Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 21 à 40 sur 115 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • maison de notable, dite château Lepic
    maison de notable, dite château Lepic Andrésy - 2, 4 avenue d' Eylau - en ville - Cadastre : 1983 AV 215, 216
    Historique :
    frimaire an IV à Jean Antoine Destreaux, habitant à Versailles, lequel la vend le 30 germinal an V à Pierre Selon la tradition, le général napoléonien Louis Lepic se serait installé définitivement dans cette comme bien national le 12 vendémaire an IV à Jean Louis Durupt Boileau qui l'a aussitôt revendue le 28 payée 70 000 francs en numéraire le négociant et sa femme empruntent 73 840 francs par devant le notaire pas encore été transformé. Lepic meurt le 7 janvier 1827. A la mort de la comtesse, en 1863, elle a sont ses héritiers. C'est le comte qui hérite du château (ainsi qualifié mais cette dénomination est déclaration d'augmentation de construction. Selon les matrices cadastrales, Ludovic Napoléon Lepic, le fils du contre le paiement de ses dettes. Un plan de 1894 (donc postérieur d'un an à la mort de Louise Faure ) porte le tracé de la rue d'Eylau qui scinde en deux la propriété définitivement. Le château est encore entier. Il est coupé en deux maisons distinctes avant 1899 (comme le montre la photographie de
    Description :
    chambres. Le château construit par le comte Lepic en 1864 et divisé aujourd'hui en deux maisons distinctes
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Le général Comte Lepic. Photographie, vers 1855 (Collection particulière). IVR11_20077800170XA Le peintre Ludovic Lepic. Photographie. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine
  • 6 peintures monumentales : les Poètes
    6 peintures monumentales : les Poètes Chanteloup-les-Vignes
    Historique :
    le XIXe siècle parce qu'il était le plus proche de lui tout en étant entièrement révolu. Il a éléments étant placés dans le fond du moule où le béton était coulé. Le peintre a utilisé cette même crédit n'était prévu pour ce genre de décor dans le budget de l'opération.
    États conservations :
    L'immeuble comportant le portrait de Victor Hugo a été détruit en 2005 lors d'une phase de
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    bas destiné à la mairie qui aurait fait face aux murs pignons ornés des portaits d'hommes de lettres du XIXe siècle. Ici de gauche à droite Paul Valéry, Arthur Rimbaud, Baudelaire et Victor Hugo. Le sol
  • plaque commémorative des instituteurs de Seine et Oise
    plaque commémorative des instituteurs de Seine et Oise Andrésy - 40 boulevard Noël-Marc
    Historique :
    Après la première guerre mondiale, le Conseil général de Seine-et-Oise a fait apposer une plaque
    Matériaux :
    grès céramique moulé décor dans la masse engobe décor en bas-relief en plusieurs éléments décor
  • retable, tabernacle, maître-autel
    retable, tabernacle, maître-autel Chanteloup-les-Vignes
    Historique :
    Le retable a été offert par les paroissiens en 1681 et le tabernacle par Elisabeth Barrois et son
    Représentations :
    (colonne torse) ; Dieu le père sur le fronton cintré ; le Bon pasteur et l'Annonciation sur le tabernacle.
    Description :
    Le retable se compose d'une partie centrale à entablement et colonnes corinthiennes surmontée par . Le tabernacle est orné de colonnettes torses.
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Relief représentant Dieu le Père sur le fronton cintré. IVR11_20087800035NUC4A Le tabernacle, vue d'ensemble. IVR11_20087800030NUC4A Le tabernacle, détail de la partie gauche : Ange d'Annonciation. IVR11_20087800033NUC4A Le tabernacle, détail de la partie gauche : Vierge d'Annonciation. IVR11_20087800032NUC4A Le tabernacle, détail de la partie centrale : le Bon Pasteur. IVR11_20087800031NUC4A
  • quartier du Pont-du-Routoir
    quartier du Pont-du-Routoir Guyancourt - Le Pont-du-Routoir Le Château - boulevard Jean Jaurès rue de Dampierre boulevard du Château rue Neil Armstrong rue Youri Gagarine - en ville
    Localisation :
    Guyancourt - Le Pont-du-Routoir Le Château - boulevard Jean Jaurès rue de Dampierre
    Texte libre :
    A l'aube des années 1970, le quartier du Pont-du-Routoir, aujourd'hui le plus peuplé de Guyancourt , a encore le visage d'un coin de campagne agricole francilienne. Mais les immeubles construits par rurale alors confrontée à deux bouleversements : le projet de ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines collectifs et de pavillons individuels. L'ensemble de l'étude, réalisée en partenariat avec le Musée de la Ville de Saint-Quentin-en-Yvelines, est accessible dans la rubrique Documentation - Liens web (en bas de publication dans la rubrique Documentation - Liens Web (en bas de page).
