Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Campagne photographique sur le patrimoine de Mantes-la-Jolie en 1977
    Campagne photographique sur le patrimoine de Mantes-la-Jolie en 1977 Mantes-la-Jolie
    Historique :
    En 1977, l’exposition « Richesses d’art et Architecture du Mantois », réalisée alors même que le campagne photographique sur la ville de Mantes-la-Jolie. Elle a été conçue en collaboration entre le Comité Départemental de Pré-Inventaire des Yvelines, le Centre Régional d’Études historiques et Documentaires de faisait alors patrimoine. Il n’est pas surprenant que le patrimoine religieux soit le plus représenté (41 minutieuse de ce trésor enfoui qu’est le patrimoine. C'est pourquoi il a été décidé de les traiter comme une
    Titre courant :
    Campagne photographique sur le patrimoine de Mantes-la-Jolie en 1977
    Texte libre :
    L'inventaire du patrimoine de la ville de Mantes-la-Jolie, a été réalisé en partenariat avec le
    Illustration :
    Collégiale Notre-Dame. Le bas-côté sud. IVR11_19777800829X Vue de la ville depuis le pont. Carte postale. IVR11_19777800505X Le vieux pont de Limay. Carte postale. IVR11_19777800508X Le vieux pont de Limay, détail. Carte postale. IVR11_19777800509X L'entrée de ville par le pont. Carte postale. IVR11_19777800503X Le quai de la Tour. Carte postale. IVR11_19777800498X Le quai des Cordeliers. Carte postale. IVR11_19777800502X Porte de ville : la porte aux prêtres. Vue depuis le quai. Carte postale. IVR11_19777800497X Vue aérienne depuis la tour de la collégiale sur la rue du Fort et le quai des Cordeliers Vue aérienne sur l'îlot depuis la rue Baudin. On aperçoit la Seine et le Val Fourré dans le
  • Ville
    Ville Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Historique :
    Fief du Perreux dépendant de la seigneurie de Nogent depuis le 13e siècle ; château reconstruit fin
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
    Illustration :
    Plan du lotissement du nouveau quartier de Bellevue du Perreux, vers 1865. (AM Le Perreux-sur Plan des nouveaux quartiers des Champs-Elysées et de Longchamps du Perreux. Le plan est perdu , reste aux AM le tirage photographique ayant servi à imprimer l'ouvrage de Pierre Champion et d'Alexandre Salabert paru pour le cinquantenaire de la ville. Tirage photographique, 1937. (AM Le Perreux-sur-Marne Plan des contenances et prix des terrains de la propriété du Perreux pour l'année 1885. (AM Le ). (AM Le Perreux-sur-Marne) IVR11_20049400311X Plan de division du hameau du Val-Plaisance, fin XIXe. (AM Le Perreux-sur-Marne Plan de la commune au début du XXe siècle. (AM Le Perreux-sur-Marne) IVR11_20049400308XA Plan d'urbanisme de 1945. (Le Perreux-sur-Marne, services techniques) IVR11_20049400299XA Tableau d'assemblage du cadastre de 1947. (Le Perreux-sur-Marne, services techniques
  • ville de Maurecourt
    ville de Maurecourt Maurecourt
    Historique :
    de Paris. Le coeur du hameau se trouvait le long de la Grande rue, actuelle rue du Général de Gaulle , bordée de maisons de vignerons et de maisons de campagne, comme le montre le plan-terrier de 1731. Il y pendant tout le 19e siècle. Au début du 20e siècle, on voit arriver une population de bateliers qui clos de vigne : par exemple, les clairs logis en 1957 et le clos du Roy en 1962. L'activité agricole a
    Texte libre :
    dans la collection Images du patrimoine sont disponibles en bas de page dans la rubrique
    Illustration :
