Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 71 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • statue : Bacchus
    statue : Bacchus Melun - 12 rue Saints-Pères (des) - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette copie en marbre du Bacchus de Michel-Ange a été réalisée en 1687 par le sculpteur florentin Jean-Baptiste Foggini. Il s'agit vraisemblablement de la statue offerte à Louis XIV par le grand duc de Toscane, qui figurait dans le parc du château de Marly en 1722. Envoyée au Musée des Monuments français à la Révolution, la statue a ensuite rejoint le parc du château de Roissy-en-Brie. Acquise par le conseil général de Seine-et-Marne, elle a été placée dans les jardins de la préfecture en 1951.
    Représentations :
    Bacchus : en pied, nu, raisin, faune ; Bacchus est représenté debout, nu, tenant une grappe de
    Description :
    La statue de Bacchus est placée sur un piédestal en calcaire orné d'un médaillon de marbre
    Origine :
    lieu de provenance Ile-de-France, 78, Marly-le-Roi
    Illustration :
    Vue de face, avec le piédestal. IVR11_20057700419XA Vue de face. IVR11_20057700420XA Détail : Bacchus vu à mi-corps, de face. IVR11_20057700426XA Détail : buste de Bacchus. IVR11_20057700425XA
  • statue : allégorie féminine
    statue : allégorie féminine Melun - 12 rue Saints-Pères (des) - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette statue du 17e siècle provient du parc du château de Roissy-en-Brie. Acquise par le conseil général de Seine-et-Marne, elle a été placée dans les jardins de la préfecture en 1951.
    Représentations :
    femme : allégorie, sphère ; La femme, debout et à demi drapée, tient de la main droite une sphère . Elle avait en main gauche un autre attribut (une épée?) aujourd'hui perdu. L'identité de cette
    Origine :
    lieu de provenance Ile-de-France, 77, Roissy-en-Brie
    Illustration :
    Vue de trois-quarts (côté droit). IVR11_20057700438XA Vue de trois-quarts (côté gauche). IVR11_20057700439XA Vue à mi-corps (de face). IVR11_20057700440XA Le buste, vu de trois-quarts (côté droit). IVR11_20057700441XA
  • statue : l'Hiver
    statue : l'Hiver Melun - 12 rue Saints-Pères (des) - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    château de Roissy-en-Brie. Acquise par le conseil général de Seine-et-Marne, elle a été placée dans les jardins de la préfecture en 1951.
    Origine :
    lieu de provenance Ile-de-France, 77, Roissy-en-Brie
    Illustration :
    La statue, vue de trois-quarts. IVR11_20057700445XA Vue latérale (avec dans le fond, la statue de la Pureté). IVR11_20057700446XA
  • statue : la Pureté
    statue : la Pureté Melun - 12 rue Saints-Pères (des) - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    Inscription sur la base de la statue : SUYVERHYDT.
    Historique :
    Cette statue en marbre est une oeuvre flamande de la 2e moitié du 17e siècle, qui pourrait provenir de l'entourage d'Artus Quellyn ou de Grupello. Elle provient du parc du château de Roissy-en-Brie . Acquise par le conseil général de Seine-et-Marne, elle a été placée dans les jardins de la préfecture en
    Représentations :
    . Un soleil est agrafé sur sa poitrine, marque de la sincérité de l'âme. L'inscription en flamand sur la base donne l'identité de l'allégorie.
    Description :
    La statue de la Pureté est placée sur un piédestal en calcaire orné d'un médaillon de marbre , représentant un buste de femme et datant également du 17e siècle. Ce médaillon a son pendant sur le socle du
    Origine :
    lieu de provenance Ile-de-France, 77, Roissy-en-Brie
    Illustration :
    La statue, vue de face. IVR11_20057700435XA La statue, vue de trois-quarts. IVR11_20057700431XA
  • statue de Jacques Amyot
    statue de Jacques Amyot Melun - hôtel de ville - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le contrat pour la statue de l'humaniste melunais Jacques Amyot est passé le 10 novembre 1857 entre le maire de Melun, Felix Poyez, et le sculpteur Eugène Godin, installé à Paris mais natif de Melun . Le coût de la statue est pris en charge par l'Etat. Le monument est inauguré le 20 mai 1860. E. Godin est également l'auteur de la statue du général Damesme à Fontainebleau (1851).
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Melun - hôtel de ville - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    statue de Jacques Amyot
    Illustration :
    Inauguration du monument, le 20 mai 1860. Photographie. (Musée municipal de Melun Projet (non réalisé) de monument à Jacques Amyot par Préau. Dessin. (Musée municipal de Melun. PO48 Autre projet (non réalisé) de monument à Jacques Amyot par Préau. Dessin. (Musée municipal de Melun Statue en marbre de Jacques Amyot : vue latérale, avec la signature. IVR11_20037700346X
  • biscuit de Sèvres : la lavandière
    biscuit de Sèvres : la lavandière Melun - 12 rue Saints-Pères (des) - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    Inscriptions : cachet de la manufacture de Sèvres et initiales C.R..
