Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Monument du cimetière
    Monument du cimetière Clamart - 104 rue Porte-de-Trivaux (de la) - en ville - Cadastre : 2017 BH 46 2017 BG 417
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Rober Auzelle, auteur de la nécropole, considère que ce type d’équipement doit comprendre, chose pourtant rarissime en France, un « monument collectif et symbolique, qui exprimerait en quelque sorte l’âme de cimetière (1946-47), un obélisque inscrit dans un hémicycle, implanté à l’extrême ouest en symétrie du crématorium situé à l’est. Dix ans plus tard, lors de la réalisation de la première tranche du cimetière devenu paysager, il confie au sculpteur Maurice Calka (1921-1999), Grand prix de Rome en 1950 et déjà auteur d’un monumental Lion de Juda (12 m) à Addis-Abeba, le soin de réaliser l’oeuvre, très (des mains tenant un oiseau) afin de tester la technique de moulage du béton. L’essai, réalisé sur l’un des piliers des bâtiments d’entrée, permet ensuite la réalisation de tous les moules des différents bas-reliefs et le coulage de l’ensemble de la sculpture en une seule journée.
    Description :
    La sculpture, cippe monumentale de plan carré de 5 m de côté et haute d’environ 15 m comprend sur chacune de ses quatre faces de nombreux bas-reliefs illustrant les signes du zodiaque, ou leur équivalence trame géométrique ponctuée de pointes de diamant que les parements des bâtiments du cimetière. Le monument constitue bien ainsi un « élément d’architecture participant de la composition d’ensemble » voulu stylisés et formes géométriques. La sculpture offre ainsi plusieurs niveaux de lecture, de la vision esthétique » qui fait du cimetière de Clamart un modèle, encore aujourd’hui.
    Localisation :
    Clamart - 104 rue Porte-de-Trivaux (de la) - en ville - Cadastre : 2017 BH 46 2017 BG 417
    Illustration :
    Projet de monument pour le premier projet de cimetière, par Robert Auzelle, janvier 1947. SIAF/CAPA l’agence de Auzelle. Les motifs des bas-reliefs sculptés ne correspondent pas aux réalisations de Calka et semblent davantage être des « esquisses de principe ». SIAF/CAPA. Fonds Robert Auzelle 242 IFA, boite 50 Vue du cimetière en cours de réalisation, au premier plan les bâtiments de l’entrée inachevé et Vue d’ensemble du monument. A l’arrière-plan, le monument funéraire de la famille Auzelle
  • monument en l'honneur de la Résistance
    monument en l'honneur de la Résistance Vigneux-sur-Seine - Cadastre : 2011 AS 747
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La création d'un monument en l'honneur de la Résistance dans le quartier de la Patte d'Oie est réalisé par le fondeur Godard sur un projet des architectes Chemetov et Deroche prévoyant l'aménagement de ses abords. Les travaux de gros-oeuvre sont adjugés le 18 janvier 1967 à la Société nouvelle de
    Description :
    La sculpture réalisée en bronze est encadrée de murs en béton armé restés bruts de décoffrage. A l'emplacement de la sculpture, un treillis de renfort permet de supporter un poids de 2 tonnes.
    Titre courant :
    monument en l'honneur de la Résistance
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, monument en l'honneur de la Résistance. Sources et bibliographie DOCUMENTATION - Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p. 170, 172.
  • monument commémoratif du curé Louis Simonin
    monument commémoratif du curé Louis Simonin place Cardinal Mercier
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    Signature : J.Juge ; épitaphe : son zèle pour la maison de Dieu réalisa l'agrandissement de cette église/ sa piété d'assidu pèlerin ne cessa d'exalter parmi son peuple le culte de ND de Lourdes comme gage de salut/ sa sollicitude pour la jeunesse établit une école et un collège catholiques / son patriotisme s'ingénia à recueillir et à distribuer aux combattants et blessés de la grande guerre les plus curé d'Enghien pendant trente six ans / chanoine honoraire de Versailles / chevalier de la légion
    Historique :
    chanoine honoraire de Versailles et chevalier de la légion d'honneur. Curé de la ville de 1886 à sa mort , il a eu une action importante dans l'agrandissement et le décor de l'église durant les années 1920
    Représentations :
    Sur le médaillon central figure le portrait en buste, visage de trois quart, du curé Louis Simonin.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    monument formé d'une stèle monumentale de marbre gris encadrée de deux colonnes engagées de forme médaillon à l'effigie du curé et, dans la partie inférieure du monument, la représentation sculptée de l'acte de la consécration avec un calice, une ostie et une étole. Cette iconographie chrétienne est complétée par le décor porté sur la balustrade de fer forgé disposée devant l'ensemble : des pampres de
    Emplacement dans l'édifice :
    entrée de l'église
    Illustration :
    Détail du médaillon de marbre à l'effigie du curé Louis Simonin. IVR11_20099500594NUC4A
  • Dodécaèdre
    Dodécaèdre Villetaneuse - 95 rue Marcel-Sembat - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le dodécaèdre figure déjà sur les plans du dossier d’adjudication de l’ossuaire d’octobre 1971 . Auzelle en précise le dessin pour le dossier d’adjudication de la sculpture elle-même, en mai 1973
    Description :
