Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ecole intercommunale (maternelle et primaire) des Blagis
    Ecole intercommunale (maternelle et primaire) des Blagis Sceaux - 48 rue de Bagneux - en ville - Cadastre : 2007 U 81, 150, 157, 235, 237
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    les communes de Sceaux et de Bagneux, est mise en chantier dès 1955. Elle est inaugurée en 1960, alors l'initiative d'une filiale de la Caisse des dépôts et consignations, la SCIC (Société civile et immobilière de construction). Prévu pour 25 classes, le groupe scolaire se compose de trois bâtiments orientés au sud-est : une école primaire de filles (10 classes), une école primaire de garçons (12 classes) et une école maternelle (3 classes) - cette dernière se trouvant dans "la Rotonde" - édifice de plan circulaire placé au centre de la composition, qui accueille également le réfectoire, les cuisines et la chaufferie. L'école comporte aussi trois logements de directeurs et un logement de concierge, à l'est. En 1962, l'école remporte le prix de l’Équerre d'Argent, décerné par le comité de rédaction de la revue L’Architecture française. Créée dans le cadre des normes et des plans-types mis au point par le Ministère de l’Éducation nationale à partir de 1952, elle se démarque en effet par un audacieux travail d'étagement des volumes
    Référence documentaire :
    p. 65 ; 184 ; 303. MONNIER, Gérard. ABRAM, Joseph. L'architecture moderne en France. Tome II : du
    Représentations :
    Au titre de la procédure du 1% artistique, deux sculptures en béton ont été réalisées en 1957 par
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    béton parpaing de béton
    Description :
    Le plan du groupe scolaire est simple : deux ailes longitudinales disposées de manière légèrement le Ministère de l’Éducation nationale à partir de 1952 : ossature métallique apparente sur une trame étroite d' 1,75 m, remplissage des façades en parpaings de béton recouverts de petits carreaux de grès cérame blanc, menuiseries et escaliers métalliques, couverture formée de bacs autoportants d’aluminium . Le remplissage des façades est néanmoins interrompu à près d'un mètre de la toiture, afin de ménager distingue par son étage de soubassement, qui abritait à l'origine le réfectoire et les cuisines, accessibles de plain-pied. Les classes situées à l'étage étaient desservies par le grand escalier métallique
    Étages :
    étage de soubassement
    Localisation :
    Sceaux - 48 rue de Bagneux - en ville - Cadastre : 2007 U 81, 150, 157, 235, 237
    Aires d'études :
    Ile-de-France
    Illustration :
    Vue générale de l'école et de sa rotonde. IVR11_20169200180NUC4A Vue générale de l'une des sculptures réalisées pour le groupe scolaire en 1957, au titre du 1 Vue latérale de la sculpture en béton : le Soleil. IVR11_20169200182NUC4A Détail de la sculpture : le Soleil. IVR11_20169200183NUC4A
  • École de filles et salle d'asile actuellement lycée professionnel Erik Satie.
    École de filles et salle d'asile actuellement lycée professionnel Erik Satie. Paris 14e arrondissement - 2 rue Pierre Castagnou - Cadastre : 2014 CL 65
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'école de fille, actuel lycée professionnel Erik Satie, fait partie des bâtiments communaux dont la construction a été décidée par la commune de Montrouge dès 1846. Il s'agit d'une réponse aux exigences de la Loi Guizot, contraignant les communes à disposer d'un local d'école.L'achat de terrains aux Hospices de Paris en 1849, pour y construire une mairie, des écoles, une salle d'asile et une place publique donne lieu à un procès verbal actant la viabilité du projet par l'architecte de l'arrondissement de Sceaux Claude Naissant. En 1851, c'est lui qui signe le cahier des charges préalable à ces constructions dont il assure la réalisation dès 1852. L'école de filles et l'asile se situe coté rue Pierre -Castagnou, parallèlement à la Mairie. En 1878, pour faire face à une nombre croissant de nouveaux élèves , les écoles ont fait l'objet de nombreux aménagements destinés à ouvrir de nouvelles salles de classes.