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 92, Sèvres
    Titre courant :
    biscuit de Sèvres : la lavandière
    Illustration :
    Biscuit de Sèvres, dans le salon blanc. IVR11_20057700064XA
  • paire de statues de lions
    paire de statues de lions 71 avenue de Ceinture
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ces deux lions marquaient l'embarcadère sur le lac, disposés vraisemblablement en ce lieu lors de la construction de l'édifice, le Château Léon au milieu du 19e siècle. Ils proviennent de la maison A modèle de lion est dû au sculpteur R. Noël et figure dans un des catalogues de l'entreprise dans la
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Description :
    Paire de lions affrontés, posés sur deux pédestaux.
    Localisation :
    71 avenue de Ceinture
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 94, Choisy-le-Roi
    Titre courant :
    paire de statues de lions
    États conservations :
    Le lion de droite a récemment chuté dans le lac. Remonté, il est en mauvais état
    Illustration :
    Vue de l'un des lions ; modèle d'après le sculpteur R. Noël provenant de la manufacture Brault et fils de Choisy-le-Roi. IVR11_20069500099XA
  • Ensemble de 4 statues du campanile (détruites).
    Ensemble de 4 statues du campanile (détruites). Paris 14e arrondissement
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ces quatre statues font partie du programme architectural de la mairie de Montrouge édifiée entre par la commune de Montrouge. Déposées au moment de l'agrandissement de la mairie à partir de 1881
    Référence documentaire :
    Inventaire général des richesses d'art de la France, Paris, monuments civils Inventaire général des richesses d'art de la France, Paris, monuments civils. Paris, Librairie Plon, 1889, T.2, p.22.
    Description :
    des fonctions de l’État Civil, elles représentaient : La Naissance (une jeune femme tient dans ses , et dans la gauche le drapeau national. Près de lui, sur un petit piédestal, est placée une urne), Le Mariage (symbolisé par une jeune fille vêtue du voile et de la robe de mariée), La Mort (une femme vêtue d'habits de deuil porte dans la main gauche une couronne d'immortelles; elle cache son visage dans sa main
    Titre courant :
    Ensemble de 4 statues du campanile (détruites).
    Dimension :
    Chaque statue mesurait 2,20 mètres de hauteur.
  • Statue : Monument à Michel Servet
    Statue : Monument à Michel Servet Paris 14e arrondissement - 26 rue Mouton-Duvernet
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    espagnol (1511-1553), martyr de la pensée, condamné à être brulé vif pour hérésie par le Conseil des Deux -Cents de Genève, à l'instigation de Jean Calvin qu'il avait attaqué. Cette statue a été commandé par la Ville de Paris à Jean Baffier en 1904 et inaugurée en 1908. Prévu pour être installé place de la Vieille Jean Baffier, installé sur l'ancienne place de Montrouge, à l'extrémité de l'actuelle square de L'Aspirant Dunand. C'est la seconde œuvre de Jean Baffier à cette endroit, son buste de Marianne lui faisant
    Référence documentaire :
    Monumental intolerance : Jean Baffier a nationalist sculptor in fin-de-siecle France. Mc William N. Monumental intolerance : Jean Baffier a nationalist sculptor in fin-de-siecle France. Editeur The Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris - Conservation des Oeuvres d'Art Religieuses et Civiles, Documentation. Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La figure de Michel Servet est représentée debout, les bras croisés sur la poitrine, portant de central, le , est particulièrement ouvrage et ceint d'un motif de chaines sur ses quatre faces. Enfin , l'ensemble formé par la sculpture et son socle est entouré de chaines reliant des bornes de pierres couronnées d'éléments de fonte évoquant les flammes.
    Illustration :
    La statue de Michel Servet et la Musique de la Garde Républicaine au Kiosque place de Montrouge Vue de trois quart de la statue. IVR11_20157500282NUC4A Vue de trois quart droit de la statue. IVR11_20157500283NUC4A Vue du dos de la statue. IVR11_20157500284NUC4A
  • Statue
    Statue "Pro patria" Mantes-la-Jolie - - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    avec l'architecte Levard du concours pour la réalisation du monument aux morts, sur la place de la l'ancien bureau du maire à l'hôtel de ville. Maurice Lerouge était l'auteur avec Félix Févola du monument à la République érigé au rond point de la République (place Aristide Briand). L'inauguration a eu lieu le 11 novembre 1921. La même statue a été réalisée pour le monument aux morts de Lyons-la-Forêt (27).
