Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 61 à 80 sur 9158 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • peinture Le lac et le casino d'Enghien
    peinture Le lac et le casino d'Enghien 71, 73 avenue de Ceinture
    Description :
    C'est la seule peinture représentant le site d'Enghien : vue du lac avec en fond le casino. Au
    Titre courant :
    peinture Le lac et le casino d'Enghien
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la peinture conservée dans le hall principal de la partie technique du lycée : jeunes gens devant le casino d'Enghien. IVR11_20089500304NUC4A Détail de la peinture conservée dans le hall principal de la partie technique du lycée : personnages et voiliers devant le lac et le casino d'Enghien, 1955. IVR11_20089500305NUC4A
  • ensemble de deux verrières : la Multiplication des pains et des poissons, le Figuier desséché
    ensemble de deux verrières : la Multiplication des pains et des poissons, le Figuier desséché Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription sur l'oeuvre Baie 14 : Matthieu 15, 32-39 (Jésus maudit le figuier sans fruit, qui se desséche). Baie 16
    Historique :
    sur les peintures de l'Evangéliaire de Sinople, Gilles Rousvoal a choisi d'illustrer le lien entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Les verrières ont été exécutées par l'atelier Duchemin (Paris) en 1996 -1997. Le coût de l'oeuvre (650 000 francs) a été réparti entre la ville de Melun, le département de Seine-et-Marne, la région Ile-de-France et l'Etat. Les verrières ont été inaugurées en 1999. Gilles
    Matériaux :
    verre polychrome gravé à l'acide grisaille sur verre jaune d'argent émail sur verre
    Représentations :
    Le figuier stérile ; Multiplication des pains
    Titre courant :
    ensemble de deux verrières : la Multiplication des pains et des poissons, le Figuier desséché
    Illustration :
    Vue d'une autre verrière de Gilles Rousvoal, dans le collatéral nord. IVR11_20027700688VA
  • Relief : le printemps.
    Relief : le printemps. Paris 14e arrondissement - square de l'Aspirant Dunand 20 rue Saillard - en ville
    Historique :
    Placée dans le square de l'Aspirant Dunant, cette fontaine est l'une des œuvres réalisées par Gilbert Privat pour l'embellissement de l'environnement de la mairie du XIVe arrondissement, dont le elle aussi des adolescents nus dans un cadre bucolique, à Malakoff, dans le square du parc Léon Salagnac. La fontaine a été placée dans le square en 1931, selon un arrêté municipal du 8 août 1931.
    Description :
    Le relief qui orne une fontaine représente deux silhouettes féminines nues traitées en haut relief
    Titre courant :
    Relief : le printemps.
  • maison dite Le Castelet
    maison dite Le Castelet Andrésy - 87 rue Maurice-Berteaux - en ville - Cadastre : 1983 AM 470
    Historique :
    La villa se trouve sur un lotissement réalisé en 1925.
    Description :
    et un petit oriel en brique. La partie habitation a un étage sur un rez-de-chaussée surélevé tandis que l'annexe accolée avec le garage est en rez-de-chaussée seulement.
    Titre courant :
    maison dite Le Castelet
    Appellations :
    Le Castelet
    Illustration :
    Le bow-window et l'oriel de la façade sur jardin. IVR11_20067800766VA La boiserie ornant le salon, salle à manger. IVR11_20067800770XA
  • hôtel Le Cocq
    hôtel Le Cocq Melun - rue Saint-Aspais - en ville - Cadastre : 1985 AT 135, 137
    Historique :
    galerie sur cour ont été préservés. Le seul encore en place est un pilier de pierre au fond d'un magasin L'hôtel le Cocq ou hôtel du Coq était l'une des principales demeures Renaissance de Melun . Possession de la famille d'Orléans-Longueville, elle était située sur la grand'rue, face au chevet de
    Titre courant :
    hôtel Le Cocq
    Appellations :
    Hôtel Le Cocq
    Illustration :
    Extrait d'un plan du fief de Carrois, dressé en 1742. Le ""fief et hôtel du Cocq"" se trouve face Vue de l'une des colonnes sculptées de l'hôtel Le Cocq, conservée au Musée de Melun (inv. 967.355 Vue de l'une des colonnes sculptées de l'hôtel Le Cocq, conservée au Musée de Melun (inv. 967.355 Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : deux des supports de la galerie Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des éléments
  • hôtel restaurant Le Giboin
    hôtel restaurant Le Giboin Aubergenville - Elisabethville - 5 boulevard de la Plage - Cadastre : 2014 ac 311
    Historique :
    L'hôtel le Giboin a été construit dès le début du lotissement vers les années 1927, pour accueillir les visiteurs. On ignore le nom de son architecte.
