Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • tableau : le Château de la Reine Blanche
    tableau : le Château de la Reine Blanche Melun - 16 rue Paul-Doumer - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Vicomté. Ce paysage, dans le genre d'Hubert Robert, représente l'île Saint-Etienne et le grand bras de la de ville en 1826. Il est tout cas présent dans l'inventaire manuscrit des collections du musée de Melun en 1863 (publié en 1866). Il faisait partie de la décoration de la salle des mariages de l'hôtel de ville lors de la campagne d'inventaire. Il a aujourd'hui réintégré les réserves du Musée de la port de Melun, tels qu'on pouvait les voir vers la fin du 18e siècle. En revanche, certains détails du
    Représentations :
    l'île Saint-Etienne : au premier plan à gauche, les vestiges du château royal, dit de la Reine Blanche paysage : château, Melun, fleuve : Seine, pont ; Vue de Melun, depuis la pointe occidentale de
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [atelier de] Hubert Robert
    Titre courant :
    tableau : le Château de la Reine Blanche
  • quartier de cavalerie Saint-Ambroise, puis Augereau
    quartier de cavalerie Saint-Ambroise, puis Augereau Melun - Cadastre : 1985 AV 99 à 108, 125 à 148, 157 à 158, 275 à 276 1985 AW 66 à 119
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le quartier de cavalerie Saint-Ambroise s'est développé, de 1780 à 1907, sur une vaste portion de la rive gauche de Melun. Il a peu à peu englobé dans son enceinte plusieurs édifices religieux désaffectés : le couvent des Visitandines dès 1780, le couvent des Ursulines puis des Frères de la doctrine progressive du quartier de cavalerie est allée de pair avec la construction de bâtiments répondant aux normes épidémie de dysenterie, le quartier de cavalerie fut déplacé dans les nouvelles casernes élevées en 1900 sur le plateau nord de Melun. Les bâtiments militaires désaffectés furent presque entièrement rasés aujourd'hui de cette longue occupation militaire de la rive sud de la Seine.
    Dénominations :
    quartier de cavalerie
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Dans son extension maximale, le quartier de cavalerie comprenait plusieurs corps de bâtiments d'époque différente répartis dans un vaste quadrilatère délimité par les rues Saint-Ambroise, de la , s'élevait un haut corps de logis (2 étages plus comble). Ce corps de logis en U, vestige de l'ancien couvent des Visitandines, présentait sur la cour une série d'arcades. A l'ouest, le long de la rue Saint -Ambroise, s'ouvrait le portail principal flanqué d'écuries et corps de garde. Ce portail, en pierre de taille, était celui du couvent des frères de la Doctrine chrétienne dont les vantaux furent reposés sur le manège lors de sa transformation en salle des fêtes. Plus en arrière se trouvait un autre corps de
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    quartier de cavalerie Saint-Ambroise, puis Augereau
    Illustration :
    la Banque de France. Carte postale, début du 20e siècle. (BM Melun) IVR11_20027701209XB Plan général des bâtiments et maisons ou dépendances cy-devant des dames Ursulines de la ville de Melun, levé par ordre de son éminence Monseigneur le cardinal de Luynes, en décembre 1772 par Chayé architecte juré expert des bâtiments au Châtelet de ladite ville y demeurant. Encre noire et aquarelle sur Lotissement d'une partie de l'ancien couvent des Ursulines. Papier aquarellé, 1790. (BM Melun. GG 1 Plan des terrains et bâtiments des ci devant frères de Melun"". L'ancien couvent abrite alors les à y faire pour établir des maisons d'arrêt, de détention et de justice."". Papier aquarellé, fin du Place de Melun. 1818. Plan d'une partie du quartier de cavalerie sur lequel est indiquée par une teinte jaune la portion de terrain demandée à la ville pour servir à l'agrandissement du passage projeté vis-à-vis le pignon de l'écurie cotée V. Papier aquarellé. (AM Melun. 1 Fi 746) IVR11_20027700130X
  • borne : terme austral de la base Melun-Lieusaint
    borne : terme austral de la base Melun-Lieusaint Melun - avenue du 31e Régiment d'Infanterie - en ville - Cadastre : 1985 AH non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1790, l'Assemblée constituante décide d'unifier les mesures employées en France. Le calcul du effectué par Delambre et Méchain de 1792 à 1799. Pour vérifier leurs calculs, Delambre et Méchain mesurent pierre, en forme de pyramide écrasée, abrite en son centre un cylindre de cuivre qui marque le point géodésique exact utilisé pour la mesure. Le signal employé pour la mesure, haut de plus de 13 toises, avait