    Plan des dîmes d'Andrésy, Jouy-le-Moutier et Vauréal et du domaine de la ferme d'Andrésy, 1778 Maurecourt. Le village et ses vignes. Carte postale. (Collection particulière L'actuelle rue du Maréchal Leclerc, en face de l'église : l'hôtel le Moulin à vent devenu café L'actuelle rue du Maréchal Leclerc, en face de l'église : l'hôtel le Moulin à vent. Carte postale Maurecourt. Le début de l Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800532NUC2 Maurecourt. Le puits de l'ancienne rue de la Mairie, actuellement rue du général de Gaulle. Carte Maurecourt. Le quartier de Fin d'Oise. Carte postale. (Collection particulière Maurecourt. Route en montant vers le Faÿ. Carte postale. (Collection particulière Le chemin qui conduit à la halte de Maurecourt. Carte postale. (Collection particulière Maurecourt. Les bords de l'Oise: le chemin de halage, la buvette et le pont Eiffel. Carte postale
  • ville de Chanteloup-les-Vignes
    ville de Chanteloup-les-Vignes Chanteloup-les-Vignes
    Historique :
    Chanteloup fut un hameau de Triel jusqu'en 1791. Il avait plusieurs suzerains dont le Chapitre de d'une chapelle dont la décoration fut faite au fur et à mesure grâce à la générosité des paroissiens. Le est toujours la viticulture : le vin de Chanteloup se vend 60 à 70 francs l'hectolitre (celui de Triel son déclin, accéléré par la guerre de 14-18. Le maraîchage et l'arboriculture se sustituent alors à la
    Texte libre :
    dans la Collection Images du patrimoine sont disponibles en bas de page dans la rubrique
    Illustration :
    Chanteloup-les-Vignes. Vue générale prise depuis le coteau. Carte postale. (AD Yvelines Chanteloup-les-Vignes. Vue générale du village prise depuis le "Chapitre". Carte postale. (AD Vue du site de Chanteloup prise depuis le cimetière de Poissy. IVR11_20087800270NUC4A Chanteloup-les-Vignes. Le site de la ville sous la colline de l'Hautil. IVR11_20087800043NUC4A Chanteloup-les-Vignes. Les quatre composantes de la ville : la colline, le vieux village, la cité Chanteloup-les-Vignes. Le site en direction d'Andrésy. IVR11_20087800046NUC4A Le campanile de la mairie et le clocher de l'église vus depuis la ruelle des Gatriaux Chanteloup-les-Vignes. Bas-relief rapporté décorant une maison rue Charles-Barrois
  • ville d'Andrésy
    ville d'Andrésy Andrésy
    Historique :
    importante dès le Ve siècle. La première mention écrite de l'existence d'Andrésy remonte à 829, date à laquelle l'évêque de Paris, Inchadus, donne le lieu appelé Andresiacum cum omni integritate aux chanoines de l'église de Paris. Le Chapitre Notre-Dame est désormais seigneur d'Andrésy et en 1680 après le de Maurecourt est créée, Denouval fait entièrement partie de son territoire, le Chapitre est rattaché par le pont Eiffel. La ligne d'intérêt local créée en 1907 par la Compagnie des Chemins de fer de reconstruction d'un pont en béton armé en 1930 puis en 1947. Le barrage est lui aussi remplacé par une nouvelle
    Texte libre :
    dans la collection des Images du Patrimoine sont disponibles en bas de page dans la rubrique
    Illustration :
    Andrésy. Localisation des maisons de campagne en 1731 (d'après le plan terrier Andrésy. Localisation des maisons de campagne en 1731 : Denouval (d'après le plan terrier Andrésy. Localisation des maisons de campagne en 1731 : Beaulieu (d'après le plan terrier Andrésy. Localisation des maisons de campagne en 1731 : Trélan (d'après le plan terrier Le pressoir du chapitre à Trélan. Détail du plan du nouveau domaine d'Andrésy appartenant au Le quartier de Beaulieu détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731. Dessin plume. (AN, N IV Le quartier de l'église : détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731. Dessin plume. (AN, N Plan des dîmes d'Andrésy, Jouy-le-Moutier et Vauréal et du domaine de la ferme d'Andrésy, 1778 Plan des dîmes d'Andrésy, Jouy-le-Moutier et Vauréal et du domaine de la ferme d'Andrésy, 1778 Plan des dîmes d'Andrésy, Jouy-le-Moutier et Vauréal et du domaine de la ferme d'Andrésy, 1778