    Référence documentaire :
    Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France. Mayeur, Françoise. Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France. t.III : De la Révolution à l'école républicaine , "qui a eu cette idée folle..." catalogue d'exposition au Pavillon de l'Arsenal. Paris, Picard, 1993. Archives des Hauts de Seine. Série DO/145. Carton Mairie. Archives des Hauts de Seine. Série DO Archives de Paris. VM74/16. Carton Écoles. Archives de Paris. VM74/16. Carton Écoles.
    Précision dénomination :
    école de fille
    Description :
    L'ancienne école de fille, actuel lycée Erik Satie, est formée de plusieurs bâtiments. Elle fait face à l'ancienne école de garçons et présente la même distribution. La façade donnant sur la place de la mairie se compose de trois bâtiments rectangulaires, dont l'un en retrait et placé photographies anciennes ont été remplacées par des tuiles mécaniques et qu'un châssis de toit a été percé sur le bâtiment en retrait . Les façades sont rythmées au rez de chaussée par des arcades fermées de baies. Le premier étage est percé de fenêtres de forme rectangulaire. L'ensemble de la façade est animé par des pilastres qui marquent les travées et les angles. Chacun des bâtiments rectangulaires abrite des salles de classe au rez de chaussée et à l'étage desservi par un escalier intérieur. Le rez de chaussée du bâtiment de gauche est désormais occupé par le centre de documentation. C'est dans cette salle que se trouve la fresque intitulée "Les vieilles chansons françaises" datée de 1933. Le bâtiment central comporte
    Titre courant :
    École de filles et salle d'asile actuellement lycée professionnel Erik Satie.
    Illustration :
    Plan du rez de chaussée de l'école de filles, de l'asile et du bureau de bienfaisance, 1886. (AD75 Plan du 1er étage de l'école de filles, de l'asile et du bureau de bienfaisance, 1886. (AD75 V27 M4 Plan masse de l'hôtel de ville, des écoles et du square vers 1896. (AD Paris. Petit Montrouge, 81e La place de la Mairie du XIVe arr. Carte postale, vers 1900. (Collection Particulière Vue du lycée professionnel prise du campanile de la mairie. IVR11_20157500250NUC4A Vue du lycée professionnel prise de la place de la mairie. IVR11_20157500126NUC4A Vu du lycée professionnel prise du campanile de la mairie. IVR11_20157500251NUC4A Vue de la façade principale des bâtiments. IVR11_20157500249NUC4A Vue de l'entrée du lycée professionnel. IVR11_20157500252NUC4A Vue de la cour intérieure. IVR11_20157500359NUC4A
  • Ecole primaire de filles, actuellement école élémentaire Hélène-Boucher
    Ecole primaire de filles, actuellement école élémentaire Hélène-Boucher Mantes-la-Jolie - 8 rue des Ecoles - en ville - Cadastre : 2014 ah 44
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La construction de l'école de filles de la rue des Écoles a donné lieu à un concours d'architecture Tabourier qui a été retenu. Les décor en grès flammé sont de Bigot et cie et les carrelages de l'entreprise Boch. La réception des travaux a eu lieu en 1912. Pendant la guerre de 14-18, l'école a abrité un
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, 5 M 12. Ecole de filles rue des Ecoles. AM Mantes-la-Jolie, 5 M 12. Ecole de filles rue des Ecoles.
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    L'école est construite en moellon durs de Follanville, sauf le parement extérieur qui est en moellon dur de Guerville. Les allèges sont en brique de Feucherolles. Les planchers sont métalliques. Les décor en grès flammé sont de Bigot et cie et les carrelages de l'entreprise Boch. Le plan de l'édifice est très simple : bâtiment d'entrée sur la rue des Écoles, encadré de deux pavillons à deux étages pour les logements, salles de classe en rez-de-chaussée le long de la rue Castor et en retour. Ce U délimite la cour qui est bordée de l'autre coté par la rue de Montfort. Un préau couvert se trouvait à l'étage de soubassement en dessous. C'est cette partie qui a été aménagée en cinéma scolaire et musée . Aujourd'hui c'est une salle de sport.
