Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • École de filles et salle d'asile actuellement lycée professionnel Erik Satie.
    École de filles et salle d'asile actuellement lycée professionnel Erik Satie. Paris 14e arrondissement - 2 rue Pierre Castagnou - Cadastre : 2014 CL 65
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'école de fille, actuel lycée professionnel Erik Satie, fait partie des bâtiments communaux dont la construction a été décidée par la commune de Montrouge dès 1846. Il s'agit d'une réponse aux exigences de la Loi Guizot, contraignant les communes à disposer d'un local d'école.L'achat de terrains aux Hospices de Paris en 1849, pour y construire une mairie, des écoles, une salle d'asile et une place publique donne lieu à un procès verbal actant la viabilité du projet par l'architecte de l'arrondissement de Sceaux Claude Naissant. En 1851, c'est lui qui signe le cahier des charges préalable à ces constructions dont il assure la réalisation dès 1852. L'école de filles et l'asile se situe coté rue Pierre -Castagnou, parallèlement à la Mairie. En 1878, pour faire face à une nombre croissant de nouveaux élèves , les écoles ont fait l'objet de nombreux aménagements destinés à ouvrir de nouvelles salles de classes.
    Référence documentaire :
    Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France. Mayeur, Françoise. Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France. t.III : De la Révolution à l'école républicaine , "qui a eu cette idée folle..." catalogue d'exposition au Pavillon de l'Arsenal. Paris, Picard, 1993. Archives des Hauts de Seine. Série DO/145. Carton Mairie. Archives des Hauts de Seine. Série DO Archives de Paris. VM74/16. Carton Écoles. Archives de Paris. VM74/16. Carton Écoles.
    Précision dénomination :
    école de fille
    Description :
    L'ancienne école de fille, actuel lycée Erik Satie, est formée de plusieurs bâtiments. Elle fait face à l'ancienne école de garçons et présente la même distribution. La façade donnant sur la place de la mairie se compose de trois bâtiments rectangulaires, dont l'un en retrait et placé photographies anciennes ont été remplacées par des tuiles mécaniques et qu'un châssis de toit a été percé sur le bâtiment en retrait . Les façades sont rythmées au rez de chaussée par des arcades fermées de baies. Le premier étage est percé de fenêtres de forme rectangulaire. L'ensemble de la façade est animé par des pilastres qui marquent les travées et les angles. Chacun des bâtiments rectangulaires abrite des salles de classe au rez de chaussée et à l'étage desservi par un escalier intérieur. Le rez de chaussée du bâtiment de gauche est désormais occupé par le centre de documentation. C'est dans cette salle que se trouve la fresque intitulée "Les vieilles chansons françaises" datée de 1933. Le bâtiment central comporte
    Titre courant :
    École de filles et salle d'asile actuellement lycée professionnel Erik Satie.
    Illustration :
    Plan du rez de chaussée de l'école de filles, de l'asile et du bureau de bienfaisance, 1886. (AD75 Plan du 1er étage de l'école de filles, de l'asile et du bureau de bienfaisance, 1886. (AD75 V27 M4 Plan masse de l'hôtel de ville, des écoles et du square vers 1896. (AD Paris. Petit Montrouge, 81e La place de la Mairie du XIVe arr. Carte postale, vers 1900. (Collection Particulière Vue du lycée professionnel prise du campanile de la mairie. IVR11_20157500250NUC4A Vue du lycée professionnel prise de la place de la mairie. IVR11_20157500126NUC4A Vu du lycée professionnel prise du campanile de la mairie. IVR11_20157500251NUC4A Vue de la façade principale des bâtiments. IVR11_20157500249NUC4A Vue de l'entrée du lycée professionnel. IVR11_20157500252NUC4A Vue de la cour intérieure. IVR11_20157500359NUC4A
  • Hôtel de ville du 14e arrondissement
    Hôtel de ville du 14e arrondissement Paris 14e arrondissement - 2 place Ferdinand Brunot - en ville - Cadastre : 2014 CL 63
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La proximité du mur d'octroi ayant déplacé le noyau vital de Montrouge à proximité de Paris, la Monarchie de Juillet. L'hôtel de ville de Montrouge fut construit de 1851 à 1855 par Claude Naissant , architecte en chef de l'arrondissement de Sceaux sur un terrain acheté par la commune de Montrouge à l'Assistance Publique en 1849. Cette construction se fit à l'initiative d'Alexandre Dareau, maire de la commune par la Ville de Paris en 1860, l'hôtel de ville a fait l'objet d'extensions pour adapter son fonctionnement aux besoins d'une population plus nombreuse. Le baron Haussmann, préfet de la Seine, fit le choix de ré-employer le bâtiment existant, en l'agrandissant et en créant une véritable place de la mairie prolongée d'un square. Élaborée à l'échelle du quartier, la composition de ces édifices édilitaires sur la place (le corps central de la mairie dans l'axe majeur) tend donc à créer un espace urbain global de ces extensions sont proposés par Émile Vaudremer en 1862 (un projet, non daté, est consultable aux
    Référence documentaire :