  • ville de Romainville
    ville de Romainville Romainville
    Historique :
    même nom. Au nord de la commune, le quartier des Bas-Pays, situé en contrebas des carrières, connaît . Une véritable ville dans la ville, dédiée à la chimie pharmaceutique, naît dans le quartier des Bas Bois perdu, cité parue, cette devise inscrite en 1903 par le conseil municipal sous le blason de la gypseux, qu'est situé le coeur de bourg de Romainville, dont le territoire descend en pente douce sur un bois de Romainville. Au Moyen Âge, le site de Romainville, qui ne porte pas encore ce nom, est probablement évoqué pour la première fois dans le testament d'Ermenthrude, riche veuve du 7e siècle, publié par Dom Mabillon et conservé aux Archives nationales. Ce document fait mention de terres cultivées sur le la rue du Trou Vassou située à flanc de coteau. Étymologiquement, le nom "Romainville", du latin puis évêque de Meaux au 8è siècle, et de villa, signifiant le domaine. Néanmoins, aucune occupation humaine du lieu n'est réellement attestée avant le siècle. Si une lettre d'un envoyé de l'évêque de Paris
    Texte libre :
    . Parcours du patrimoine, n°371), voir la rubrique Documentation - Liens web, en bas de page.
    Illustration :
    Vue sur les Bas-Pays depuis le parc départemental. IVR11_20099300295NUC4A Vue des jardins familiaux dans le quartier des Bas-Pays. Au second plan, la Tour de l'Horloge Les clos des cultures fruitières dans le coeur de bourg. (AD Seine-Saint-Denis Carte postale ancienne. Vue sur les Bas-Pays. (AD Seine-Saint-Denis) IVR11_20089300098NUC4AB Vue aérienne du Bas Romainville depuis la tour-antenne du Fort de Romainville, prise en 2007 Vue aérienne du Bas Romainville depuis la tour-antenne du Fort de Romainville, prise en 2007 Vue aérienne vers le nord depuis la tour-antenne du Fort de Romainville. IVR11_20109300099NUC4A Vue aérienne vers le nord depuis la tour-antenne du Fort de Romainville. IVR11_20109300098NUC4A Vue aérienne vers le nord depuis la tour-antenne du Fort de Romainville. IVR11_20109300097NUC4A Vue aérienne vers le nord depuis la tour-antenne du Fort de Romainville. IVR11_20109300095NUC4A
  • ville de Meaux
    ville de Meaux Meaux
    Historique :
    La ville antique, "civitas" des Meldes, s'est développée dans le méandre de la Marne, qui était plus allongé qu'aujourd'hui : le cours de la rivière correspondait à l'actuel Brasset. De nombreux vestiges antiques ont donc été retrouvés dans le faubourg Saint-Faron. Un lieu de culte était d'autre part implanté de l'autre côté de la Marne, sur le site de La Bauve. A la fin de l'Antiquité, la ville s'est debout, le long du boulevard Jean-Rose. C'est au sein de ce "castrum" que se trouve la cathédrale Saint -Etienne. Au Moyen Âge, cette zone est désignée sous le nom de "Ville", par opposition au "Marché" sur l'autre rive de la Marne. A l'époque carolingienne, Meaux est le chef-lieu d'un comté. Au Xe siècle le comte de Meaux devient aussi comte de Troyes : c'est le noyau d'une importante principauté qui connaît à l'écart de ce réseau commercial, peut-être parce que le comte devant y partager le pouvoir avec l'évêque, ne souhaitait pas l'y inclure. Mais le "Marché" fait toutefois l'objet d'une importante campagne
    Description :
