Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • tableau d'autel : mort de saint Eloi
    tableau d'autel : mort de saint Eloi Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    peintes dans le coin inférieur gauche : d'argent au chevron de gueules accompagné de deux merlettes de sable en chef et d'un arbre au naturel en pointe (prunier de reines claude).
    Historique :
    ville natale : fresque de la chapelle épiscopale, retable pour l'église Saint-Nicolas, peintures pour la chapelle Saint-Martin dans la cathédrale... La "Mort de saint Eloi" présente une iconographie très la protection du saint ; elle est l'image de la reine Marie de Médicis, dont la régence était confrontée aux troubles de la Fronde. Comme l'a observé Sylvain Kespern, cette reine Bathilde est identique à la sainte Hélène de "l'Authentification de la Vraie Croix", une autre oeuvre de Jean Senelle
    Représentations :
    Saint Eloi, coiffé de la mitre épiscopale rappelant sa charge d'évêque de Noyon, est représenté gisant sur son lit de mort. Il est pleuré par la reine sainte Bathilde (épouse de Clovis II, fondatrice de l'abbaye de Chelles) et par ses deux fils.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    tableau d'autel : mort de saint Eloi
    Annexe :
    Documentation - ALLOU (Auguste), Notice historique et descriptive sur la cathédrale de Meaux, Meaux (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p . 298. - DU PLESSIS (Toussaints), Histoire de l’Eglise de Meaux, Paris, Gandouin, 1731, p. 304 . - KESPERN (Sylvain), « La Mort de saint Eloi de Jean Senelle (1649) », dans Notre Département : la Seine-et -Marne, février-mars 1991, p. 32. - Catalogue de l’exposition Jean Senelle (1605-avant 1671), Meaux , musée Bossuet, 13 décembre 1997- 9 mars 1998, Paris : Somogy, 1997, p. 39-40 et p. 100 (notices de
    Illustration :
    Vue de détail : le manteau royal. Daté : 1649. IVR11_20087700148NUC4A Vue de détail : visages. Daté : 1649. IVR11_20087700149NUC4A Vue de détail : visage de la reine. Daté : 1649. IVR11_20087700150NUC4A Vue de détail : les armoiries du commanditaire. Daté : 1649. IVR11_20087700151NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l'hôtel Tubeuf
    rampe d'appui, escalier de l'hôtel Tubeuf Paris 2e arrondissement - 16 rue Vivienne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le terrain a été acquis en 1648 par Jacques Tubeuf, président de la Chambre des Comptes, et un hôtel construit sur les plans de Pierre le Muet. Les travaux sont achevés en 1655.
    Description :
    la ferronnerie actuelle, composée de larges panneaux symétriques avec une palmette centrale dont le cadre est à angles échancrés et de pilastres au dessin relativement simple, peut dater du deuxième quart
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l'hôtel Tubeuf
    Annexe :
    guide du patrimoine, Paris, Paris, Hachette, Conseil régional d’Île-de-France, 1994, p.539-540 GADY Documentation - IM75000102 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. (dir), Le , Alexandre, Les Hôtels particuliers de Paris, du Moyen Age à la Belle Epoque, Paris, Parigramme, 2008, p. 317
  • moulin Saint-Sauveur
    moulin Saint-Sauveur Melun - Cadastre : 1985 AV non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le moulin, mentionné dès le 12e siècle (acte de Louis VII, 1170 ou 1171), appartient au prieuré en 1643, (seul un pilier de pierre soutenant la passerelle est resté en place), il est réédifié en moulin avec des annexes situées sur la berge de la Seine. Le moulin Saint-Sauveur est vendu comme bien suite à l'arrêté pris par les services de la navigation le 20 septembre 1838, pour dégager le cours du
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Moulin-pendant situé en aval du pont-aux-moulins, établi sur pilotis, il est relié à l'île Saint -Etienne par une galerie couverte supportée par deux piles en pierre. Les deux structures de pilotis moulin se compose d'un bâtiment en pan de bois de trois niveaux desservis par un escalier à balustres , le moulin était moins avancé dans le lit du fleuve. Viollet-le-Duc, dans son Dictionnaire raisonné de l'architecture, propose une restitution de l'état du 13e siècle : moulin fortifié composé de deux piles épaisses aux éperons opposés au courant et cantonnés de tourelles. La roue était placée entre deux piles , réunies par une arche soutenant le rez-de-chaussée composé d'une salle barlongue.