    Illustration :
    Vue générale du quartier du Pont-du-Routoir depuis le bassin de retenue du Château Le quartier du Pont-du-Routoir dans son écrin de verdure. IVR11_20147800073NUC4A Devanture d'un coiffeur, ouvrant sur le patio intérieur du centre commercial Louis Blériot Les commerces de proximité ouvrant sur le patio intérieur, en direction de la rue Pasteur Les commerces de proximité ouvrant sur le patio intérieur, en direction de la rue Pasteur Le patio intérieur du centre commercial. IVR11_20147800093NUC4A Vue générale d'un nouvel immeuble construit en 1996 dans le cadre de l'opération de la ZAC de Guyancourt II, destinée à désenclaver et redynamiser le quartier du Pont-du-Routoir. IVR11_20147800098NUC4A Vue générale de la nouvelle entrée de ville créée aux abords du centre commercial, dans le cadre de Un exemple d'immeuble réalisé dans le cadre de la ZAC de Guyancourt II (1996
  • Collégiale Notre-Dame
    Collégiale Notre-Dame Mantes-la-Jolie - place de l' Etape - en ville - Cadastre : 2014 AB 225
    Historique :
    Il existait à Mantes une église Notre-Dame qui fut cédée par le comte Simon à l'abbé de Cluny vers castrale. L'église fut très endommagée en 1087 par Guillaume le Conquérant. Elle était toutefois encore siège à Notre-Dame depuis le règne de Robert-le-Pieux (996-1031). C'est parmi cette confrérie que furent nommés les pairs lors de l'octroi de la charte de commune par Louis VI vers 1110. La proximité avec le pouvoir royal est encore attestée par le fait que l'abbé de Mantes fut à plusieurs reprises un fils de des bâtiments datés. Après la réalisation d'une plate-forme solide pour supporter le bâtiment en dépit de la déclivité du terrain, la construction a commencé par les parties basses de la façade 1150-60. Les murs extérieurs des collatéraux furent élevés dans le même temps. Et on peut penser que le niveau inférieur y compris les voûtes était en place vers 1170. La deuxième phase, construction de l'étage des tribunes, intervient dans le dernier tiers du XIIe siècle. Le modèle est désormais la
    Description :
    La collégiale est un édifice de plan simple à nef centrale et bas-côtés sans transept. Son l'extérieur par des arc-boutants. Le chœur comporte cinq chapelles rayonnantes, et les parties droites cinq rayonnantes. Celles-ci ont été ajoutées postérieurement. L'élément le plus original de l'église est le mode de dans le chœur. Les autres voûtes des tribunes sont quadripartites. Les baies extérieures qui leur
    Annexe :
    sol. (vers 1140-1145), Parties basses de la façade occidentale jusqu'au sol des tribunes, Mise en place du mur gouttereau des bas-côtés et du déambulatoire 2°) Voûtement des bas-côtés et du
    Texte libre :
    Même si sa ressemblance avec Notre-Dame de Paris est le fruit d'une intervention des restaurateurs
    Illustration :
    Le bas-côté sud en 1977. IVR11_19777800829X Vue intérieure depuis le choeur en 1977. IVR11_19777800830X Le chevet et la façade nord. Vue prise depuis l'Île aux Dames. IVR11_20157800187NUC4A Le chevet de la collégiale vue depuis l'île aux Dames. IVR11_20157800190NUC4A L'appareil régulier et le décor en dents de scie du soubassement de la collégiale côté nord La jonction entre le soubassement des travées occidentales de la nef et celui des chapelles La collégiale, le pont et l'entrée de ville. Carte postale. (Région Ile-de-France, fonds CREDOP Monuments funéraires de Catherine Lefebvre et de Jean Le Couturier. (Bnf. Topo Va 78, fol.tome V B Vue de la collégiale et des maisons sur le quai des Cordeliers. (BNF. Topo Va 78, fol. tome V. B La tour sud et le départ de la nef. IVR11_20177800446NUC4A
  • châsse de saint Roch
    châsse de saint Roch Chanteloup-les-Vignes
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur Inscription concernant le donateur : la paroisse de Chanteloup reconnaissante à saint Roch pour sa
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • Gares de Mantes-la-Jolie
    Gares de Mantes-la-Jolie Mantes-la-Jolie - place du 8 mai 1945 - en ville - Cadastre : 2014 AI 212-437
    Historique :