    Titre courant :
    borne : terme austral de la base Melun-Lieusaint
    Appellations :
    terme austral de la base Melun-Lieusaint
    Illustration :
    Carte postale prise au carrefour du Méridien, sur l'avenue de Paris (act. avenue du 31e R.I.), vers 1928. Le ""terme austral"" se trouve au premier plan à droite. Carte postale. (Musée municipal de Melun
  • manufacture de toiles peintes, puis sucrerie, puis caserne Breton
    manufacture de toiles peintes, puis sucrerie, puis caserne Breton Melun - place Breton - en ville - Cadastre : 1985 AM 41, 42
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1776, le Suisse Siméon Laurent Perrenod implante une manufacture de toiles peintes le long de (alors passé sous la direction de Hurel et Beaufrère) comprend, outre la manufacture de toiles peintes , une filature hydraulique, de nombreux ateliers de tissus et une blanchisserie. En 1810, l'usine abrite par André Michon, l'entrepreneur de la maison centrale, qui procède à d'importants investissements ; il dote notamment son établissement de deux machines à vapeur et implante au sein de ses murs un récréations, ainsi que deux bâtiments servant d'infirmerie et de chambres de punition. Il aménage en outre une , les bâtiments de l'ancienne usine, désaffectés, sont rachetés par l'Etat et transformés en caserne. En 1893, la caserne Saint-Liesne prend le nom d'un général de brigade mort pendant la guerre de Crimée
    Description :
    plans anciens. En 1830, l'entrée de l'établissement est marquée par deux pavillons hauts de deux étages . Les ateliers textiles sont situés dans un grand bâtiment de 225 pieds de long sur 34 pieds de large , renforcé par une série de contreforts. Une partie des bâtiments est disposée parallèlement à l'Almont. L'un d'eux, bordant le cours d'eau, abrite la roue hydraulique. Plus au sud s'élèvent deux corps de bâtiment en longueur, dont l'un, vers l'est, comporte trois niveaux (rez-de-chaussée, étage et comble
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    manufacture de toiles peintes, puis sucrerie, puis caserne Breton
    Illustration :
    Tissu imprimé par Perrenod. (Musée de l'impression sur étoffes, Mulhouse. 858.344.1 Plan des bords de l'Almont, détail : implantation de la manufacture de toiles peintes Beaufrère Plan général de la fabrique de M. Michon aîné, manufacturier, entrepreneur du service général des maisons centrales de détention de Clairvaux, Melun et Poissy. Papier,1824. (AM Melun. 1 Fi 304 Ville de Melun. Plan de l'entrée de la fabrique acquise par M. Michon de M. Beaufrère. Demande d'un Plan de situation en 1838, représentant la sucrerie Michon (ancienne manufacture de toiles peintes Plan de la prairie dite des Carmes : plan des bâtiments de l'ancienne manufacture de toiles peintes Entrée de la caserne, au début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv La caserne Breton, vers 1915. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.650 La rivière d'Almont, sur le site de la manufacture. Le bâtiment de droite correspond à l'ancien
  • dalle funéraire de François Louis de Vauréal
    dalle funéraire de François Louis de Vauréal Melun - rue Mezereaux (des) - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    On a relevé contre le mur sud du cimetière la dalle funéraire de François Louis de Vauréal , rapportée de l'ancien cimetière Saint-Ambroise. Aide de camp en second du régiment de Dragons, il mourut en
    Titre courant :
    dalle funéraire de François Louis de Vauréal
    Appellations :
    de François Louis de Vauréal
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Vue d'ensemble. Dalle funéraire d'un aide de camp en second du régiment de dragons, décédé le 3
  • lotissement de la porte des Carmes
    lotissement de la porte des Carmes Melun - Rue Contrescarpe (de la) Rue Général de Gaulle (de) Rue Epéron (de l') - en ville - Cadastre : 1985 AS 96-102, 105, 197-203, 269
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette opération de lotissement est dessinée à la fin du XVIIIe siècle sur le terrain jusque là . L'opération prend de l'ampleur en l'an III, puisqu'on prévoit alors la création de trois nouvelles rues disposées en éventail autour de l'axe principal, l'ancienne rue des Carmes (autrement dit la sortie nord de Melun). En définitive, seules deux rues sont ouvertes : la rue de la Contrescarpe à l'est, et la rue immeubles à pan coupé marquant le carrefour des rues qui s'y croisent (rue du Général-de-Gaulle, rue Saint -Louis et rue Bancel). Cette opération de lotissement se limite à l'espace extra-muros : elle ne touche urbanisé (jardin de l'hôtel de ville).
