Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 20 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • groupe scolaire Charcot-Barbusse
    groupe scolaire Charcot-Barbusse Romainville - 96 boulevard Henri-Barbusse
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La décision d'édifier une nouvelle école dans le centre de Romainville est prise dès 1932, car la seule école de garçons de la commune est alors surpeuplée : les classes y comptent plus de cinquante élèves. Le projet de construction de deux immeubles d'habitat à bon marché en 1935 augmente encore le André Bérard (1871-1948), diplômé en 1894 et élève de Blondel, qui succède à Ernest Bertrand comme Charcot-Barbusse constitue un modèle de l'architecture de brique des années 1930 à Romainville.
    Description :
    une carte de France où sont figurés les deux principaux domaines d'activités de i'époque André Bérard fait grand cas des décors de ses édifices, échos aux préoccupations sociales et politiques de l'époque. Rue Gallieni et rue des Grands-Champs, deux bas-reliefs en pierre signalent la séparation entre l'école des filles et l'école des garçons. CEuvres de M. Rondest, ils sont réalisés dans un relief plat et anguleux caractéristique de l'avant-garde artistique des années 1930. Côté filles, le bas -relief figure une mère accompagnant ses enfants et des scènes d'éducation ou de travaux ménagers. Côté garçons, un père de famille porte ses enfants, joue avec eux et travaille. Dans le hall d'entrée traditionnelle de sculpteur M. Rond est la République française, elle porte aux regards de deux jeunes enfants exalter les notions de famille, de travail et de patrie portées par le Front populaire puis reprises comme devise par le régime de Vichy.
    Illustration :
    Française. En fond, la carte de la France. IVR11_20089300301NUC4A fond de carte de France. IVR11_20089300302NUC4A Photographie ancienne. Vue de l'école. (AD Seine-Saint-Denis) IVR11_20089300066NUC4AB Vue de la façade principale. IVR11_20089300280NUC4A Haut-relief signalant de l'entrée des filles représentant une écolière. IVR11_20089300282NUC4A Haut-relief signalant l'entrée de l'école de garçons, représentant un écolier Bas-reliefs signalant l'entrée de l'école de filles, représentant une femme et des fillettes ainsi Bas-reliefs signalant l'entrée de l'école de garçons, figurant une famille et des activités Vue sur la cour de récréation du groupe scolaire. IVR11_20089300290NUC4A Vue sur la cour de récréation du groupe scolaire. IVR11_20089300289NUC4A
  • groupe scolaire Pasteur
    groupe scolaire Pasteur Melun - 64 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1985 AL 1
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    entre mai et décembre 1936. Le coût s'élève à 7, 5 millions de francs, dont 2, 5 millions payés par Le groupe scolaire Pasteur est implanté sur le site de la maison du clos, ancienne possession de la cure de Saint-Aspais sur la chaussée des Carmes. C'est un ensemble des années 1930, dû à l'architecte Felix Boutron. Dans un premier temps, la mairie avait envisagé de construire le groupe scolaire de l'autre côté de la rue, au niveau des n°37 et 39 : les archives municipales conservent plusieurs projets relatifs à ce premier emplacement, finalement abandonné. En 1931, la Ville décide de l'implantation achète la propriété de Praneuf, sur laquelle doit s'élever la nouvelle école. Les marchés sont passés vaccin contre la maladie du charbon à Melun en 1882. De 1939 à 1940, l'école est réquisitionnée pour servir de Bureau de campagne militaire. Les bâtiments n'ont guère changé depuis leur construction, hormis quelques modifications de détail (notamment la réunion des filles et des garçons, qui aboutit à la
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le groupe scolaire a son entrée et sa façade sur la rue du Général de Gaulle, mais la plupart des bâtiments se développent en fond de parcelle, à l'est. La façade ne comprend en effet que le portail d'accès bâtiment plus bas destinés aux annexes : gymnase, douches (aujourd'hui occupé par un centre de danse). Le groupe scolaire a parfaitement conservé ses traits d'origine, caractéristique de l'architecture des classes. Au rez-de-chaussée de l'école primaire se trouve un vaste préau, les 16 classes occupent les deux
    Localisation :
    Melun - 64 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1985 AL 1
    Illustration :
    Projet non réalisé pour le groupe scolaire Pasteur, sur le site du théâtre (37-39 rue du général de général de Gaulle), devise : fer à cheval. La façade principale de l'école, sur la rue du Général de Ville de Melun. Concours d'un groupe scolaire. Façade école primaire et coupe par cour d'honneur Ville de Melun. Concours d'un groupe scolaire. Plan du rez-de-chaussée. Projet non réalisé pour le Projet de Félix Boutron, lauréat du concours organisé par la Ville de Melun pour la construction d'un groupe scolaire sur le site du théâtre, au 37-39 rue du Général de Gaulle (emplacement abandonné en 1931). Façade sur la rue du Palais de Justice (actuelle rue du Général-de-Gaulle). Papier, s.d Vue d'ensemble du projet finalement réalisé, au 64 rue du Général de Gaulle. Tirage d'architecte Projet finalement réalisé : élévations sud et nord de l'école primaire. Tirage d'architecte, 1932 Vue générale, depuis la rue du Général-de-Gaulle. IVR11_20047700221XA
  • groupe scolaire Joliot-Curie
    groupe scolaire Joliot-Curie Vigneux-sur-Seine - rue Frédéric-Joliot-Curie - en ville - Cadastre : 1983 AR 322, 323 2011 AR 323, 374
