Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • dalle funéraire de Bossuet
    dalle funéraire de Bossuet Meaux -
    Inscriptions & marques :
    . LUGENS POSUIT." Armoiries de Bossuet, gravées au sommet de la date et inscrites en bas-relief sur le episcopus Meldensis. A. D. 1912" ; et inscription en français, dans le médaillon, rappelant les grandes
    Historique :
    A sa mort en 1704, Bossuet fut inhumé dans le sanctuaire de sa cathédrale, dans un caveau du côté -Lucien de Beauvais et archidiacre de Meaux. Mais à l'occasion du réaménagement du sanctuaire par le transportée derrière le maître-autel. En 1854, à l'occasion de travaux de dallage, Mgr Allou fit reconnaître le cercueil de Bossuet. La dalle d'origine étant détériorée, on lui superposa en 1856 une nouvelle
    Description :
    La dalle funéraire de Bossuet se trouve dans le sanctuaire, au sud-ouest du maître-autel. Elle
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le sanctuaire
  • trône épiscopal
    trône épiscopal Meaux -
    Historique :
    Le trône épiscopal de la cathédrale de Meaux est en fait un simple fauteuil couvert de velours rouge ; ce qui assure sa dignité, c'est la boiserie qui l'entoure : un grand dorsal sculpté en bas romain. Mais le motif héraldique sculpté sur le dorsal, combinant la mitre épiscopale et le chapeau de 1715 : ce dernier réaménagea en effet le sanctuaire de sa cathédrale, dans les années 1720 (voir le dossier sur le maître-autel, IM77000270). Il y a probablement eu remontage d'éléments du XVIIIe siècle lors de la mise en place du trône actuel, en 1857. La place occupée par le trône épiscopal a beaucoup , où elle se trouvait en 1839, avant de regagner le côté nord, à son emplacement actuel.
    Référence documentaire :
    Report du trône épiscopal sur le côté de l'évangile, selon le rite romain (29 mai 1857). AD Seine
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le sanctuaire
  • abbaye Notre-Dame de Chaage
    abbaye Notre-Dame de Chaage Meaux - 20 rue de Chaage - - Cadastre : BW 242, 253
    Historique :
    Jean François Scellier pour former le bas-côté au sud de l'église. A la Révolution, l'ensemble abbatial reconstruite et consacrée en 1616. En 1781, la chapelle du Rosaire fut transformée par le maître-maçon meldois rachetés sur l'ordre de Mgr de Faudoas, évêque de Meaux. S'y installèrent le grand et le petit séminaire cloître dont le gros-oeuvre date probablement du début du XVIe siècle mais a été rhabillé au XVIIe siècle
    Précisions sur la protection :
    Chapelle inscrite en totalité y compris le décor intérieur par arrêté du 09 04 1998.
    Description :
    occupe une vaste parcelle aujourd'hui bordée par le chemin de fer, la rue de Chaageet la rue Georges abbatiaux sont quant à eux construits sur la partie orientale, le long de la rue de Chaage. Ils s'organisent salles de classes et le réfectoire. L'aile sud est formée par la chapelle du séminaire, en grande partie
    Illustration :
    Le sanctuaire de la chapelle du grand séminaire (état d'origine). Photographie ancienne. (Musée Photographie d'une autre oeuvre de l'architecte Henry Faucheur : le séminaire de Saint-Jean-les Vue panoramique de l'établissement et de ses abords, depuis le clocher de la cathédrale Chapelle de l'abbaye notre-Dame de Chaage. Vue perspective vers le choeur depuis la tribune Chapelle de l'abbaye notre-Dame de Chaage. Vue perspective vers le choeur. IVR11_20097700855NUC4A Chapelle de l'abbaye notre-Dame de Chaage. Vue perspective vers le choeur. IVR11_20097700856NUC4A Pot à feu déposé après le percement de la rue Georges lugol. Origine : Maison Navarre Pot à feu déposé après le percement de la rue Georges lugol. Origine : Maison Navarre
  • verrière de saint Jacques
    verrière de saint Jacques Meaux -
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur sur l'oeuvre Inscription dédicatoire en bas à droite de la verrière, en lettres blanches sur fond noir : ""Mme
    Historique :
    Cette verrière a été réalisée en 1867 par le verrier meldois Henri Plée. Elle a été offerte par la
    Représentations :
    Dans le bas de la verrière figurent les saints patrons de la donatrice, Julie Dubosc, et de son saint Jacques le Majeur: agenouillé, Vierge à l'Enfant, anges saint Jacques le Majeur, conversion, Hermogène, diable saint Jacques le Majeur, capture, soldats, épée, lance saint Jacques le Majeur: captif, soldat, roi, trône, jugement saint Jacques le Majeur: captif, soldats, guérison miraculeuse saint Jacques le Majeur, conversion, baptême décollation de saint Jacques le Majeur mari, Joseph Dassy. Les autres médaillons représentent dix épisodes de la vie de saint Jacques, de bas Jacques, la conversion du magicien Hermogène, saint Jacques saisi par le scribe Josias, saint Jacques
