Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • maison, 52 avenue de Ceinture
    maison, 52 avenue de Ceinture Enghien-les-Bains - 52 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AB 365
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    La lucarne centrale est le point fort de l'ornementation de la maison : vase avec couvercle , portant le chronogramme, posé sur un petit socle de pierre et encadré de volutes feuillagées et ornées de
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 52 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AB 365
    Titre courant :
    maison, 52 avenue de Ceinture
    Illustration :
    Vue de la façade antérieure. Sur le côté gauche, la maison a été agrandie par un corps de bâtiment en rez-de-chaussée. IVR11_20099500448NUC4A Détail du couronnement de la lucarne centrale ; sur le vase est porté le chronogramme de la date de
  • maison, localisation inconnue
    maison, localisation inconnue Enghien-les-Bains - localisation inconnue - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    un modèle du genre dans le recueil de Boussard Petites habitations françaises publié en 1881.
    Description :
    Maison caractéristique de la typologie des édifices de plan carré à façade symétrique dont il existe un important corpus à Enghien. La façade est rythmée par un réseau de pilastres amortis sur les est surmontée d'un fronton triangulaire, au niveau de la corniche sommitale.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Plan et élévation de l'une des deux maisons construites à Enghien sur le même plan, à ce jour non
  • maison, 12 boulevard Hippolyte Pinaud
    maison, 12 boulevard Hippolyte Pinaud Enghien-les-Bains - 12 boulevard Hippolyte Pinaud - en ville - Cadastre : 1995 AD 686
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Deux motifs sculptés en enroulement ornent le départ du fronton. Un décor de cartouche est porté sur les décors de céramique dont l'un formant le fronton cintré de la bie du premier étage est surmonté d'une spère de pierre posée sur un petit socle
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Description :
    La façade pignon-gouttereau présente un pignon caractéristique de la production des frères Leseine : de type flamand, marqué d'un grand poinçon et souligné par une importante corniche. On retrouve, ce qui est également récurrent dans leur oeœuvre, la travée constituée d'un balcon, d'un bow-window de bois et d'une lucarne de même nature au petit toit en pavillon et au linteau orné d'une frise de céramique portant la date de l'édifice. L'entrée est précédée d'un auvent couvert d'ardoise et supporté par de fins piliers de bois.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Détail du chronogramme ""1897"" porté sur le linteau de la lucarne. IVR11_20099500612NUC4A
  • maisons jumelles, 24, 26 boulevard Cotte
    maisons jumelles, 24, 26 boulevard Cotte Enghien-les-Bains - 24, 26 boulevard Cotte - en ville - Cadastre : 1995 AD 660, 661
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Les panneaux de céramique architecturale qui ornent les dessus de baies, figurent des compositions symétriques avec un visage féminin encadré de motifs végétaux ou un vase entouré de volutes d'acanthe.
    Description :
    centrales. Le système décoratif est basé sur la polychromie des matériaux et la présence de panneaux de
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Détail de l'une des faïences au-dessus de l'une des baies du rez-de-chaussée : visage féminin dans Détail de l'une des faïences au-dessus de l'une des baies du premier étage : vase encadré de
  • maison Villa Louis, 59 avenue de Ceinture
    maison Villa Louis, 59 avenue de Ceinture Enghien-les-Bains - 59 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AH 193
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Deux panneaux de céramique oblongs ornent le dessus des baies sur le pignon : au rez de chaussée également symétrique avec des iris et des nénuphars. On peut emmettre l'hypothèse que la présence de cette iconographie est à mettre en lien avec le lac sur lequel donne l'édifice pour sa façade sur jardin. Un décor de paysage et de faisans orne un panneau sur le mur à droite de la porte d'entrée. Ce décor est complété par les balustres de pierre de la terrasse loggia et par la ferronerie des balcons et de la terrasse supérieure au décor géométrique. Une frise de brique, présente un motif géométrique losangé.
    Description :
    Maison de plan en L qui présente pour sa partie antérieure sur rue une façade pignon en ressaut . L'espace du décrochement entre les deux façades est occupé au rez de chaussé surélevé par une loggia terrasse et au dessus par une terrasse soutenue par des colonnettes de fonte. De part et d'autres, deux corps de bâtiment en rez de chaussée ont été rajoutés ultérieurement. Cette maison se caractérise par la présence de ses terrasses et balcons et par la qualité de son décor de céramique. Le traitement de la , la seule de l'édifice.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 59 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AH 193
    Titre courant :
    maison Villa Louis, 59 avenue de Ceinture
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la maison depuis la rue. IVR11_20089500599NUC4A Détail du panneau de céramique ornant le haut de l'une des baies du rez-de-chaussée : nénuphars en Détail d'un panneau de céramique ornant le haut de l'une des baies du rez-de-chaussée : nénuphars
  • maison de villégiature dite Mon Caprice, 54 avenue de Ceinture
    maison de villégiature dite Mon Caprice, 54 avenue de Ceinture Enghien-les-Bains - 54 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AB 336
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le chalet Mon caprice était à l'origine construit en pan de bois et brique. Il présentait une les lieux de villégiature, le chalet. Il a été durant les années 1920-1930 agrandi par un nouveau corps de bâtiment en brique, en avant de la façade, mais qui respecte la typologie initiale bien que dans une écriture architecturale plus savante. La totalité de l'édifice, aujourd'hui recouvert d'enduit blanc, devait présenter une riche polychromie mêlant les jeux de brique au décor de faïence et ceci sur les deux parties. Fixée à l'entrée par une potence, une lanterne de ferronnerie est encore en place , caractéristique d'une production locale de ce type d'objet qui mêle le fer forgé à l'art du verre.