    Étages :
    étage de soubassement
    Titre courant :
    Ecole primaire de filles, actuellement école élémentaire Hélène-Boucher
    Destinations :
    école primaire de fille, actuellement école élémentaire
    Illustration :
    Le hall a conservé la plaque en mémoire des Instituteurs de Seine-et-Oise morts pour la France Plan et élévation de l'école vers 1940. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1. IVR11_20177800497NUC4A Plan du rez-de-chaussée et du sous-sol vers 1940. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1 Vue d'ensemble de la façade rue des Écoles. IVR11_20177800147NUC4A La partie centrale de la façade avec l'entrée principale. IVR11_20177800148NUC4A Détail de l'inscription sur la façade : école communale de filles. IVR11_20177800150NUC4A Vue de la façade à l'angle des rues Castor et des Écoles. IVR11_20167800579NUC4A Détail du décor de l'entrée latérale, rue Castor. IVR11_20167800581NUC4A Partie centrale de la façade latérale, rue Castor. IVR11_20167800580NUC4A La façade rue Castor vue depuis le nord. C'est de ce côté que se trouvait l'entrée du "musée Mesnil
  • école primaire Saint-Alphonse, aujourd'hui école Notre-Dame
    école primaire Saint-Alphonse, aujourd'hui école Notre-Dame Draveil - centre - 2 place du Docteur-Rouffy - en ville - Cadastre : 1983 AP 203
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ecole libre de garçons créée en 1898 sur un terrain réservé par l'abbé Huignard, curé de Draveil paroissienne de Vigneux, Mme Couvreux, l'école est placée sous le patronage de saint Alphonse, en souvenir d'Alphonse Couvreux, son mari, entrepreneur de travaux publics et propriétaire du château de Vigneux. L'école est tenue par la congrégation des Petits frères de Marie qui cède la place à des instituteurs laïcs en 1905. L'école comprend alors 2 classes de garçons, 2 classes de filles et une classe enfantine. En 1925 les classes de garçons sont supprimées et remplacées par des classes de filles. En 1935, le patronage de Notre-Dame succède à celui de saint Alphonse. L'école devenue mixte reçoit aujourd'hui les enfants de la maternelle à la troisième.
    Illustration :
    Vue sur la cour de récréation. La légende porte à tort le nom d'école Saint-Rémy. Carte postale Vue du corps de bâiment central. IVR11_20069100471XA
  • école primaire de la Reine Astrid
    école primaire de la Reine Astrid Aubergenville - Elisabethville - 24 boulevard du Commerce - Cadastre : 2014 AK 732
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    s'est fait sentir. En effet plus de 60 élèves fréquentaient déjà l'école à Elisabethville. En novembre 1929, La Prévoyance mutuelle, société constructrice du lotissement, offre un terrain de 7000 mètres carrés. C'est Paul Tournon, architecte qui avait participé à tous les projets importants de la cité, qui salles de classe supplémentaire.
