Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 30 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • île de loisirs de Vaires-Torcy
    île de loisirs de Vaires-Torcy Vaires-sur-Marne - île de loisirs de Vaires - route de Torcy - isolé - Cadastre : 2014 AK 3
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L’île de loisirs de Vaires-Torcy est aménagée sur le site d’une ancienne exploitation industrielle : une sablière exploitée par la Société Vallet-Saunal de Château-Thierry, puis reprise par la Société Morillon-Corvol. La partie située sur la commune de Torcy a été la première aménagée : elle a ouvert en 1980. Celle située sur la commune de Vaires a été inaugurée en 1990. Sur le site sont conservés deux traces de l'histoire ancienne des lieux : une borne du domaine de l'abbaye de Chelles et le pont qui menait à la demeure de plaisance et à la ferme de Belle-Isle. Un important projet d'aménagement est actuellement en cours sur la base nautique de Vaires.
    Description :
    L'île de loisirs de Vaires-Torcy comprend deux parties. A l'est, la base de Torcy se développe sur 145 ha autour de deux plans d'eau dont le principal est utilisé pour la baignade et abrite une plage artificielle. A l'ouest, séparé de la première partie par une route et par la Marne, s'étend la base nautique de Vaires, sur 200 ha, autour d'un vaste plan d'eau de 90 ha où se pratiquent divers sports nautiques (aviron, canoe-kayak, planche à voile...). Le site, à cheval sur les communes de vaires et de Chelles, est équipé de plusieurs bâtiments à usage sportif : une tour d'arrivée pour les compétitions nautiques, mais aussi des courts de squash, tennis et badminton.
    Localisation :
    Vaires-sur-Marne - île de loisirs de Vaires - route de Torcy - isolé - Cadastre : 2014 AK 3
    Titre courant :
    île de loisirs de Vaires-Torcy
    Illustration :
    L'arrivée à la base nautique de Vaires, vue depuis l'est. IVR11_20157700195NUC4A La chocolaterie Menier à Noisiel, vue depuis le lac de Vaires. IVR11_20157700196NUC4A La piste cyclable longeant le lac de Vaires du côté nord, vue depuis la tour d'arrivée La piste cyclable et le lac de Vaires, vus depuis la tour d'arrivée. IVR11_20157700198NUC4A Vue panoramique sur le lac de Vaires et la terrasse du bâtiment principal, depuis la tour d'arrivée Vue panoramique sur la partie nord de la base de Vaires, depuis le sommet de la tour d'arrivée : les courts de tennis, la terrasse du café et le lac. IVR11_20157700200NUC4A Vue panoramique sur la partie nord du site de Vaires, depuis le sommet de la tour d'arrivée Vue panoramique sur la partie orientale du site de Vaires, depuis la tour d'arrivée Vue panoramique sur la partie orientale du site de Vaires, depuis la tour d'arrivée
  • ensemble de deux verrières : la Multiplication des pains et des poissons, le Figuier desséché
    ensemble de deux verrières : la Multiplication des pains et des poissons, le Figuier desséché Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Seine-et-Marne, la région Ile-de-France et l'Etat. Les verrières ont été inaugurées en 1999. Gilles -1997. Le coût de l'oeuvre (650 000 francs) a été réparti entre la ville de Melun, le département de En remplacement de verrières posées au 19e siècle et perdues pendant la seconde guerre mondiale (à l'exception de quelques fragments encore en place dans la baie 14), les deux premières chapelles sud de d'exécuter une autre commande publique pour l'église Saint-Joseph de Pontivy (1993). A partir d'une recherche sur les peintures de l'Evangéliaire de Sinople, Gilles Rousvoal a choisi d'illustrer le lien entre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les lancettes de chaque verrière sont occupées par un texte extrait des Evangiles, écrit en lettres
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    ensemble de deux verrières : la Multiplication des pains et des poissons, le Figuier desséché
    Illustration :
    Vue d'une autre verrière de Gilles Rousvoal, dans la baie 13. IVR11_20027700684VA Vue d'une autre verrière de Gilles Rousvoal, dans le collatéral nord. IVR11_20027700688VA
    Structures :
    jour de réseau
  • ensemble des deux verrières de la chapelle du Sacré-Coeur