    , à ses yeux un « élément d’architecture participant de la composition d’ensemble ». Aux Joncherolles : « Dans un patio situé au niveau des ossuaires collectifs, sur un socle de granit noir sur lequel s’écoule l’intérieur duquel se trouve un petit dodécaèdre en granit noir de Suède taillé dans la masse. Volonté d’expression du dedans et du dehors et matérialisation des contraires. Ce monument peut être vu de la plate , auquel on accède par quatre escaliers très étroits. » Dans la brochure de présentation du cimetière imprimée lors de son ouverture, il explique son parti : « Le dodécaèdre, l’un des cinq corps platoniciens , le plus parfait, se prête à de multiples interprétations suivant les conceptions philosophiques ou religieuses de chacun. Pour moi, la combinaison d’un dodécaèdre en acier inoxydable enveloppant un volume identique en granit noir de Suède exprime l’imbrication et le dialogue de la forme matérielle éphémère et de le pouvoir d’incarner l’univers global ». Ainsi Auzelle choisit-il ce volume pour le cœur de sa
    Illustration :
    Plan du patio de l’ossuaire et emplacement du Dodécaèdre, dossier d’adjudication, mai 1973. SIAF Coupe du patio de l’ossuaire et élévation du Dodécaèdre, dossier d’adjudication, mai 1973. SIAF Vue d’ensemble au niveau bas. Le miroir d’eau qui recouvrait le sol de granit noir a été supprimé . L’œuvre n’est pas dans un très bon état de conservation. IVR11_20179300305NUCA Vue rapprochée et détail de la végétation qui envahit le socle du monument. IVR11_20179300306NUCA
  • Les trois Parques
    Les trois Parques Villetaneuse - 95 rue Marcel-Sembat - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L’architecte Robert Auzelle, qui avait déjà travaillé avec Maurice Calka au cimetière du Parc de Clamart, sollicite de nouveau le sculpteur pour le monument qu’il projette à l’entrée des Joncherolles. La commande passée en 1973 est réceptionnée deux ans plus tard. Le Marché de gré à gré passé entre le syndicat intercommunal et Calka stipulait que les trois sculptures monumentales devaient être « entièrement rehaussées de mosaïque de marbre et pâte de verre » et précisait que l’œuvre devait être réalisée « sous la direction de , implantée à Mazières-de-Touraine, spécialiste du béton, celle-là même qui fabriqua les enfeus, les niches individuelles de l’ossuaire et les caveaux préfabriqués, réalisa les trois statues.
    Description :
    la place d’un signal et le rôle d’un élément de transition entre l’extérieur, le monde des vivants , et l’intérieur du cimetière, le monde des morts et de l’éternité. L’architecte explique ainsi le monument « Les trois déesses de la mythologie grecque (Clotho, Lachésis, Atropos) qui filent, dévident et baptisée « les Trois Parques », équivalent dans la mythologie romaine des « trois moires », déesses de la destinée humaine de la mythologie grecque. Elle se compose de trois sculptures monumentales en béton moulé une raison de coût. Calka était un ardent défenseur de l’art urbain, fruit de la collaboration entre architectes et plasticiens, afin de ne pas cantonner les beaux-arts aux galeries mais de les porter auprès du plus grand nombre, dans la vie quotidienne de chacun. Il réalise ici un ensemble très stylisé , choisissant des formes arrondies apaisantes, seulement soulignées de quelques fonds creux évoquant des drapés
    Illustration :
    Planche contact des images faites de la maquette de la future sculpture. S.d. [1973]. SIAF/CAPA Vue de face des trois sculptures à l’ouverture du cimetière, vers 1975. SIAF/CAPA. Fonds Robert Vue actuelle de face de l’ensemble sculpté. IVR11_20179300300NUCA Vue actuelle de profil de l’ensemble sculpté. IVR11_20179300301NUCA Détail de la signature de l’artiste, au pied d’une des trois statues. IVR11_20179300302NUCA
  • monument commémoratif Jacques Daburon
    monument commémoratif Jacques Daburon Enghien-les-Bains - rue du Général de Gaulle rue Jules Regnault - en ville - Cadastre : 1995 AE 293, 288, 287
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    C'est dans le square Daburon créé en 1960, dénommé depuis l'établissement de la ZAC promenade un édicule en forme de rocher, le sculpteur Albert de Jaeguer (1908 1992) dispose un médaillon
    Description :
    Sur un monument en forme de rocher a été apposé un médaillon de bronze.
    Auteur :
    [sculpteur] Jaeger de Albert
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - rue du Général de Gaulle rue Jules Regnault - en ville - Cadastre : 1995 AE
    Illustration :
    Projet de médaillon. Dessin, 1959. (AM Enghien-les-Bains, O97) IVR11_20099500154NUC4A Détail du médaillon. Oeuvre du sculpteur Albert de Jaeger en 1959. IVR11_20089500420NUC4A
  • monument aux victimes du nazisme
    monument aux victimes du nazisme Meaux - rue du Palais de justice - - Cadastre : BC non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    le palais de justice, a été choisi par le conseil municipal le 20 janvier 1948. Le monument a été
    Référence documentaire :
    p. 57-59 Le monument aux morts à Meaux. Bulletin de la société historique de Meaux et sa région, t . 5, 2008, p. 47-59. VITRY, Josette. Le monument aux morts à Meaux. Bulletin de la société historique de Meaux et sa région, t. 5, 2008, p. 47-59.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La stèle représente un homme déporté, chaussé de sabots, adossé à un poteau de pierre, et levant , sous un fusil : 13 noms. De face : 20 noms dessinant un visage et une croix de Lorraine.
    Localisation :
    Meaux - rue du Palais de justice - - Cadastre : BC non cadastré
  • monument à la Vierge
    monument à la Vierge Meaux - 11 rue du Faubourg Saint-Nicolas - - Cadastre : 2014 BO 657
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Cette statue de "Notre-Dame de la Paix" a été exécutée en réalisation du voeu fait à la Vierge avant la libération de la ville. Elle a été bénite par l'évêque de Meaux le 5 octobre 1952.
    Référence documentaire :
    1952, p. 221 Semaine religieuse du diocèse de Meaux. Semaine religieuse du diocèse de Meaux.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Détail (vue de face). IVR11_20087700029NUC4A
1