    , située sur le territoire de Mantes-la-Ville est, avec Vernon, la principale station intermédiaire entre dans les deux sens. Les trains directs s’y arrêtent une dizaine de minutes, le temps pour les voyageurs de se rendre au café-restaurant sur le quai pour profiter d’« un grand buffet chargé de fruits l’ouest, sur le territoire de Gassicourt. Elle comporte en outre une gare de marchandises et un dépôt la construction d'une cité cheminote appelée la cité Buddicom, le long de l'actuelle rue Pierre . Le dépôt qui a pris de plus en plus d'importance est bombardé en 1944 et reconstruit en 1945-1946 . Une rotonde pour locomotives fut construite en 1948 sur le modèle de la "rotonde unifiée type P " unique sur le réseau de l'Ouest. Elle a été détruite en 1977 mais on en voit le tracé sur les plans des
    Référence documentaire :
    De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-le Havre BOCARD, Hélène. De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-le Havre. Images du patrimoine n° 239. Paris : APPIF, 2005 Les origines du chemin de fer dans le Mantois, Ligne de Paris à Rouen COLOMBIER, Roger. Les origines du chemin de fer dans le Mantois, Ligne de Paris à Rouen. Paris : L'Harmattan,
    Description :
    contre-bas, en tranchée profonde, soutenue par un haut mur de soutènement en meulière. Elle est desservie
    Texte libre :
    avantage est le résultat d'une longue histoire car à la création de la ligne en 1843 la gare se trouvait sur le territoire de Mantes-la-Ville et en 1855 Mantes-Embranchement sur celui de Gassicourt.
  • Cloche dite Germaine, Napoléonne, Eugénie
    Cloche dite Germaine, Napoléonne, Eugénie Andrésy
    Inscriptions & marques :
    inscription relevée par le Caoa des Yvelines L'AN 1605 REFONDUE ET NOMMEE GERMAINE PAR HAUT ET NAPOLEONNE EUGENIE PAR SA MAJESTE NAPOLEON III ET PAR L'IMPERATRICE EUGENIE REPRESENTES PAR Mr LE COMTE LE PIC, AIDE DE CAMP DE L'EMPEREUR ET PAR MADAME LA COMTESSE LE PIC - Mr DUMANT ETANT MAIRE, Mr LENFANT
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • château du Faÿ
    château du Faÿ Andrésy - Le Faÿ - en écart - Cadastre : 1983 AC 11, 16 à 18, 20 à 24, 26 à 29, 31 à 33, 36 à 50, 53 à 85, 88 à 102, 104 à 107, 113, 115, 134, 135, 137 à 156, 162, 164, 166, 168, 180, 181 à 183, 185
    Historique :
    Miotte de Ravannes en hérite de son père en 1777 et le vend en 1779 à Armand Domilliers de Thésigny qui reconstruire le château avant de revendre la propriété en 1855 à Louis Napoléon Lepicqui fait quelques aménagements. Selon la monographie de l'instituteur il aurait fait réaménager le parc par les frères Bühler effectués à cause du sous-sol humide et de la reconstruction des communs par l'architecte Nénot en 1893. Le
    Description :
    On connaît par une description le château en 1777 : le château ou il y a chapelle attenante, une une cour en dépendant au bas de laquelle est un vivier commun avec l'abreuvoir qui a son entrée dans , d'un bâtiment pour le fermier, d'une grange, bergerie, étables à vaches, remises écuries et autres retour vers le midy, les jardins vergers et potagers et un pavillon dans l'angle du mur de clôture destiné pour le logement ordinaire du jardinier. Au midy du château un grand parterre aux cotés duquel sont plusieurs plantations et au bout le parc qui forme un taillis essence de chataigniers pour la au château actuel ni au précédent. En effet le pv de vente de 1827 décrit un bâtiment de 11 croisées aujourd'hui détruite ; le château actuel a gardé la même extension au sol et se compose d'un corps central et briques. Sur le toit en pavillon se trouve un belvédère. Les vestiges du parc présentent un petit lac araucaria. Dans la cour des communs, le vivier est toujours présent. Le colombier en pierre de taille et à
    Localisation :
    Andrésy - Le Faÿ - en écart - Cadastre : 1983 AC 11, 16 à 18, 20 à 24, 26 à 29, 31 à 33, 36 à 50
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Plan du domaine du Faÿ en 1682 d'après une copie faite en 1822 : détail le château et sa chapelle Plan des dîmes d'Andrésy, Jouy-le-Moutier et Vauréal et du domaine de la ferme d'Andrésy, 1778 La façade sur le parc. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800485NUC2 Le site du château. IVR11_20077800325XA Le vestibule et l'escalier d'honneur. IVR11_20067800570VA Le colombier ou "toits à volailles" du XVIIe siècle, façade arrière. IVR11_20067800566XA Le portail d'entrée et sa grille. IVR11_20067800843XA Le plan d'eau. On aperçoit la cascade en rocaille au fond. IVR11_20067800871XA
  • poste
    poste Maurecourt - 3 rue du Maréchal-Leclerc - en ville - Cadastre : 1964 AH 189
    Description :
    Le bureau a été agrandi à l'arrière.