    ensemble des deux verrières de la chapelle du Sacré-Coeur Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    Deux inscriptions sont portées au sommet des lancettes de la baie orientale : Semer dans la justice
    Statut :
    propriété de la commune
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Emplacement dans l'édifice :
    baies 6 et 8 dans la chapelle au sud de l'abside
    Titre courant :
    ensemble des deux verrières de la chapelle du Sacré-Coeur
    Structures :
    jour de réseau
  • ensemble des deux verrières recomposées de la façade occidentale
    ensemble des deux verrières recomposées de la façade occidentale Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    La scène de l'Annonciation comprend un phylactère avec la salutation angélique : Ave (...) gratia plena dominus tecum. Une autre inscription de lecture incertaine apparaît dans la lancette gauche de la
    Historique :
    Ces deux verrières ont été réalisées par Michel Durand en 1988, à partir de fragments de vitraux anciens de Saint-Aspais remontant pour la plupart au 16e siècle. Le tympan de la baie nord a conservé ses
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    verrières recomposées à partir de fragments anciens.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 94, Orly
    Titre courant :
    ensemble des deux verrières recomposées de la façade occidentale
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la verrière remployant des fragments anciens, au nord du portail occidental Vue d'ensemble de la verrière remployant des fragments anciens, au sud du portail occidental
    Structures :
    jour de réseau
  • Cité Descartes
    Cité Descartes Champs-sur-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ile-de-France prévoyait sur ce terrain, dit de la Haute-Maison. Mais dans le cadre du plan de relance En 1976, c'est un parc de loisirs que le schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la Région de la ville nouvelle établi en 1982, l'Epamarne entreprend la création d'un pôle d'enseignement . Dans le cadre du programme Université 2000, l'établissement public poursuit la constitution de l'un des deux sites de l'Université de Marne-la-Vallée, l'autre se développant à Val d'Europe. L'architecture contemporaine investit dès la fin des années 1980 les terres agricoles héritées du fief de la Haute-Maison dont la ferme fortifiée a été réhabilitée et constitue le coeur de la Cité Descartes. En 1987 ouvre , ces 123 hectares accueillent cinq écoles de formations supérieures, deux organismes de recherche , vingt-sept laboratoires de recherche, un centre scientifique et technique, une résidence internationale
    Description :
    Le terrain de la Cité Descartes s'étend entre la ligne de RER au Nord, ligne de rupture du plateau avant les coteaux de la Marne, et l'autoroute A4 au Sud. Il présente des voies bordées de platanes , marque de la Ville Nouvelle. De nombreux édifices de la Cité Descartes sont signés par d'importants architectes contemporains, l'ESIEE de Dominique Perrault étant l'édifice phare qui en clôture la perspective.
    Texte libre :
    Patrimoines et Inventaire de la région Île-de-France et le CAUE de Seine-et-Marne. Cette première enquête La Cité Descartes est le "cluster" universitaire de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, à l'est de Paris. Cet ensemble a fait l'objet d'une enquête ponctuelle en 2015, menée par Amandine Robinet
  • ESIEE
    ESIEE Champs-sur-Marne - Cité Descartes - 2 boulevard Blaise Pascal - en ville - Cadastre : 2007 AM 21
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    l'école d'ingénieurs de la Chambre de Commerce et d'Industrie de région Paris Ile-de-France. Renommée , Dominique Perrault. Elevé à un coût de 300 millions de francs, le projet est porté par la Chambre de millions de francs (soit 10% du budget). Le 1er août 1985 marque le début des travaux. Destinée à installation sur le futur technopôle de la Cité Descartes dès 1983. En 1983 est lancé le concours d'architecture pour la nouvelle école et en 1984, c'est un jeune architecte inconnu de 35 ans qui l'emporte Commerce et d'Industrie de Paris mais le Conseil régional contribue lui aussi au projet à hauteur de 25 accueillir dès ses débuts plus de 600 élèves et un personnel technique de 150 personnes, l'ESIEE ouvre ses installé dans la Cité Descartes, véritable tête de pont de ce cluster en devenir : son premier voisin, le centre de formation de l'entreprise Bull, n'est livré qu'en 1988 (source : revue Technique&Architecture n L'Axe de la terre de Piotr Kowalski. Les locaux hébergent aujourd'hui une partie de l'ISBS et le pôle de