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Au titre de la tranche 1957 des commandes groupées de Seine-et-Oise, le projet d'extension du groupe scolaire Jean-Jaurès est approuvé par arrêté du ministère de l'Education nationale du 30 avril dressé par Maurice Blanchot, architecte coordonateur de la commande groupée, a reçu l'approbation du , architectes d'opération, à la suite d'un marché de gré à gré passé avec la Société auxiliaire d'entreprises électriques et de travaux publics le 27 mai 1958. Le nouveau groupe comprend un bâtiment à trois niveaux contenant des classes primaires de filles et des classes maternelles, un pavillon de 9 logements et un mai 1961, deux délibérations portent création d'une école de garçons par extension du groupe de filles , ainsi qu'agrandissement de l'école maternelle et du pavillon de logements. Le projet est agréé par le ministère de l'Education nationale le 13 août 1963. Ces extensions (9 classes primaires, 2 classes
    Murs :
    parpaing de béton
    Illustration :
    Avant-projet de construction de la nouvelle extension (école de garçons, classes maternelles et logements) : plan de masse. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 114) IVR11_20079101178XA Avant-projet de construction de la nouvelle extension : plan de situation. Ces extensions (école de Avant-projet de construction de la nouvelle extension : façades sud et nord du bâtiment scolaire ; façades est et ouest du bâtiment de logements. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 114) IVR11_20079101180XA Vue de la façade sur la cour de récération, à partir de l'ancien bâtiment des logements des
  • groupe scolaire de la Villa-Draveil, actuellement école municipale d'arts plastiques
    groupe scolaire de la Villa-Draveil, actuellement école municipale d'arts plastiques Draveil - Villa-Draveil - 75 boulevard du Général-De-Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AB 4
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    comprenant 2 classes de garçons, 2 classes de filles et une classe enfantine pour desservir le quartier de la Villa-Draveil ; cette décision est approuvée le 28 août par le ministère de l'Instruction publique. Un projet a été établi par l'architecte Dameron en 1929. Des démarches sont entreprises auprès de la Société des Sablières de la Seine en vue de l'acquisition d'un terrain situé à proximité de la cité coopérative Paris-Jardins. La mise en état de ce terrain excavé de 2, 50 m en contrebas de la route nécessite des travaux importants de remblai et d'infrastructure, mais aucun autre emplacement n'étant disponible , l'achat est autorisé par le ministère de l'instruction publique le 13 août 1930 et réalisé le 22 décembre 1932. Le développement de la commune rendant nécessaire la construction d'écoles dans d'autres l'architecte. Mais en raison de l'accroissement important des effectifs scolaires, la municipalité, en 1933 , substitue à ce projet celui des architectes Barrion et Tranchant qui prévoit la construction d'une école de
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Draveil - Villa-Draveil - 75 boulevard du Général-De-Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AB 4
    Titre courant :
    groupe scolaire de la Villa-Draveil, actuellement école municipale d'arts plastiques
    Appellations :
    groupe scolaire de la Villa-Draveil
    Annexe :
    Draveil, groupe scolaire de la Villa-Draveil. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I
    Illustration :
    Vue perspective de la façade principale, le long de l'alllée du Portugal, au carrefour avec le boulevard du général-de-Gaulle. IVR11_20079101699XA Vue des bâtiments situés le long du boulevard du Général-de-Gaulle. IVR11_20079101696XA Le corps central du bâtiment abritant locaux administratifs et logements de fonction L'aile de l'école des garçons le long de l'allée du Portugal. Elle est partiellement surélevée côté boulevard du général-de-Gaulle pour abriter des logements de fonction. IVR11_20079101702XA La cour de l'école des garçons encadrée d'un côté par des salles de classes et de l'autre par un préau. Elle ouvre sur le boulevard du Général-de-Gaulle. IVR11_20079101697XA La cour de l'école de filles encadrée par les salles de classe et le préau. IVR11_20079101705XA L'angle sud-ouest de la cour de l'école de filles, entre l'aile basse et le mur latéral du corps
  • groupe scolaire Jean-Jaurès
    groupe scolaire Jean-Jaurès Draveil - centre - 11bis-15 rue du Docteur-Débordes - en ville - Cadastre : 1983 AE 351
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Une 1ère école mentionnée dans le terrier de 1753 aurait été reconstruite en 1757 (sur le même royale du 10 février 1819. La classe unique de cette école, située à l'angle des deux rues de Mainville et du Docteur-Débordes devenant insuffisante, un terrain est acheté en 1840 auprès des hospices de Paris pour y édifier une école de garçons et de filles. Mais ce terrain situé au lieu-dit Les Hayes Saint-Rémi s'avère trop éloigné du centre de la commune, et la commission des bâtiments civils juge les frais de construction hors de proportion avec la population de la commune. Un nouveau projet, limité à la construction d'une école de garçons selon les plans de Louis Laroche, architecte de l'arrondissement de Corbeil, est présenté au conseil municipal le 7 février 1841, après l'acquisition d'un autre au sieur Caffard, maitre maçon à Draveil, sont achevés en juin de la même année, et financés en partie par la vente de l'ancienne école (13 novembre 1842). Ce bâtiment est situé au 15, rue du Docteur
    Annexe :
    . A. D. Essonne, 2 O 445, 447, 448 : construction d’une école de garçons, agrandissements , construction de l’école des filles, installation de classes provisoires, 1839 – 1933. II. Iconographie en Essonne, Comité de recherches historiques sur les révolutions en Essonne, 1999,p. 88-96 - Draveil, chemins d’antan…rue du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 45, 53 . - Monographie communale de l’instituteur, 1899, chapitre « Instruction publique ».