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • verrière figurée : fragment d'arbre de Jessé et deux saints diacres (baie 7)
    verrière figurée : fragment d'arbre de Jessé et deux saints diacres (baie 7) Andrésy
    Historique :
    Dans sa disposition ancienne, le vitrail mis en place lors de la construction du collatéral nord identifier les saints diacres (Laurent, Vincent, Etienne), la dalmatique, la palme et le livre étant leurs
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Lancette centrale, détail : le roi Ezechias. IVR11_19867800103XA
  • portail
    portail Andrésy
    Historique :
    Le portail date de la construction du bas-côté. Une date très effacée figure sous la console de
    Représentations :
    sont placées dans des niches dont la voûte est en forme de coquillage ; sur le culot qui la soutient
    Illustration :
    Vue d'ensemble du portail s'ouvrant sur le chevet. IVR11_20067800696XA Détail du culot surmontant la niche du portail s'ouvrant sur le chevet. IVR11_20067800698XA
  • maison d'architecte, 60bis rue du Général-Leclerc
    maison d'architecte, 60bis rue du Général-Leclerc Andrésy - 60bis rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AO 215
    Historique :
    de l'agencement de volumes simples, elle affirme un refus déterminé de l'ornement. Le plan comporte de multiples décrochements comme le montre la photographie prise depuis le jardin qui surplombe la construction. On voit que la partie centrale est distribuée autour d'un patio sur lequel donnent le salon et crée des perspectives inattendues et variées. Le personnage de Raymond Fischer comporte de multiples
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Façade antérieure : vue d'ensemble depuis le jardin. IVR11_20067800574XA Façade antérieure : le corps central. IVR11_20067800576XA Le patio. IVR11_20067800582VA Les pièces distribuées par le patio. IVR11_20067800584VA
  • Musée Duhamel
    Musée Duhamel Mantes-la-Jolie - 16 rue L'Evesque - en ville - Cadastre : 2014 AB 21
    Historique :
    Le musée Duhamel a été construit en 1906 par l’architecte Maurice Nalet pour un couple de vocation initiale du bâtiment, celle d’un musée gratuit et accessible au public. Le contenu des collections premier temps, la donation est faite à la ville sous réserve d'usufruit puis en 1916 le couple renonce à cet usufruit. Fermé pendant la Seconde Guerre mondiale et laissé à l’abandon après, le musée est menacé d’une destruction pure et simple au début des années 1980. Il est finalement décidé de le
    Référence documentaire :
    Catalogue des meubles et objets d'art exposés dans le musée Musée Duhamel, Catalogue des meubles et objets d'art exposés dans le musée, Impr. de Garet et Haristoy, 1914, 127 p. . Mantes : Le Petit Mantais.
    Représentations :
    Le musée fait référence au style Louis XVI par son volume et son décor. La façade principale est encadrée de pilastres cannelés rudentés à chapiteaux ioniques à cornes et guirlandes. Le porche est guirlandes et de nœuds. Des modillons ornent la corniche des deux façades principales. Les bas-reliefs
    Description :
    Le bâtiment composé d'un volume simple était couvert à l'origine d'une terrasse en ciment recouverts d'un enduit imitant des refents. Le volume intérieur était composé d'une pièce à l'italienne entourée d'une galerie, le tout supporté par des colonnettes en fonte. Ce volume a été modifié lors de la
    Texte libre :
    Le musée Victor Duhamel, par son volume simple et son décor élégant et raffiné de style Louis XVI
    Illustration :
    Coupe longitudinale sur le bâtiment. Dessin de Maurice Nalet. (AM Mantes-la-Jolie, 5M28 Le musée Duhamel (Région Île-de-France. Fonds CREDOP). Publicité. IVR11_20157800078X Vue de la façade sur rue en 1977. La corniche et les bas-reliefs sont alors en très mauvais état Vue de la façade principale donnant sur le parc Brieussel. IVR11_20157800308NUC4A Vue de la façade donnant sur le parc Brieussel. Au premier plan le monument aux morts de la Seconde Vue de trois quarts. Le volume et le décor font référence au style Louis XVI Le musée dans son contexte urbain. IVR11_20157800339NUC4A Vue de la volée centrale de l'escalier prise depuis le hall central. IVR11_20157800587NUC4A Le hall central et les colonnettes de fonte soutenant la galerie. IVR11_20157800588NUC4A Entrée du "salon Louis XVI" donnant sur le hall central. IVR11_20157800590NUC4A
  • Villa, 35 rue Saint-Vincent
    Villa, 35 rue Saint-Vincent Mantes-la-Jolie - 35 rue Saint-Vincent - en ville - Cadastre : 2014 AD 209
    Représentations :
    féminin en bas-relief.