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Le moulin Saint-Sauveur, en 1838. Fusain et estompe sur papier bleu. (Musée municipal de Melun. inv Le moulin Saint-Sauveur vu de l'amont, peu avant sa destruction. Dessin, 1839. (BNF, Département Le moulin peu avant sa disparition. Lithographie de Lefranc, 1839. Lithographie, 1839. (BNF après leur disparition. Gravure. Tiré de : Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte piétonne puis cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte piétonne puis cochère (non étudié) Paris 6e arrondissement - 14 rue Visconti
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    , probablement vers 1650. La maison a été achetée le 13 mai 1699 par Geneviève Dezaleux, veuve d'Augustin de , les deux longés par une allée, de l'escalier dans oeuvre, de deux étage comportant chacun une grande jardin au fond. Un plan de 1771 (AN) montre qu'à cette date une écurie a été construite et que l'entrée
    Description :
    La cage d'escalier est ouverte sur la cour. Le mur d'échiffre de la première volée est en pierre et ensuite l'escalier est à vide central avec limon en bois. La rampe est composée de panneaux étroits avec ondulée ornée d'un fleuron jaillit des volutes enroulées à la base de la panse.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte piétonne puis cochère (non étudié)
  • rampe d'appui, escalier d'une maison à porte piétonne
    rampe d'appui, escalier d'une maison à porte piétonne Paris 4e arrondissement - 7 rue Ferdinand-Duval
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    On ignore tout de sa construction, on sait néanmoins que cette maison appartenait à Monsieur Le Boeuf et était loué à un cordonnier du nom de Parsaunier au début du XVIIIe siècle.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    La maison de deux travées sur rue possède un bel escalier auquel on accède par un long passage d'allée. L'escalier en bois dessert quatre niveaux : il est à vide central mais de forme encore archaïque proche des escaliers rampe sur rampe. De plus la dernière volée a conservé ses balustres de bois de forme carrée. A l'origine tout l'escalier était probablement à balustres de bois, comme l'atteste la présence régulière de chevilles dans le limon, mais ils ont été remplacés par des balustres en ferronnerie dont le
    Illustration :
    Départ de l'escalier. IVR11_20097501406NUC4A Partie tournante de l'escalier. IVR11_20097501408NUC4A
  • tableau : Adoration des bergers
    tableau : Adoration des bergers Andrésy
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'attribution de ce tableau à Lubin Baugin a été faite par Jacques Thuillier. Selon lui, ce tableau appartient à l'œuvre de la maturité du peintre et s'inscrit dans sa production religieuse à son retour
    Statut :
    propriété de la commune
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • tableau : Ecce homo
    tableau : Ecce homo Melun - place Notre-Dame
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ce tableau, datable du milieu du 17e siècle, est une copie ancienne du grand Ecce homo de resserré de la composition. Il s'agit là d'un modèle rare, bien que véhiculé par la gravure. L'attribution de cette oeuvre à Sébastien Franck (ou Vrancx ou Francken), peintre anversois (1573-1647), est une hypothèse de l'érudit local Gabriel Leroy dont les attributions sont souvent peu fondées.
    Statut :
    propriété de la commune
    Emplacement dans l'édifice :
    sur la pile sud de la croisée
    États conservations :
    ), en 1985 (consolidation de la couche picturale par Isabelle Dangas), en 1996 (par Mme Martin). Il a été abîmé lors d'une tentative de vol en 1954.
  • tableau : Vierge à l'Enfant
    tableau : Vierge à l'Enfant Melun - place Notre-Dame - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Oeuvre française du milieu du 17e siècle mais avec de nombreux repeints du 19e.
    Représentations :
    posé un livre, sur la gauche du tableau apparaît un vase de fleurs.
    Statut :
    propriété de la commune
    États conservations :
    Trou dans la toile, au bas de la robe de la Vierge. Plis et quelques craquelures dans le bas de
  • retable du collatéral nord du choeur
    retable du collatéral nord du choeur Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    qui appartient probablement aux armoiries de Guillaume Frémyn (par comparaison avec l'écu peint sur le
    Représentations :
    Marie à droite. Le reste du retable porte un décor ornemental et emblématique : guirlandes de fleurs et mascarons sur les pilastres, cuirs découpés et monogrammes sur les panneaux latéreaux. Au centre de l'entablement apparaît le coeur de Jésus.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Texte libre :
    disparu ou se trouve déposé au Musée Bossuet, mais le retable de saint Eloi, dans le collatéral nord du oeuvres pour la cathédrale, telles que la "Cène" (IM77000353) et la "Vie de saint Martin" (IM77000388).
    Illustration :
    Vue de détail : le socle de la colonne gauche, avec l'ange de l'Annonciation Vue de détail : l'ange de l'Annonciation. IVR11_20087700203NUC4A Détail de l'ange de l'Annonciation. IVR11_20087700204NUC4A Vue de détail : socle de la colonne droite, avec la Vierge de l'Annonciation Détail de la Vierge de l'Annonciation. IVR11_20087700206NUC4A Détail de l'entablement, avec les initiales du commanditaire. IVR11_20087700207NUC4A Vue de détail : masque de l'encadrement. IVR11_20087700209NUC4A Vue de détail : fleurs de l'encadrement. IVR11_20087700210NUC4A Vue de détail : décor de l'encadrement (armoiries du commanditaire?). IVR11_20087700211NUC4A Vue de détail : initiales "MA" (monogramme marial). IVR11_20087700212NUC4A
1