    Description :
    Inscrite parmi les premières grandes réalisations de Dominique Perrault, le bâtiment de l'ESIEE est emblématique de la Cité Descartes. Elle est située au carrefour de l'avenue Ampère et du boulevard Blaise Pascal : elle fait face aux deux ronds-points principaux, vrais nœuds de distribution de la Cité Descartes. Le plan est rectangulaire et en peigne : l'école est un grand plan incliné de 300 m de long sans . Le plan incliné cache une vaste galerie haute de 100 m qui constitue une véritable rue intérieure de plan ovale vient se greffer un peu à l'écart des épis par un corridor différent. Le plan incliné charpente métallique recouverte de bacs en acier isolés et étanches. Des panneaux en polyester sont posés en couverture sur l'ossature, un vide étant ménagé pour jouer le rôle de tampon thermique. Les tuiles de polyester blanc (6 m sur 1,20 m) sont disposées en couches superposées (gelcoat, résine, tissus de verre non tressé, résine, mousse, tissu de verre, résine) et une tuyère vient compléter la partie basse, l'arrondi
    Illustration :
    Vue de l'entrée principale. IVR11_20157700032NUC4A Vue de l'entrée principale. IVR11_20157700293NUC4A Vue de l'angle sud-est du bâtiment. IVR11_20157700034NUC4A
  • orgue
    orgue Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    En 1627, les chanoines de Meaux commandent un orgue à Valéran de Héman. Cet instrument a par la de Reims réduisit les jeux de 41 à 33. En 1932-1934, Victor Gonzalez effectua une importante
    Représentations :
    Christ sur la tourelle centrale. Des harpies, dont le style s'apparente à celles du buffet de Dreux
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Auteur :
    [facteur d'orgues] Héman Valéran de
    Emplacement dans l'édifice :
    au revers de la façade occidentale
    Annexe :
    l'Ile-de-France. Inventaire réalisé sous la direction de Pierre Dumoulin. Tome II : Inventaire des Documentation Documents d’archives A.D. Seine-et-Marne : - 23 V 1. - 3 V 14 (restauration de l’orgue par Dallery, 1833-1834). Bibliographie ANONYME, « Le grand orgue de la cathédrale de Meaux en 1793 », Semaine religieuse du diocèse de Meaux, 1882, p. 162-163. ANONYME, « Inauguration des grandes orgues de la cathédrale le 21 octobre 1934 », Semaine religieuse du diocèse de Meaux, Meaux, 1934, p . 309-310. Auguste ALLOU, Notice historique et descriptive sur la cathédrale de Meaux, Meaux, 1839, p . 24, éd. 1871, p. 30. André BARRAULT, « Restauration des orgues », Bulletin de la Société d’histoire et d’art du diocèse de Meaux, 1957, p. 328. Norbert DUFOURCQ, Le Livre de l’orgue français, tome II : Le buffet, Paris, 1969. Norbert DUFOURCQ, « Le grand-orgue de la cathédrale de Meaux », Revue d’histoire et d’art de la Brie et du Pays de Meaux, n° 32, 1981, p. 49-62. Pierre DUMOULIN (dir.), Orgues de
    Illustration :
    Détail des parties basses du buffet (côté nord) et de la tribune. IVR11_20117700139NUC4A Partie basse de la tourelle nord et balustrade de la tribune. IVR11_20117700140NUC4A Parties supérieures du grand orgue, vues depuis le triforium de la nef. IVR11_20087701317NUC4A
  • trésorerie générale
    trésorerie générale Melun - 38 avenue Thiers - en ville - Cadastre : 1985 BC 279
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    coût de 37, 5 millions de francs. Il est achevé en 1992. Le jardin prévu à l'arrière de la parcelle n'a avec l'agence de Richard Meier). L'édifice est construit selon les plans de deux architectes pour un pas été réalisé, suite à des réductions de budget.
    Description :
    La trésorerie générale ouvre sur l'avenue Thiers par un rez-de-chaussée entièrement vitré, surmonté de trois étages de bureaux, présentant une alternance régulière de bandes de pierre blanche agrafée et de vitres encadrées par des châssis noirs. La façade est monumentalisée par une lame de verre transparente qui surgit de biais, abritant un escalier blanc.
