Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 20 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • mairie-école
    mairie-école Chanteloup-les-Vignes - 31 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1988 AM 378
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Construction de la mairie-école en 1891-1892 par l'architecte Désiré Geoffroy et l'entrepreneur
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La mairie couverte en ardoise est encadrée par les deux salles de classe en rez-de-chaussée
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la salle communale. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France Vue d'ensemble de la façade principale. IVR11_20087800257NUC4A La façade arrière qui donne sur la cour de récréation de l'école primaire. IVR11_20087800100NUC4A
  • maison de campagne dite château de la Princesse, mairie-école de garçons, actuellement bibliothèque Saint-Exupéry
    maison de campagne dite château de la Princesse, mairie-école de garçons, actuellement bibliothèque Saint-Exupéry Andrésy - 40 boulevard Noël-Marc - en ville - Cadastre : 1983 AS 205 1983 AT 144, 258 1983 AI 1-28
    Historique :
    , gouvernante des Enfants de France. Elle l'a donnée en 1781 à sa nièce, la princesse Louise-Adélaïde de Bourbon Cette maison de campagne, qui n'est pas l'ancien château de la famille de l'Isle, appartenait en sans doute lui qui a aménagé le jardin régulier, aujourd'hui disparu, qui se trouvait sur l'Île Nancy a été achetée en 1748 au marquis de Matignon par Marie-Louise de Rohan-Soubise, comtesse de Marsan -Condé, abbesse de Remiremont. La propriété est acquise en 1788 par Claude Sébastien Tariel Duplessis l'an II, il est vendu à François Joseph Mouchy. En 1817, la veuve de Monsieur Mouchy le vend à Pierre , manufacturier qui y installe une manufacture de jouets qu'il vend en 1866 à Armand Blanchon. C'est ce dernier qui vend le château à la municipalité d'Andrésy en 1875 pour y transférer la mairie, l'école de
    Statut :
    propriété de la commune
    Texte libre :
    L'ensemble du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Destinations :
    usine d'articles de paris
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de garçons
    Précision dénomination :
    maison de campagne
    Jardins :
    parterre de gazon
    Auteur :
    [propriétaire] Marsan, comtesse de
    Description :
    , une orangerie et une serre chaude. Le jardin régulier dans l'île et se composait de quatre parterres Le château du 18e siècle est connu par un inventaire de 1783 : au rez-de-chaussée (en réalité étage de soubassement), il avait chapelle, cuisine, office, conciergerie et sept chambres. Au premier étage , deux appartements d'apparat, une bibliothèque, une salle à manger, un salon tendu de toile de Jouy, une antichambre et des chambres de domestiques en entresol, quatre petits appartements, un appartement des bains de gazon dans l'axe du château, et des bosquets de part et d'autre. L'inventaire signale la présence d'un cabinet avec panneaux de bois ornés de papiers de la Chine. Le château est remanié au 19e siècle , en fonction de ses divers usages. Une cheminée d'usine y est ajoutée lorsque le château devient manufacture de jouets en 1846. Puis, suite au rachat du bâtiment par la municipalité et à sa transformation en
    Titre courant :
    maison de campagne dite château de la Princesse, mairie-école de garçons, actuellement bibliothèque
    Appellations :
    château de la Princesse
    Illustration :
    imprimé. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800571XB . (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800555XB dans l'île de Devant et de la perspective sur l'île Pergrand. Dessin plume aquarellé. (AN, N III Seine Détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731. Dessin plume. (AN, N IV Seine-et-Oise 19 Plan des îles et îlots faisant partie de la seigneurie d'Andrésy (partie centrale) - Plan du jardin Plan du jardin dans l'île. Dessin plume aquarellé. (AN, F 13 1400 B dossier 23 pl.1 Plan du jardin dans l'île : détail avec le kiosque. Dessin plume aquarellé. (AN, F 13 1400 B Vue du jardin dans l'île, gouache peinte par Louis Nicolas van Blarenberghe en 1774. Document Papier à en-tête de la manufacture de jouets. (AD Yvelines, 7 M 105). IVR11_20087800657NUC2A Plan d'ensemble en 1850 alors qu'une manufacture de capsules en papier et d'articles pour fumeurs y
  • école de la Courtille
    école de la Courtille Melun - quai de la Courtille - en ville - Cadastre : 1985 AV 53
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1884, la Ville de Melun achète une propriété située entre la rue du Franc-Mûrier et le quai de la Courtille, pour y construire une école de garçons remplaçant celle de la rue des Potiers, jugée Saint-Maurice. Mais l'édifice est réalisé selon le cahier des charges de Touzet et Trintzius , architectes à Rouen et second prix du concours, de 1888 à 1892. L'édifice reçoit une extension en 1952, sur les plans des architectes Paupe et Leroux. L'école de la Courtille accueille aujourd'hui des cours universitaires (faculté de droit Paris-Assas).