    Illustration :
    Plan de l'école communale à classe unique située à l'angle des rues de Mainville et du Dr-Débordes Plan du jardin et de la cour de l'école, 1870. (AD Essonne, 2 O 445) IVR11_20059101677XA Vue de l'entrée sur la rue du Docteur-Débordes. Ces bâtiments sont ceux de la première école de Vue latérale sur la cour de récréation de l'école de garçons construite en 1842 Vue d'ensemble sur la cour de récréation, en direction des bâtiments construits en 1930 au fond de Vue des bâtiments construits en 1879 pour agrandir la première école de garçons. Au fond, l'édifice de logement qui porte la signature de l'entrepreneur E. Chaponnay. IVR11_20069101215XA Signature de l'entrepreneur Chaponnay dessinée dans l'enduit en cailloux de mâchefer correspondent à l'extension de 1879 (?). IVR11_20069101221XA Bâtiments situés à l'arrière de la construction principale : détail de l'enduit rocaillé. Les blocs
  • groupe scolaire Paul-Langevin, aujourd'hui Marcel-Pagnol
    groupe scolaire Paul-Langevin, aujourd'hui Marcel-Pagnol Vigneux-sur-Seine - 1 rue Paul-Langevin avenue de la Concorde - en ville - Cadastre : 1983 AT 39, 41 2011 AT 39, 183
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    réalisation des travaux du groupe scolaire n° 2 du grand ensemble de la Croix-Blanche. Il se compose d'une école de filles de 13 classes, d'une école maternelle de 6 classes, d'un bureau médical, de 10 logements (dont 3 de direction) et d'une cantine comprenant un réfectoire de 176 places et un office pour 352 rationnaires, situés sur le terrain n° 2, ainsi que d'une école de garçons de 12 classes avec réfectoire de 128 places, gymnase de type B et deux plateaux d'évolution, sur un terrain n° 2bis contigu au premier. Un troisième terrain (n° 2ter) est affecté à la construction d'une cuisine centrale de 2500 rationnaires d'opération par délibération du 12 février 1965, est assisté de Jacques Fildier en qualité d'architecte en commandes groupées du secteur sud de Seine-et-Oise a été antérieurement confiée, dont l'entreprise pilote et de gros-oeuvre est la Société auxiliaire d'Entreprise (SAE), à Paris. Les travaux sont exécutés en deux tranches, 1964 pour l'école de filles, la maternelle et 6 logements, 1965 pour l'école de
    Description :
    Les surfaces utiles sont respectivement de 9835 m2 pour 760 élèves (terrain n° 2) et 8995 m2 pour 480 élèves (terrain n°2bis), soit une moyenne de 15m2 par élève. L'école primaire de filles et l'école indépendant sur le pignon, comporte au rez-de-chaussée les salles de jeux et de repos et une classe, à l'étage cinq classes de complément et une 2e salle de repos. L'école de filles dispose, au rez-de-chaussée , d'un préau de 280 m2 ouvert au sud-est, les 13 classes étant réparties sur les 1er et 2e étages. En distribution de l'école de garçons, située de l'autre côté de l'avenue de la Concorde, est identique à celle porteurs préconstruits, système Chevalet, tramé sur 1, 75, composé de deux montants verticaux en U et externe un revêtement de mosaïque de verre ou grès cérame. Les cours sont entourées d'espaces gazonnés et plantés d'arbres feuillus et de conifères.
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - 1 rue Paul-Langevin avenue de la Concorde - en ville - Cadastre : 1983 AT 39
    Annexe :
    scolaire du grand ensemble de la Croix Blanche, demande d’accord préalable, 1962.
    Illustration :
    Avant-projet : plan-masse des bâtiments prévus sur le terrain n° 2 (école primaire de filles, école maternelle et cantine, logements de la direction et adjoints). (AD Essonne, 1051 W 86) IVR11_20079101593XA Avant-projet : plan-masse des bâtiments répartis sur les terrains 2bis (école primaire de garçons Avant-projet, terrain n° 2 : plan des façades ouest, sud, est et nord des école primaire de filles Avant-projet : plans par niveaux et façades du bâtiment de logements des instituteurs. (AD Essonne Ecole primaire de garçons : avant-projet, façades est et ouest. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 3 Ecole primaire de garçons : avant-projet, façades est et ouest du gymnase. (AD Essonne, 1051 W 86 Avant-projet : plan de la cuisine centrale prévue sur le terrain n° 2ter. (AD Essonne, 1051 W 86 Avant-projet : façades et coupes de la cuisine centrale prévue sur le terrain n° 2ter. (AD Essonne Le bâtiment principal, côté entrée. La cour de la maternelle donne sur l'avenue de la Concorde, la
  • groupe scolaire Jean-Jaurès, actuellement bibliothèque municipale
    groupe scolaire Jean-Jaurès, actuellement bibliothèque municipale Vigneux-sur-Seine - 65 avenue Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AR 123 2011 AR 370
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'augmentation considérable de la population ayant rendu très insuffisantes les classes de la mairie-école, le conseil municipal vote en 1935 la construction d'un nouveau groupe scolaire le long de l'avenue Henri-Barbusse. Il abandonne alors les projets d'agrandissement des groupes de Rouvres et de élémentaires se substituant à celles du groupe de la mairie, une classe de cours supérieur 2e année destinée aux élèves des groupes de Rouvres et Pasteur, une classe affectée à tous les élèves de la commune reçus au certificat d'études, ainsi que des classes de cours complémentaire. Le terrain nécessaire est acquis par voie d'échange avec Georges de Courcel, propriétaire à Vigneux. Robert Simon, architecte à
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Annexe :
    , ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p. 182
    Illustration :
    Vue du bâtiment abritant les logements des instituteurs, devenu Maison de la justice et du droit
  • groupe scolaire Louise-Michel
    groupe scolaire Louise-Michel Vigneux-sur-Seine - les Bergeries - rue Louise-Michel - en ville - Cadastre : 1983 AM 396 2011 AM 509