    Description :
    C'est un bâtiment massif de plan rectangulaire avec deux pans coupés. Sur l'un se situe l'entrée de l'établissement, alors que l'autre est orné d'une rocaille. Le décor d'origine de l'hôtel était plus sobre
    Titre courant :
    hôtel restaurant Le Giboin
    Illustration :
    Affiche publicitaire sur l'hôtel Le Giboin. Affiche, 1929. (Collection particulière Vue générale de l hôtel Le Giboin. Carte postale, vers 1930. (Collection particulière L'intérieur de l hôtel Le Giboin. Carte postale, vers 1930 (Collection particulière Menu du restaurant de l'hôtel Le Giboin. Affiche, 1929. (Collection particulière Dépliant publicitaire de l'hôtel Le Giboin. Affiche, 1929. (Collection particulière Décor rocaillé sur un des murs de l'hôtel du Giboin. IVR11_20137800273NUC4A Le bar en bois de l'hôtel. IVR11_20137800304NUC4A Le radiateur de la salle à manger de l'hôtel du Giboin. IVR11_20137800271NUC4A
  • cinéma Le Trianon
    cinéma Le Trianon Romainville - place Carnot
    Historique :
    des communes de Noisy-le-Sec et de Romainville. Il domine une vaste plaine de champs et de bois, une position qui évoque celle des pavillons de chasse et qui lui vaut le nom de Trianon en mémoire des pavillons royaux de Versailles. Les propriétaires se succèdent et le négoce se développe. En 1930, le café accueille une première salle de cinéma à laquelle sont associés une salle de bal et deux billards. Le lieu connaît un vif succès jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Le 18 avril 1944, les alliés visent la gare de Noisy-le-Sec et détruisent au passage le café et la salle de bal du Trianon. Les lendemain, une bombe à retardement ravage la place Carnot. Le Trianon est totalement détruit. Dans les années 1950, les dommages de approuvés par le ministère de la Reconstruction et de l'urbanisme. Le chantier est rapide et l'inauguration du nouveau Trianon a lieu le 20 janvier 1954. Il sera la première salle du département de la Seine
    Description :
    période, s'inspire du style paquebot amorcé dans les années 1930. A l'intérieur, le grand hall lumineux réparties entre l'orchestre et le balcon. Un décor de staff (mélange de plâtre et glycérine armé de toile de jute ou de tissu de verre), figurant des motifs végétaux, orne le plafond. Le plateau de la scène
    Titre courant :
    cinéma Le Trianon
  • Tableau : le Christ en croix
    Tableau : le Christ en croix Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Historique :
    Calvaire de Pérignon (Salon de 1840). Le cartel apposé sur le cadre n'ayant pu être lu, nous n'avons pu Vers 1869, le peintre Frédéric-Henri Schopin donna à l'église Saint-Aspais une Mort du Christ au déterminer si le tableau aujourd'hui accroché contre le mur occidental de l'église est celui donné par
    Représentations :
    Christ en croix, sainte Marie Madeleine, saint Jean, Vierge ; Le Christ en croix est entouré de la
    Emplacement dans l'édifice :
    contre le mur occidental
    Titre courant :
    Tableau : le Christ en croix
  • bas relief
    bas relief ""les trois enseignements, le classique, le technique et le moderne 71, 73 avenue de Ceinture
    Historique :
    . Les trois enseignements représentés par des allégories féminines, le classique, le technique et le moderne, illustrent le nouveau programme pédagogique expérimental de l'établissement.
