Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • pont routier  dit Pont neuf de Mantes ou Pont Perronet (détruit)
    pont routier dit Pont neuf de Mantes ou Pont Perronet (détruit) Mantes-la-Jolie
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    diagnostic patrimonial patrimoine urbain et paysager de l'OIN Seine-Aval
    Historique :
    l'île aux Dames, la seconde permet de traverser les zones marécageuses de l'île, et la troisième relie l'île aux Dames à Limay, il s'agit du Vieux Pont de Limay. L'intense circulation et les crues du fleuve emplacement un pont en maçonnerie de 37 arches, scindé en trois parties non alignées : l'une relie Mantes à . Afin de répondre aux nombreuses plaintes et objections des habitants de Mantes, Trudaine charge l'ingénieur des Ponts et Chaussées, Hupeau, de réaliser les plans du nouveau pont. L'adjudication des travaux a lieu en 1756, et deux ans plus tard, les travaux commencent. La Guerre de Sept ans les retarde, et postérieures, notamment en 1834 (remplissage des joints dans les voussoirs, réfection importante de la l'identique, et du côté de Limay un pont du même type est édifié dans son prolongement, l'ensemble est appelé Pont Neuf. En 1870, le pont est dynamité, un pont provisoire de bateaux est mis en place jusqu'en 1874
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    l'île aux Dames. Ces derniers sont dotés de trois arches en anse de panier qui s'appuient sur des piles Le Pont Neuf était un pont en maçonnerie, composé de deux tronçons identiques de part et d'autre de
    Titre courant :
    pont routier dit Pont neuf de Mantes ou Pont Perronet (détruit)
    Illustration :
    de Mantes (détruit) au second plan ; vue prise vers l'amont depuis les rives d'une île [Premier tronçon du Pont Perronet de Mantes jusqu'à l'île aux Dames]. Gravure, 19e siècle. (BNF, Va Mantes. [Vue de la ville et du Pont neuf vers l'aval depuis les rives d'une île, 19e siècle.]. (BNF , Va 78, fol.,tome V, Yvelines, B 7173). Vue de l'ouvrage vers l'aval depuis les rives d'une île Vue générale de l'ouvrage depuis les berges. On aperçoit la rive de l'Ile aux Dames Projet d'un pont à construire à Mantes sur le bras de la Seine du côté de Limay, par Perronet, 1766 du Pont du côté de Limay, achevé en 1765. IVR11_20127800071NUC4A Vue des travaux du pont de Mantes à la fin de septembre 1764. Gravure, 18e siècle. (BNF, Va 78, fol Vue de Mantes [19e siècle]. Gravure, 19e siècle. (BNF,Va 78, fol.,tome V, Yvelines, B 7159). Vue prise vers l'amont depuis les rives d'une île ; on aperçoit les trois arches caractéristiques du premier
  • pont Jeanne d'Arc
    pont Jeanne d'Arc Melun - Pont Jeanne d'Arc - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    reliaient les rives de la Seine, avec l'île Saint-Etienne en point d'appui au milieu. Le pont jeté sur le Melun était un lieu de passage de la Seine dès l'époque gallo-romaine. Au Moyen Age, deux ponts petit bras de la Seine était appelé pont aux fruits ou pont du Châtelet car la prison royale se trouvait d'âne prononcé sur la deuxième pile proche de la rive droite. Jusqu'en 1210, ce pont a porté un moulin maison sise sur le pont-aux-fruits, du côté d'amont, tenant au Châtelet et murs de ville en 1445). Au 18e siècle, Jean-Rodolphe Perronet proposa de reconstruire le pont sur un plan ambitieux, à arche unique pont de pierre (par opposition au pont de fer plus au sud), construit par l'entrepreneur Lejeune -Gaillard sous la direction de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées Dejardin. Tous deux sont également les auteurs, au même moment, du pont suspendu établi sur le grand bras de la Seine. Ce pont de pierre fut à son tour détruit en 1944. Le pont actuel, baptisé pont Jeanne d'Arc, fut construit de 1948 à 1950 en
    Description :
    Le pont Jeanne d'Arc relie l'île Saint-Etienne à la rive droite de Melun. Il franchit le petit bras de la Seine, non navigable. Il comprend trois arches reposant sur deux piles.