    Inventaire général des richesses d'art de la France, Paris, monuments civils Inventaire général des richesses d'art de la France, Paris, monuments civils. Paris, Librairie Plon, 1889, T.2, p.22. Casier archéologique. Document de séance du 20/01/2009. Commission du Vieux Paris. Casier archéologique. Document de séance du 20/01/2009. Commission du Vieux Paris. Archives de Paris. V27M4 art.1-13, Mairie du XIVe. Archives de Paris. V27M4 art.1-13, Mairie du
    Dénominations :
    hôtel de ville
    Escaliers :
    escalier de type complexe escalier dans-oeuvre en maçonnerie
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le bâtiment originel est d'ampleur modeste, comme peut l'être une mairie de village. Une description complète de son état d'origine figure dans une notice architecturale publiée en 1878 dans l "Inventaire Général des œuvres d'art appartenant à la ville de Paris dans les édifices civils" (cette description est retranscrite en annexe). Il s'agissait d'un édifice carré, à deux étages. Le rez de chaussée des pilastres corinthiens supportant une frise à modillons et à têtes de lions. Au dessus, se trouve un étage de comblé, percé d'oeils-de-boeuf. Le bâtiment est couvert d'un toit à longs pans à croupe de quatre statues d'Hyacinthe Chevalier personnifiant les actes de l’État Civil et encadrant les lanternon abritant une cloche. Le soin apporté au décor de la salle des mariages, dont le plafond est en chêne sculpté à caisson, relève de la même attention. Les travaux d'agrandissement conduits par Émile Auburtin entre 1882 et 1891 portèrent sur la construction de deux pavillons de part et d'autre de la partie
    Étages :
    étage de comble rez-de-chaussée surélevé
    Titre courant :
    Hôtel de ville du 14e arrondissement
    Annexe :
    Inventaire général des oeuvres d'art appartenant à la ville de Paris dans les édifices civils, 1878 . "C'est un édifice carré, complétement isolé, à deux étages de fenêtres. celles du premier étage sont cintrées et séparées par des pilastres corinthiens supportant une frise à modillons et à têtes de lions. Au -dessus règne un étage de comble, éclairé par des oeils-de_boeufs. De la façade principale, donnant sur , décoré de pilastres d'angle et terminé par un campanile flanqué, aux quatre angles, de statues personnifiant les principaux actes de la vie civile, qui supportent des frontons demi-circulaires, dont chaque colonnettes. Du porche, on pénètre dans un péristyle décoré de colonnes, qui précède l'escalier monumental en fenêtre, dont trois donnent sur la façade principale et deux sur une face latérale. Vis à vis de la porte d'entrée, se trouve une cheminée monumentale en marbre blanc orné de médaillons en ronde bosse et de rinceaux. Au-dessus, une arcade aveugle renferme une table de marbre sur laquelle est inscrite la liste des
    Destinations :
    hôtel de ville
    Illustration :
    Vue de la Mairie de Montrouge dessiné par Fichot, vers 1860 (Paris, Musée Carnavalet, fonds Plan du rez de chaussée de la Mairie Place de Montrouge relevé en 1877. (AD75. V27-M4 art.1-13 Plan des caves de la Mairie Place de Montrouge relevé en 1877. (AD75. V27-M4 art.1-13 Projet d'agrandissement de la Mairie du XIVe, élévation principale, dressé par A-E Auburtin en 1881 Plan du premier étage de la Mairie Place de Montrouge relevé en 1877. (AD75. V27-M4 art.1-13 Plan du rez de chaussée de la Mairie du XIVe dressé par A-E Auburtin, 1881. (AD75 V27 M4 art.1-13 Projet d'agrandissement de la Mairie du XIVe dressé par A-E Auburtin en 1881. (AD75 V27 M4 art.1-13 Plan de coupe de la Mairie du XIVe dressé par A-E Auburtin, 1881. (AD75 V27 M4 art.1-13 Plan du 1er étage de la Mairie du XIVe dressé par A-E Auburtin, 1881. (AD75 V27 M4 art.1-13 Plan du sous-sol de la Mairie du XIVe dressé par A-E Auburtin, 1881. (AD75 V27 M4 art.1-13
  • Statue : Lion attaquant un cheval (œuvre disparue)
    Statue : Lion attaquant un cheval (œuvre disparue) Paris 14e arrondissement - 26 rue Mouton-Duvernet
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    francs pour la construction d'un piédestal pour la sculpture de Monsieur Fratin. Œuvre en bronze acquise par la Mairie de Paris auprès de l'artiste, Christophe Fratin, et déposée dans le square en 1865. Une note du Préfet de la Seine, le 27 mai 1886 mentionne la dépense de 1850
    Référence documentaire :
    Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris-Conservation des Oeuvres d'Art Religieuses et Civiles, Documentation. Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris-Conservation des siècle, Dictionnaire des sculptures. Paris : Les éditions de l'amateur, 1987. Dictionnaire des sculpteurs de l’École française au dix-neuvième siècle Lami, Stanislas . Dictionnaire des sculpteurs de l’École française au dix-neuvième siècle. Paris, 1916, t.II. Inventaire général des œuvres d'art appartenant à la Ville de Paris dressé par le service des Beaux-Arts Préfecture du Département de la Seine, direction des travaux. Inventaire général des œuvres d'art appartenant à la Ville de Paris dressé par le service des Beaux-Arts. Paris: A.Chaix et Cie, 1878 Archives de Paris.Série WM90/5. Parcs et Jardins. Archives de Paris.Série WM90/5. Parcs et
    Statut :
    propriété de la commune Propriété de la Ville de Paris déposée dans le square Ferdinand Brunot.