    s'étend le "Marché", dont la fonction commerciale, attestée depuis le XIIIe siècle, est toujours cathédrale qui s'élève au sommet du coteau. Les deux quartiers ont longtemps été reliés par un seul pont, le "pont du Marché", jusqu'à la construction de trois nouveaux ponts routiers au XXe siècle : le pont Neuf , le pont Jean-Bureau et le pont Foch. Sur la rive droite, qui abrite la plus grande partie de la , Saint-Faron au nord, Saint-Nicolas à l'est. Le faubourg Saint-Rémy a été en grande partie englobé dans la "Ville" à la fin du Moyen Âge. Il a accueilli la gare au milieu du XIXe siècle. Le faubourg Saint "Ville" jusqu'au XIXe siècle. En 1849, le tracé du chemin de fer l'a coupé en deux parties : au nord, la ce secteur reste encore non construite, le long du Brasset. Au sud en revanche, le faubourg fait l'objet de nombreuses constructions d'immeubles et surtout de maisons durant tout le XIXe siècle, avec notamment l'aménagement d'un quartier résidentiel "bourgeois" autour du Brasset couvert, le long de la rue
    Illustration :
    Carte de la ville et du diocèse de Meaux. Le plan de la ville occupe le cartouche en bas à gauche ville. Au premier plan en bas à gauche, le canal de l'Ourcq et l'ancien couvent des Trinitaires ; à Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : la Marne, entre le quartier du Marché (en bas à matéralisé par le Cours raoult, visible tout en bas à droite de la photo, et le boulevard Jean-Rose, marqué plan, les fortifications enserrant la vieille ville : le castrum du Bas-Empire, et les fossés aménagés longe à l'ouest. Dans le coin en bas à droite, la rue Alfred-Maury. IVR11_20127701125NUC4A de Melun (bretelle menant vers l'autoroute A4) et encadrée par le méandre de la Marne, visible en bas Le plan d'intendance de Meaux. Papier aquarellé, fin des années 1780. (AD Seine-et-Marne. 1 C 47/7 Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section G, 1ere feuille, détail : le quartier du Marché. (AD Seine Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section G, 1ere feuille, détail : le quartier militaire. (AD Seine
  • ville de Melun
    ville de Melun Melun
    Historique :
    Seine à l'époque gallo-romaine. Vers le 5ème siècle, la ville se replie dans le castrum établi sur l'île Saint-Etienne. Au Moyen Age, l'habitat se développe sur la rive droite (paroisse Saint-Aspais). Dès le droite. Du 15e au 18e siècle, Melun joue surtout le rôle d'une ville administrative de moyenne importance , qui accueille de nombreux couvents au 17e siècle, dans le cadre de la Contre-Réforme. Son choix comme
    Description :
    permet de franchir plus facilement le fleuve. La topographie définit donc trois zones dans la ville l'est par l'Almont (petit affluent de la Seine). Le territoire communal est aujourd'hui presque
    Illustration :
    Pilier à quatre faces historiées, découvert en 1864 en remploi dans le ""castrum"" du Bas-Empire Fouilles archéologiques sur le chantier de la médiathèque : le castrum du Bas-Empire, vue Fouilles archéologiques sur le chantier de la médiathèque : le castrum du Bas-Empire, colonne en Fouilles archéologiques sur le chantier de la médiathèque : le castrum du Bas-Empire, parement Melun dans le domaine royal aux XIe-XIIe siècles (d'après André Châtelain). IVR11_20077700162NUDA Localisation des principales opérations de lotissement du XXe siècle étudiées dans le cadre de Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle"" (copie du XVIIIe siècle), détail : le ""maison de la Santé"", sur le quai des Fourneaux, lieu d'isolement des victimes d'épidémies. Huile sur Meullun ville antique fortifié modernement"". Profil de la ville depuis le nord-ouest, par Claude Melun vu depuis l'est"", détail de la ville : à droite, le quartier Saint-Aspais; à gauche, l'île
1