    Illustration :
    Passerelle temporaire élevée entre l'île Saint-Etienne et la rive droite, sur les ruines du pont de Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle (copie du XVIIIe siècle), détail : le pont nord, dit ""pont-aux-fruits"" ou ""pont du Châtelet"". Huile sur toile. (Musée municipal de Melun. inv Projet d'une arche de 150 pieds d'ouverture et de deux arches collatérales chacune de 30 pieds , projetté pour être construit sur l'un des deux bras de la Seine à Melun. Cette gravure illustre le projet (non réalisé) de Perronet pour la reconstruction du pont-aux-fruits, sur le petit bras. Gravée par Berthault sous la direction de Lesage, elle fait partie des ""Oeuvres complètes"" de Perronet. Gravure, 18e Coupe et nivellement faits sur la ligne de projet des nouveaux ponts à construire à Melun : projet pour le pont à construire sur le petit bras de la Seine. Papier aquarellé, 18e siècle. (AN, Cartes et Le pont-aux-fruits, vu de l'ouest. Dessin, 19e siècle. (Musée municipal de Melun. Inv. 970.7.315
  • pont de la pénétrante
    pont de la pénétrante Melun - D 606 - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Description :
    Ce grand viaduc de sept travées, portant une voie rapide, est le seul pont de Melun à franchir l'ensemble de la Seine (les autres ouvrages d'art n'étant jetés que sur un des bras du fleuve). Le pont de la pénétrante prend toutefois lui aussi appui sur l'île Saint-Etienne, puisque la pointe occidentale accueille une de ses piles.
    Titre courant :
    pont de la pénétrante
    Illustration :
    Vue de la pointe orientale de l'île Saint-Etienne, depuis Le Mée, avec à droite le pont de la Vue panoramique, depuis le toit de la Cité administrative. IVR11_20057700492XA pénétrante franchissant le grand bras de la Seine. IVR11_20057700264XA
  • pont Notre-Dame
    pont Notre-Dame Melun - Pont Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Description :
    Cet ouvrage en béton armé, reposant sur deux piles jumelées très proches des berges, relie l'île Saint-Etienne à la rive sud en franchissant le grand bras de la Seine (réservé à la navigation). Il fait pendant au pont de Lattre de Tassigny, au nord.
    Illustration :
    Le pont Notre-Dame vu de l'amont, depuis l'île Saint-Etienne. IVR11_20067700431XA Le pont Notre-Dame vu de l'amont, depuis la rive sud. IVR11_20037700244XA
  • pont Maréchal Leclerc
    pont Maréchal Leclerc Melun - Pont Maréchal Leclerc - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    fleuve, avec l'île Saint-Etienne en point d'appui au milieu. Le pont sur le grand bras de la Seine, qui Melun est un lieu de passage de la Seine dès l'époque gallo-romaine, grâce à un gué et à un pont fut reconstruit en 1280, était connu sous le nom de pont aux moulins car il était garni de quatre moulins à blé : le moulin Notre-Dame (emporté par la débâcle en 1788), le moulin de Barbeau (donné à cette abbaye par Aubert d'Andrezel en 1250, détruit en 1587), le moulin de l'Oiselet (qui existait déjà en 1200 et ne fut démoli qu'en 1837), et le moulin de Saint-Père ou de Saint-Nicolas (brûlé vers 1456, puis l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem en 1234, aurait même existé aux 13e et 14e siècles. Le pont aux moulins arches plus étroites (entre 4 et 6 m). Le pont fit l'objet de travaux au 17e siècle, des arches s'étant , le général Pajol fit couper une des arches du pont pour entraver la progression de l'armée de Bohême appuyaient encore. Les travaux furent adjugés à l'entrepreneur Lejeune-Gaillard sous la direction de
    Description :
