentation)
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Matériaux :
    fonte de fer
    Dénominations :
    plaque de cheminée
    Titre courant :
    plaque de cheminée : Tentation d'Eve
    Origine :
    lieu de provenance Ile-de-France, 94, le Perreux sur Marne, château
  • bénitier, fonts baptismaux (de milieu)
    bénitier, fonts baptismaux (de milieu) Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    transcription : BENITIER DU 12E SIECLE PROVENANT DE L'ANCIENNE EGLISE DE NOISY-LE-GRAND DON DE MR ET MME BARRAU (plaque de cuivre sur le pied)
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Historique :
    Cuve de bénitier du 17e ou 18e siècle, provenant de l'ancienne église de Noisy-le-Grand, donnée par la famille Barrau ; elle a été munie d'un pied et d'un couvercle et sert de fonts baptismaux
    Précision dénomination :
    de milieu
    Représentations :
    Description : pied taillé en forme de pilastre.
    Titre courant :
    bénitier, fonts baptismaux (de milieu)
    États conservations :
    changement de fonction La cuve du bénitier sert maintenant de fonts baptismaux ; godron central de la face postérieure
    Origine :
    lieu de provenance Ile-de-France, 93, Noisy-le-Grand, ancienne église
  • 4 verrières figurées : sainte Marguerite-Marie Alacoque, saint Joseph, saint Vincent de Paul, Sainte Famille (baies 11 à 14)
    4 verrières figurées : sainte Marguerite-Marie Alacoque, saint Joseph, saint Vincent de Paul, Sainte Famille (baies 11 à 14) Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Historique :
    Ensemble homogène de 4 verrières, réalisé par le maître verrier R. Lefèvre à Paris, à la fin du 19e
    Représentations :
    Apparition du Sacré-Coeur à sainte Marguerite-Marie Alacocque ; mort de saint Joseph ; saint Vincent de Paul ; Sainte Famille ; Sujet : Apparition du Christ du Sacré-Coeur à sainte Marguerite-Marie Alacoque (baie 11) ; mort de saint Joseph (baie 12) ; saint Vincent de Paul parmi les enfants trouvés (baie 13) ; l'atelier de saint Joseph, la Vierge filant, Jésus enfant portant une croix (baie 14).
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    4 verrières figurées : sainte Marguerite-Marie Alacoque, saint Joseph, saint Vincent de Paul
  • verrière figurée décorative : Vierge à l'Enfant (baie 18)
    verrière figurée décorative : Vierge à l'Enfant (baie 18) Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Représentations :
    grisaille ; fond de médaillons entrelacés garnis de branches feuillues.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
  • verrière figurée : Remise des clés à Saint-Pierre (baie 17)
    verrière figurée : Remise des clés à Saint-Pierre (baie 17) Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    transcription : A.Beaujou à Vincennes (en bas de la scène à gauche) ; don de la famille Deville (au
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Représentations :
    scène biblique (Christ, clé : saint Pierre, Apôtre) ; fond de paysage
    Stade de création :
    copie partielle de peinture
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 94, Vincennes
  • ensemble de 4 verrières : saint Hubert de Liège, saint Joseph, sainte Marguerite, Vierge à l'Enfant (baies 101 à 104)
    ensemble de 4 verrières : saint Hubert de Liège, saint Joseph, sainte Marguerite, Vierge à l'Enfant (baies 101 à 104) Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    transcription : Ch. Champigneulle fils de Paris (baie 103) ; don de la famille Vincent petit (baie
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Description :
    Baies en plein cintre. Utilisation d'un pochoir pour le fond de la niche
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    ensemble de 4 verrières : saint Hubert de Liège, saint Joseph, sainte Marguerite, Vierge à l'Enfant
  • verrière (vitrail tableau) : paysage, style Art nouveau
    verrière (vitrail tableau) : paysage, style Art nouveau Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Description :
    Fenêtre à deux vantaux, garnie de dix panneaux rectangulaires horizontaux
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
  • buste : la république
    buste : la république Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    DE L'HOMME (stèle), 1792 RF 1892 (base du piédouche)
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Illustration :
    Vue de 3/4 droit. IVR11_19859401332X Vue de 3/4 gauche. IVR11_19859401331X
  • verrière figurée décorative : sainte Jeanne d'Arc (baie 21)