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La construction d'un groupe scolaire de 10 classes mixtes et 4 classes maternelles destiné à de Vigneux (324 logements sur 928) est décidée en 1966. Cette décision fait suite à l'abandon d'un projet d'école maternelle nécessitant un temps de réalisation trop long ; aussi la nouvelle construction 1967. Le programme des architectes est conforme aux prescriptions du concours des écoles prototypes de Seine-et-Oise utilisant les techniques industrialisées. Un marché de gré à gré est passé avec la société
    Description :
    Le terrain d'assise des bâtiments fait partie d'un terrain d'une superficie de 18 000 m2 cédé à la scolaire et d'équipements sociaux communaux. Sa surface est de 9 100 m2, soit 650 m2 par classe hors le nouvel ensemble, installation complétée par un terrain de volley-ball et un plateau d'évolution. A , avec un mur rideau en verre et menuiseries métalliques pour celui des salles de classe couvert d'un
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Groupe scolaire Louise-Michel, maternelle de 4 classes : façades nord-ouest, nord-est et coupe. (AM Projet Geep industrie, détail de la façade sud-ouest et du pignon nord-est. (AM Vigneux-sur-Seine Groupe scolaire Louise-Michel : vue d'ensemble d'un bâtiment de salles de classe Groupe scolaire Louise-Michel : bâtiment des salles de classe côté cour. IVR11_20089100038NUC4A Groupe scolaire Louise-Michel : salles de classe en rez-de-chaussée près de l'entrée Groupe scolaire Louise-Michel : bâtiment des salles de classe. IVR11_20089100036NUC4A de classe. IVR11_20089100035NUC4A
  • école primaire de filles, puis groupe scolaire Pasteur
    école primaire de filles, puis groupe scolaire Pasteur Vigneux-sur-Seine - 7-11 rue du Maréchal-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AT 10, 25, 27 2011 AT 187
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ecole de filles créée en 1902 pour desservir le nouveau quartier du lotissement du parc du Château -Frayé, vite devenu le plus important de la commune. Le terrain sis en bordure de la route de Paris (chemin vicinal n° 8) a été cédé à la commune par Georges de Courcel. Les plans établis par Paul Simon en 1904, préférés à ceux de L. Thivier, architecte à Vigneux, prévoient la construction d'une classe, d'un classe enfantine, la construction d'un nouveau préau avec cantine et l'aménagement du logement de adoptés les plans de P. Simon pour la construction d'un logement et d'une 3e classe dans une partie du jardin. L'établissement reçoit 160 élèves en 1910. En 1914 un projet de doublement de l'école par la création de 3 classes de garçons est approuvé et mis en adjudication, mais la guerre empêche la réalisation abriter l'école de garçons, les deux écoles formant un groupe scolaire de 8 classes pourvu d'une cour de plus de 800 m2, d'un préau et d'une salle de cantine. Les plans de l'architecte Simon sont approuvés
    Précision dénomination :
    école primaire de filles
    Titre courant :
    école primaire de filles, puis groupe scolaire Pasteur
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, école de filles. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I.Archives . A , 1929, et nouveau projet d’extension, 1935-1936 ; 2 O 1394 : transformation de l’école de filles en . II. Bibliographie -Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p
    Illustration :
    Pavillons ouest et premières travées du groupe scolaire correspondant à l'école de filles Vue d'ensemble, à partir de la façade latérale ouest. IVR11_20079101481XA
  • groupe scolaire Marie-Laurencin
    groupe scolaire Marie-Laurencin Draveil - l' Orme des Mazières - 6 rue Frédéric-Joliot - en ville - Cadastre : 1983 AZ 73 2011 AZ 157
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    desservir le nouveau quartier de l'Orme des Mazières : Paul Ohnenwald est chargé de la coordination et Jules Lempereur, architecte de la ville depuis 1941, des fonctions d'architecte d'opération. Leurs plans prévoient un ensemble composé de deux bâtiments de 12 classes primaires de garçons et 12 classes de filles , d'une maternelle de 6 classes avec logement de gardien, d'une cantine-cuisine, d'un bureau médical, d'un bâtiment de 10 logements d'instituteurs et d'un gymnase de type B complété par un double plateau apparaître un dépassement important de la dépense subventionnable, l'architecte coordonateur modifie son du terrain, à l'origine principale de ce dépassement. Il propose un bâtiment primaire à double orientation et une école maternelle de 6 classes avec un étage, sans modifier les bâtiments annexes sauf dans , architecte à Ris-Orangis, qui a repris le cabinet de Jules Lempereur. Le terrain de 16 000 m2 sur lequel le
    Description :
    Le groupe scolaire est situé près de la jonction des deux rues périphériques qui desservent le par les anciennes fouilles ; au centre, un étranglement a enlevé toute possibilité de grouper les bâtiments ; les services communs sont installés à l'angle de jonction des écoles primaire et maternelle . Cette dernière, qui occupe l'emplacement primitif de l'école de garçons, est un bâtiment à simple orientation : est pour les filles, ouest pour les garçons. Le logement de gardien est accoté au bâtiment cantine. Les procédés de construction sont les mêmes que ceux employés pour les groupes scolaires de la aux normes de l'Education nationale et sur une trame de 1, 75 m. L'ossature en béton armé est constituée de poteaux et linteaux préfabriqués en usine constituant des portiques par assemblage ; les murs sandwich en béton armé avec incorporation de polystyrène.
    Annexe :
    . A.D. Essonne, 1051 W 29 et 30 : construction du groupe scolaire de l’Orme des Mazières.