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'école de la Courtille se compose d'un long bâtiment rectangulaire de dix travées, comportant un étage de soubassement et un étage carré, flanqué de deux pavillons un peu plus élevés (2 étages carrés ajout postérieur, réalisé en béton dans les années 1950. La façade principale de l'édifice se déploie le long de la Seine, mais l'entrée et les organes de distribution (escaliers, galeries) se situent côté cour, vers la rue du Franc-Mûrier. Un double préau métallique borde cette cour à l'est.
    Localisation :
    Melun - quai de la Courtille - en ville - Cadastre : 1985 AV 53
    Titre courant :
    école de la Courtille
    Appellations :
    Ecole de la Courtille
    Illustration :
    Projet non réalisé présenté pour le concours de l'école de la Courtille (1888) : ""Ville de Melun . Construction d'une école de garçons pour 300 enfants. Façade principale."". Papier aquarellé, 19e siècle. (AM Projet non réalisé présenté pour le concours de l'école de la Courtille (1888) : ""Ville de Melun . Construction d'une école de garçons pour 300 enfants. Plan du rez-de-chaussée."". Papier aquarellé, 19e siècle Projet non réalisé présenté pour le concours de l'école de la Courtille (1888) : ""Ville de Melun . Construction d'une école de garçons pour 300 enfants. Plan du premier étage et plan des combles."". Papier Projet pour la construction d'une école de garçons quai de la Courtille, par Guyon. Elévation, plan du rez-de-chaussée, plan du premier étage. Gravure. Tiré de : Les écoles de Melun, dans La La façade, vers le début du 20e siècle. A droite : l'hôtel de la Vicomté. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.601) IVR11_20017700299X
  • mairie-école
    mairie-école Vigneux-sur-Seine - 75 rue Pierre-Marin - en ville - Cadastre : 1983 AR 76 à 78
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1877, la commune de Vigneux, réunie à celle de Draveil pour le culte et l'instruction primaire , décide de se doter d'une mairie-école, sur un projet établi par J. Laroche, architecte à Corbeil. Le terrain de 1600 m2 situé à la jonction des quatre voies de communication du village, est mis à la disposition de la commune par Georges de Courcel. L'administration départementale jugeant trop coûteux le projet (qui prévoitt aussi un logement pour le garde-champêtre), de nouveaux plans sont établis par H. B loin sur le chemin de la gare. Les travaux sont adjugés à Jacques Houry, entrepreneur à Brunoy. D'abord mixte, l'école, qui ne comporte que 40 places, est réservée aux garçons en l906, date de la construction d'une école de filles dans le quartier de Château-Frayé. En 1913 elle se compose de deux classes, dont une provisoire. On envisage alors sa fermeture et la construction d'une nouvelle école de garçons à côté de celle des filles, au Château-Frayé, quartier désormais le plus peuplé de la localité ; P. Simon
    Murs :
    pan de métal
    Annexe :
    : monographie de l’instituteur Pierre Anatole Roy, 10 septembre 1899. . A. M. Vigneux, 1 M 2 : plans, 1876 annexe, 1926 ; 1 M 7, installation d’une station-essence, 1939 ; 1 M 8, aménagement de la mairie après récupération des classes désaffectées, 1953-1954, 1 M 9, acquisition de bâtiments, 1957 ; 1 M 10, réalisation d’un nouveau centre administratif, 1964-1969 ; 1 M 12, projet d’extension par l’acquisition de la , 1969-1975. II. Bibliographie - Chodron de Courcel, Robert. Vigneux-sur-Seine, étude historique . Le Livre d’histoire, 2004, p. 138-142. - Leveau-Fernandez, Madeleine. De Vicus-Novus à Vigneux-sur -Seine. Messidor, 1988, p. 75-76. - Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux
    Illustration :
    Projet de construction d'une école avec logement de l'instituteur, mairie et logement du garde Projet de construction d'une école avec logement de l'instituteur, mairie et logement du garde -champêtre : plan du rez-de-chaussée, du 1er étage et des caves. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 2 Projet de construction d'un secrétariat en annexe de la mairie : façade latérale, coupe, élévation sur cour, plan du rez-de-chaussée ; 15 février 1926. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 5) IVR11_20079101236XA proposé par la Coopérative des Bois de l'Est (Aube), 5 août 1970. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 21 Agrandissement de l'hôtel de ville : façade principale, par la société GETRABAT, 45, rue de Clisson Extension de la mairie : façades avant, arrière, latérales gauche et droite ; 19 mars 1975. (AM Vue d'ensemble du bâtiment et plan de l'école ; photographie et plan extraits de la monographie Vue d'ensemble de l'ancienne mairie. Carte postale, vers 1910. (AD Essonne, 2 Fi 184
  • maison de campagne, mairie-école, presbytère, actuellement copropriété
    maison de campagne, mairie-école, presbytère, actuellement copropriété Maurecourt - 18 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AH 355
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1731, il existe une maison de campagne avec un clos à l'arrière qui se développe à la même place . En retour sur la rue se trouve une petite maison de vigneron. En 1824 la maison qui appartient au redistribution des lieux est faite par l'architecte Goix. Le logement de l'instituteur se trouve dans la maison de vigneron.