    Description :
    Les trois personnages féminins portent les attributs correspondants, avec de droite à gauche : le
    Emplacement dans l'édifice :
    façade du bâtiment sur l'avenue de Ceinture
    Titre courant :
    bas relief ""les trois enseignements, le classique, le technique et le moderne
  • Maison Martin, Noisy-le-Grand
    Maison Martin, Noisy-le-Grand Noisy-le-Grand - 65 rue de la République - en ville - Cadastre : 2017 AZ01 487
    Historique :
    uniquement. Mme Martin avait rencontré Geneviève Zimbacca dans un contexte professionnel et découvert le étaient très amis et le sont restés jusqu'à la disparition des Zimbacca.
    Description :
    : une première pièce en contrebas, accessible par des gradins faisant office de marche, ouvre sur le Conçu comme un ensemble destiné à abriter des bureaux, la maison de Noisy-le-Grand a vu son aménagement intérieur considérablement modifié depuis sa transformation en maison d'habitation. Sur un largement ouverte sur tous les espaces de la maison. Ensuite, une volée de marches donne accès à la chambre éclairement (et bien que celle ci soit entourée de maisons beaucoup lus hautes). Enfin, le plan original de complétement le terrain.
    Localisation :
    Noisy-le-Grand - 65 rue de la République - en ville - Cadastre : 2017 AZ01 487 Noisy-le-Grand - 65 rue de la république - Cadastre : 2016 00AZ01 487
    Titre courant :
    Maison Martin, Noisy-le-Grand
    Illustration :
    Vue de la façade postérieure, prise depuis le jardin. IVR11_20179300329NUC4A Vue de la cheminée, prise depuis le premier étage (chambre). IVR11_20179300333NUC4A Vue prise depuis le premier étage (espace central de la maison). IVR11_20179300335NUC4A
  • Maison Colmont, Jouy-le-Moutier
    Maison Colmont, Jouy-le-Moutier Jouy-le-Moutier - 4 rue du four à pain - Cadastre : 2016 000ck01 645
    Historique :
    La maison de Jouy-le-Moutier a été réalisée dans le cadre d'un projet porté par les habitants de ce toutes une harmonie de taille et de gamme chromatique. Ce processus participatif s'est aussi fondé sur la création d'espaces de circulation et d'un jardin partagé dans le lotissement. Particulièrement réussis, car très végétalisés, ils tendent à faire disparaître les murs de clôtures et les séparations. Le bitume a due être remplacée, au profit d'un matériau : le zinc. Les propriétaires actuels ont agrandi la
    Localisation :
    Jouy-le-Moutier - 4 rue du four à pain - Cadastre : 2016 000ck01 645
    Titre courant :
    Maison Colmont, Jouy-le-Moutier
    Illustration :
    Vue générale de la façade antérieure (le jardin d'hiver est postérieur). IVR11_20179500468NUC4A
  • tableau : saint Michel terrassant le démon
    tableau : saint Michel terrassant le démon Andrésy
    Historique :
    Le tableau porte en bas à gauche la signature très difficilement lisible de Lepic. Il se trouve
    Description :
    Le tableau est une copie fidèle de celui de Guido Reni.
    Titre courant :
    tableau : saint Michel terrassant le démon
    Dimension :
    h= 184 ; la=144 (dimensions prises avec le cadre)
  • Diagnostic patrimonial de Noisy-le-Grand
    Diagnostic patrimonial de Noisy-le-Grand Noisy-le-Grand
    Localisation :
    Noisy-le-Grand
    Titre courant :
    Diagnostic patrimonial de Noisy-le-Grand
    Aires d'études :
    Noisy-le-Grand
    Texte libre :
    Noisy-le-Grand, et plus généralement Marne-la-Vallée dont elle fait partie, est un territoire en étude plus globale de Marne-la-Vallée, menée en partenariat avec le CAUE de Seine-et-Marne depuis 2014 . Vous trouverez en bas de cette page le lien vers la synthèse communale de Noisy-le-Grand dans la
    Illustration :
    paroissial et de la vallée de la Marne. IVR11_20159300004NUC4A Maison de notable, 2 allée de la Marne, vers 1870-1880. IVR11_20159300022NUC4A Urbanisme récent à Noisy-le-Grand, mail du Colonel Rémy, vers 2010. IVR11_20159300110NUC4A
  • calice d'Honoré Le Balleur, vers 1900 (?)