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 1 M 91 Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 1 M 91 Les monuments aux morts sculptés en France : Yvelines Choubard, Alain, Les monuments aux morts sculptés en France : Yvelines http://www.monumentsauxmorts.fr/cariboost1/crbst_1123.html
    Description :
    figure féminine traitée comme une jeune fille (kourè) de la Grèce archaïque. Elle tient à la main une
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la statuette. IVR11_20157800600NUC4A
  • Statue : Lion attaquant un cheval (œuvre disparue)
    Statue : Lion attaquant un cheval (œuvre disparue) Paris 14e arrondissement - 26 rue Mouton-Duvernet
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    francs pour la construction d'un piédestal pour la sculpture de Monsieur Fratin. Œuvre en bronze acquise par la Mairie de Paris auprès de l'artiste, Christophe Fratin, et déposée dans le square en 1865. Une note du Préfet de la Seine, le 27 mai 1886 mentionne la dépense de 1850
    Référence documentaire :
    Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris-Conservation des Oeuvres d'Art Religieuses et Civiles, Documentation. Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris-Conservation des siècle, Dictionnaire des sculptures. Paris : Les éditions de l'amateur, 1987. Dictionnaire des sculpteurs de l’École française au dix-neuvième siècle Lami, Stanislas . Dictionnaire des sculpteurs de l’École française au dix-neuvième siècle. Paris, 1916, t.II. Inventaire général des œuvres d'art appartenant à la Ville de Paris dressé par le service des Beaux-Arts Préfecture du Département de la Seine, direction des travaux. Inventaire général des œuvres d'art appartenant à la Ville de Paris dressé par le service des Beaux-Arts. Paris: A.Chaix et Cie, 1878 Archives de Paris.Série WM90/5. Parcs et Jardins. Archives de Paris.Série WM90/5. Parcs et
    Statut :
    propriété de la commune Propriété de la Ville de Paris déposée dans le square Ferdinand Brunot.
    Description :
    Cette œuvre, fondue en 1942, représentait un lion attaquant au cheval. Saisis au moment de . Le groupe était posé sur un socle de pierre au milieu d'un parterre.
    Illustration :
    Vue de la statue "Lion attaquant un cheval". IVR11_20157500491NUC4A Détail de la statue "Lion attaquant un cheval". IVR11_20157500492NUC4A
  • statue : Christ en croix
    statue : Christ en croix Aubergenville - place de Louvain
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
  • statue : Jeanne d'Arc
    statue : Jeanne d'Arc Aubergenville - place de Louvain
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
    Illustration :
    La statue de Jeanne d'Arc agenouillée la tête posée sur son sabre dans un geste de recueillement
  • statue : Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus
    statue : Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus Aubergenville - place de Louvain
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La statue de la sainte au sommet d’un haut pilier derrière l’autel est l’œuvre de Lucie Delarue , avec l’aide de son ami Carlo Sarrabezolles, l’original de la statue sur la demande de l’abbé Alleaume pour orner l’église de Notre-Dame du Havre. L’auteur voulait renouveler la mièvrerie de l’iconographie saint-sulpicienne de Thérèse de l’Enfant Jésus, en lui donnant plus de force. La sainte apparaît ici en extase, ses jouets aux pieds pour indiquer qu’elle passe sans transition de l’enfance à la sainteté. Il s’agit là d’une copie de la statue originale qui a disparu de l’église à la suite des bombardements de la
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
    Titre courant :
    statue : Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus
    Illustration :
    La statue Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus qui domine le choeur. Vue d'ensemble Cette statue est la copie de la statue originale qui a disparu à la suite des bombardements de la
  • statue : Paul Lafargue
    statue : Paul Lafargue Draveil
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La statue de Paul Lafargue (disciple et gendre de Karl Marx), qui vécut à Draveil (108, boulevard 1921) sur l'ancienne place de la Victoire (aujourd'hui place de la Division-Leclerc).
    Illustration :
    Liste des membres du comité d'initiative et de patronage pour l'érection de la statue. (Collection
  • statue : Christ en croix
    statue : Christ en croix Draveil - 1 place de la République
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Découverte dans un recoin du grenier de l'église, la croix a été restaurée en 1951 et mise en place dans la nef. Lors de la rénovation de l'intérieur de l'église en 1994, elle a été installée dans le
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Draveil - 1 place de la République
  • statue de la Vierge à l'Enfant avec son retable
    statue de la Vierge à l'Enfant avec son retable Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    sur le bras droit, qui forme une sorte de tablier sur le devant du corps et s'achève en volutes sur la hanche. L'Enfant, vêtu d'une robe, a de courts cheveux frisés et lève vers sa mère son visage rond. Il tient dans la main gauche un objet rond (pomme ou globe ?) tandis que de la main droite, il retient le voile de sa mère. Sur les volets du retable figurent des épisodes de l'Enfance du Christ. A l'origine , ils formaient un ensemble de douze scènes, rangées trois par trois sous des coquilles, et dont l'une illustre un épisode apocryphe : celui de la "Légende du champ de blé".