    verrière figurée décorative : sainte Jeanne d'Arc (baie 21) Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    transcription : A.Beaujou à Vincennes (en bas à droite) ; don de la famille Jolivet (en bas au
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Représentations :
    figure (sainte Jeanne d'Arc : bannière, rempart, tente) ; Description : le fond est constitué de rinceaux, de deux grands médaillons quadrilobes et de petits médaillons et demi médaillons circulaires.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 94, Vincennes
  • 2 verrières à personnages : saint Jules Ier, saint Jean-Baptiste (baies 1 et 2)
    2 verrières à personnages : saint Jules Ier, saint Jean-Baptiste (baies 1 et 2) Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    transcription : HUBERT A PARIS 1889 (en bas) ; DON DE MME VVE CRESPIN AINE (au centre du médaillon
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Représentations :
    médaillon supérieur est formé d'un entrelacs de ruban perlé et de tiges feuillues ; le médaillon inférieur , circulaire, contient une croix, entourée de tiges feuillues.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
  • cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin
    cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    , projets et réalisations (notamment le premier cimetière intercommunal d'Ile-de-France et premier véritable cimetière paysager du XXe siècle en France, réalisé à Clamart à partir de 1946 ou celui des Joncherolles Le Syndicat intercommunal pour la création d'un cimetière à Créteil regroupe les communes de de Valenton n'est pas adhérente). Le syndicat choisit un premier emplacement en 1958. Son projet est °9 de 1961 comme une réserve d'espaces verts. L'architecte Robert Auzelle est choisi en janvier 1966 . Il est déjà reconnu comme le spécialiste de l'architecture funéraire, après diverses publications ' Pierrefitte et Villetaneuse ' projeté à partir de 1958). Il rend un projet quelques mois plus tard dans lequel il suggère de créer un funérarium, ce qui ne figurait pas au programme. Auzelle propose un cimetière réalisable en plusieurs phases et présentant un système d'espaces hexagonaux ou rectangulaires et de grands de tombes superposées (enfeus), dispositif qu'il essaie de promouvoir dans nombre de ses projets de
    Référence documentaire :
    Fonds Auzelle, Robert Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture Les problèmes de sépulture en urbanisme AUZELLE, Robert. Les problèmes de sépulture en urbanisme . Thèse de l'Institut d'urbanisme de Paris, sous la présidence de J. Greber, 1942. et l'urbanisme funéraires parisiens à l'ère des métropoles. Regard sur l’œuvre et la pensée de Robert Auzelle (1913-1983). Thèse d'architecture, Université de Paris VIII, 2003. In Situ DUHAU, Isabelle. "Le cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin à Valenton, une réalisation oubliée de Robert Auzelle". In Situ [en ligne], 31 / 2017, mis en ligne le 21 février 2017. Le mausolée Le mausolée. Revue mensuelle des arts et techniques des roches de qualité. N° 466 Mur vivant "Vers l'éternité. Cimetière intercommunal de la Fontaine Saint-Martin sur les territoires de Valenton, Limeil-Brévannes, Villeneuve-Saint-Georges". Mur vivant, n° 39, 1er trimestre 1976
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Face au nombre de sépultures exigées par le programme (près de 44 000), il n'est pas possible à ) lui interdisent les arbres de haute tige dans certaines zones. Il dessine alors différents types espaces d'inhumation, entourés de verdure et de plantations les isolant les uns des autres, sur la base d'une trame orthogonale générale de 7 x 7 m. Les surfaces de 49m² peuvent recevoir dix, cinq ou deux tombes disposées de manières variées. Les bandes de 7m servant à séparer les aires d'inhumation peuvent être soit des levées de terre pour des talus plantés, soit des murs de béton le long desquels hauteurs maximum de cercueils). Les circulations sont hiérarchisées selon trois niveaux : primaire pour la dispose de 550 places de stationnement. Les bâtiments de service sont localisés en position centrale et constituent l'élément majeur de la composition. Il s'agit : - d'une « aire de cérémonie » (A, voir document 11 éclairage zénithal. - d'un portique (B) séparant l'aire de cérémonie. - du bâtiment de la conservation (C
    Localisation :
    Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Titre courant :
    cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin
    Appellations :
    intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin
    Illustration :
    Plan de localisation du cimetière. En pointillés, deux parcelles initialement dans le périmètre du Plan localisant le premier projet de cimetière, sur le territoire de Créteil (aujourd'hui le long de la route de Pompadour), avril 2006. IVR11_20149400021NUCA Dossier d'avant-projet. Plan d'ensemble du premier projet de cimetière, à Créteil, avril 1966. Le cimetière se décomposait en six espaces : I. L'aire de service, II. Les terrasses hexagonales, III. Les Elévation Est de l'aire de cérémonie du premier projet de cimetière, à Créteil, juillet 1967 Plan de localisation du terrain finalement retenu, daté de novembre 1968, fourni à Robert Auzelle Esquisse en couleurs, 5 décembre 1968. Schéma de distribution des bâtiments de services. Ce document éclaire la manière de travailler d'Auzelle, conjuguant le dessin au trait pour une première approche et usage de couleurs pour déterminer les détails, afin de mieux distinguer les fonctions, les
  • Ville
    Ville Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Fief du Perreux dépendant de la seigneurie de Nogent depuis le 13e siècle ; château reconstruit fin ; arrivée du chemin de fer en 1857 (ligne Paris Mulhouse) ; en 1887, territoire du Perreux érigé en commune ; vers 1890, construction de l'église et de la mairie ; forte urbanisation 4e quart 19e siècle et 20e
    Illustration :
    Ile-de-France, Sceaux) IVR11_20059400293X Vue prise de Champigny vers Le Perreux juste entre l'ile du Moulin (Bry-sur-Marne) et l'ile des Schéma reconstituant la chronologie des créations de rues au Perreux. IVR11_20079400411NUDA Plan des lotissements des Champs-Elysées et de Longchamps. Tirage publicitaire, circa 1860. (Musée Plan du lotissement du nouveau quartier de Bellevue du Perreux, vers 1865. (AM Le Perreux-sur Plan des nouveaux quartiers des Champs-Elysées et de Longchamps du Perreux. Le plan est perdu , reste aux AM le tirage photographique ayant servi à imprimer l'ouvrage de Pierre Champion et d'Alexandre Salabert paru pour le cinquantenaire de la ville. Tirage photographique, 1937. (AM Le Perreux-sur-Marne Plan des contenances et prix des terrains de la propriété du Perreux pour l'année 1885. (AM Le Plan du lotissement ""la campagne pour tous"" en bord de Marne, avant 1887 (indépendance du Perreux
  • complexe hôtelier de Chinagora
    complexe hôtelier de Chinagora Alfortville - 1 rue du Confluent
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    diagnostic patrimonial patrimoine urbain et paysager de l'OIN Seine-Aval
    Historique :
    L'ensemble hôtelier et commercial de Chinagora a été construit à Alfortville en 1992 par l'architecte Liang Kunhao. Situé à la confluence de la Seine et de la Marne, le complexe est érigé sur le site de l'ancienne usine Chelle, détruite en 1985 (dossier IA00123531).
    Référence documentaire :
    L'Archéologie industrielle en France, n°63 L'Archéologie industrielle en France, n°63 Architectures d'usines en val-de-marne (1822-1939 Architectures d'usines en Val-de-Marne (1822 p. 379 Le Val-de-Marne anthologie : 1964-2014 Le Val-de-Marne, anthologie : 1964-2014. Emmanuel
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Description :
    -chinois, le complexe hôtelier de Chinagora se compose de cinq bâtiments offrant une surface de près de 50 000 m2 et d'un jardin central de 2500 m2. L'hôtel s'élève sur neuf étages tandis que le restaurant comprend trois nivaux. L'ensemble s'inspire librement de la Cité interdite de Pékin et reprend des éléments de l'architecture vernaculaire manchoue, tels les toits en saillie, les bâtiments en forme de pagode
    Titre courant :
    complexe hôtelier de Chinagora
    Illustration :
    Vue générale depuis la rive droite de la Seine. IVR11_20139400001NUC4A Terrasse sous le restaurant donnant sur la confluence de la Seine et de la Marne Escalier de la terrasse. IVR11_20139400017NUC4A Décors de l'escalier. IVR11_20139400018NUC4A Décors de la façade. IVR11_20139400019NUC4A Décors de la façade. IVR11_20139400020NUC4A Vue du restaurant, du centre commercial et de l'hôtel. IVR11_20139400021NUC4A
  • Monument aux Morts des Soldats Indochinois Morts à la Guerre de 1914-1918
    Monument aux Morts des Soldats Indochinois Morts à la Guerre de 1914-1918 Le Perreux-sur-Marne - rue de la Paix - en ville - Cadastre : 1979 J 193 dans le cimetière de Nogent-sur-Marne non inventorié