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    toit largement débordant. La baie de l'étage est incluse dans un savant système de voussures de briques . Ce travail de la brique est également présent sur la large corniche de la partie supérieure. Le corps de bâtiment arrière est lui en pan de bois et brique ; c'est dans le réseau de pan de bois que sont ouverte de petites baies. L'entrée se fait par un porche surmonté d'un auvent. La maison est ornée de vitraux de style troubadour et géométriques dans la partie ancienne et art déco dans l'ajout. On note la présence de décor de céramique avec des cabochons et des frises de carreaux.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 54 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AB 336
    Titre courant :
    maison de villégiature dite Mon Caprice, 54 avenue de Ceinture
    Illustration :
    Détail de l'auvent au-dessus de l'entrée. IVR11_20099500452NUC4A Détail des faïences ornant le dessus de l'entrée : le cartel portant le nom de l'édifice entouré de Détail de la lanterne en ferronnerie et verre coloré, à l'angle droit de l'édifice Détail de la lanterne en ferronnerie, à l'angle droit de l'édifice. IVR11_20099500455NUC4A
  • maison, localisation inconnue
    maison, localisation inconnue Enghien-les-Bains - localisation inconnue - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    un modèle du genre dans le recueil de Boussard Petites habitations françaises publié en 1881.
    Escaliers :
    escalier droit escalier de distribution extérieur
    Description :
    Maison caractéristique de la typologie des édifices de plan carré à façade symétrique dont il existe un important corpus à Enghien. La façade est rythmée par un réseau de pilastres et de corniches horizontales et l'ensemble est couronné par une importante corniche surmonté d'une frise en attique ornée de un escalier droit. Un autre escalier droit distribue l'entrée de service sur le côté de l'édifice.
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Façade antérieure, coupe et plan du rez-de-chaussée. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/26, en feuillet
  • maison, 35 rue Jules Ferry
    maison, 35 rue Jules Ferry Enghien-les-Bains - 35 rue Jules Ferry - en ville - Cadastre : 1995 AB 96
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Description :
    Maison de plan rectangulaire, à travées, implantée perpendiculairement à la rue, en bordure de parcelle. Elle appartient au corpus assez peu représenté à Enghien de maisons au caractère néogothique. La façade antérieure donnant sur le jardin est construite en brique sur un soubassement de meulière. Cette façade régulière est dotée au centre d'une marquise de métal et de verre. Le caractère historicisant est
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
  • maison, 14 boulevard Hippolyte Pinaud
    maison, 14 boulevard Hippolyte Pinaud Enghien-les-Bains - 14 boulevard Hippolyte Pinaud - en ville - Cadastre : 1995 AD 685
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Maison construite autour de 1880, agrandie durant le premier quart du 20e siècle par un corps de bâtiment disposé devant l'une des travées pour, selon la tradition orale, servir d'atelier de peintre.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    siècle : scènes de pêche, de vendange, de jeux avec des guirlandes de fleurs, elles pourraient évoquer les quatre saisons, la dernière ayant disparu lors de l'agrandissement de l'édifice
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    régulières. La brique, de deux tonalités différentes, est disposée non seulement en lits alternés, mais aussi premiers niveaux et le couronnement de l'édifice est savamment composé par une corniche sommitale soulignée s'insérer des panneaux de céramique. Le corps de bâtiment rajouté est lui en pans de bois et brique et un épi de faîtage également en bois. La céramique est également présente avec des cabochons de fleurs et des carreaux formant un motif losangé s'adaptant aux croisillons de bois. Le décor de cette maison est particulièrement soigné. Outre la marquise de ferronnerie et les garde corps de fonte, des bas
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR11_20099500602NUC4A Détail de l'un des bas-reliefs ornant la façade : putti vendangeant. A gauche disposant les grappes Détail de l'un des bas-reliefs ornant la façade : putti jouant avec des guirlandes de fleurs et des Détail de l'un des bas-reliefs ornant la façade : putti pêchant dans la rivière à gauche, dans un
  • maison double, 31, 29 boulevard du lac
    maison double, 31, 29 boulevard du lac Enghien-les-Bains - 31, 29 boulevard du lac - en ville - Cadastre : 1995 AH 60, 282
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    épis de faîtage et une crête de faîtage, le tout en zing
    Description :
    Ces deux édifices, par leur décor et leur typologie, empruntant pour l'un à des références de la présente une façade marquée à droite par l'avancée de la tour destinée à l'escalier et à gauche par une tourelle en poivrière percée de baies en anse de panier et supportée par un culot mouluré. La travée centrale, encadrée par un réseau de pilastres, est amortie par une lucarne au fronton galbé , caractéristique de la première Renaissance mais curieusement ouvert non par une baie mais par un oculus. La maison mitoyenne est elle caractérisée par son pignon à redans ou pas de moineaux et par la présence d'une