    Illustration :
    Plans d'ensemble et de situation. (AD Essonne, 1051 W 29-30) IVR11_20079100592XA Ecoles de garçons et de filles (douze classes chacune) : plan de la façade sud-ouest, dressé par P Ecoles de garçons et de filles (douze classes chacune) : plan de la façade. (AD Essonne, 1051 W 29 Bâtiment des 12 classes de garçons et 12 classes de filles, plan de la façade ouest. (AD Essonne Bâtiment comprenant six classes maternelles et un logement d'instituteurs : plan de la façade sud Bâtiment de la maternelle (six classes) : plan de la façade nord-ouest. (AD Essonne, 1051 W 29-30 Bâtiment de la maternelle (six classes), plan de la façade sud-est. (AD Essonne, 1051 W 29-30 Bâtiment de la maternelle (six classes) : plan du rez-de-chaussée. (AD Essonne, 1051 W 29-30 Bâtiment comprenant le bureau du gardien, les cantines et le bureau médical : plan de la façade sud Vue du bâtiment de l'école primaire. IVR11_20079101039XA
  • groupe scolaire Romain-Rolland
    groupe scolaire Romain-Rolland Vigneux-sur-Seine - rue Romain-Rolland - en ville - Cadastre : 1983 AR 172
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Par délibération du 12 février 1965, le conseil municipal désigne comme architecte chargé de l'étude et de la réalisation des groupes scolaires n° 2 (Paul-Langevin) et 3 (Romain-Rolland) du grand ensemble de la Croix-Blanche, l'architecte-coordonateur René Blanchot, chef de groupe des précédentes réalisations scolaires en commandes groupées du secteur sud et architecte conseiller technique du ministère de maternelle de 10 classes et annexes (2 salles de jeux, 2 salles de repos), une école primaire de filles de 7 classes, une école primaire de garçons de 7 classes également, chacune avec salle polyvalente et bureau d'attente, l'école de garçons comprenant aussi un service d'inspection médicale. S'y ajoutent une cantine et réfectoires pour l'ensemble des écoles (480 rationnaires) et un bâtiment de logements de fonction. Certaines qui fixent à 30% des classes le nombre des logements de fonction et à 6 trames (au lieu de 5) la dimension des salles polyvalentes : 7 logements (dont 3 de direction) sont réalisés au lieu de 3
    Description :
    double orientation pour les primaires et simple orientation pour les maternelles. Les logements (3 de 4 pièces, 4 de 3 pièces) occupent un bâtiment indépendant sur quatre niveaux. Le bâtiment scolaire met en oeuvre un système préconstruit par éléments porteurs de blocs chevalets allant d'étage à étage et tramé sur 1, 75 (système Blanchot) ; chaque chevalet est formé de deux demi-poteaux de 0, 14 de large et de 0, 38 de profondeur ; l'allège extérieure en béton reçoit un revêtement en pâte de verre. Les murs pignons et de retour sont en briques enduites. Les murs de façade de l'immeuble de logements sont en briques ; certaines allèges sont revêtues de pâte de verre mosaïque.
    Annexe :
    : équipement scolaire du grand ensemble de la Croix Blanche, demande d’accord préalable, 1962.
    Illustration :
    Avant-projet, variante : plan de masse et étude schématique de distribution. (AD Essonne, 1051 W éléments porteurs de blocs chevalets, éléments de structures et aménagements standards). (AD Essonne, 1051 Plan de la façade est du bâtiment des logements. (AD Essonne, 1051 W 200) IVR11_20079100628XA L'aile perpendiculaire à la rue Romain-Rolland et la cour de récréation. IVR11_20079101316XA Vue de l'aile parallèle à la rue Romain-Rolland. IVR11_20079101312XA
  • groupe scolaire Roland-Dorgelès
    groupe scolaire Roland-Dorgelès Chanteloup-les-Vignes - rue des Petits-Pas - en ville - Cadastre : 1988 AL 28
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Des divers équipements scolaires prévus dans la ZAC de la Noé, seul le groupe scolaire Dorgelès est réalisé par Emile Aillaud. Le projet date de 1972, les établissements sont livrés en 1975. La commune décide alors de confier à Fabio Riéti la commande pour une sculpture en forme de pomme, placée dans l'une
    Description :
    l'école maternelle (8 classes)) de plan sensiblement carré s'implantent sur le dénivelé du terrain , complétés par un bâtiment accueillant le réfectoire et un dernier des logements de fonction. Ces plans massés permettent une exécution échelonnée ; ils reprennent le parti architectural général de la cité et Pantin et de la Grande Borne de Grigny ; cependant à Chanteloup, les poteaux ne sont pas en Y mais droits . Au cœur de chaque bloc, un patio intérieur crée un jardin clos et donne une qualité particulière aux couloirs de circulations. Le système porteur de poteaux permet de créer de vastes surfaces vitrées. Les voutains qui couvrent les bâtiments sont de deux dimensions différentes et alternent suivant un rythme fibres de verre. La Pomme, sculpture de Rieti, est réalisée en béton projeté sur une armature de grillage puis recouverte de carreaux de grés émaillé.
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Groupe scolaire G3. Plan masse du dossier d'avant-projet, 1972. Emile Aillaud, architecte. (Cité de Groupe scolaire G3. Plan du rez de jardin du bâtiment A (école maternelle) du dossier d'avant -projet, 1972. Emile Aillaud, architecte. (Cité de l'architecture et du patrimoine, Archives Groupe scolaire G3. Plan du rez de chaussée du bâtiment A (école maternelle) du dossier d'avant -projet, 1972. Emile Aillaud, architecte. (Cité de l'architecture et du patrimoine, Archives Groupe scolaire G3. Plan du rez de chaussée du bâtiment B (école primaire) du dossier d'avant -projet, 1972. Emile Aillaud, architecte. (Cité de l'architecture et du patrimoine, Archives Groupe scolaire G3. Plan du rez de jardin du bâtiment B (école primaire) du dossier d'avant-projet , 1972. Emile Aillaud, architecte. (Cité de l'architecture et du patrimoine, Archives d'architecture du droits. (Cité de l'architecture et du patrimoine, Archives d'architecture du XXe siècle
  • groupe scolaire d'Ormesson
    groupe scolaire d'Ormesson Enghien-les-Bains - 4 rue des Ecoles 13 boulevard d' Ormesson - en ville - Cadastre : 1995 AD parcelle non cadastrée
