Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 21 à 24 sur 24 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • statue : Vierge à l'Enfant
    statue : Vierge à l'Enfant Melun - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Description :
    Statue sculptée dans une bille de bois, avec quelques parties rapportées (bras gauche de la Vierge
    États conservations :
    Bois décapé. Partie inférieure de la statue abîmée. Quelques manques : un morceau du drapé sur le bras droit de la Vierge, le bout des pieds de l'Enfant et quelques-uns de ses doigts.
  • statue de saint Pierre
    statue de saint Pierre Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Oeuvre de la fin du 17e siècle, achetée à un amateur d'art par l'archiprêtre Pierre-Marie Defaut et
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Statue en chêne, avec anneau de fixation au revers.
    Titre courant :
    statue de saint Pierre
    Dimension :
    la statue repose sur un piédestal néo-gothique haut de 72 cm
    Illustration :
    Détail : vue à mi-corps, de face. IVR11_20047700060XA Détail : vue à mi-corps, de trois-quarts gauche. IVR11_20047700062XA
  • Ensemble de six médaillons
    Ensemble de six médaillons Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    Le médaillon de saint Paul est signé et daté : C. Alexandre fecit, 1698. Celui de saint Jérôme (?) porte au revers l'inscription François Jacquot de Tillest, 1676.
    Historique :
    L'église Saint-Aspais possède six médaillons de marbre blanc, représentant des personnages en buste des Pères de l'Eglise. Le médaillon de saint Paul est signé et daté : C. Alexandre fecit, 1698. Celui de saint Jérôme (?) porte l'inscription François Jacquot de Tillest, 1676. Ces bas-reliefs proviennent peut-être de la maison des Frères de la Doctrine chrétienne à Melun (ancien couvent des Ursulines sont mentionnés dans les inventaires de Saint-Aspais à partir de 1845, en même temps que deux autres médaillons de marbre représentant la Vierge et le Christ, aujourd'hui disparus. L'église de Champdeuil conserve quatre bas-reliefs comparables à ceux de Saint-Aspais, et datés de 1673. Les médaillons de Champdeuil et de Melun évoquent l'ensemble des morceaux de réception des sculpteurs actifs sous Louis XIV (musée du Louvre et église Notre-Dame de Versailles), plus particulièrement Regnaudin, Le Conte et
    Représentations :
    figures apostoliques : on reconnaît de haut en bas saint Paul (avec l'épée), saint Simon (avec la scie) et reconnaître trois Pères de l'Eglise, notamment saint Jérôme (au centre, vêtu en pénitent) et saint Augustin
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ensemble de six médaillons de marbre blanc, sculptés en bas et demi-relief, et entourés d'un cadre
    Auteur :
    [] Jacquot de Tillest François
    Titre courant :
    Ensemble de six médaillons
    Illustration :
    Médaillon de saint Augustin. IVR11_20047700091XA Médaillon de saint Paul. IVR11_20047700095XA Médaillon de saint Philippe. IVR11_20047700097XA Médaillon de saint Simon. IVR11_20047700099XA Médaillon de saint Jérôme (?). IVR11_20047700089XA Médaillon de saint Jacques (?). IVR11_20047700093XA
  • couvent d'ursulines, puis collège, aujourd'hui lycée
    couvent d'ursulines, puis collège, aujourd'hui lycée Meaux - 2 rue Georges-Courteline - Cadastre : 2000 BV 169
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    francs. La nature du terrain a imposé de descendre jusqu'à 5 mètres de profondeur pour les fondations des établissement comme Georges Renard, professeur au Collège de France, et le dramaturge Georges Courteline, qui matériaux furent en partie « empruntés » aux murailles avoisinantes. De cette campagne, en cours en 1687 là après la Révolution. En effet, à la suite de la désaffectation du couvent, la ville récupéra les transformèrent profondément l'édifice. L'architecte de la ville Savard éleva une chapelle en 1824 et dirigea une salle de gymnastique lui fut accolée en 1872. Une seconde extension, plus considérable, fut menée de entrepreneurs Lacosse et Salisse le 2 août 1887 et furent achevés en 1889, pour près de quatre cents mille nouveaux bâtiments : des puits forés ont été remplis de béton et reliés par des arcs en meulière. A l'occasion de ces travaux, lors de la démolition de l'ancienne façade du collège, fut retrouvée une plaque en collège destiné aux jeunes filles est créé dans les locaux de l'ancien séminaire, rue Saint-Remy. Les deux
    Description :
    Ursulines, la rue Courteline et le cours de l'Arquebuse. L'établissement conserve trois côtés du cloître à essentiellement du 19e siècle. Ils ont été conçus pour abriter des classes et salles d'étude au rez-de-chaussée , et de grands dortoirs ou chambres aux étages. L'entrée s'effectue par le « pavillon principal » à pan coupé situé au sud-est, à l'angle de la rue des Ursulines et de la rue Courteline. Cette façade est particulièrement magnifiée : c'est la seule partie de l'édifice à être construite en pierre de en pavillon surmonté d'un clocheton et bordé de hautes souches de cheminée en briques de Bourgogne , et enfin elle porte un abondant décor. Au-dessus de la porte d'entrée, le balcon du bureau du principal est surmonté du blason sculpté de la ville de Meaux. Le programme de l'Instruction publique est affirmé au fronton, exécuté en 1892 par le sculpteur Louis Lanne : de part et d'autre de l'horloge entourée d'une couronne de lauriers sont représentées les sciences et les mathématiques, symbolisées par le
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Plaque en l'honneur des anciens élèves morts pour la France de 1854 à 1928 (hors Première guerre Collège, pavillon en prolongement de l'aile sur le couchant ( 2 élévations, 2 coupes, 2 plans Agrandissement du collège par Delaire, 1887 : plan du rez-de-chaussée. Document sur papier. (AD Vue de la cour d'honneur. Photographie, 1911-1912. (Médiathèque Luxembourg, Meaux. Fonds Endrès La salle de gymnastique. Photographie, 1911-1912. (Médiathèque Luxembourg, Meaux. Fonds Endrès Vue intérieure de la chapelle. Photographie, 1911-1912. (Médiathèque Luxembourg, Meaux. Fonds Vue d'ensemble de la façade, depuis la rue des Ursulines. IVR11_20107700107NUC4A La façade, à l'angle de la rue des Ursulines et de la rue Courteline. IVR11_20107700108NUC4A Revers de la façade à l'angle de la rue Courteline et de la rue des Ursulines : vue prise depuis la Détail du porche en revers de façade. IVR11_20127700985NUC4A