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue de la Vierge à l'Enfant est une oeuvre en calcaire polychrome datant du 14e siècle, d'une et de quatre panneaux latéraux ornés de scènes en bas-relief. Ces panneaux ont été volés en février
    Localisation :
    Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Titre courant :
    statue de la Vierge à l'Enfant avec son retable
    Dimension :
    Dimensions du retable : h = 250 ; la = 205. Statue de la Vierge : h = 175. Largeur du socle de la
    États conservations :
    La statue a conservé son décor de polychromie (restauré en 1908) et d¿incrustations de verroterie , encore présentes en bordure du manteau de la Vierge et de la robe de l'Enfant. En revanche, seules main, sceptre ou fleur de lys, a lui aussi disparu.
    Annexe :
    Documentation sur la Vierge à l'Enfant de Rampillon Sources d’archives Médiathèque de l’architecture et du patrimoine - 81//77/90 : restauration de la statue en 1908. - Photographies anciennes (voir rubrique « liens web »). Bibliographie - F. Baron, notice dans le catalogue de l’exposition Trésors sacrés, trésors cachés. Patrimoine des églises de Seine-et-Marne, Paris : musée du Luxembourg, 10 septembre-30 octobre 1988, Melun : Comité départemental du patrimoine de Seine-et-Marne, 1988, p. 170. - A . Carlier, Un chef d’œuvre du XIIIe siècle. L’église de Rampillon, Paris, 1930. - L. Forgeard, L’âge d’or de la Vierge et l’Enfant. Le XIVe siècle en Seine-et-Marne, Paris : éditions du Chêne, 1995, p. 44-46 . - L. Réau, Iconographie de l’art chrétien, tome II-2, Paris : PUF, 1957, p. 277. - R. Suckale , « Réflexions sur la sculpture parisienne à l’époque de Saint Louis et de Philippe le Bel », Revue de l’Art, n ° 128, 2000-2, p. 39. - J. Vendryes, « Le miracle de la moisson en Galles », Comptes rendus des
    Texte libre :
    L'église de Rampillon abrite plusieurs statues. La plus remarquable est une Vierge à l'Enfant du XIVe siècle. Cette oeuvre s’inscrit dans un vaste corpus mais se signale par la qualité de son exécution, qui lui a valu de figurer dans l’exposition « La Vierge dans l’art français » en 1950. La statue représentaient douze scènes de la vie de la Vierge, mais qui a malheureusement fait l'objet d'un vol en 1974.
    Illustration :
    Vue d'ensemble des statues placées au-dessus de l'autel du collatéral sud. Au centre, la Vierge à l'Enfant (XIVe siècle) dans une niche du XVIe siècle, à l'origine flanquée de volets sculptés. La Vierge est entourée de deux autres statues plus récentes (XVe siècle) : saint Eliphe et sainte Barbe (dossier Vue de face, à mi-corps. IVR11_20117700444NUC4A Vue de face, en buste. IVR11_20117700445NUC4A Le visage de la Vierge, vu de face. IVR11_20117700446NUC4A Le visage de la Vierge, vu de trois-quarts. IVR11_20117700447NUC4A
  • ensemble de deux statues : saint Eliphe et sainte Barbe
    ensemble de deux statues : saint Eliphe et sainte Barbe Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Saint Eliphe tient sa calotte crânienne, découpée lors de son martyre. Sainte Barbe a pour
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Titre courant :
    ensemble de deux statues : saint Eliphe et sainte Barbe
    Texte libre :
    Parmi le mobilier de l'église de Rampillon figure cette paire de statues du XVe siècle. Elles
    Illustration :
    Vue de face, à mi-corps. IVR11_20117700449NUC4A Vue en buste, de trois-quarts. IVR11_20117700450NUC4A
  • ensemble de 2 statues de lion
    ensemble de 2 statues de lion Andrésy - 4 boulevard Noël-Marc
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ces sculptures sont des copies de l'un des lions du tombeau de Clément XIII réalisé en 1784 par Canova à Saint-Pierre de Rome. De nombreuses versions de ce modèle existent, en marbre ou en fonte.
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    ensemble de 2 statues de lion
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'un des deux lions. IVR11_20067800224XA
  • statue : Vierge orante
    statue : Vierge orante Chanteloup-les-Vignes
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Statut :
    propriété de la commune
1 2 3 4 Suivant