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
  • maison de notable d'Auguste Rosenstiehl, 171 avenue de la Division Leclerc
    maison de notable d'Auguste Rosenstiehl, 171 avenue de la Division Leclerc Enghien-les-Bains - 171 avenue de la Division Leclerc - en ville - Cadastre : 1995 AB 175
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de maître
    Historique :
    connaissaient par des liens amicaux. De plus, en 1884, l'architecte épouse à la mairie d'Enghien la fille première construite par le jeune architecte qui se distinguera par la construction de nombreux et prestigieux bâtiments industriels. Le terrain pour la construction de la villa est acquis entre 1882 et 1883 sur un site dominant le lac et proche de Montmorency, route de Saint Leu devenue aujourd'hui avenue de la Division Leclerc. Les carnets de l'architecte, conservés dans les archives familiales, donnent toutes les étapes de la conception du bâtiment. Dès 1883 sont lancées les premières esquisses : le plan massé de la villa avec un décrochement en façade, le dessin du belvédère sont déjà formalisés. Plusieurs dessins aquarellés, conservés à l'Institut français de l'Architecture, montrent également les étapes de la recherche de l'architecte pour finaliser l'élévation de l'édifice. Plusieurs projets de façade sont dessinés constructeurs en 1887. On y voit l'état d'origine de l'édifice modifié lors de son agrandissement en 1998 pour
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    De grands panneaux de céramique dans les tonalités bleues ornent le dessous du toit vers le jardin et ponctuent dans des métopes les frises de la façade d'entrée : ils représentent des motifs floraux initiales AR du commanditaire entourées de roses, allusion au nom allemand Rosenstiehl tige de roses reprenant là une iconographie inspirée de la tradition des meubles des armoiries parlantes. Le tout est entouré de ce que l'on dénomme un chapeau de triomphe, ici couronne de chêne entourée de liens.
    Description :
    L'originalité de cet édifice réside dans la présence de la haute tour belvédère qui flanque la façade antérieure traité de manière très sobre avec, hormis celles de la tour, très peu d'ouvertures. La , donnait à l'édifice un caractère de chalet.
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 171 avenue de la Division Leclerc - en ville - Cadastre : 1995 AB 175
    Titre courant :
    maison de notable d'Auguste Rosenstiehl, 171 avenue de la Division Leclerc
    Annexe :
    ), Architectures de l'âge industriel. Paris : Norma, Institut français d'architecture, 1991, 159 p., ill. en coul ., p. 145. Fonds d'archives Centre d'archives de la Cité de l'architecture et du patrimoine. Fonds . Photographies et dessins de la villa Rosenthiel à Enghien les Bains.
    Illustration :
    Parcellaire sur la route de Saint Leu, pour l'acquisition de terrains destinés à construire la maison d'Auguste Rosenstiehl, 1883. Dessin, carnets de P. E. Friesé, coll. privée, 1883, 7 janvier Projet de plan de la maison et de l'élévation du belvédère. Esquisse au crayon sur carnet, 3 janvier 1883. (Collection particulière de la famille Friesé, Carnets de P.E Friesé) IVR11_20089500628NUC4A Esquisse de l'élévation de la façade d'entrée. maison de notable d'Auguste Rosenstiehl, sur carnet , août 1883. (Collection particulière de la famille Friesé, Carnets de P.E. Friesé Elévation et plan de l'escalier par Paul Friesé. Esquisse au crayon sur carnet, janvier 1883 . Dessin dans les carnets de Paul Friesé, 1883. (Collection particulière) IVR11_20089500626NUC4A Portrait de femme à Enghien, vraisemblablement mademoiselle Hélène Rosenstiehl, la future épouse de Paul, 1883. Dessin de Paul Friesé. Archives privées de la famille Friesé, carnet de P.E Friesé, 18 mars
  • maison, 4 boulevard Hippolyte Pinaud
    maison, 4 boulevard Hippolyte Pinaud Enghien-les-Bains - 4 boulevard Hippolyte Pinaud - en ville - Cadastre : 1995 AD 725
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Les linteaux des baies sont ornés de rinceaux d'acanthe avec des têtes de monstres ou dragons
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Description :
    Le style adopté pour l'ensemble de la maison est celui de la Renaissance : utilisation de la brique et de la pierre, baies encadrées de pilastres aux chapiteaux composites, lucarne au fronton triangulaire, frise ornée de coquilles, haut toit en pavillon, sont autant d'éléments rappelant le vocabulaire des châteaux de bords de Loire, transposé à l'échelle d'un pavillon. L'accès à l'édifice se fait par un porche disposé en angle. L'ensemble des garde-corps sont constitués de balustres de pierre. Chaque niveau est marqué par une frise surmontée d'une corniche : au rez de chaussée une frise glyphée alternant
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure depuis le jardin. IVR11_20099500608NUC4A
1