    Précision dénomination :
    maison de campagne
    Description :
    La plus grande partie de la maison a été transformée récemment. Il subsiste encore des traces de la maison de vigneron primitive : elle a conservé sa cave en berceau, son escalier rural et sa distribution.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Maurecourt - 18 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AH 355
    Titre courant :
    maison de campagne, mairie-école, presbytère, actuellement copropriété
    Illustration :
    Plan de la seigneurie d'Andrésy, 1731. (AN, N IV Seine-et-Oise 19). IVR11_20087800023NUC1A Plan de la mairie-école en 1899. Tiré de : Monographie de l'instituteur. (AD Yvelines Plan et coupe du domaine que la commune de Mauricourt projette d'acquérir...", 1822. Dessin. (AD le logement de l'instituteur. IVR11_20077800136XA La façade arrière et le mur de clôture du jardin, ancien clos. IVR11_20077800138XA L'escalier qui dessert l'étage de l'ancien logement de l'instituteur. IVR11_20077800140XA Le cellier qui se trouve sous l'ancien logement de l'instituteur. Vue d'ensemble
  • hôtel Guérin, puis école de filles
    hôtel Guérin, puis école de filles Melun - 18 rue René-Pouteau - en ville - Cadastre : 1985 AT 283, 284
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de filles
    Historique :
    par un hôtel particulier du 18e siècle, transformée en école de filles au 19e siècle. Vers le milieu années 1760, un hôtel entre cour et jardin est construit pour Louis-Etienne Guérin de Vaux, premier avocat du roi au bailliage, siège présidial et châtelet de Melun et receveur des tailles de l'élection . Cette demeure comprend un portail flanqué de communs, et un corps de logis orné de belles boiseries de style Louis XV. En 1811, l'hôtel est vendu à Hubert Lajoye, docteur en médecine. La Ville de Melun l'achète en 1888, et le transforme en école primaire élémentaire de filles. Le concours ouvert pour cet selon le cahier des charges de l'architecte Naudé. Ces travaux modifient profondément l'édifice. Dans les années 1960, l'école sert de collège d'enseignement technique commercial. L'édifice est détruit en 1977, la parcelle est restée vide et sert aujourd'hui de place (niveau haut) et de parking (niveau bas).
    Description :
    Le plan de l'hôtel des Guérin était celui des hôtels classiques : le corps de logis se trouvait entre cour et jardin. L'accès se faisait par une grande porte cochère flanquée de communs, ouvrant vers la rue René-Pouteau (ancienne rue de la Juiverie). Ce bâtiment sur rue, à décor de bossages continus en table, abritait remises et écurie au rez-de-chaussée et quelques chambres de domestique sous comble. Côté cour, il présentait une élévation à arcades. Le corps de logis, double en profondeur , comportait un étage carré et un étage de comble. Le rez-de-chaussée accueillait les pièces de réception escalier à rampe en fer forgé, de même dessin que celle toujours visible au 15 rue Notre-Dame, implanté pavillon en rez-de-chaussée au décor particulièrement soigné : la façade sur jardin, scandée de pilastres latérales étaient ornées d'un couronnement en bas-relief, avec un médaillon ovale encadré de volutes en méplat. Au 19e siècle, ce pavillon servait de fumoir.