    calice d'Honoré Le Balleur, vers 1900 (?) Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    correspond probablement à celui d'Honoré Le Balleur (la limace est bien visible). Sur le revers du pied est
    Historique :
    Biais. On peut notamment le comparer aux calices du même orfèvre conservés dans les églises d'Aixe-sur Honoré Le Balleur insculpe son poinçon en 1894. Ce calice peut donc dater du début du 20e siècle -Vienne (département de la Haute-Vienne) et de Steene (département du Nord) : bien que le décor diffère coupe allongée. Le calice de Steene porte une inscription indiquant qu'il fut donné en 1903, le calice
    Description :
    Calice néo-gothique très simple, sans fausse-coupe, avec décor de feuilles d'eau sur le pied.
    Auteur :
    [orfèvre] Le Balleur Honoré
    Titre courant :
    calice d'Honoré Le Balleur, vers 1900 (?)
  • tableau : le Château de la Reine Blanche
    tableau : le Château de la Reine Blanche Melun - 16 rue Paul-Doumer - en ville
    Inscriptions & marques :
    numéro d'inventaire sur l'oeuvre Etiquette collée dans le coin supérieur gauche : 68 (n° d'inventaire).
    Historique :
    Vicomté. Ce paysage, dans le genre d'Hubert Robert, représente l'île Saint-Etienne et le grand bras de la Seine, vus depuis l'ouest. On reconnaît notamment au premier plan les vestiges du château royal et le tableau ne paraissent pas correspondre au paysage réel : au débouché du pont sur la rive Saint-Ambroise
    Représentations :
    , démantelé au cours des 18e et 19e siècles. Dans la partie droite du tableau : la Seine, avec le pont sud (pont-aux-moulins) et le quartier Saint-Ambroise.
    Titre courant :
    tableau : le Château de la Reine Blanche
  • grand ensemble dit le Domaine de Villiers
    grand ensemble dit le Domaine de Villiers Draveil - Villiers - avenue Henri-Barbusse rue de Châtillon - en ville - Cadastre : 1983 AR 5, 76-79, 82, 100-104, 108, 109, 111, 113, 114, 116-120, 200, 296, 297, 299, 303-309 1983 BC 54, 211, 218, 234, 24, 260-262, 265, 266, 268-272, 276, 278
    Historique :
    par la Caisse des Dépôts et Consignations le 30 juin 1954. Le programme initial prévoit la construction de 702 logements en deux tranches (432 et 270 logements). Le plan d'ensemble élaboré par les architectes Jacques Warnery et Jean Saubot s'attache à maintenir le caractère privé du parc, sans toucher aux masses boisées ni modifier le modelé du sol. La première tranche (permis de construire du 23 mars 1956 le Parc Saint-Rémy (entre les rues Libéral-Bruant et François-d'Orbay). Les travaux sont achevés le 21 décembre 1960. Deux écoles primaires correspondant à chaque phase de la construction desservent le grand ensemble. En même temps que l'allée des Tilleuls, le château utilisé par un service social de la
    Description :
    Au nord du château, le respect des masses boisées a conduit les architectes à disposer les bâtiments en périphérie du terrain, le long d'une route fermée par une place en cul-de-sac limitant la hameaux reliés par des sentiers piétonniers. Les petits collectifs à 2 étages sont situés sur la voie pour former écran au bruit et à la vue. Au sud du château le terrain libre traversé par l'allée des Tilleuls , chacun possédant son escalier intérieur. Les collectifs comportent deux ou trois étages sur rez-de
    Titre courant :
    grand ensemble dit le Domaine de Villiers
    Appellations :
    Domaine de Villiers (le)
    Illustration :