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Prevost. Le pavillon central est réservé aux instituteurs avec à gauche les classes de filles et à droite de garçons. Des jardins sont aménagés entre le corps de bâtiment et la sente des Ecoles et un square donnait sur le boulevard d'Ormesson encadré de préaux et partagé, comme la cour, en deux espaces réservés aux filles et aux garçons. En 1912, un projet d'agrandissement est lancé et de nouveaux terrains sont acquis par la ville. Un grand projet de construction d'un bâtiment réservé aux filles et l'autre à construits de part et d'autre du groupe scolaire. Durant les années Trente, l'établissement est vraiment trop
    Représentations :
    Blason de la ville d'Enghien entouré de branches de chêne et de laurier et surmonté de tours crénelées : d'azur avec trois fleurs de lys d'or, au baton de gueules peri en bande et au lambel d'argent . Ces armoiries sont un emprunt à celles du Prince de Condé.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    étage, encadré de deux ailes en rez de chaussée. Les deux préaux, pavillons à un étage, fermant l'ensemble de la composition. Le second bâtiment, sur le boulevard d'Ormesson est d'une architecture caractéristique des années 1930 : la façade en brique rouge, soulignée de bandeaux de béton, est rythmée par des grandes travées verticales de baies. L'entrée a fait l'objet d'un traitement particulier : il forme un léger avant-corps souligné par un large auvent de béton. Les encadrements des groupes de baies, des
    Étages :
    en rez-de-chaussée rez-de-chaussée étage de comble
    Annexe :
    privées de la Société des architectes diplômés par le gouvernement (Paris), avant 1900. Fonds Marcel G
    Illustration :
    Plan masse du premier groupe scolaire avec le projet de deux agrandissements latéraux par des Plan d'ensemble du groupe scolaire pour son agrandissement conçu par l'architecte de la ville Louis l'architecte de la ville Louis Olivier, 1913. (AM Enghien-les-Bains, M56) IVR11_20099500142NUC4A Vue du premier groupe scolaire du côté de l'école des filles, avec un groupe d'élèves, 1er quart du Vue de la partie centrale du bâtiment donnant sur le boulevard d'Ormesson. IVR11_20089500383NUC4A Détail de l'entrée du bâtiment donnant sur le boulevard d'Ormesson. IVR11_20089500384NUC4A Détail du blason de la ville, situé au-dessus de l'entrée du bâtiment, boulevard d'Ormesson
  • groupe scolaire Armand-Cassagne
    groupe scolaire Armand-Cassagne Melun - rue Armand-Cassagne - en ville - Cadastre : 1985 AV 147-148
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Dès 1907, la Ville de Melun prévoit la construction d'une école sur la rive gauche de la Seine, en lien avec le lotissement à créer sur le site de l'ancien quartier de cavalerie Saint-Ambroise. Un proposé par Delaire, pour la construction d'un groupe scolaire (école primaire de filles et école en juillet 1913, sont interrompus par la Première guerre mondiale. Ils sont repris à partir de 1922 , sous la direction de l'architecte du département G.-L. Richardot, et sont définitivement terminés en qui créent de nouvelles classes maternelles (1951) et primaires (1955-1958). L'école maternelle est en grande partie reconstruite en 1989-1992, en s'étendant sur le site de l'ancien manège (ce nouveau
    Représentations :
    fleur de lys
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    école primaire de filles (côté nord). La maternelle est nettement plus petite, et couverte par un toit deux écoles sont construites en blocs de calcaire et ornées d'un léger décor en mosaïque (fleurs de lis à la corniche, et inscriptions). L'école primaire présente un bel escalier central à rampe de
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Plan d'une école de filles et école enfantine. Bleu, 1908. (AM Melun. 1 Fi 2092 Projet de Delaire. (AM Melun. 1 Fi 729) IVR11_20047700281NUCA Projet (non réalisé) pour l'école Armand-Cassagne, par E. Delaire, 1912. Lithographie. Tiré de : Les futurs embellissements de la ville de Melun / Stapathi (alias Edmond Delaire). Melun : A. Huguenin Projet de Delaire pour l'école des filles : façade principale et coupe, 9 juillet 1912. (AM Melun Ecole des filles : plan du rez-de-chaussée. Ech 1 : 100. Papier (tirage d'architecte), 12 décembre Plan de l'école maternelle Gabriel-Leroy. Tirage d'architecte, 1951. (AM Melun. 1 Fi 55 L'école primaire, vue de l'est. IVR11_20047700610VA Mur pignon est de l'école primaire. IVR11_20067700414VA Détail de l'inscription en mosaïque sur le pignon est : ""1914-1925. Ce groupe scolaire fut édifié
  • Groupe scolaire Ferdinand-Buisson
    Groupe scolaire Ferdinand-Buisson Mantes-la-Jolie - rue Ferdinand-Buisson - en ville - Cadastre : 2014 AO 185-186
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1931, juste après la fusion de Mantes et de Gassicourt, les perspectives de développement de la population dans le quartier sont importantes : un immeuble HBM de 65 logements, 13 maisons individuelles, 15 familles de gendarmes, c'est pourquoi le maire Auguste Goust propose de construire une école de filles de 8
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    L'école est construite sur un plan en M irrégulier. Elle s'étire le long de la rue Ferdinand -Buisson entre les rues Pierre-Curie, et de Rosny. Aux deux angles se trouvent les pavillons d'entrée l'entrée du cinéma scolaire dans la cour, couvert en terrasse. La maçonnerie est en moellons de Follainville apparents, les allèges et les corniches sont en brique dure, de même que les façades d'entrée. A
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Plans du rez-de-chaussée de l'école maternelle. Marabout. 1932 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 15 (2 Plans du premier étage et des combles de l'école maternelle. Marabout. 1932 (AM Mantes-la-Jolie 5 Plan du rez-de-chaussée et de l'étage du bâtiment d'entrée. Marabout. 1932 (AM Mantes-la-Jolie 5 M Façades de l'école maternelle. Marabout. 1932 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 15 (2) IVR11_20157800570NUC4A Façades de l'école de filles. Marabout. 1932 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 15 (2) IVR11_20157800571NUC4A Façades sur cour de l'école maternelle et de l'école de filles. Marabout. 1932 (AM Mantes-la-Jolie Dessin de la porte d'entrée. (AM Mantes-la-Jolie 4 M) IVR11_20157800562NUC4A Vue d'ensemble de l'école depuis l'angle des rues Pierre-Curie et Ferdinand-Buisson L'entrée de l'école maternelle, placée dans l'angle est surmontée d'un haut fronton blanc , caractéristique de Marabout et de son époque. IVR11_20177800203NUC4A