    Étages :
    étage de comble
    Auteur :
    [commanditaire] Guérin de Vaux Louis-Etienne
    Titre courant :
    hôtel Guérin, puis école de filles
    Illustration :
    Propriété Lajoye à transformer en une école de 200 jeunes filles : plan au sol et élévations Détail du Doc. 1 : élévations de l'hôtel Guérin lorsde sa transformation en école. A gauche, le corps de logis (façade sur la cour, façade sur le jardin). A droite, le bâtiment sur rue : élévation sur la rue de la Juiverie (actuelle rue René-Pouteau) et arcades sur la cour. Papier aquarellé, 31 Propriété Lajoye à transformer en une école de 200 jeunes filles. Plan du premier et du deuxième Projet pour l'aménagement d'une école de filles dans l'ancien hôtel Guérin : plans. Gravure. Tiré de : Les écoles de Melun, dans La Construction moderne, n° 26, 1889. (AM Melun. 578 W 6
  • mairie-école
    mairie-école Enghien-les-Bains - 1, 5 rue de Mora - en ville - Cadastre : 1995 AC 210, 211
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1863 les premiers projets de mairie-école sont dessinés par l'architecte départemental de Seine l'entrepreneur de travaux publics à Enghien les Bains, Auguste Lordonné. Dès 1894, sous le mandat du maire abriter tous les services de la vie municipale. Le bâtiment est alors modifié, la même année, par construction de la poste.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 1, 5 rue de Mora - en ville - Cadastre : 1995 AC 210, 211
    Illustration :
    Plans du rez-de-chaussée et du premier étage par l'architecte départemental Blondel, 1863. Dessin Elévation de la façade rue de Mora, exécutée à l'occasion de l'agrandissement du groupe scolaire lors du départ des services de la mairie dans de nouveaux locaux, 1894. Dessin aquarellé. (AM Enghien Vue de la mairie école, avant la transformation de la façade de l'église. L'édifice sert alors de poste et de salle municipale. Photographie, vers 1910. (AD Val d'Oise, BIB 4/1432
  • école Saint-Louis, Sainte Thérèse
    école Saint-Louis, Sainte Thérèse Enghien-les-Bains - 24 rue de malleville - en ville - Cadastre : 1995 AC 383
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    . Dans la rue de Malleville était déjà présent une école libre avec un pensionnat tenue par les religieuses de Portieux. En 1897, le supérieur général de Portieux propose au curé d'Enghien, alors l'abbé Simonin, d'achèter un terrain pour une nouvelle école, la congrégation proposant de construire les classes . Un terrain de 1076m² est acheté, face au pensionnat et l'année suivante est constituée la Société civile de la rue de Malleville pour gérer l'opération. L'administrateur est l'abbé. L'école est construite en 1899 par l'architecte Sorel avec au rez de chaussée une petite scène, la salle de patronage des jeunes filles, une salle d'œuvres et à l'étage trois salles de classes.
    Représentations :
    La vierge et l'enfant sont debout sur un socle disposé au centre du pignon de la façade sur un fond de mosaïque et protégés par un auvent circulaire . La façade est également ornée d'une série d'ancres de métal traitées dans un style Art nouveau
    Description :
    fronton triangulaire sommé d'une croix de pierre. Sur ce pignon est disposée une sculpture de la Vierge accompagnée de l'enfant. La mise en œuvre des matériaux est particulièrement soignée, jouant sur la polychromie des briques de différentes couleurs et de la meulière.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 24 rue de malleville - en ville - Cadastre : 1995 AC 383
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sur cour. IVR11_20099500631NUC4A Détail de l'une des ancres sur la façade sur cour. En métal, elles ont fait l'objet d'un traitement
  • Mairie-école, actuellement centre de vie sociale Paul-Bert
    Mairie-école, actuellement centre de vie sociale Paul-Bert Mantes-la-Jolie - Gassicourt - - en ville - Cadastre : 2014 AO 728
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1872, la mairie-école de Gassicourt était installée dans une maison acquise en 1869 et qui se trouvait place de l'Eglise. Le projet de construction d'un nouveau groupe scolaire à Gassicourt remonte à 1892. Il témoigne d'une vision à long terme, la population de Gassicourt étant en augmentation à la suite de l'installation de l'usine Braunstein et de l'extension du chemin de fer. A cette date, le plan d'une école de fille est dressé par l'architecte d'arrondissement Emile Duval. Il prévoit également l'emplacement d'une future mairie et d'une école de garçons. L'école de filles est ouverte en 1896. En 1897 une première annexe pour l'école de filles est dessinée par l’architecte d'arrondissement J. Deschamps , successeur de Duval. En 1902 fut prise la décision par le conseil municipal de construire la mairie et 1904. C'est l'entrepreneur de Mantes-la-Ville Jules Gautier qui a été chargé des travaux de maçonnerie . (Ces bâtiments se trouvaient le long de l'actuelle rue de Gassicourt. ils ont été détruits en 1944). En
    Description :
    Le premier bâtiment de 1893 ne comportait qu'un logement de fonction d'un étage et une classe en rez-de-chaussée. La façade principale, très étroite, n'avait qu'une travée, mais n'en était pas moins élégante avec son chaînage de brique, son toit en ardoise à égouts retroussés. On comprend mieux cette disposition si on sait qu'il s'agit d'une partie du projet. L'adjonction de 1897 se compose d'une classe en rez-de-chaussée qui se trouve dans le prolongement de la classe plus ancienne et est partiellement surmontée d'un appartement de fonction à l'étage. On retrouve les mêmes chaînages en brique. Le bâtiment inauguré en 1904 est le projet complet. Il comprenait une aile identique à celle de l'école de fille. Entre les deux la mairie se composait d'un avant corps de deux travées surmonté d'un campanile. La mairie -école de cette période avait donc une façade principale ordonnancée autour de la mairie. Celle-ci comportait au rez-de-chaussée vestibule, salle de commission, le cabinet du maire et une salle d'archives et
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Mairie-école, actuellement centre de vie sociale Paul-Bert
    Texte libre :
    L'histoire de la mairie-école de Gassicourt est inattendue : un premier projet réalisé en trois phases de 1893 à 1904. C'est la mairie-école telle qu'elle apparaît sur les cartes postales. Le second projet qui date de 1912 s'est étalé jusqu'en 1922.