    Illustration :
    Vue de la façade. IVR11_20037700064X
  • perception, actuellement université
    perception, actuellement université Melun - 19 rue du Château - en ville - Cadastre : 1985 AV 15
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    évalué à 20 millions de francs, dont la charge est répartie entre l'Etat (6 millions), le Département (6 En 1950, l'architecte parisien René-André Coulon dresse les plans de la trésorerie paierie générale de Melun. Après quelques modifications en 1951, son projet donne lieu à la construction d'un édifice en bord de Seine, orné de représentations de la Seine et de la Marne, sculptées par Albert Bouquillon construite sur l'avenue Thiers (notice IA77000482). En 1993-1994, le District de l'agglomération melunaise (DAM) décide de réaménager l'ancienne trésorerie en locaux universitaires. Le coût de l'opération est
    Illustration :
    Façade de la trésorerie, après son bombardement lors de la Seconde guerre mondiale. Photographie L'angle arrondi de la trésorerie des années 1950, rue du Bac et quai de la Reine Blanche La rampe d'accès à la terrasse, sur le quai de la Reine-Blanche, vue depuis l'ouest La terrasse, vue depuis le quai de la Reine-Blanche. IVR11_20067700438XA La terrasse vers la Seine, vue de l'ouest. IVR11_20067700439XA
  • Ecole d'architecture de Marne-la-Vallée
    Ecole d'architecture de Marne-la-Vallée Champs-sur-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'Ecole d'architecture de Marne-la-Vallée a été fondée en 1998. Elle occupe un bâtiment réalisé en 1999 sur le campus universitaire de la Cité Descartes suite au concours remporté en 1995 par l'architecte Bernard Tschumi, auteur notamment des "folies" du Parc de la Villette.
    Description :
    L'édifice est basé sur un Jeu de volumes, disposés autour d'un hall central. L'élévation extérieure est marquée par l'alternance de façades opaques en panneaux de béton brut ou d'aluminium traité à la façon d'un bossage en pointes de diamant, correspondant aux salles de cours et aux bureaux, dotés de baies en bandeau, et de façades transparentes vitrées correspondant à l'atrium. Ce vaste atrium est éclairé zénithalement par un toit en shed, est cerné par de longues coursives métalliques ; il est habité par le volume suspendu de l'auditorium.
    Titre courant :
    Ecole d'architecture de Marne-la-Vallée
    Appellations :
    Ecole d'Architecture de la Ville et des Territoires de Marne-la-Vallée
  • université de  Marne-la-Vallée : bâtiment Bois de l'étang
    université de Marne-la-Vallée : bâtiment Bois de l'étang Champs-sur-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le bâtiment a été construit sur les plans de l'architecte Jean-Charles Bauve, à l'extrémité orientale de la Cité Descartes. La première tranche a été livrée en 1995. Le nom donné à l'édifice est lié à son insertion dans l'environnement du bois et de l'étang de la Haute Maison voisins.
    Description :
    structure métallique. Il est constitué d'une succession de cinq bâtiments indépendants reliés par des passerelles couvertes au dernier niveau. Le côté Nord, vers le bois, accueille les amphithéâtres et salles de groupes, et les bâtiments sont en bardage de bois (revêtement cèdre rouge brut) formant proue en surplomb sur des pilotis de béton. Le côté Sud est traité en béton brut et abrite surtout des salles de cours . L'ensemble accueille le pôle des sciences économiques, sciences humaines et sciences de la ville de l'université de Marne-la-Vallée.
    Titre courant :
    université de Marne-la-Vallée : bâtiment Bois de l'étang
    Appellations :
    Bâtiment Bois de l'Etang
    Illustration :
    Bâtiment Bois de l'Etang, vue de la façade orientale vers le Bois de l'Etang Bâtiment Bois de l'Etang, vue sud-ouest. IVR11_20157700049NUC4A
  • université de  Marne-la-Vallée : bâtiment Copernic
    université de Marne-la-Vallée : bâtiment Copernic Champs-sur-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Construit en 1998 par la société Bull sur les plans de l'architecte Bertrand Bonnier, le bâtiment dont la fonction première était celle d'un centre de formation a été racheté par l'Etat dans le cadre d'une extension de l'Université de Marne-la-Vallée vers 2000.