  • Groupe Scolaire Les Jonquilles, Rousseau, Colette
    Groupe Scolaire Les Jonquilles, Rousseau, Colette Mantes-la-Jolie - rue Denis-Papin - en ville - Cadastre : 2014 AR 17
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    et comportait une école de garçons, une école de filles et une maternelle. Les plans datent de 1962
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 114 SB Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 114 SB Tome III.p. 347 Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. GREM, Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. Groupe de recherches et d'éditions mantaises. Volume I (1789-1889) 1991, 406 pages
    Description :
    Un texte de Raymond Lopez et Henri Longepierre décrit l'école de la manière suivante "entièrement prévu à rez-de-chaussée le groupe scolaire a été étudié sur le principe des "écoles tapis" dont il existe à l'étranger, et en particulier dans les pays scandinaves de nombreux et intéressants exemples . Les classes jumelées réunies par des galeries couvertes de circulation s'ouvrent de plain-pied sur des services administratifs, les locaux médicaux et le logement du gardien. Une vaste cour de jeux bordée sur un côté par un préau couvert est prévue ds chacune des écoles à proximité des cours de récréation ."Sur une ossature en béton armé, le remplissage est en voile de béton armé. La couverture est constituée de modules semi-hexagonaux en béton.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Texte libre :
    salles de classe et patios. Le procédé constructif est lui aussi innovant : une répétition de parois en , formant succession de demi-hexagones créant ainsi des éclairages naturels. Une école similaire a été
    Illustration :
    Plaque en mosaïque signalant l'entre de l'école Colette. IVR11_20167800597NUC4A Le hall d'entrée de l'école est largement éclairé par les semi-hexagones de la toiture La façade sur cour de l'école maternelle les Jonquilles. IVR11_20167800611NUC4A Vue d'ensemble de la cour. Au fond le préau, à droite la galerie longeant l'école Rousseau La cour de récréation prise vers l'est. On aperçoit la Tour Vega. IVR11_20167800615NUC4A La cour et le départ de la galerie. A droite le départ du couloir desservant les classes et patios de la partie la plus orientale de l'école Rousseau. IVR11_20167800603NUC4A Au premier plan, la galerie, à l'arrière deux classes de l'école Rousseau qui n'ont pas de patio La galerie passe au devant d'un jardin au centre de l'école Rousseau. IVR11_20167800609NUC4A Le jardin au centre de l'école Rousseau. Au fond les deux salles de classe qui prennent le jour de
  • Groupe scolaire Jules-Ferry, actuellement collège
    Groupe scolaire Jules-Ferry, actuellement collège Mantes-la-Jolie - 5 rue des Ecoles - en ville - Cadastre : 2014 AK 614-615
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Une première école de fille, et une salle d'asile ont été prévues en 1879 par l'architecte Emile Duval à l'angle des rues de la Perle et sainte-Anne devenues en 1883 rue des Écoles et rue Castor. Les travaux sont adjugés en 1880. En 1884, l'école de filles agrandie est devenue école de garçons. Une nouvelle construction est décidée en 1933 car, selon les propos du maire, M. Goust, ce groupe de 7 classes reconstruction pour 12 puis 14 classes. L'architecte Raymond Marabout est chargé de ce projet. Les travaux sont
    Description :
    la première école comportait la maternelle à l'angle des rues Castor et des Ecoles et l'école de filles le long de la rue des Ecoles et de Strasbourg. Son plan en U épousait les trois rues qui la bordent. Elle était en moellons enduit avec chaînages et entourages de baies en briques dure de Mantes-la -Ville. La couverture était en tuiles grand moule des Cordeliers. Les classes se développaient au rez-de 1934 a adopté le même plan mais un parti inverse : l'école primaire est à la place de la maternelle et principal est constitué de briques arrondies appelées "bullnose" prévues par l'architecte dans les allèges et autour des entrées. Dans la cour se dresse un pavillon des ateliers élevé de deux étages. Il comportait au rez-de-chaussée un atelier fer et un atelier bois, au premier deux classes et au second une salle de science et une classe. Des changements importants ont été effectués pour l'établissement du collège : transformation de l'ancienne maternelle et construction d'une aile pour relier le bâtiment des
    Illustration :
    Elévation et coupe de l'école primaire de filles. Dessin de l'architecte Duval, 1879 (AM Mantes-la Plan de l'école en 1934 (avant sa reconstruction). (AM Mantes-la-Jolie 5M11 (4 Elévations de l'école avant sa reconstruction. (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4 Plan d'ensemble de l'école de garçons et de l'école maternelle projetée par Marabout. 1934 (AM Plan du rez-de-chaussée de l'école maternelle. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4 Plan du premier étage de l'école maternelle. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4 Façades de l'école maternelle. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4) IVR11_20157800553NUC4A Plans de l'école des garçons. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4) IVR11_20157800555NUC4A Façades de l'école des garçons. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4 Plan du rez-de-chaussée de l'école des garçons. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4
  • groupes scolaires Alain, Binet, Condorcet, Compayré
    groupes scolaires Alain, Binet, Condorcet, Compayré Meaux - mail des Allobroges rue Louis-Bréguet mail des Corses - - Cadastre : AK 79 AS 60 AS 59 BZ 171
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    A partir de 1965, quatre groupes scolaires ont été dessinés sur les mêmes principes constructifs par les architectes qui se sont occupés de l'ensemble de la ZUP de Meaux-Beauval : Marcel Lods, Paul Depondt, Henri Beauclair. Ces établissements reçurent des noms de pédagogues, philosophes ou savants