    Description :
    d'un campanile. Le reste est sobre, conçu comme une école de village avec les classes au rez-de -chaussée et le logement des instituteurs à l'étage. Il a été agrandi de deux ailes sur les côtés, ce qui donne une allure plus allongée et moins originale qu'à l'origine. Elle est peut-être inspirée de l'architecture belge, et notamment de la ferme-école provinciale de Waterloo achevée en 1926. Les salles de classe en rez-de-chaussée ajoutées par Jean Prouvé en 1953 sont conçues selon le système "coque"constitué de couvertures en coque préfabriquées.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    école primaire de la Reine Astrid
    Illustration :
    Plan masse de construction de l'Ecole de la Reine Astrid. Tirage, 1929. (AM Aubergenville Façade postérieure de l'école de la Reine Astrid. Tirage, 1931 (AM Aubergenville Elévation de la façade principale de l'école de la Reine Astrid construite en 1931. Tirage, 1930 Vue d'ensemble de l'école de la Reine Astrid. Photographie, vers 1931. (IFA, Paris Vue d'ensemble de l'école. Photographie, vers 1931. (AM Aubergenville). IVR11_20137800223NUC4A Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR11_20137800483NUC4A Vue du corps central de la façade antérieure. IVR11_20137800484NUC4A Vue d'ensemble de la façade sur cour. IVR11_20137800392NUC4A Vue du corps central de la façade sur cour. IVR11_20147800039NUC4A inscription de la façade. IVR11_20137800486NUC4A
  • école primaire de filles, puis groupe scolaire Pasteur
    école primaire de filles, puis groupe scolaire Pasteur Vigneux-sur-Seine - 7-11 rue du Maréchal-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AT 10, 25, 27 2011 AT 187
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ecole de filles créée en 1902 pour desservir le nouveau quartier du lotissement du parc du Château -Frayé, vite devenu le plus important de la commune. Le terrain sis en bordure de la route de Paris (chemin vicinal n° 8) a été cédé à la commune par Georges de Courcel. Les plans établis par Paul Simon en 1904, préférés à ceux de L. Thivier, architecte à Vigneux, prévoient la construction d'une classe, d'un classe enfantine, la construction d'un nouveau préau avec cantine et l'aménagement du logement de adoptés les plans de P. Simon pour la construction d'un logement et d'une 3e classe dans une partie du jardin. L'établissement reçoit 160 élèves en 1910. En 1914 un projet de doublement de l'école par la création de 3 classes de garçons est approuvé et mis en adjudication, mais la guerre empêche la réalisation abriter l'école de garçons, les deux écoles formant un groupe scolaire de 8 classes pourvu d'une cour de plus de 800 m2, d'un préau et d'une salle de cantine. Les plans de l'architecte Simon sont approuvés
    Précision dénomination :
    école primaire de filles
    Titre courant :
    école primaire de filles, puis groupe scolaire Pasteur
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, école de filles. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I.Archives . A , 1929, et nouveau projet d’extension, 1935-1936 ; 2 O 1394 : transformation de l’école de filles en . II. Bibliographie -Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p
    Illustration :
    Pavillons ouest et premières travées du groupe scolaire correspondant à l'école de filles Vue d'ensemble, à partir de la façade latérale ouest. IVR11_20079101481XA
  • école primaire Les Rouvres
    école primaire Les Rouvres Vigneux-sur-Seine - Rouvres - 47 rue Gaston-Vial 64 rue des Lilas - en ville - Cadastre : 1983 AN 80, 518
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1925 la commune achète un terrain de 3254 m2 destiné à la construction d'un groupe scolaire dans le lotissement du château de Rouvres, domaine de 100 ha morcelé à la fin de l'année 1922 ; 820 constructions s'y élèvent trois ans plus tard, avec une population scolaire de 200 enfants. Le projet de P . Simon, architecte à Villeneuve-Saint-Georges, qui prévoit 2 salles de classes et 2 logements, 2 cours de travaux, mais dès le 7 mai 1927, du fait de l'augmentation constante de la population, le conseil municipal vote l'agrandissement du bâtiment en cours de réalisation : l'ouverture se fait ainsi avec 4 classes le 1er octobre 1927. Une 3e classe de garçons est créée en 1930. La hausse continue des effectifs scolaires oblige la municipalité à prévoir la création d'un groupe scolaire de filles ; elle approuve le 23 mars 1930 les plans de l'architecte Paul Simon qui ajoutent 4 salles de classe au bâtiment existant . Les travaux sont adjugés le 5 février 1931 à l'entreprise Tomat et Petit de Juvisy, et le groupe
    Annexe :
    de filles, 1930-1931 ; 2 O 1393 : projet d’agrandissement, 1935-1936. II. Bibliographie -Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p. 190.