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Monument érigé à la mémoire des indochinois morts au service de la France lors de la guerre de 1914
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - rue de la Paix - en ville - Cadastre : 1979 J 193 dans le cimetière de
    Titre courant :
    Monument aux Morts des Soldats Indochinois Morts à la Guerre de 1914-1918
    Appellations :
    des Soldats Indochinois Morts à la Guerre de 1914-1918
  • maisons, immeubles
    maisons, immeubles Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Auteur :
    [sculpteur] Folleville P. de
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le quai du Perreux de l'île des Loups. IVR11_20059400213XA Vue prise depuis le quai de Champigny d'un pavillon de jardin sur l'île des Loups Vue panoramique, depuis Nogent-sur-Marne. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19859400236XB Vue de la place de la République. Carte postale. (BHVP) IVR11_19859400549XB Vue de la place de la République et de la rue de Colmar. Carte postale. (AD Val-de-Marne Vue de l'angle formé par l'avenue Ledru Rollin et la rue Station. Carte postale. (AD Val-de-Marne Vue de l'avenue Ledru Rollin. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401513XB Vue de la rue de Belfort. Carte postale. (BHVP) IVR11_19859400548XB Vue de l'avenue de la Liberté. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401516XB Vue de l'angle formé par l'avenue Montaigne et l'avenue des Champs Elysées, actuellement avenue
  • sculpture monumentale : Le jardin de la méditation ou De la méditation des âges de la vie
    sculpture monumentale : Le jardin de la méditation ou De la méditation des âges de la vie Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Auzelle, dès son avant-projet pour le cimetière de 1969, prévoit un bassin accueillant un programme sculpté monumental, dans l'axe d'entrée de sa composition. Il en choisit le thème : les âges de la vie et le sculpteur Pierre Székely. Au moment de la mise en œuvre, en 1972, le projet est quelque peu modifié pour des raisons financières. L'œuvre est réalisée par l'entreprise Bertrand à Sens-de-Bretagne
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    répartis les différents éléments sculptés du programme évoquant les âges de la vie : la naissance émerger de l'eau, réalisées en béton par coffrage en polystyrène expansé sculpté. Les piétons devaient pouvoir passer entre les sculptures au moyen de massifs en béton armé à fleur du niveau de l'eau évoquant par la simplicité de ses formes, propice à la méditation. S'y succèdent, en treize étapes, les temps de la vie : L'en deçà inconnu, L'œuf de la conception, Le lac de la naissance, Les cubes de l'enfance , La porte de la connaissance de soi, Le pont de l'âge adulte, Le banc de la collectivité, Le siège de l'individualité, Les marches vers/de la connaissance du monde, La rencontre (ou le couple), La conscience de l'âge mûr, La fenêtre vers la mort, L'au-delà inconnu. L'oeœuvre est réalisée en granit. Les surfaces de la pierre sont brûlées au chalumeau de kerdrane (pétrole raffiné brûlant à 2800°) afin de les rendre plus rugueuses et irrégulières, le sculpteur souhaitant reproduire l'effet naturel de l'érosion des siècles.
    Localisation :
    Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Titre courant :
    sculpture monumentale : Le jardin de la méditation ou De la méditation des âges de la vie
    Illustration :
    Esquisse de Robert Auzelle, localisant le bassin destiné à accueillir la sculpture monumentale et décomposant les sept éléments du premier programme des Ages de la vie (naissance, enfance, adolescence, couple Maquette du premier projet, réalisée par Székely. Les éléments de granit émergeant de la surface Plan esquissé sur calque, sans date, de Robert Auzelle présentant l'aspect définitif des aménagements pour la sculpture : une succession de bacs et de dalles ciment de 4,5 m x 4,5 m Vue d'ensemble de la sculpture, lors de son achèvement [1973]. IVR11_20089400090NUC4AB Vue d'éléments de la partie centrale de la composition. Au premier plan à gauche et de dos, « le siège de l'individualité », à droite « le banc de la collectivité », puis, simple pierre plate « le pont de l'âge adulte », juste derrière, la haute structure de « la porte de la connaissance de soi », au fond, « les cubes de l'enfance » et « l'œuf de la conception ». Photographie N/B, [1973
1 2 3 4 Suivant