Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison-atelier d'André Farkas, dit André François
    Maison-atelier d'André Farkas, dit André François Grisy-les-Plâtres - rue Robert Machy - en village - Cadastre : 2018 AD 01 253
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de peintre de sculpteur
    Historique :
    s’installe en France à partir de 1934. A Paris, il suit les cours de Cassandre dans l'école d'arts , au sein d'une famille d'origine hongroise.Il fréquente l’École des beaux-arts de Budapest, et contrat chez un entrepreneur qui travaille pour l'Exposition Universelle de 1937. Puis, successivement, il un laboratoire pharmaceutique. Enfin, il publie ses premiers dessins de presse. Après sa naturalisation en 1939, André François est versé dans la classe 40 mais ne sera pas incorporé en raison de la défaite française. Il épouse au début de la guerre Margaret Edmunds, fille d'un fonctionnaire britannique -Garonne,puis à Marseille. A la fin de la guerre,la famille agrandie par la naissance de Katherine en 1941 , est installée en Haute-Savoie. C'est à la fin de l'été 1945 que le couple découvre le village de Grisy-les-Plâtres, et loue à Monsieur Pankhurst la maison de la rue Robert-Machy, dont ils ne maison, qui n'apparaît pas sur le plan d'intendance de 1778, est en revanche présente sur le cadastre de
    Référence documentaire :
    1923-1939, Anne-Marie Sauvage (dir.), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2005. Dossier de pré-inventaire Dossier 2446. Réalisé en 1983 par E.Robin prises de vues de la façade depuis la rue. , Camille Scalabre. Catalogue publié à l'occasion de l'exposition organisée à l’École Estienne (Paris) en
    Statut :
    propriété d'une personne privée Actuelle propriété de Pierre Farkas, fils d'André Farkas, dit André
    Description :
    percée d'une porte-fenêtre et de cinq fenêtres à volets de bois, les baies du rez-de-chaussées ayant été agrandies à une époque indéterminée. La façade est dépourvue de tout décor, seule une corniche de plâtre comprend deux étages, et un étage de comble ainsi qu'une cave accessible depuis l'extérieur (coté jardin ). Coté jardin, la façade est prolongée perpendiculairement d'un bâtiment qui comprend au rez-de-chaussée verrière. Le rez-de chaussée du corps principal de la maison comprend une entrée, une cuisine et un espace faisant office de salle à manger et de salon, percé d'une porte fenêtre ouvrant sur le jardin dont les limites sont marquées par deux bornes de pierre. Au delà, un vaste verger ceint de murs de pierre surplombe la plaine du Vexin et abrite le second atelier d'André François, réalisé selon les plans de son fils Pierre en 1974. Reflet de la personnalité de ses occupants, la maison d'André et Marguerite François, fait partie de cette catégorie de demeures qu'on peut dire"habitées". Son atmosphère nait de
    Texte libre :
    D'après Janine Kotwica, auteur du catalogue et commissaire de l'exposition "André François d'intérêt et des talents de l'artiste. Maitrisant des techniques variées (peinture, sculpture, gravure métaphores visuelles et aux calembours, évoluant au fil du temps et délaissant une forme de tendresse drôlatique pour se teindre peu à peu de noirceur grinçante. L'illustration enfantine représente très tôt un pan considérable de ses activités, puisqu'un de ses premiers albums C'est arrivé à Issy-les-Brioches , réalisé pendant la guerre, parait en 1949, tout comme Little Boy Brown. André François travaille de façon traduits en français. Proche de Jacques Prévert, André François conçoit avec lui Point du Jour, et en 1952 travers des livres-objets dont Les Larmes de crocodile en 1956. Robert Delpire a également été l'agent d'André François pour de nombreuses campagnes publicitaires (Silexore, Perrier, les In-Trou-ables chaussettes Stemm...) toutes marquées par le refus de l'artiste de faire référence directement au produit
    Illustration :
    Façade de la maison prise depuis la rue IVR11_20189500116NUC4A Façade de la maison prise depuis la rue (2) IVR11_20189500117NUC4A Vue éloignée de la façade postérieure et de la verrière de l'atelier IVR11_20189500120NUC4A Vue de la dépendance au fond du jardin (utilisée comme atelier secondaire) IVR11_20189500121NUC4A Vue du jardin, situé à l'arrière de la maison IVR11_20189500122NUC4A Vue du tronc de la glycine, dans le jardin IVR11_20189500123NUC4A Salle à manger, vue du trompe-l'oeil peint sur le mur (rez-de-chaussée) IVR11_20189500124NUC4A Vue générale de la pièce de séjour (rez-de-chaussée) IVR11_20189500128NUC4A Vue générale de la pièce de séjour (2) IVR11_20189500129NUC4A Vue générale de la pièce de séjour (3) IVR11_20189500136NUC4A
  • les maisons d'Elisabethville
    les maisons d'Elisabethville Aubergenville - Elisabethville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Description :
    Les maisons en meulière sont très peu nombreuses (10 sur 172), de même que les maisons en brique (4 . 56 maisons ont un décor en faux pans-de-bois.