    Illustration :
    Plan de localisation du projet de groupe scolaire par Emile Duval, architecte d'arrondissement Projet de groupe scolaire par Emile Duval, architecte d'arrondissement. 1893. AM. Mantes-la-Jolie,4 Détail du projet de groupe scolaire de 1893. La façade latérale de l'école de filles. AM. Mantes Détail du projet de groupe scolaire de 1893. La façade principale de l'école de filles. AM. Mantes Plan d'extension de l'école de fille avec construction de la mairie et de deux classes et un Projet d'agrandissement de 1922. Plan du rez-de-chaussée. AM, Mantes-la-Jolie, 1 M GAS 6 Plan du rez-de-chaussée de la mairie et du groupe scolaire en 1922. AM, Mantes-la-Jolie, 1 M GAS 6 Plan du premier étage de la mairie et du groupe scolaire en 1922. AM, Mantes-la-Jolie, 1 M GAS 6 Projet d'agrandissement par Caro en 1922. Plan du rez-de-chaussée. AM. Mantes-la-Jolie, 4 M GAS 4 Projet d'agrandissement par Caro en 1922. Plan de l'étage. AM. Mantes-la-Jolie, 4 M GAS 4
  • école Nicolas Appert
    école Nicolas Appert Massy - Massy-Opéra - rue de Montpellier - Cadastre : 1955 OK non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale grands ensembles de l'Essonne
    Historique :
    Dès 1956, de nouveaux habitants s'installent à l'est du centre-ville du Vieux Massy, dans le quartier du Petit Massy, et le grand ensemble de Massy-Antony est en projet. La construction du groupe
    Description :
    rez-de-chaussée surélévé, sur plan en croix, réservé aux cuisines. Les salles de classes sont répartis salles de classes à l'étage, et un préau au rez-de-chaussée ; il existait un deuxième préau aujourd'hui réaménagé en salles de classe, ouvert sur la cour. Les soubassements sont réalisés en meulière et les murs de façade en béton.
    Localisation :
    Massy - Massy-Opéra - rue de Montpellier - Cadastre : 1955 OK non cadastré
    Illustration :
    Vue générale. Photographie, 1960. (Ministère de l'Ecologie, MRU 35643) IVR11_20109100149NUC1B Entrée de l'école depuis le parking. IVR11_20109100053NUC4A Façade arrière et cour de récréation. IVR11_20109100052NUC4A
  • écoles du grand ensemble Massy-Antony
    écoles du grand ensemble Massy-Antony Massy - Massy-Opéra
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale grands ensembles de l'Essonne
    Historique :
    A partir de 1961, le grand ensemble de Massy se dote d'équipements scolaires. Le groupe scolaire Nicolas Appert est déjà existant mais ne suffit plus à l'arrivée de nouvelles familles massicoises. Les architectes Roland et Léon Le Sauter, et l'entreprise Ganier et Petetin sont chargés de la construction de six , allée de Madrid, et René Descartes, allées de Champagne et du Roussilon, sont ouverts en septembre 1961 ; le groupe scolaire Albert Camus, avenue de la République, ouvre l'année suivante ; puis le groupe scolaire Jean Moulin. De même, le collège d'enseignement général Blaise Pascal, 2 square d'Ajaccio , fonctionne à partir de 1964. Enfin, le groupe scolaire Paul Painlevé, place d'Allemagne, accueille ses premiers élèves à la rentrée de 1968 et est inauguré le 22 juin 1969.
    Description :
    fond de laquelle est construit un bâtiment de deux ou trois niveaux accueillant les salles de classe , deux préaux étaient situés de part et d'autre de l'escalier, au rez-de-chaussée du bâtiment ; certains ont aujourd'hui disparus pour faire place à de nouvelles salles de classe.