  • école primaire de Champrosay
    école primaire de Champrosay Draveil - Champrosay - 33 rue Sainte-Anne - en ville - Cadastre : 1983 AW 84
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Jusqu'au milieu du XXe siècle, le hameau de Champrosay ne dispose d'aucune école, malgré la distance de 4, 5 km qui le sépare du centre-ville. Le 24 avril 1948 le conseil municipal décide l'ouverture d'une école mixte de deux classes pour les enfants de 2 à 7 ans et de 7 à 14 ans. Le 20 juin 1949 une de Corbeil le 25 novembre 1950. En décembre 1951 celle-ci modifie les plans initialement prévus pour ultérieurement l'édification de classes sur la toiture-terrasse. Deux classes supplémentaires sont créées trois
    Titre courant :
    école primaire de Champrosay
    Appellations :
    Ecole primaire de Champrosay
    Annexe :
    Draveil, école primaire de Champrosay. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives . A.D . Essonne, 986 W 58 : aménagement en école d’un immeuble acquis par la commune dans le hameau de Champrosay historique de Draveil, avril 2001, p. 134.
    Illustration :
    Vue de la cour de récréation et du bâtiment des classes dont le rez-de-chaussée forme préau
  • école primaire de Mainville
    école primaire de Mainville Draveil - Mainville - 52 rue des Creuses - en ville - Cadastre : 1983 AM 124
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1845 la mairie fait l'achat de deux petits bâtiments dans le hameau de Mainville pour y construction d'un préau couvert et d'une cour de récréation. En 1870 l'école libre du hameau est convertie en école communale, quii est supprimée en 1878. Vingt ans plus tard, la décision est prise de remplacer la Pasquet, architecte de l'arrondissement de Corbeil, prévoient deux salles de classe séparées par un préau adjugés le 18 décembre 1900 sont terminés le 3 décembre 1903 après divers compléments (travaux de nivellement dans la cour de récréation, mur de clôture, bûcher, buanderie et lavoir pour le logement de la directrice, cuisine pour celui de l'adjointe). Mais la délibération municipale portant création officielle d'une école primaire de plein exercice (avec une école enfantine et deux écoles de filles et garçons en bois servent de classes provisoires en juin 1931. A la même date, un projet de transformation d'un des préaux en salle de classe est dressé par l'architecte communal Dameron, mais l'installation d'une
    Description :
    L'école construite en 1900 comporte un rez-de-chaussée (salles de classe) et un étage carré
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    école primaire de Mainville
    Appellations :
    Ecole primaire de Mainville
    Annexe :
    Draveil, école primaire de Mainville. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives . A.D ; construction d’une école mixte, 1898 –1904 ; aménagement de classes provisoires, 1931. II. Bibliographie siècle : Enfances, 1848 en Essonne, Comité de recherches historiques sur les révolutions en Essonne, 1999
    Illustration :
    Vue d'ensemble du bâtiment d'origine : le logement de l'instituteur et les salles de classe Le logement de l'instituteur encadré de deux ailes abritant les salles de classes Les salles de classe installées dans les années trente à l'arrière du bâtiment principal Salles de classe des années 1930 accolées au nouveau bâtiment, le long du côté sud de la cour Le nouveau bâtiment construit en bordure de la cour, côté sud. IVR11_20069101136XA
  • école primaire Fraternité-Aubin
    école primaire Fraternité-Aubin Romainville - 79 rue de la Fraternité
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    communal Ernest Bertrand (1876-1943). Ernest Bertrand, s'inspirant de l'architecture de villégiature qu'il façades de ses villas à Mers-les-Bains quelques années auparavant.