    Description :
    Le bâtiment se présente sous forme d'une barre de 220 mètres de long. Au Nord, la façade principale à R+1 est en panneaux de roche agrafés sur une ossature en aluminium avec de grandes baies vitrées d'entrée est couvert d'un demi-dôme en verre appelé le "cratère de verre". L'aile principale à laquelle il
    Titre courant :
    université de Marne-la-Vallée : bâtiment Copernic
    Appellations :
    de Marne-la-Vallée : bâtiment Copernic
  • Institut français d'urbanisme
    Institut français d'urbanisme Champs-sur-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'Institut français d'architecture est un institut de recherche et de formation universitaire dans les domaines de l'urbanisme et de l'aménagement. Tout d'abord rattaché à l'Université de Vincennes au moment de sa création en 1969, l'Institut français d'urbanisme a ensuite rejoint l'Université de Marne-la -Vallée. Au sein de la Cité Descartes, un bâtiment spécifique a été construit en 1991 pour l'accueillir , sous la direction de l'architecte Pierre Riboulet, assisté de Gérard Blanc. Au moment de l'enquête, ce d'urbanisme de Paris pour former l'Ecole d'urbanisme de Paris, installée dans un autre bâtiment du Campus
    Dénominations :
    institut de recherche
    Description :
    L'édifice se caractérise par un jeu de volumes accentués sur les façades sud et est, qui sont en décroché sur le jardin. Le gros-oeuvre en béton est couvert en partie d'un parement de pierres agrafées et
  • université de Marne-la-Vallée : bâtiments Rabelais et Lavoisier
    université de Marne-la-Vallée : bâtiments Rabelais et Lavoisier Champs-sur-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    "François Rabelais" et "Antoine de Lavoisier" sont deux bâtiments voisins de l'Université de Marne -la-Vallée. Ils ont tous deux été commandés par le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la
    Description :
    vernissé (dont le revêtement s'écaille), se déploie une structure métallique avec panneaux de verre . Au centre, le hall d'entrée s'élève en forme de tipi dont la pointe se dresse au-dessus du toit terrasse. Le bâtiment Lavoisier se présente comme une sorte de boite de verre dont les surfaces sont sérigraphiées de bandes de peinture dorée pour des questions thermiques et d'atténuation de la transparence. La
    Titre courant :
    université de Marne-la-Vallée : bâtiments Rabelais et Lavoisier
    Appellations :
    de Marne-la-Vallée, bâtiments Rabelais et Lavoisier
    Illustration :
    Bâtiments François Rabelais et Antoine de Lavoisier, vue occidentale. IVR11_20157700047NUC4A Bâtiment Antoine de Lavoisier, vue de l'entrée principale à l'ouest. IVR11_20157700048NUC4A
  • Ecole des ponts et ENSG
    Ecole des ponts et ENSG Champs-sur-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le bâtiment de Chaix et Morel, issu d'un concours d'architecture organisé en 1989, a été livré en 1997 provoquant le déménagement de l'E.N.P.C. située dans la rue des Saints-Pères depuis le 18e siècle émanation de l'I.G.N. La double image de visage humain de profil gravée sur le verre transparent des façades de l'entrée est une oeuvre d'art public de Jean-Charles Blais.
    Description :
    Le bâtiment de 133 m de long est composé de trois barres reliées par un grand hall traversant. Les murs rideaux sont faits de plaques de verre insérées dans des huisseries d'aluminium. Les deux écoles (aile Belgrand), sont séparées par l'atrium couvert de deux verrières cintrées portées par une charpente métallique. Au milieu de cette place intérieure, un escalier descend aux deux amphithéâtres et à la salle polyvalente, tandis qu'aux niveaux supérieurs, des coursives relient les différents corps de bâtiment dotés structure haubanée porteuse de la couverture.
    Illustration :
    Vue de la façade principale au sud. IVR11_20157700055NUC4A
  • CFA Descartes
    CFA Descartes Champs-sur-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dénominations :
    centre de formation
    Description :
    Le CFA est constitué de 4 bâtiments principaux disposés autour d'une place occupée par un parking . Les deux bâtiments situés à l'ouest sont de plan rectangulaire à pan coupé concave épousant la forme de la place, et ont deux niveaux de terrasse disposés en gradins. Les deux bâtiment situés à l'est sur la rue Galilée sont de plan triangulaire. Les façades présentent un soubassement de béton à parement de brique et des étages ou (étages d'attique) à panneaux de verre teinté réfléchissant, sur une
    Destinations :
    centre de formation par apprentissage Descartes
  • Ensemble des quatre verrières du collatéral sud
    Ensemble des quatre verrières du collatéral sud Melun - place Notre-Dame - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ensemble de verrières exécutées en 1986 par Sylvie Gaudin.