    Texte libre :
    Le repérage a permis de révéler une vingtaine de pavillons qui présentent un air de famille et font l’originalité du lotissement. Ce sont de petites habitations avec une porte cintrée en façade et une fenêtre, et un étage de comble aménagé. Le décor se résume à une corniche moulurée en bois. Ces maisons d’un plan latérales sont plus variées, certaines sont dotées de bow-windows ou de loggias. Une version un peu plus épi de faitage et ses lucarnes aux gardes corps en ferronnerie. La maison du 8, boulevard de Mantes présente une légère variante sur la forme des fenêtres du rez-de-chaussée. Ces maisons faisaient sans doute aussi plusieurs villas néo-normandes, même si l’évocation régionaliste se limite ici aux faux pans-de -bois et au large débord du toit et de sa demi-croupe. Leur haute silhouette dissymétrique ponctue le lotissement. Le modèle de base est décliné avec de nombreuses variantes, bow-windows, loggias, chaque propriétaire y mettant sa touche de couleur. Le cahier des charges autorisait les maisons « accolées par deux
    Illustration :
    Plans d'une maison avenue de Verdun appartenant à Monsieur Desgranges. (AM Aubergenville Elévation de la maison de Monsieur E. Kutaz. Architecte : A. Schiketans, 1932 (AM Aubergenville Plans de la maison de Monsieur E. Kutaz. Architecte : A. Schiketans, 1932 (AM Aubergenville Façades de la maison de M. Blankaert. Architecte (?) : Fouquet. (AM Aubergenville Façades de la maison de M. Blankaert. Architecte (?) : Fouquet. (AM Aubergenville Plans de la maison de Monsieur René le Ruste. Architecte : A.Schiketans, 1933 Façade de la maison de Monsieur Lejeune . Entreprise : Netter (AM Aubergenville Plans de la maison de Monsieur Lejeune . Entreprise : Netter (AM Aubergenville Plans de la maison de Monsieur Hotte, avenue de l'Yser . Entrepreneur A. Gérard et Cie. (AM Plans de construction de la maison de M. Vareau. Architecte : Fouquet (?). (AM Aubergenville
  • maison ; boucherie, 18 boulevard du Commerce
    maison ; boucherie, 18 boulevard du Commerce Aubergenville - Elisabethville - 18 boulevard du Commerce - Cadastre : 2014 ak 69
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Murs :
    béton faux pan de bois
    Description :
    Cette maison placée à l'angle de deux rues comme toutes les boutiques du lotissement est élevée d'un étage carré. Les murs sont décorés de faux pans-de-bois qui étaient colorés à l'origine.
    Illustration :
    Photographie ancienne de la boucherie-charcuterie. Photographie . (Collection particulière Vue de la maison en 2011, avant que sa grille ne soit remplacée par un rideau de fer Vue d'ensemble de la maison placée à l'angle de deux rues comme les autres commerces
  • maison, 1 avenue Albert 1er
    maison, 1 avenue Albert 1er Aubergenville - Elisabethville - 1 avenue Albert 1er - Cadastre : 2014 AE 16
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison en meulière a été construite au 2e quart du XXe siècle est l’œuvre de l'entrepreneur
    Murs :
    meulière moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    La maison est construite en meulière. Elle est composée d'un étage carré, sur un rez-de-chaussée
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Façade et plans de la maison. Tirage (Archives municipales Aubergenville) IVR11_20137800162NUC4A Dessin de la façade. Tirage (Archives municipales Aubergenville) IVR11_20137800161NUC4A Façade de la maison. IVR11_20147800033NUC4A Décor en forme de nénuphar dans le bassin. IVR11_20147800294NUC4A
  • maison, 31 avenue des Dolmens
    maison, 31 avenue des Dolmens Épône - Elisabethville - 31 avenue des Dolmens - Cadastre : 2015 C 01 96
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison est construite en 1935 par l'architecte A. Cartrin au bénéfice de Monsieur et Madame
    Murs :
    meulière moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    La maison est construite en meulière équarrie. Elle est constituée d'un étage carré sur rez-de
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Plan de localisation et dessin des barrières. Tirage. (Collection particulière Projet de façade de la maison. Tirage. (Collection particulière). IVR11_20147800032NUC4A Vue générale de la maison. IVR11_20147800306NUC4A Vue générale de la maison placée à un angle de rues. IVR11_20147800225NUC4A Plaque de l'architecte. IVR11_20147800308NUC4A
  • maison, 1-3 place de Louvain
    maison, 1-3 place de Louvain Aubergenville - Elisabethville - 1-3 place de Louvain - Cadastre : 2014 ak 11;708
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Murs :
    béton faux pan de bois
    Description :
    Ce sont des maisons jumelles tout en longueur avec du faux pans de bois. Le bâtiment comporte deux ailes d'un étage carré et une structure centrale d'un étage de comble. L'ensemble est couvert d'un toit
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Aubergenville - Elisabethville - 1-3 place de Louvain - Cadastre : 2014 ak 11;708
    Titre courant :
    maison, 1-3 place de Louvain
    Illustration :
    Vue aérienne de la maison et des rues adjacentes. IVR11_20147800230NUC4A Vue rapprochée de la façade. IVR11_20147800229NUC4A
1