    Plan d'ensemble (décompte des logements), 22 décembre 1954. Le nombre total de logements est de 704 Le groupe scolaire. Carte postale, vers 1960. (AD Essonne, 2 Fi 63) IVR11_20059101640XAB Plan-masse figurant sur un panneau situé à l'entrée du domaine. IVR11_20079101254XA Immeubles le long du boulevard Henri-Barbusse. IVR11_20079100851XA Immeubles entre l'allée des Tilleuls et le boulevard Henri-Barbusse. IVR11_20079100853XA Immeubles (n° 21 à 27, 2 à 6 et 8 à 12) le long de la route située en périphérie du parc boisée, à Façade sur rue de l'immeuble n° 62 à 68. IVR11_20079101257XA Pavillons semi-individuels de 4 et 2 logements dans le parc du domaine. IVR11_20079101262XA 2e tranche du Domaine de Villiers : la tour, le centre commercial et les deux immeubles encadrant La tour d'habitation et le centre commercial (rez-de-chaussée) de la seconde tranche du Domaine de
  • garderie d'enfants La santé c'est le bonheur
    garderie d'enfants La santé c'est le bonheur Enghien-les-Bains - 5 villa de la Croix blanche - en ville - Cadastre : 1995 AB 275
    Historique :
    Cette crèche a été construite à la demande de l'association enghiennoise La santé c'est le bonheur
    Description :
    . Sur la cour, le bâtiment, accolé à un édifice antérieur, s'ouvre avec deux travées de larges fenêtres édifice présentant trois travées sur la rue, la travée centrale étant sommée d'une grande lucarne horizontales. Le style général est celui que l'on qualifie durant les années Trente de style cottage.
    Titre courant :
    garderie d'enfants La santé c'est le bonheur
    Appellations :
    La santé c'est le bonheur
  • Le décor des lycées de Mantes
    Le décor des lycées de Mantes
    Inscriptions & marques :
    signature sur l'oeuvre
    Historique :
    l'exécution d'une grande fresque sur plâtre de 5,10 m de large x 2,80 m de haut sur le thème de l'Île-de Le décor du lycée mixte (Saint-Exupéry) et du lycée technique (Jean Rostand) de Mantes-la-Jolie a été en grande partie réalisé dans le cadre de la procédure du 1% artistique, instaurée par le décret du 18 mai 1951 pris par le Ministère de l’Éducation nationale. Selon ce dernier, 1% des sommes . Le 5 janvier 1960, l'architecte Raymond Lopez et son collaborateur Raymond Gravereaux soumettent au -France, associée, au fond du hall de l'entrée principale, à une fresque sur ciment de plus petites retenues pour orner le lycée par la Commission d'agrément des artistes, lors de sa séance du 16 décembre 1960 : - dans la salle de détente des garçons, une fresque sur plâtre d'environ 23m2 ayant pour sujet "La Connaissance du monde", exécutée par le peintre Alexandre Obradovitch. - au fond de la galerie d'entrée menant à l'externat, une fresque sur ciment intitulée "Nuances", conçue par l'épouse de Raymond
    Référence documentaire :
    p. 36-37. Art / Lycées - 1951-1993 - Le 1% artistique en Région Île-de-France. BECHY, Hervé (dir .). Art / Lycées - 1951-1993 - Le 1% artistique en Région Île-de-France. Paris, Conseil régional d'Île-de juin 1960 Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine. Culture ; Délégation aux arts plastiques ; Sous , commissions de 1969 Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine. Culture ; Délégation aux arts plastiques
    Titre courant :
    Le décor des lycées de Mantes
    Texte libre :
    plan triangulaire. Leur disposition libre sur le terrain permet d'animer un espace sans qualification particulière et d'offrir des points de vues multiples sur les bâtiments qui les enserrent. Le soubassement du Le décor des lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand de Mantes-la-Jolie a été réalisé en grande partie dans le cadre de la procédure du 1% artistique, instaurée par le Ministère de l’Éducation nationale en en 1969 par Rémi Lopez, chargé de terminer le chantier d'agrandissement du lycée technique laissé inachevé au décès de son père (1966). Ces deux campagnes illustrent, sur dix ans, l'évolution des sculpteur René Andréï (1906-1987), conçue pour le patio d'entrée de l'établissement. Intitulée "La Jeunesse figure évoque le travail d'Aristide Maillol. Elle contraste avec le buste de l'aviateur et écrivain Antoine de Saint-Exupéry, aux volumes anguleux et simplifiés, placé dans le même jardin. Ce buste porte la -même sculpteur et peintre. Son intégration au décor du lycée n'est pas documentée. Devant le lycée