    Le pont du Maréchal Leclerc relie la rive gauche de Melun à l'île Saint-Etienne, franchissant ainsi le grand bras de la Seine, seul navigable à Melun. Le pont, en béton armé, comprend trois arches
    Illustration :
    Passerelle temporaire élevée entre l'île Saint-Etienne et la rive gauche, sur les ruines du pont de Le pont sur le grand bras de la Seine : dessin à la plume, octobre 1686. (BNF, Département des Partie du pont au moulin de Melun, 12 mai 1693. (BNF, Département des estampes. Topo Va Seine-et Plan et élévation du pont aux moulins de Melun, pour servir à faire voir les réparations à faire à Elévation de la face d'amont et de deux profils, l'un de la 2e pile et l'autre de la 4e par lequel Le pont-aux-moulins, vu de l'amont. Papier aquarellé, 18e siècle. (AN, Cartes et plans. F14 10206 Pont-aux-moulins de la ville de Melun sur la rivière de Seine : élévation du pont, côté amont Pont projetté d'une arche de CL pieds d'ouverture, pour être exécuté sur un des bras de la Seine à Coupe et nivellement faits sur la ligne de projet des nouveaux ponts à construire à Melun : le grand bras de la Seine. Papier aquarellé, 18e siècle. (AN, Cartes et plans. F14 10206 (2) pièce 13
  • pont routier dit Pont neuf de Mantes
    pont routier dit Pont neuf de Mantes Mantes-la-Jolie - Cadastre : AC parcelle non cadastrée domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    diagnostic patrimonial patrimoine urbain et paysager de l'OIN Seine-Aval
    Historique :
    décembre 1954, le nouveau pont est mis en service. De l'autre côté de l'Ile aux Dames, le pont a été En 1940, les arches du Pont Neuf du côté de Mantes sont entièrement détruites ; il ne reste donc
    Description :
    de métal ajourée.
    Titre courant :
    pont routier dit Pont neuf de Mantes
    Illustration :
    Mantes-la-Jolie : Les quais de Mantes vus depuis le pont vers l'amont. On aperçoit l'Ile aux Dames . On aperçoit la rive de l'Ile aux Dames. IVR11_20117800233NUC4A Mantes-la-Jolie : Vue de l'ouvrage vers l'aval depuis les quais de Mantes. IVR11_20117800232NUC4A Mantes-la-Jolie : Pont vu depuis l'escalier menant aux quais de Mantes. On aperçoit la culée en Mantes-la-Jolie : Poutres métalliques du tablier et pile en béton vus depuis les quais de Mantes
  • pont routier dit pont suspendu de Triel
    pont routier dit pont suspendu de Triel Triel-sur-Seine - Cadastre : AY parcelle non cadastrée domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    diagnostic patrimonial patrimoine urbain et paysager de l'OIN Seine-Aval
    Historique :
    Dès 1836, un projet de construction d'un pont sur la Seine entre Triel et Vernouillet voit le jour afin de remplacer le bac. Marc Seguin et ses frères remportent l'adjudication en 1837 ; l'édifice est un pont suspendu à péage dont la durée de la concession est déterminée lors de l'adjudication (99 ans ), ce qui engendre de nombreux litiges entre la ville et les concessionnaires. Il est inauguré et mis en service dès 1838. En 1870, le pont subit de grands dommages, notamment à la travée gauche qui est complètement détruite ; il est reconstruit l'année suivante à l'identique. En raison de l'augmentation de la circulation commerciale et touristique pendant l'été, et du manque de hauteur de l'édifice lors des crues, des projets de travaux sont établis, notamment le rehaussement de la travée centrale d'un mètre ; toutefois en concession prend fin, le pont est racheté par l'Etat mais il n'y a plus de péage depuis 1927. Finalement, le Chaussées Georges de Buffévent. Le nouvel édifice est inauguré et mis en service en 1956.