    Description :
    C'est un groupe scolaire de composition simple présentant deux bâtiments quasiment identiques de ). L'entrée de l'école des garçons donne sur la rue de la Fraternité et celle des filles sur la rue Aubin. Un devis daté de 1910 renseigne sur les divers matériaux utilisés : les murs sont en meulière, les piles en briques de Fresnes - matériau que l'on retrouve en façade - et le couronnement des baies en briques émaillées. II fait ainsi alterner les assises de meulière et les bandeaux de brique afin de procurer rythme et coloration aux façades. Il magnifie les façades sur rue par l'ajout d'éléments de décors portés imposants tels que les cartouches de plâtre blanc, reprenant le nom des écoles et le nom de la ville, les auvents, essentiellement décoratifs, ou encore l'horloge monumentale de la façade principale. Ces détails atténuent la rectitude et la simplicité de la composition. Une simplicité, en réponse à la destination des adaptée à l'usage des bâtiments, qui impose une distribution intérieure des classes par de longs couloirs
    Localisation :
    Romainville - 79 rue de la Fraternité
    Illustration :
    Plan de la commune figurant l'emplacement des écoles. (AM Romainville) IVR11_20109300033NUC4A Façade principale sur la rue de la Fraternité et coupes de l'école des garçons. (AM Romainville Façade principale sur la rue Louis Aubin et coupes de l'école des filles et de la classe enfantine Vue de la façade rue de la Fraternité. IVR11_20109300046NUC4A Vue de la façade rue Louis Aubin. IVR11_20109300049NUC4A Entrée de l'école, construite en 1912 IVR11_20109300047NUC4A Détail de la façade rue Louis Aubin. IVR11_20109300048NUC4A Détail de la façade rue Louis Aubin. IVR11_20109300050NUC4A Vue de la façade sur la cour de récréation. IVR11_20089300350NUC4A Détail de l'appareillage des murs (briques, meulière). IVR11_20089300351NUC4A
  • école primaire
    école primaire Andrésy - en ville - Cadastre : 1983
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette école de garçon à classe unique a été construite en 1843 sur les plans de l'architecte Greppin qui est architecte de la ville de Poissy et qui fournira les plans de la première mairie -école de
    Description :
    Les murs étaient en moellons de vergelot hourdis de plâtre. Selon une description de 1873 cette école de garçons est d'un accès difficile, ne présente que 2 m3 par élève alors que les règlements scolaires en demandent 3 et le logement de l'instituteur est insuffisant. Il n'a pas de cour ni de jardin . Pour toutes ces raisons il est décidé de transférer l'école dans un nouveau bâtiment, acheté au sieur Blanchon (le château de la princesse.).
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • école primaire dite les Tilleuls
    école primaire dite les Tilleuls Maurecourt - 2 rue Maurice-Berteaux - en ville - Cadastre : 1964 AH 190, 193, 196
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    école primaire. Les travaux ne sont pas terminés en 1919 du fait de la guerre. L'architecte Fouret classes qui sont achevées en 1934. C'est Cacheux, architecte de la commune qui les construit.
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Le modèle du bâtiment construit par Fouret est le même que celui des écoles de Chennevières et de Fin d'Oise (détruite) à Conflans-Sainte-Honorine : classes en rez-de-chaussée et logements dans des
    Étages :
    étage de comble
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Façade sur rue de l'école. IVR11_20077800357VA Le préau au milieu de la cour. IVR11_20077800122XA
  • école primaire
    école primaire Chanteloup-les-Vignes - rue des Ecoles - en ville - Cadastre : 1988 AM 379-380-384
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La mairie-école, construite en 1892, a été dotée de bâtiments scolaires supplémentaires projetés en
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Le bâtiment sur rue comporte un étage carré (logements des instituteurs), de même que le bâtiment au milieu de la cour qui est l'ancienne classe enfantine transformée.
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    L'école enfantine. Photographie,1899. Tiré de : Monographie de l'instituteur.(AD Yvelines Projet d'agrandissement par Fouret : plan des bâtiments de l'école enfantine. Dessin. (AD Yvelines Projet d'agrandissement par Fouret : élévations des bâtiments de l'école enfantine. Dessin. (AD Les différentes étapes de construction. Dessin. (AD Yvelines, 2/050/1). IVR11_20097800031NUDA L'école des filles: façade antérieure. A droite un ancien préau transformé en salle de classe Les agrandissements de l'école maternelle. IVR11_20087800106NUC4A La façade antérieure de l'école des garçons. IVR11_20087800101NUC4A La façade postérieure de l'école des garçons. Le bâtiment se trouve entre les deux cours de
  • école primaire Saint-Exupéry
    école primaire Saint-Exupéry Andrésy - 30 rue des Courcieux - en ville - Cadastre : 1983 AS 203
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    L'école comportait quatre classes au rez-de-chaussée avec un double éclairage et quatre logements l'étage. Ce corps se termine par deux pignons découverts. Le décor est limité à l'usage de la brique pour souligner les baies. A l'arrière, la cantine se compose d'un petit bâtiment isolé sur étage de soubassement
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sur rue. IVR11_20067800514XA Vue d'ensemble de la façade sur cour. IVR11_20067800518XA Un couloir traversant et deux salles de classe de part et d'autre depuis la cour Le bâtiment de la cantine, façade sur rue. IVR11_20067800522XA Le bâtiment de la cantine, façade sur cour. IVR11_20067800524XA
  • École primaire de garçons actuellement école élémentaire.