    Localisation :
    Melun - Rue Contrescarpe (de la) Rue Général de Gaulle (de) Rue Epéron (de l') - en ville
    Titre courant :
    lotissement de la porte des Carmes
    Appellations :
    lotissement de la porte des Carmes
    Illustration :
    Plan de la Place du département au dessus des deux éperons des chaussées du Département, du Cimetière et celle de la Porte de Paris. Ce plan, dressé par Jollain en 1793, montre notamment le projet de percement de la rue de la Contrescarpe. Papier aquarellé, 1793 (15 février-9 mars). (AM Melun. 1 Fi 800 Plan de la place de la Reünion, rüe du Cimetière, rüe des Fossés, porte Paris et du Département , rüe des Fossés à la place de la Reunion et places vagües. Partie supérieure du document : le lotissement de la place des Carmes. Papier aquarellé, an III. (AM Melun. 1 Fi 1001) IVR11_20047700486NUCA Plan du lotissement vers la fin du 18e siècle, avec les noms des acquéreurs des lots. La ""rue de l'Egalité"" est notre actuelle rue de la Contrescarpe. (BM Melun. EE 17) IVR11_20027701058X Arpentage de parcelles à lotir rue Platrière, vers la fin du 18e siècle. (BM Melun. EE 18 Plan pour servir de renseignement à la demande en alignement présentée par le sieur Jannotin de
  • les ateliers et les usines de Melun
    les ateliers et les usines de Melun Melun
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Bien que l'industrie n'ait joué qu'un rôle mineur dans le développement de la ville, l'étude des sources a permis de recenser pas moins de 225 ateliers et usines en activité entre le début du 19e siècle , mais aussi ateliers de construction mécanique produisant surtout du matériel agricole). Plusieurs fabricants de produits pharmaceutiques se sont par ailleurs installés à Melun, notamment les Laboratoires aujourd'hui disparu. Il s'agit généralement de bâtiments anonymes. Les architectes Victor Baustert, Gabriel Cabaret et Grimaud sont cependant mentionnés à propos de la Société des Lits militaires, de l'usine de cartons Blériot-Devoisselle et de l'usine de stores métalliques Baumann.
    Description :
    Hormis quelques grandes usines comme la brasserie Gruber, les Moulins de Melun ou la Cooper, Melun a surtout accueilli de petits ateliers intégrés dans le tissu urbain. La typologie la plus fréquente est celle du logis en façade sur rue, avec ateliers dans la cour à l'arrière. La plupart de ces ateliers ont aujourd'hui disparu, seul subsistant souvent le corps de logis.
    Titre courant :
    les ateliers et les usines de Melun
    Illustration :
    Les Tanneries de M. Lebrasseur"", sur les bords de l'Almont. Pastel, 19e siècle. (Musée municipal de Melun. inv. 970.7.203) IVR11_20047700140XA Projet d'installation de la brasserie par Jacob. Calque aquarellé, 1851. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp Plan au sol de l'usine (aujourd'hui disparue) vers 1925, avec emplacement des machines, et coupes Publicité pour l'usine de stores Baumann. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp 294) IVR11_20067700307X Publicité pour la fabrique de machines agricoles J. Durand et cie. Papier imprimé. Tiré de : Annuaire commercial de Seine-et-Marne, 1900. (BM Melun. HL 8° 265) IVR11_20067700077X Vue intérieure de la forge. Photographie. (Collection particulière (M. Bouvet, à Melun Plan de la fabrique de produits pharmaceutiques Journeil. Papier aquarellé, 1863. (AD Seine-et Plan de l'usine à gaz à l'angle de la rue de Belombre et de la rue Gatelliet (aujourd'hui disparue
1