    Description :
    Le premier pont était un pont suspendu à deux voies, composé de trois travées dont la centrale fléaux au sommet desquels passent les câbles de suspension formés de chaque côté du pont de deux faisceaux de fil de fer. Trois câbles de fil de fer constituent les amarres des câbles suspenseurs. Le tablier est en bois et mesure environ cinq mètres de largeur. Le pont actuel est un pont suspendu composé de trois travées de 37, 106, et 37 mètres. Il s'élève à 12,70 m au-dessus de la Seine. La suspension est assurée par huit câbles porteurs en acier. Le tablier est large de 10 mètres et est bordé par une
    Auteur :
    [ingénieur] De Buffévent Georges
    Titre courant :
    pont routier dit pont suspendu de Triel
    Annexe :
    Autoroutes, Les ponts suspendus en France, Paris : Bagneux, France : Laboratoire central des Ponts et . SEGUIN, Marc, Des ponts en fil de fer, Paris : Bachelier, 1826. VACANT, Claude, Routes et ponts en Yvelines du XVIIe au XIXe siècle, Presses de l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées, 1998.
    Illustration :
    Viaduc autoroutier vu depuis le pont suspendu vers l'amont. On aperçoit à droite l'extrémité de l'Ile d'Hernière sur laquelle le viaduc s'appuie. IVR11_20117800285NUC4A Vue générale de l'ouvrage depuis les quais vers l'aval. On aperçoit sur l'autre rive la culée en béton à laquelle les câbles de retenue sont reliés. IVR11_20117800290NUC4A Chaussée du pont bordée par les câbles de retenue et leurs suspentes. IVR11_20117800287NUC4A Vue de la première pile du pont et du dispositif de suspension depuis les quais vers l'aval Tige de suspension soutenant les câbles et garde-corps vus depuis le pont vers l'aval première pile en béton et la naissance d'une tige verticale de suspension. IVR11_20117800288NUC4A
  • pont routier sur la Seine dit Pont de Rangiport
    pont routier sur la Seine dit Pont de Rangiport Gargenville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    diagnostic patrimonial patrimoine urbain et paysager de l'OIN Seine-Aval
    Historique :
    En 1883 est construit un pont qui relie Epône à Gargenville en s'appuyant sur l'Ile de Rangiport Gargenville et Epône par l'île de Rangiport sont détruits pour freiner l'avancée des troupes allemandes. En afin de remplacer le bac existant. Dans les années 1930, Gargenville présente un projet d'élargissement de la chaussée des deux ponts pour améliorer la circulation qui est strictement règlementée en 1934 , les véhicules les plus lourds devant passer par les ponts de Mantes ou de Meulan pour traverser la ponts sur les rives, elles étaient dotées de haubans. Pendant plus de vingt ans, les travaux se multiplient en raison de leur dégradation constante. Au début des années 1960, le maire de Gargenville y , réalisé par les Ponts et Chaussées de Seine et Oise.
    Description :
    Le premier pont était construit sur le modèle d'un pont rigide avec des arcs de fer. Le nouveau pont est composé de deux ponts métalliques à poutre en treillis de Warren. Il s'agit d'un assemblage de barres verticales, horizontales et diagonales formant des triangles, de sorte que les risques de soutient le tablier, tandis que du côté de Gargenville, le petit bras de la Seine est enjambé par un petit
    Titre courant :
    pont routier sur la Seine dit Pont de Rangiport
    Appellations :
    dit Pont de Rangiport
    Annexe :
    d’art, 2S 129 AD. 78, série W : 1592W 5, 1592W 6, 1592W 7. AD. 78, IT Mono, 4/7 « Monographie de la ville de l'ouest parisien, Édition ville d'Épône », 2002 (2e édition). MARREY, Bernard, Les ponts . VACANT, Claude, Routes et ponts en Yvelines du XVIIe au XIXe siècle, Presses de l’Ecole nationale des
    Illustration :
    Tablier métallique et partie inférieure du treillis vus sous le pont face à l'Ile de Rangiport l'Ile de Rangiport. IVR11_20117800242NUC4A Poutres métalliques en treillis Warren vues depuis les berges de l'Ile de Rangiport. On aperçoit la Première travée de l'ouvrage qui s'appuie sur une pile en béton, vue depuis les berges d'Epône Poutres métalliques du pont et garde-corps. On aperçoit le début d'un méandre du bras de la Seine Pile intermédiaire du pont en béton vue depuis le chemin de terre sur la rive d'Epône Vue générale du pont prise depuis les berges de Gargenville vers l'aval. On aperçoit les rives de