    École primaire de garçons actuellement école élémentaire. Paris 14e arrondissement - 46 rue Boulard - en ville - Cadastre : 2014 CL 62
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'école de garçons, actuelle école primaire, fait partie des bâtiments communaux dont la construction a été décidée par la commune de Montrouge dès 1846. Il s'agit d'une réponse aux exigences de la Loi Guizot, contraignant les communes à disposer d'un local d'école. L'achat de terrains aux Hospices de Paris en 1849, pour y construire une mairie, des écoles, une salle d'asile et une place publique donne lieu à un procès verbal actant la viabilité du projet par l'architecte de l'arrondissement de dont il assure la réalisation dès 1852. L'école de garçons se situe coté rue Boulard , perpendiculairement à la Mairie. En 1878, pour faire face à une nombre croissant de nouveaux élèves, les écoles ont fait l'objet de nombreux aménagements destinés à ouvrir de nouvelles salles de classes. Un projet de surélévation a été proposé en 1878 par Emile Vaudremer, architecte de l'arrondissement, mais n'a pas vu le jour.
    Précision dénomination :
    école primaire de garçons
    Description :
    Le plan de l'école des garçons, actuelle école primaire, était à l'origine similaire à celui de l'école de filles. Toutefois, à une date inconnue, le retrait marqué par le bâtiment central a été comblé
    Titre courant :
    École primaire de garçons actuellement école élémentaire.
    Illustration :
    Plan des caves de l'école de garçons, 1878. (AD75 V27 M4 art.1-13). IVR11_20157500522NUC4A Plan du rez de chaussée de l'école de garçons, 1878. (AD75 V27 M4 art.1-13). IVR11_20157500524NUC4A Plan du 1er étage de l'école de garçons, 1878. (AD75 V27 M4 art.1-13). IVR11_20157500523NUC4A Plan masse de l'hôtel de ville, des écoles et du square vers 1896. (AD Paris. Petit Montrouge, 81e Vue de l'école élémentaire prise de la place de la mairie. IVR11_20157500253NUC4A Vue générale de la cour intérieure IVR11_20157500330NUC4A Vue du bâtiment abritant la salle de gymnastique. IVR11_20157500328NUC4A Vue du bâtiment abritant les salles de classe. IVR11_20157500329NUC4A Vue de la salle de gymnastique. IVR11_20157500341NUC4A Vue des baies éclairant la salle de gymnastique. IVR11_20157500342NUC4A
  • Ecole primaire de garçon puis de filles, actuellement école élémentaire Marie-Curie
    Ecole primaire de garçon puis de filles, actuellement école élémentaire Marie-Curie Mantes-la-Jolie - place Armand-Cassan - en ville - Cadastre : 2014 ab 777
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le projet de construction d'une école laïque de garçon remonte à 1868. A cette effet, des maisons sont acquises par la ville, place de l'ancien marché aux veaux. Mais le projet est retardé par la guerre de 70 et ne voit le jour qu'en 1874. C'est une école de trois classes dont les plans ont été réalisés par l'architecte voyer de Mantes, Philippe Pinho. En 1893, à l'occasion de la reconstruction d'un mur, on précise que l'école est devenue école de fille. L'école est agrandie en 1899 : une nouvelle installées. En 1959, la ville fait abattre des immeubles lui appartenant pour réaménager l'entrée de l'école . En 2009-2010 l'école a été restructurée et agrandie par l'architecte Grégory Vallot de l'agence
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, 5 M 10. Ecole de filles rue l'Evesque AM Mantes-la-Jolie, 5 M 10. Ecole de AM Mantes-la-Jolie, 4 M 16. Ecole de filles rue l'Evesque. AM Mantes-la-Jolie, 4 M 16. Ecole de AM Mantes-la-Jolie, 5 M 38. Ecole de filles rue l'Evesque. AM Mantes-la-Jolie, 5 M 38. Ecole de
    Description :