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ces groupes scolaires étaient destinés aux enfants de Beauval A (école Alain, sur le mail des Compayré, parcelle AS 59). Le choix de l'esthétique de ces bâtiments répondait à deux critères : leur inscription dans les volumes d'un secteur d'immeubles collectifs élevés et la retranscription visuelle de la classe comme module de base. Le groupe scolaire type comprenait trois types de bâtiments : les écoles primaires dotées d'un étage, les écoles maternelles construite en rez-de-chaussée , les bâtiments de logements comportant quatre appartements par palier et reconnaissables à la présence de persiennes. Le plan classes s'articulaient le long d'une galerie de circulation entourant un escalier pour les bâtiments du primaire ou un patio pour ceux des maternelles. La structure métallique a été adoptée en raison de sa rapidité de montage et des grandes portées qu'imposait une modulation par classe. Elle comporte une ossature principale constituée de cadres rigides en profilés et des planchers en béton armé à nervures
    Illustration :
    Vue d'ensemble, pris depuis le mail des Allobroges. Le groupe scolaire Alain dessert le quartier de Entrée de l'école primaire du groupe scolaire Alain et façade avec structure métallique constituée de cadres rigides en profilés. Les façades sont mixtes en acier et aluminium anodisé. Les écoles se Vue des cadres rigides en profilés orange et des piliers de maintien dans le sol Les bâtiments de l'école primaire Alain. Vue de la façade principale et du préau sur cour . Structure de profilés oranges en acier et aluminium anodisé définissant les modules de chaque classe. Décor de claustra en béton. IVR11_20097701490NUC4A L'école primaire du groupe scolaire Alain : détail de la façade sur cour. IVR11_20097701489NUC4A L'école primaire du groupe scolaire Alain : détail du décor de claustra en béton L'école primaire du groupe scolaire Alain : autre vue du décor de claustra en béton
  • groupe scolaire : école primaire Pasteur et collège Henri IV
    groupe scolaire : école primaire Pasteur et collège Henri IV Meaux - 13 rue du Faubourg Saint-Nicolas 4 rue Fatou - Cadastre : 2000 BC 652
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le groupe scolaire formé par l'école Pasteur et le collège Henri IV se situe à l'emplacement de Révolution, les bâtiments conventuels furent dévolus au district de Meaux. Entre 1835 et 1837, on y installa "l'école des Frères" qui devint en 1879 une école publique de garçons. Des travaux furent menés en 1883 fut édifié sur les plans de l'architecte meldois Paul Maugras. Le projet, dressé en 1930, fut approuvé en 1932 par le ministère de l'Instruction publique ; les travaux se déroulèrent de 1933 à 1938. On conserva toutefois l'ancien bâtiment de "l'école des frères", qui occupe le côté ouest de la cour.
    Description :
    en U, sont très homogènes avec leur élévation en rez-de-chaussée surélevé et leurs murs en meulière à décor de briques. Cet ensemble est caractéristique de l'architecture scolaire de l'entre-deux-guerres , avec son usage raffiné de la brique en parement de façade, soulignant notamment les entrées des deux établissements. Des citations de Guizot, Danton, Pasteur etc. surmontent les portes. A l'ouest, s'élève un autre bâtiment, plus ancien, mitoyen de l'église Saint-Nicolas : haut de 2 étages, il est couvert par un toit à
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    La façade de l'école primaire Pasteur, rue du Faubourg-Saint-Nicolas. IVR11_20097700093NUC4A L'entrée de l'école primaire Pasteur. IVR11_20097700094NUC4A L'entrée de l'école primaire Pasteur : vue de la porte. IVR11_20097700095NUC4A Façade de l'école primaire Pasteur : détail de la citation de Pasteur. IVR11_20097700096NUC4A La façade du collège Henri IV : vue de la porte d'entrée. IVR11_20147700261NUC4A Le collège Henri IV : une entrée de l'aile des classes. IVR11_20147700265NUC4A Le collège Henri IV : détail d'une citation de Guizot au-dessus d'une des entrées de l'aile des L'ancien bâtiment de l'école des Frères, accolé à l'église Saint-Nicolas. IVR11_20147700263NUC4A Une cave de l'aile des classes, avec ses voûtains de briques. IVR11_20147700270NUC4A
  • groupes scolaires du Pierris, Saint-Exupéry et Guynemer
    groupes scolaires du Pierris, Saint-Exupéry et Guynemer Meaux - quartier de la Pierre-Collinet - 10 rue Guillaume-Briçonnet 11 rue Georges-Guynemer 70-71 avenue Jean-Henri-Dunant - - Cadastre : BI 55 BI 797 AX 159, 201
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    En même temps que l'on construisait les nouveaux logements de la Pierre-Collinet et de tout le groupée passée par la ville de Meaux à l'architecte Tourry. Le 11 juillet 1958, le conseil municipal avait en effet adopté un programme de constructions scolaires à réaliser en commandes groupées pour les ministère de l'Education nationale le 29 juillet 1959. Le revêtement en carrelage de grès cérame adopté pour le groupe scolaire Saint-Exupéry, proche des tours de la Pierre-Collinet, a été réalisé par l'entreprise Ganier Pététin à la demande de l'architecte, pour s'harmoniser avec les façades de la cité. Cet ensemble d'écoles primaires et maternelles était complété par un collège, un CES mixte de 1200 élèves construit de 1964 à 1967 par les architectes Guillaume Gillet et Guy Tétard, également auteurs du collège Pinteville en 1965-1971. En 1976, une scultpture de Mircea Milcovitch a été placée devant l'école du Pierris , rue Guillaume-Briçonnet. Dans le cadre des programmes de l'ANRU, l'école Guynemer a été restructurée
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    ) et une école maternelle (16, avenue Jean-Henri-Dunant) ainsi qu'un centre de loisirs. Le groupe éponyme (parcelle BI 55), servait de centre aéré au moment de l'étude. Ces trois écoles ont été
    Localisation :
    Meaux - quartier de la Pierre-Collinet - 10 rue Guillaume-Briçonnet 11 rue Georges-Guynemer 70-71
    Illustration :
    séchoirs de l'immeuble prototype de la Pierre-Collinet. IVR11_20097701074NUC4A L'école du Pierris, 10 rue Guillaume-Briçonnet (actuellement centre aéré). Façade avant. Détail de la mise en oeuvre des pâtes de verre et de la porte. IVR11_20097701076NUC4A L'école du Pierris, 10 rue Guillaume-Briçonnet : sculpture de Mircea Milcovitch, installée en 1976 L'école du Pierris, 10 rue Guillaume-Briçonnet : détail de la signature de la sculpture de
1