    Description :
    combles. Le gros œuvre est en moellons de calcaire couvert d'un enduit clair (refait récemment) et le soubassement est en meulière. Le plan en L d'origine a été modifié par une extension. La toiture en ardoise est l'encadrement des baies et le bandeau médian. La céramique est présente dans les allèges des baies du rez-de décoré d'un profil à l'antique féminin. À l'intérieur, le carrelage polychrome de l'entrée ainsi que
  • Maison rue de la Gabelle
    Maison rue de la Gabelle Mantes-la-Jolie - 4 rue de la Gabelle - en ville - Cadastre : 2015 AH 453
    Historique :
    Présente sur le cadastre napoléonien mais formant une seule parcelle avec la maison mitoyenne de l'architecte des bâtiments de France E. Delaunay qui l'a sauvée, comme le relate le bulletin l'origine étaient enduits comme le montrent des photographies anciennes.
    Description :
    le premier étage est en encorbellement. Les ouvertures ont ici aussi conservé leur irrégularité. Le l'atteste l'ouverture cintrée que l'on voit sur le mur du fond.
    Texte libre :
    Cette maison est le dernier vestige des Bas Quartiers qui ont été détruits en deux temps : d'une
  • verrière historiée : scènes de martyre (baie 14)
    verrière historiée : scènes de martyre (baie 14) Andrésy
    Historique :
    Ce vitrail a été réalisé en 1958 par le peintre-verrier Ripeau domicilié à Versailles qui a remployé deux copies de vitraux gothiques et les a entourés d'un réseau géométrique multicolore. Le
    Représentations :
    de saint André) ; médaillon central : quatre personnages difficile à identifier ; médaillon du bas
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • école primaire Saint-Exupéry
    école primaire Saint-Exupéry Andrésy - 30 rue des Courcieux - en ville - Cadastre : 1983 AS 203
    Historique :
    Les terrains furent acquis en 1925-1927 et le projet approuvé en 1929 par le conseil général
    Description :
    l'étage. Ce corps se termine par deux pignons découverts. Le décor est limité à l'usage de la brique pour
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Le corps central. IVR11_20067800516XA Le bâtiment de la cantine, façade sur rue. IVR11_20067800522XA Le bâtiment de la cantine, façade sur cour. IVR11_20067800524XA
  • Grande mosquée
    Grande mosquée Mantes-la-Jolie - 5 rue Denis-Papin - en ville - Cadastre : 2017 AR 836
    Historique :
    27 juin 1979, le maire, Paul Picard, rappelle que le Val Fourré compte 4000 musulmans et que depuis . La mosquée est construite en 1981 (pose de la première pierre le 30 janvier). Les architectes sont
    Référence documentaire :
    /3 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 08 août 2017. URL : http://rsr.revues.org
    Description :
    . L'entrée principale se faisait par le portail souligné de mosaïque qui conduisait à un patio couvert avec une salle de prière. Depuis le patio, pièce à l'italienne élevée sur deux niveaux et éclairée par une quatre travées et deux demi-travées composée d'un vaisseau central et de deux bas-côtés. Les travées sont et portant le symbole de l'Islam. de nombreuses salles de prières se déploient aujourd'hui dans des espaces de réunion à l'origine. Le décor est très sobre et essentiellement concentré dans l'ancien patio
    Illustration :
    La mosquée est située dans le quartier des Inventeurs, un des premiers construits. A droite une Le bâtiment d'origine. IVR11_20177800415NUC4A le minaret culmine à 18 mètres. IVR11_20177800419NUC4A Le grand couloir d'entrée. IVR11_20177800426NUC4A Entrée des salles de classe donnant sur le grand couloir. IVR11_20177800425NUC4A Le mur indiquant la direction de la Mecque avec son mirhab (niche) et deux minbar (chaire) en bois