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la chapelle Saint-Jacques le majeur (1ere chapelle rayonnante nord)
    Texte libre :
    , réalisés par l'atelier meldois Plée. La plupart d'entre eux datent des années 1860. C'est notamment le cas des verrières de la chapelle Saint-Jacques-le-Majeur, sur le côté nord, exécutées en 1867 grâce à un
    Illustration :
    Détail des scènes 5 à 8 de la vie de saint Jacques : saint Jacques est saisi par le scribe Josias
  • Verrière de sainte Geneviève
    Verrière de sainte Geneviève Meaux -
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur français bas à droite) et une inscription dédicatoire en français (en bas à gauche) : ""M. Clément Petit
    Représentations :
    consacrée la verrière. On reconnaît, de bas en haut : la naissance de la sainte, que deux anges prennent Geneviève nourrissant le peuple en temps de famine ; sainte Geneviève à Meaux : poursuivie par le fiancé de
    Description :
    . Nous n'étudions ici que la verrière centrale, la seule figurative. Elle a été réalisée en 1869 par le maître verrier meldois Henri Plée, dans le style néo-gothique. La verrière, où alternent médaillons scènes figurées, elle fait l'économie de certains épisodes miraculeux tels que le chandelier soufflé par le diable ou la sainte rendant la vue à sa mère, et recourt surtout à des scènes hagiographiques
    Texte libre :
    , réalisés par l'atelier meldois Plée. La plupart d'entre eux datent des années 1860. C'est notamment le cas des verrières de la chapelle Sainte-Geneviève, sur le côté sud, exécutées en 1869 grâce à un don du
    Illustration :
    finances et son épouse Mme Cécile Barthe ont donné les vitraux de cette chapelle. 1869". En bas à droite Scènes de la vie de sainte Geneviève : en bas à gauche, sainte Geneviève nourrit les pauvres ; en bas à droite, sainte Geneviève et sainte Céline aux portes d'une ville ; en haut à gauche, sainte
  • Verrière de saint Jean
    Verrière de saint Jean Meaux -
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur sur l'oeuvre Inscription en bas à droite de la verrière, en grisaille sur fond jaune : "Mgr AUGUSTE ALLOU Evêque sur fond noir, sur le 5e médaillon : "Dominus est", paroles de saint Jean reconnaissant le Christ
    Historique :
    Cette verrière a été réalisée en 1866 par le verrier meldois Henri Plée. Elle a été offerte par
    Représentations :
    , la Cène, saint Jean au pied de la croix, saint Jean arrive le premier au tombeau, saint Jean reconnaît le Christ ressuscité, saint Jean est flagellé devant Domitien puis plongé dans l'huile bouillante
    Texte libre :
    , réalisés par l'atelier meldois Plée. La plupart d'entre eux datent des années 1860. C'est notamment le cas des verrières de la chapelle Saint-Jean l'évangéliste, sur le côté nord, exécutées en 1866 grâce à un
    Illustration :
    Détail des médaillons 3 et 4 : saint Jean assiste à la Crucifixion (à gauche), il arrive le premier Détail des médaillons 5 et 6 : saint Jean reconnaît le Christ ressuscité (à gauche), il est Détail des médaillons 7 à 11 : saint Jean est plongé dans l'huile bouillante, il prend le bateau
  • cloches
    cloches Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Inscription portée sur la 1ere cloche : "L'an 1859, le 18 décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste , Dumont, v(icom)te Paultre de la Motte, Guérin". Inscription portée sur la 2e cloche : "L'an 1859, le 18 ." Inscription portée sur la 3e cloche : "L'an 1859, le 18 décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste Allou ." Inscription portée sur la 4e cloche : "L'an 1859, le 18 décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste Allou , épouse de M. le comte Le Boulanger. Je remplace Marie-Rose, donnée en 1805 par Mme Marie-Rose Turquet , mère de Mme la comtesse Le Boulanger. Je pèse 350 kilos." Par ailleurs, chaque cloche porte les
    Historique :
    1859 par le fondeur parisien F. Dutot et cie. Elles se nomment : Marie (3214 kg), Etiennette (1650 kg ), Faronne (900 kg) et Céline (350 kg). Elles furent bénites le 18 décembre 1859 par l'évêque de Meaux Mgr pour le tocsin et fut descendue en 1805. Seules deux de ces anciennes cloches furent conservées au 19e
    Description :
    (retranscrites plus bas) : Marie, Etiennette, Farone et Céline. Saint Etienne est le patron de la cathédrale
    Texte libre :
    être abaissée ; la cloche "du chapitre", que l'on sonnait depuis le jubé, resta néanmoins en place à la ). Le bourdon serait la cloche de France qui donne la note la plus grave.
1