    Illustration :
    L'école maternelle Albert Camus, avenue de la République. Photographie, 1964. (Ministère de Groupe scolaire Albert Camus, avenue de la République. Vue générale. IVR11_20109100083NUC4A Ecole Paul Painlevé, place d'Allemagne. Logement de gardiens ou d'instituteurs à l'entrée de l'école. L'axe central, de type moucharabieh à motif de nid d'abeille, organise la symétrie de la façade Groupe scolaire Descartes, allée de Champagne. Bâtiments et cour. IVR11_20109100063NUC4A Groupe scolaire Descartes, allée de Champagne. Mosaïque murale. IVR11_20109100064NUC4A Groupe scolaire Descartes, allée de Champagne. Mosaïque murale. IVR11_20109100065NUC4A Groupe scolaire Jean Jaurès, 2 allée de Madrid. Vue générale. IVR11_20109100015NUC4A Groupe scolaire Jean Jaurès, 2 allée de Madrid. Mosaïque réalisée sur une façade Ecole, allée du Québec. Les bâtiments et la cour de récréation. IVR11_20109100105NUC4A
  • hôtel Leconte, puis école de filles
    hôtel Leconte, puis école de filles Melun - 12 rue Eugène-Briais - en ville - Cadastre : 1985 AT 230
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de filles
    Historique :
    , architecte de la ville (1865). L'hôtel Leconte reçoit une aile sud, pastichant la partie ancienne. De plus l'école des soeurs. L'ensemble forme l'école primaire supérieure de jeunes filles. En 1967, R. Calazel propose un réaménagement complet de l'école. L'édifice est finalement détruit et remplacée par un garage.
    Description :
    L'hôtel Leconte avait son corps de logis sur rue. Haut d'un étage plus comble, ce logis était en berceau était creusée sous le bâtiment. A partir de 1865, cet hôtel fut réuni à la maison voisine au nord , qui présentait une élévation à deux étages carrés et un étage de comble, en moellons (?) enduits sur un soubassement de grès.
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    hôtel Leconte, puis école de filles
    Illustration :
    Ville de Melun. Ecole de filles, ouvroir et maison de charité. Restauration et appropriation des Ville de Melun. Ecole de filles, ouvroir et maison de charité. Restauration et appropriation des Ville de Melun. Ecole de filles, ouvroir et maison de charité. Restauration et appropriation des bâtiments. Plan du rez-de-chaussée. Papier aquarellé, 20 août 1865. (AM Melun. 1 Fi 616) IVR11_20027700099X Ville de Melun. Ecole de filles, ouvroir et maison de charité. Restauration et appropriation des Ville de Melun. Ecole de filles, ouvroir et maison de charité. Restauration et appropriation des Ecole supérieure de filles. Plan général du rez-de-chaussée.1/100e. Papier aquarellé, 24 juillet Ecole supérieure de filles. Plan général du premier étage.1/100e. Papier aquarellé, 24 juillet 1882 L'école professionnelle et la rue Neuve, vers 1907. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv Ville de Melun. Ecole primaire supérieure de jeunes fillles, rue Eugène Briais. Coupe A-B. Ech 1
  • institution Saint-Aspais
    institution Saint-Aspais Melun - 36 rue Saint-Barthélemy - en ville - Cadastre : 1985 AI 193
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Despatys, ancien lieutenant général au bailliage de Melun, député du Tiers-Etat en 1789, baron d'Empire en 1811, président du tribunal du département et de nouveau député sous la Restauration. Son fils y fait vicaire de la paroisse Saint-Aspais, l'abbé Thibault, dans une petite propriété de la rue Duguesclin. Dès 1888 sont édifiés la chapelle, la salle de gymnastique, des classes et dortoirs ainsi que l'école enfantine. En 1896, l'institution est confiée aux pères de Tinchebray. En 1898, la Société des Immeubles de et trouve refuge rue Saint-Liesne, avant de revenir dans ses premiers locaux en 1911. En 1914, une partie de l'édifice est réquisitionnée par la Croix-rouge. En 1928, le chanoine Bros fonde une succursale de l'école Saint-Aspais à Fontainebleau. En 1939, l'école est à nouveau réquisitionnée pour installer bombardements américain puis allemand : les locaux sont fortement endommagés. De nouveaux bâtiments sont construits à la fin des années 1960. L'ancienne villa Despatys est démolie. En 1983 (centenaire de sa
    Description :
    de ces bâtiments est un ensemble en L, construit dans le dernier quart du 19e siècle en moellons , plus récents, sont implantés dans la partie nord de la propriété. L'un deux abrite un petit observatoire. Au sud-est, une chapelle est aménagée dans un bâtiment rectangulaire en moellons de calcaire et grès, anciens communs de la villa Despatys. Dans le jardin se trouvent une grotte de Lourdes, installée
    Illustration :