    L'école est en brique et pierre, pierre dure de Chérence et pierre tendre de Saint-Gervais pour le de classe, en rez-de-chaussée étaient à l'arrière, le long de la rue. Toutes les baies du rez-de -chaussée étaient cintrées. L'aile le long de la rue L'Evesque a été complètement restructurée et rehaussée celle du bâtiment d'entrée du côté de la même rue. L'étage aux fenêtres en bande est recouvert d'un
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Ecole primaire de garçon puis de filles, actuellement école élémentaire Marie-Curie
    Destinations :
    école primaire de garçon puis de filles, actuellement école élémentaire
    Illustration :
    Plans et élévations de l'école. Dessins de Ph. Pinho, architecte, 1873 (AM Mantes-la-Jolie, FI2 64 Plan de l'école. Dessin de l'architecte (illisible) 1884. (AM Mantes-la-jolie, 1Fi 265 Projet de création d'une classe supplémentaire, plan. Dessin de l'architecte N.Cauzard.1899 (AM Projet de création d'une classe supplémentaire, élévation. Dessin de l'architecte N.Cauzard.1899 Vue de l'école vers 1900. C'était un bâtiment en brique et pierre avec une riche modénature Plan et élévation de l'école vers 1940. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1. IVR11_20177800495NUC4A Vue de la façade rénovée sur la place Cassan. IVR11_20157800355NUC4A
  • école primaire des Marronniers
    école primaire des Marronniers Meaux - place des Marronniers - - Cadastre : 2014 BE 73
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    orientale affectée à une école de filles. La première rentrée des classes s'effectue à la fin de l'année l'école des filles et en 1910, on ajoute deux classes à chacune des ailes de l'école, sous la direction de l'architecte de la ville Hannoteau.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'école comporte un pavillon central à trois niveaux couvert d'un toit de tuile en croupe, surmonté d'un lanternon, et deux ailes en retour d'équerre, en rez-de-chaussée. A l'origine, le pavillon central était consacré au logement du personnel, les deux ailes abritant l'une l'asile, l'autre l'école de
    Illustration :
    Projet de la salle d'asile rue Monthabor, plan général. Calque. (AD Seine-et-Marne. 4 Op 284/8 Vue de la façade principale, depuis le nord. IVR11_20147700329NUC4A Vue de la cour à l'arrière, depuis l'ouest. IVR11_20147700330NUC4A
  • école primaire du Marché
    école primaire du Marché Meaux - 8 rue Madame Dassy - - Cadastre : 2000 BN 80
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Par acte du 1er février 1865, Mme Veuve Dassy verse 100 000 F. à la Ville afin de construire dans le quartier du Marché une école primaire communale et gratuite de garçons, entretenue par la ville et bénédiction de l'école par l'évêque de Meaux. Entre 1954 et 1956, les architectes Henry Faucheur et Robert Bouchet construisent un second édifice à l'angle de la rue Madame Dassy et du quai Sadi-Carnot afin d'agrandir l'école de garçons.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'école s'élève un peu en retrait de la rue, à côté de l'église Notre-Dame du Marché. C'est un petit édifice de plan rectangulaire de 118m² avec avant-corps central marquant une entrée axiale à l'est . A l'intérieur, une cloison sépare deux salles de classes qui communiquent entre elles par le central faisant face au carrefour de la rue Madame Dassy et du quai Sadi-Carnot, et de deux ailes parallèles à ces deux voies, permettant d'abriter trois classes au rez-de-chaussée et trois classes à l'étage.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Illustration :
    L'élévation nord, au pied de l'église Notre-Dame du Marché. IVR11_20147700320NUC4A
1