  • pont routier de Bonnières
    pont routier de Bonnières Bonnières-sur-Seine - Cadastre : 1982 AB non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    diagnostic patrimonial patrimoine urbain et paysager de l'OIN Seine-Aval
    Historique :
    Un bac a relié les deux communes pendant longtemps. Après la guerre de 1870, un projet de pont voit le jour. Celui-ci réemploirait le pont de Mantes en charpente qui en 1871 a remplacé provisoirement le pont détruit et le placerait du côté de Bonnières tandis que le bras de Bennecourt serait asséché . Ce projet peu coûteux n'est pas retenu. Les ingénieurs des Ponts et Chaussées et le Service de navigation choisissent de construire un pont suffisamment haut et solide pour ne pas entraver la navigation en période de crue. Le pont est mis en service en 1882. Une concession est établie avec une clause de
    Description :
    Le premier pont était composé de deux tronçons séparés par la Grande Île. C'était un pont à poutres en treillis à tablier droit. Du côté de Bonnières, il était constitué de quatre travées solidaires et doté de 105 entretoises en acier profilé, il mesurait 151 mètres entre les deux culées en pierre. Côté Bennecourt, il était constitué d'une travée unique de 50 mètres. Le tablier était large de 4, 07 m. et doté de deux trottoirs. Des voutains de brique le soutenaient. Le nouveau pont est un pont à tablier cintré métallique, qui repose du côté de Bonnières sur deux piles intermédiaires en béton, et qui est doté d'une travée unique du côté de Bennecourt. Les travées sont légèrement courbées et soutenues par . Les automobilistes accèdent au pont du côté de Bonnières par deux voies latérales en pente construites symétriquement de part et d'autre de la chaussée.
    Titre courant :
    pont routier de Bonnières
    Annexe :
    . VACANT, Claude, Routes et ponts en Yvelines du XVIIe au XIXe siècle , Presses de l’Ecole nationale des
    Illustration :
    de l'ouvrage sur la Grande Ile. IVR11_20117800214NUC4A Tablier du pont et son garde-corps métallique vus depuis les quais de Bennecourt vers l'amont Vue depuis le pont routier vers l'amont sur la Grande Ile. IVR11_20117800200NUC4A Vue générale de l'ouvrage et de ses trois travées depuis l'aval. IVR11_20117800210NUC4A Poutres métalliques du tablier vues depuis les quais de Bennecourt. On aperçoit la culée en béton Vue en surplomb de la chaussée du pont depuis l'avenue du maréchal Gallieni. IVR11_20117800213NUC4A
  • pont d'Almont
    pont d'Almont Melun - Quai Maréchal Foch - en ville - Cadastre : 1985 AR non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Lieu de franchissement de l'Almont entre Melun et Vaux-le-Pénil, ce pont fut construit en charpente en 1793 et baptisé pont Marat en nivôse an II, à l'occasion de la fête de Marat et Lepelletier. Il fut renommé pont Gaillard sous la Restauration. Un projet de pont soutenu sur chaînes fut proposé en
    Illustration :
    Ancien pont Marat, à l'embouchure de l'Almont. il avait été construit en l'an II de la République et fut remplacé en 1842 (annotation de G. Leroy). Fusain et estompe sur papier. (Musée municipal de Pont soutenu sur chaînes à construire à l'embouchure de la rivière d'Almont. Papier aquarellé, 14 Dessin du pont établi sur l'Almont près de son confluent avec la Seine, après sa reconstruction en 1842. Fusain et estompe sur papier. (Musée municipal de Melun. inv. 970.7.214) IVR11_20027700968X Le pont sur l'Almont vu de l'amont, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Le pont sur l'Almont vu de la Seine, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.148) IVR11_20017700165X Le pont sur l'Almont et la promenade, vers 1908. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv Vue d'ensemble, depuis l'île Saint-Etienne. IVR11_20077700156NUC4A
1