    Illustration :
    Le décor de cette salle de détente des garçons pourrait être la fresque sur plâtre d'environ 23m2 Détail de la signature de Charles Gianferrari, sur le deuxième panneau décoratif du réfectoire du ayant pour sujet "La Connaissance du monde", exécutée par le peintre Alexandre Obradovitch. (Fonds Aménagements du patio situé entre le lycée Saint-Exupéry et le lycée Jean Rostand : préaux, murs Détail des aménagements de Charles Gianferrari pour le patio séparant le lycée Saint-Exupéry du Détail des aménagements de Charles Gianferrari pour le patio séparant le lycée Saint-Exupéry du pour le patio séparant le lycée Saint-Exupéry du lycée Jean Rostand. 1969) IVR11_20177800273NUC4A Devant l'un des préaux, au sol, le motif d'escargot dessiné par le dallage conçu par Charles Vue générale de la mosaïque de pierre, marbre et émail réalisée par Charles Gianferrari pour le , proches de ceux conçus par le collectif de design L'Oeuf pour plusieurs halls d'entrée d'immeubles
  • Le mobilier de l'hôtel de ville
    Le mobilier de l'hôtel de ville Mantes-la-Jolie
    Historique :
    , tout en blanc, possède des sièges tulipe d'Eero Saarinen. Ils ont donné des prescriptions sur le décorateurs ont réalisé la décoration du cabinet du maire : ils ont dessiné le mobilier sauf la table basse en
    Titre courant :
    Le mobilier de l'hôtel de ville
    Texte libre :
    nouvel hôtel de ville. Leur choix se porte sur des objets emblématiques du design moderniste : la chaise tulipe de Eero Saarinen, le siège Wassili de Marcel Breuer et la lampe Pipistrello de Gae Aulenti.
    Illustration :
    Le hall d'honneur a perdu les rayures horizontales qui sur le mur faisaient écho aux marches Si l'escalier est l'oeuvre de l'architecte, le décor environnant a été dessiné par les designers Le bureau du maire. (AM Mantes-la-Jolie 15 Fi 2 365) IVR11_20157800466NUC4A Le bureau du maire et la salle de conférences particulière. (AM Mantes-la-Jolie 15 Fi 2 353 Sièges en plastique moulé dans le hall qui précède la salle des mariages et du conseil Ces fauteuils se trouvaient à l'origine dans le bureau du maire. IVR11_20157800612NUC4A Vue actuelle de la salle du conseil dont le mobilier a été changé. IVR11_20157800604NUC4A
  • maison de campagne dite le château Itasse
    maison de campagne dite le château Itasse Maurecourt - 1 rue Itasse - en ville - Cadastre : 1983 AE 84, 85, 88, 89, 90, 208, 209, 211
    Historique :
    pas sur le plan de 1701, en revanche elle existe en 1731. Après le décès d'Anne-Marie Cotelle en 1779 1824 elle appartient à Jacques Le Seigneur, qui sera maire de Maurecourt. C'est en 1833 que la famille
    Description :
    décès de 1779 : un vestibule avec un escalier à rampe en fer, un salon donnant sur le jardin, salle à La propriété est telle qu'elle est décrite dans le terrier de 1766 et surtout l'inventaire après manger et salon de part et d'autre et chambres à l'étage. La maison était alors couverte en tuile. Le
    Titre courant :
    maison de campagne dite le château Itasse
    Illustration :
    Plan sur le cadastre napoléonien. (AD Yvelines). IVR11_20087800016NUC1A L'escalier vue plongeante sur le départ. IVR11_20077800341XA Le château vu depuis la grille donnant sur la partie boisée du parc. IVR11_20077800346XA Le monogramme d'Anne-Marie Cotelle sur la grille. IVR11_20077800352XA La façade sur jardin. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800490NUC2 Les escaliers extérieurs latéraux sont sans doute des aménagements du XIXe siècle. Le motif de Le jardin et la façade postérieure du château. IVR11_20077800333XA Le potager et un bâtiment agricole. IVR11_20077800342XA Le mur de clôture qui a servi de mur à chasselas. IVR11_20077800348XA