Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • église paroissiale Saint-Germain
    église paroissiale Saint-Germain Andrésy - 10 boulevard Noël-Marc - en ville - Cadastre : 1983 AT 116
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    quart 12e). Les quatre travées occidentales de la nef, y compris celles sous clocher, pourraient dater du 14e siècle. Deux campagnes de travaux sont à attribuer au 1er quart du 16e siècle : en effet les (piles ondées) et en 1538 à nouveau ils agrandissent en construisant le collatéral nord. Des travaux de 1873 une voûte d'un bas-côté s'est effondrée. Des travaux ont alors été réalisés sous la direction de l'architecte Henry Barruel, avec l'accord de l'architecte diocésain Blondel. Des voûtes sont reconstruites ), le porche ouest, ouverture de la baie murée sur la façade est du collatéral nord et en 1987 démolition de la maison accolée à l'église.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    C'est un édifice à chevet plat sans transept qui se compose d'une nef centrale flanquée de deux bas , l'église a connu plusieurs phases de construction et remaniements qui expliquent certaines disparités. Le plan avec le désaxement de la nef par rapport au chœur en est une. L'élévation, à trois niveaux dans tout l'édifice, présente des variations de détail qui sont à noter ; côté sud, le triforium dans le ch fenêtres hautes de ce côté sont composées d'oculi sans lobes. Mais il n'est pas certain qu'elles soient fausse tribune a une fenêtre haute en oculus il s'agit donc peut-être d'une inversion lors de la mise au propre. Cette travée suivante comporte une ouverture à double arcature directement inspirée du chœur de donne pas sur un quelconque passage. Les ouvertures hautes sont toutes en arc brisé de ce côté. Le continue la mouluration de la base du triforium, ce qui n'est pas le cas dans le chœur où les colonnettes dans les quatre travées les plus occidentales du bas-côté sud. Elles sont composées de simples tores en
    Texte libre :
    L'ensemble du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Vue de l'abside. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800543XB Intérieur de l'édifice : vue générale de la nef. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France Intérieur de l'édifice : vue du bas-côté gauche. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France Plan, relevé monuments historiques. Dessin. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine Coupe transversale, relevé monuments historiques. Dessin. (Médiathèque de l'architecture et du L'abside, relevé monuments historiques. Dessin. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine Travées de la façade nord et sud, relevé monuments historiques. Dessin. (Médiathèque de Elévation intérieure côté nord et côté sud, relevé monuments historiques. Dessin. (Médiathèque de Vue d'ensemble de la nef et du choeur. Photographie. (AD Yvelines, 2F 108/14 Vue d'ensemble de la nef. Carte postale. (AD Yvelines). IVR11_20087800645NUC2A
  • Les portails de la collégiale
    Les portails de la collégiale Mantes-la-Jolie - place de l' Etape - en ville - Cadastre : 2014 AB 225
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La construction de la collégiale ayant commencé par les parties basses de la façade occidentale , les portails sont à la fois la partie la plus ancienne de l'édifice (sauf le portail des Echevins) et un élément de datation de celui-ci par analogie avec d'autres œuvres mieux datées. C 'est ainsi qu'une comparaison avec la façade de la cathédrale de Senlis (avant 1151) permet de dater les portails central et septentrional -et donc le début de la construction-des années 1150-1160. On ne sait pas à quoi attribuent l'initiative de cette construction aux échevins, c'est-à-dire aux édiles de Mantes, et la datent de 1300. L'étude qui en a été faite récemment le compare au portail de la Calende de la cathédrale de Rouen, et de ce fait le date des années 1320-1330. Ces portails ont beaucoup souffert pendant la Révolution "une bande d'ouvriers armés de marteaux attachés à de longs bâtons flexibles fit tomber toute la partie supérieure des statues du double rang des voussoirs". Une gravure de 1791 montre l'état des
    Référence documentaire :
    cœur de la ville ERLANDE-BRANDENBOURG," Les portails du XIIe siècle : un programme ambitieux". In : Mantes médiévale. La collégiale au cœur de la ville. Somogy, 2000. P. 96-103 La Restauration de la façade occidentale de la collégiale". In: Mantes médiévale. La collégiale au cœur de la ville, FONQUERNIE, Bernard. "La Restauration de la façade occidentale de la collégiale". In : Mantes médiévale. La collégiale au cœur de la ville. Somogy, 2000, p. 159-167 collégiale au cœur de la ville. Somogy, 2000, p. 128-135 La collégiale Notre-Dame de Mantes. Milieu XIIe -début XIIIe HUON, Marie, La collégiale Notre -Dame de Mantes. Milieu XIIe -début XIIIe. Mémoire de master 2 sous la direction de Dany Sandron , Université de Paris IV-Sorbonne. Juin 2016 p.237-240 Damien Berné, Philippe Plagnieux dir. Naissance de la sculpture gothique. Saint-Denis
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    d'archivoltes (trois au portail de gauche, quatre au portail principal, deux au portail des Echevins). Les portail central le tympan comporte un seul registre avec le Christ en majesté encadré de deux anges tore, la deuxième est ornée de huit prophètes debout surmontés de l'Agnus Dei et la troisième de feuilles d'acanthe. Le trumeau a perdu la statue qui l'ornait de même que les voussures ont perdu leurs statues colonnes. Les piédroits sont décorés de rinceaux. Les statues des niches du portail des Échevins réutilisées dans une maçonnerie de maison. Le portail des Échevins est en outre dominé par un haut gâble ajouré. Elles se trouvent au musée de l'hôtel-Dieu.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place de l' Etape - en ville - Cadastre : 2014 AB 225
    Titre courant :
    Les portails de la collégiale
    Texte libre :
    Les trois portails occidentaux de la Collégiale ont beaucoup souffert à la révolution. Ils restent néanmoins un témoignage important de la sculpture médiévale.
    Illustration :
    Les portails de la collégiale en 1791 publiés par Millin. (BNF. Topo Va 78, fol. tome V. B 7180 ). Gravure. Extrait de Millin, Antiquités Nationales... IVR11_20157800156Z Portail nord : vue d'ensemble. Il a perdu ses statues-colonnes et la statue de trumeau Portail nord : une seule voussure ornée de prophètes et dominée par l'agneau. Les seuls personnages Portail central : le tympan représente le Couronnement de la Vierge. Au linteau la Dormition, la remise de l'âme de la Vierge au Christ et l'Assomption. IVR11_20177801444NUC4A Portail central : détail du linteau. Au linteau la Dormition, la remise de l'âme de la Vierge au Portail central : première rangée des voussures de gauche. Le personnage qui tient deux rameaux Portail central : deuxième et troisième rangée des voussures de gauche. On reconnait le roi David Portail central : quatrième et cinquième rangée des voussures de gauche. On reconnait un roi
1