    Description :
    Cette œuvre, fondue en 1942, représentait un lion attaquant au cheval. Saisis au moment de . Le groupe était posé sur un socle de pierre au milieu d'un parterre.
    Illustration :
    Vue de la statue "Lion attaquant un cheval". IVR11_20157500491NUC4A Détail de la statue "Lion attaquant un cheval". IVR11_20157500492NUC4A
  • Square de Montrouge, actuellement square Ferdinand-Brunot et square de l'Aspirant-Dunand.
    Square de Montrouge, actuellement square Ferdinand-Brunot et square de l'Aspirant-Dunand. Paris 14e arrondissement - place Ferdinand-Brunot - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Anciennement dénommé square de Montrouge, puis de la mairie du XIVe arrondissement, cet espace a linguiste français Ferdinand-Brunot (1860-1938), maire de l'arrondissement de 1910 à 1919. Ce square fait assainir la zone annexée. Il a été agrandi par l'espace laissé libre en 1932 par la destruction de la halle couverte. Cette extension porte le nom de square de L'Aspirant-Dunand, du nom d'un enfant du quartier mort
    Description :
    D'une superficie de 3943m2, le square est situé sur le parvis de la mairie du XIVe arrondissement , il est bordé de la rue Pierre-Castagnou, de la rue Boulard et de la rue Brézin. Il comporte une cinquantaine d'arbres, plusieurs édicules (logis de gardiens, urinoirs) édifiées dans les années trente. Un
    Titre courant :
    Square de Montrouge, actuellement square Ferdinand-Brunot et square de l'Aspirant-Dunand.
    Illustration :
    Plan masse de l'hôtel de ville, des écoles et du square vers 1896. (AD Paris. Petit Montrouge, 81e Plan de transformation de la place de la Mairie, 1911. (AD 75 V27 M4 art.1-13 1425. Paris. Le square de la place de la Mairie-Carte postale, vers 1900 (Collection particulière Le Square de la Mairie- Carte postale, vers 1900 ( Collection particulière). IVR11_20157500543NUC4A Vue générale du square depuis le campanile de la mairie. IVR11_20157500281NUC4A Vue générale du square depuis le premier étage de la mairie. IVR11_20157500128NUC4A Vue de la statue de Marianne depuis le premier étage de la mairie. IVR11_20157500129NUC4A Vue de l'édicule côté rue Durouchoux. IVR11_20157500293NUC4A vue de l'édicule côté rue Boulard. IVR11_20157500292NUC4A Vue de face de l'autobus du manège. IVR11_20157500306NUC4A
  • Immeuble, 35 rue Boulard
    Immeuble, 35 rue Boulard Paris 14e arrondissement - 35 rue Boulard - en ville - Cadastre : 2014 CL 67
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet immeuble a été construit en 1878-79. Il comportait un atelier de photographe au fond du jardin qui a été surélevé d'un étage en 1897. il a été affecté par le percement de la rue Ernest-Cresson en 1906 et son jardin amputé largement par la construction de l'immeuble du 17 rue Ernest-cresson dans les
    Référence documentaire :
    Calepins de la révision du cadastre Archives de Paris. Calepins de la révision du cadastre. DP4
    Description :
    L'immeuble double en profondeur comporte deux étages carrés et un étage de comble. il est construit en moellons. Il comportait un grand appartement et plusieurs autres "de bonne distribution". On y
    Illustration :
    Détail du plan masse de la maison avec son jardin vers 1896. (AD Paris. Petit Montrouge, 81e Vue de la façade principale. Certaines travées ont été modifiées. IVR11_20157500595NUC4A Puits de lumière au centre du bâtiment. IVR11_20157500596NUC4A Escalier latéral gauche donnant sur le passage cocher. Il existe le même de l'autre côté Vue de la courette du côté droit. On aperçoit le mur du 17 rue Ernest-Cresson Vue de la courette du côté gauche. On aperçoit la rue Ernest-Cresson. IVR11_20157500777NUC4A vue de l'appentis placé au bout du couloir central, dans l'espace de séparation des deux couretttes
1