    Représentations :
    saint Michel ; saint Nicolas ; saint Barthélemy ; saint Vincent ; Chaque verrière évoque de façon symbolique un saint. De l'est vers l'ouest : saint Michel (un tournoiement d'ailes), saint Nicolas (une
    Statut :
    propriété de la commune
    Emplacement dans l'édifice :
    22 dans le collatéral sud de la nef
    Illustration :
    Verrière de la baie 16 : saint Michel. Vue d'ensemble. IVR11_20027700568VA Verrière de la baie 18 : saint Nicolas. Vue d'ensemble. IVR11_20027700505VA Verrière de la baie 20 : saint Barthélemy. Vue d'ensemble. IVR11_20027700507VA Verrière de la baie 22 : saint Vincent. Vue d'ensemble. IVR11_20027700557VA
  • maison de maître, aujourd'hui chambre de commerce et d'industrie
    maison de maître, aujourd'hui chambre de commerce et d'industrie Melun - 36 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1985 AS 14
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1893, l'architecte Léon Destors fournit les plans d'une maison de maître édifiée pour Henri Cravoisier par l'entrepreneur Léon Fromant. Cette demeure occupe l'emplacement de deux maisons plus anciennes , détruites en 1892. Le commanditaire est maire de Melun de 1919 à 1924. Cette maison est aujourd'hui occupée par la chambre de commerce et d'industrie, qui a conservé les façades de la maison (y compris la
    Description :
    Imposante maison de maître de style néo-classique.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    maison de maître
    Localisation :
    Melun - 36 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1985 AS 14
    Titre courant :
    maison de maître, aujourd'hui chambre de commerce et d'industrie
    Destinations :
    chambre de commerce
    Illustration :
    Propriété de M. Cravoisier, rue du Palais de Justice : élevation est. Papier, 1893. (AM Melun. 1 Fi Propriété de M. Cravoisier, rue du Palais de Justice : élevation sud. Papier, 1893. (AM Melun. 1 Fi Propriété de M. Cravoisier, rue du Palais de Justice, coupes longitudinale et transversale. Papier Vue de la véranda. IVR11_20047700220XA
  • gare
    gare Melun - place Galliéni - en ville - Cadastre : 1985 AY non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le chemin de fer dessert Melun depuis 1849 (ligne PLM). La gare édifiée à cette occasion dans le , est un édifice conforme aux plans-types élaborés par l'architecte de la compagnie, François-Alexis
    Illustration :
    Plan de la gare de Melun. Papier, imprimé, 1869. (AM Melun. 1 Fi 2150) IVR11_20047700529NUC La passerelle ferroviaire au-dessus de l'avenue Thiers, juste avant l'arrivée des trains en gare de La façade de la gare, vue du nord-ouest, vers 1902. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv La façade de la gare, vue du nord-ouest, vers 1911. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv La gare, vue du nord-est, vers 1915. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.33 Vue des quais, début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.39 Vue des quais, début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.40
  • stade
    stade Melun - rue Marcel-Houdet - en ville - Cadastre : 1985 AX 7
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Dès l'entre-deux-guerres, l'Union Sportive Melunaise (USM) propose l'aménagement de terrains de l'architecte-voyer G. Pichet : terrain de rugby, courts de tennis, piste de courses, sautoirs en longueur et en hauteur, terrain d'association (pour le football), et vestiaires. L'emprise des terrains de sport est 1987. Le dernier équipement en date est la piste de skate, réalisée en 2006.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le stade municipal comprend un terrain en pelouse entouré d'une piste, avec un bâtiment de tribunes au sud, comptant 976 places assises. Ce bâtiment abrite également plusieurs salles de sport : boxe des locaux techniques (chaufferie), des bureaux et des salles de restauration scolaire (niveau médian
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Illustration :
    Les membres de l'Union sportive melunaise en 1924. Photographie. (Collection particulière Union Sportive Melunaise : projet de stade, 9 mars 1930. (AM Melun. 1 Fi 1419) IVR11_20047700364NUC Stade de l'USM : projet de vestiaires. Tirage d'architecte, 1939. (AM Melun. 1 Fi 1388 Extrait du plan d'ensemble du domaine de Vaux-le-Pénil et Sivry-Courtry appartenant à Madame la Princesse de Faucigny-Lucinge dressé en 1894. Avec les terrains que la Ville de Melun se propose d'acquérir Ville de Melun. Parc des Sports. Dessin n°1. Papier, tirage d'architecte, 1945. (AM Melun. 1 Fi Deux photographies de compétitions sportives à Melun, avant la construction du stade actuel : la Deux photographies de compétitions sportives à Melun, avant la construction du stade actuel : le terrain de rugby. Photographie, années 1950. (AM Melun. 3 Fi 40 à 54) IVR11_20067700228XB Trois papiers à en-tête de sociétés sportives melunaises : la Pédale Melunaise, ""sport cycliste