    L'Institution Saint-Aspais en 1899. Gravure. Tiré de : Bulletin de l'Institution Saint-Aspais, n ° du centenaire, 1983. (Musée municipal de Melun. Dossiers documentaires) IVR11_20047700104X Vue de la maison du président Despatys (aujourd'hui disparue). Carte postale, vers 1905. (Musée municipal de Melun. Inv. 983.2.370) IVR11_20017700282X La chapelle : vue de la façade. IVR11_20047700233XA Vue extérieure de la chapelle, depuis la rue du Président-Despatys. IVR11_20037700665X Le jardin : grotte de Lourdes installée dans une ancienne glacière. IVR11_20047700235XA
  • les écoles de Melun
    les écoles de Melun Melun
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Dès le 18e siècle, un enseignement gratuit est dispensé par les Frères de la Doctrine chrétienne dans des locaux loués par la ville, dans la maison du sieur Digard, puis au premier étage de l'ancien primaire et secondaire : Melun se dote d'un collège en 1803 (IA77000423) et de plusieurs écoles primaires telles que celle de la rue des Potiers, aménagée en école de garçons en 1848-1850 par l'entrepreneur renouvelés dans le dernier quart du 19e siècle : la ville mène la reconstruction du collège de 1882 à 1885 , puis la transformation de l'ancien hôtel Guérin en école en 1888 (IA77000424), et la construction de l'école de la Courtille de 1888 à 1892 (IA77000442). Ce renouvellement se poursuit au 20e siècle, avec l'édification d'une école rue Armand-Cassagne, au sein du lotissement qui remplace les casernes de la rive sud (IA77000425). Dans l'entre-deux-guerres, un important groupe scolaire est construit dans la partie nord de la ville, sous le nom d'école Pasteur (IA77000426). Enfin, de très nombreux bâtiments scolaires sortent de
    Description :
    L'architecture scolaire présente deux types différents, suivant que l'établissement est issu de la réappropriation de bâtiments plus anciens ou d'une construction ex nihilo. Les exemples du premier type sont assez nombreux dans l'histoire de Melun, mais la plupart d'entre eux ont aujourd'hui perdu leur affectation de la ville (hôtel Leconte, hôtel Guérin, hôtel de Barbeau) ont ainsi fermé leurs portes. A l'inverse , c'est parfois l'école qui supplante l'édifice ancien : dans le cas de l'institution Saint-Aspais par exemple, les seuls vestiges de la propriété sur laquelle s'est bâti l'établissement scolaire sont le parc sur l'antenne universitaire de la rue du Château (installée dans une ancienne trésorerie). La plupart , primaire et parfois collège. Le parti le plus courant est donc celui d'un plan à plusieurs corps de bâtiments, parfois de construction disparate. Les exemples de plan massé sont rares et concernent souvent des édifices disparus. L'école de la Courtille et l'école normale de filles peuvent cependant être
    Typologies :
    groupe scolaire à plusieurs corps de bâtiments
    Titre courant :
    les écoles de Melun
    Illustration :
    Ville de Melun. Plan général des écoles communales de garçons."" Les deux écoles représentées Ville de Melun. Immeuble sis 5. Porte de Paris. Projet d'installation de classes"". Encre sur Carte postale représentant la place de la Porte de Paris, vers 1907. L'école de la rue Saint -Barthélemy, ou ""école des frères"", est le bâtiment (aujourd'hui disparu) occupant la partie droite de la photo. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.180) IVR11_20017700178X Vue de la façade. IVR11_20037700127X Statue de Vulcain, à l'entrée de l'établissement. IVR11_20067700044VA
  • institution Sainte Jeanne d'Arc
    institution Sainte Jeanne d'Arc Melun - 30 rue Bancel - en ville - Cadastre : 1985 AS 19
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le pensionnat des Sœurs de la Sainte-Enfance de Jésus et de Marie est fondé en 1863, grâce aux libéralités de Napoléon III. Il accueille les filles de la bourgeoisie, celles de la classe ouvrière fréquentant plutôt l'école Sainte-Marie. Les bâtiments de la chapelle et du pensionnat sont construits vers 1894 par l'architecte Roblot (1831-1904), architecte diocésain de Sens, également auteur de nombreux groupes scolaires en Bourgogne. La chapelle est ornée de vitraux dus à Émile Hirsch (disparus). Après 1905 congrégation des Sœurs de Nevers. Depuis 1982, la direction de l'établissement est assurée par un laïc, la congrégation n'assurant plus que la tutelle spirituelle. L'école accueille aujourd'hui plus de mille élèves (contre 200 en 1950). Les bâtiments anciens ont été conservés, avec quelques remaniements : le volume de la chapelle est aujourd'hui divisé, le rez-de-chaussée étant transformé en foyer pour les élèves (avec percement de baies), et la partie sud en salle des professeurs. Le grand bâtiment en L a été
    Représentations :
    La chapelle est orné de vitraux abstraits datant de la 2e moitié du 20e siècle.
    Description :
    L'institution Sainte Jeanne d'Arc comprend deux corps de bâtiments de la fin du 19e siècle. Le plus -sol et deux étages carrés plus comble. Les murs emploient le moellon de calcaire enduit en gros-oeuvre , et la brique en décor et confortement (pilastres, chaînages d'angle, encadrement de baies, bandeaux couverte en ardoise (croupe polygonale au chevet). A l'ouest de ce grand bâtiment s'élève le réfectoire , beaucoup plus bas : c'était initialement un petit bâtiment en rez-de-chaussée, construit en briques et moellons de meulière. Il a été surélevé au 20e siècle. Les petits médaillons visibles en façade révèlent la
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Le bâtiment principal : élévation sud, avec l'entrée de la chapelle. IVR11_20067700052VA Détail de la façade du réfectoire : médaillon en fonte. IVR11_20067700063XA Détail de la façade du réfectoire : médaillon en fonte. IVR11_20067700064XA La chapelle : détail de la ferrure de la porte d'entrée. IVR11_20067700056XA Bannière de procession à l'effigie de sainte Jeanne d'Arc, dans la chapelle. IVR11_20067700058XA
  • école du Centre
    école du Centre Le Perreux-sur-Marne - 57 avenue Georges Clémenceau - en ville - Cadastre : 1979 AD 73
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Illustration :
    Façade antérieure. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401525XB Partie centrale de la façade antérieure. IVR11_19869400366VA
  • école des Joncs Marins, puis Groupe scolaire Jules Ferry
    école des Joncs Marins, puis Groupe scolaire Jules Ferry Le Perreux-sur-Marne - 8 rue Jules Ferry - en ville - Cadastre : 1979 G 73
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    (porte la date). Ailes surélevées d'un étage et corps central décoré par panneaux de céramique en 1908
    Représentations :
    sujet : armes de la ville du Perreux
    Murs :
    pierre de taille
    Illustration :
    Façade postérieure. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401524XB
  • Mairie, école
    Mairie, école Bry-sur-Marne - place de la Mairie - en ville - Cadastre : 1981 R 44
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Naissant, architecte du département de la Seine. Ecole de filles agrandie en 1894. Corps central de la mairie doublé en profondeur en 1900, d'après un plan de l'architecte Charles Queru. En 1905, mise en place de 7 vitraux aux armes de Bry conçues par Dandois, peintre héraldiste à Vincennes.
    Représentations :
    sujet : armes de la ville de Bry
    Statut :
    propriété de la commune
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Bry-sur-Marne - place de la Mairie - en ville - Cadastre : 1981 R 44
    Illustration :
    Façade antérieure. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401534XB Façade antérieure du corps central. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et de la Brie Vue latérale sud des écoles et de la mairie. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401537XB Façade postérieure. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et de la Brie française Tableau : Portrait de femme. Vue d'ensemble. IVR11_20079400109XA Tableau : la place de l'église de Bry. Vue d'ensemble. IVR11_20079400111XA Tableau : paysage des bords de Marne. Vue d'ensemble. IVR11_20079400113XA
  • école du Centre
    école du Centre Champigny-sur-Marne - 23 rue Albert Thomas - en ville - Cadastre : 1974 Z 66
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ecole démolie pendant la guerre de 1870 ; reconstruite en 1874 par l'architecte Simonet.
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Illustration :
    Plans du sous-sol et du rez-de-chaussée. 1923. (Archives de Paris. DO 3 50) IVR11_19869400505P Plans du 1er étage. 1923. (Archives de Paris. DO 3 50) IVR11_19869400506P Facade antérieure. Carte postale. (Coll. Soc. hist. de Villiers.) IVR11_19849400680XB
  • école, dite Institution Saint-Etienne
    école, dite Institution Saint-Etienne Meaux - 9 rue Tronchon - - Cadastre : 2014 BS 338
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    L'Institution Saint-Etienne, école placée sous la tutelle de prêtres diocésains, fut fondée non loin de la cathédrale en 1870. D'abord installée au 9, rue Bossuet, elle se déplaça en 1872 à l'angle Duttenhoffer. Il fut ensuite occupé par l'école Jeanne d'Arc, à partir de 1908, hormis une interruption durant
    Description :
    L'ancienne école Saint-Etienne s'élève à l'angle de la rue Rochard et de la rue Tronchon, position soulignée par un pan coupé dans le bâtiment principal. Celui-ci se compose de deux ailes d'inégale hauteur : un étage carré le long de la rue Rochard , un étage carré + comble sur l'aile perpendiculaire rouges et blanches avec décor enduit imitant la pierre) et par la forme des baies, cintrées au rez-de -chaussée et rectangulaires au premier étage, mais l'aile la plus haute est davantage ornée : motifs de triangulaires sur les lucarnes....L'école a en outre occupé des maisons particulières le long de la rue Tronchon , non étudiées ici car profondément transformées lors de la récente rénovation.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
1