Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • graffiti de la cité de la Muette, dite aussi camp de Drancy
    graffiti de la cité de la Muette, dite aussi camp de Drancy Drancy - avenue Jean-Jaurès rue Arthur-Fontaine rue Auguste-Blanqui
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-Saint-Denis
    Historique :
    1941 et août 1944. Certains ont cependant été inscrits par des personnes suspectes de collaboration 1989. Rassemblés sur un conduit de cheminée, graffiti d'internés juifs y côtoient ceux de suspects de collaboration. Ce conduit de cheminée a pris place en 1989 dans le Conservatoire historique du camp de Drancy
    Description :
    pour la rénovation urbaine (ANRU) et co-financés par la DRAC d'Île-de-France, la Région Île-de-France . Grâce à la vigilance d'un comité de suivi rassemblant la DRAC d'Île-de-France, l'Office Public d'Habitat Seine-Saint-Denis, le Conseil régional d'Île-de-France et le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, le En 2007, le remplacement d'une partie des huisseries classées de la cité de la Muette était prévu . Ces travaux prenaient place dans le dispositif de renouvellement urbain porté par l'Agence nationale et le Département de la Seine-Saint-Denis. Ces deux chantiers ne furent finalement engagés qu'en 2009 l'occasion de la découverte de graffiti jusqu'alors inconnus sur le revers des murs de façades. Sensibilisés , les ouvriers du chantier mirent au jour peu après des graffiti inscrits sur les carreaux de plâtre carreaux restants. 700 carreaux furent ainsi conservés. Examinés, analysés, ils furent au cours de l'année 2011 restaurés par des restauratrices spécialisées en peintures murales. Les graffiti sur carreaux de
    Emplacement dans l'édifice :
    revers de façade murs et charpentes de caves conduit de cheminée
    Titre courant :
    graffiti de la cité de la Muette, dite aussi camp de Drancy
    États conservations :
    Les graffiti des caves-prisons sont en mauvais état, ceux du conduit de cheminée sont dans un état moyen. Tous devront être restaurés comme l'ont été, en 2011, les graffiti sur carreaux de plâtre et sur le revers des murs de façade.
    Déplacement :
    lieu de dépôt Ile-de-France,93,Pierrefitte-sur-Seine,Archives nationales
    Texte libre :
    Seine-Saint-Denis, en collaboration avec le service Patrimoines et inventaire de la Région Ile-de-France Après l'exposition "Des noms sur des murs. Les graffiti du camp de Drancy", le Département de la même nom (Voir la rubrique Documentation -Liens Web en bas de page). Outre les 76 carreaux de plâtre avec graffiti découverts en 2009, cette étude présente l'ensemble des graffiti connus du camp de Drancy , encore conservés au sein de la Cité de la Muette ou seulement connus par des photographies prises après la guerre. Grâce aux archives du Mémorial de la Shoah et du Service historique de la Défense , l'ensemble des informations ont été collectées sur les auteurs de ces graffiti qui ont voulu laisser une leur extermination et l'oubli même de leur existence.
    Illustration :
    tristement ici Mon bonheur et mes chagrins La vie fut belle en ce pays Ou je n'ai plus le droit de rester [...] chose trop jolie Doit une fois cesser Adieu, oh pays de ma jeunesse Non, laisse moi crier Au Revoir
  • graffiti de chambrée sur carreau de plâtre formant contre-cloison
    graffiti de chambrée sur carreau de plâtre formant contre-cloison Drancy - avenue Jean-Jaurès rue Arthur-Fontaine rue Auguste-Blanqui
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-Saint-Denis
    Précision dénomination :
    sur carreaux de plâtre
    Description :
    En 2012, les graffiti sur carreaux de plâtre ont été cédés par l'OPH Seine-Saint-Denis aux Archives nationales. Ils sont désormais conservés au sein du nouveau site de Pierrefitte-sur-Seine et sont en attente
    Emplacement dans l'édifice :
    contre-cloisons de carreaux de plâtre
    Titre courant :
    graffiti de chambrée sur carreau de plâtre formant contre-cloison
    Déplacement :
    lieu de dépôt Ile-de-France,93,Pierrefitte-sur-Seine,Archives nationales
    Illustration :
    Dessin tronqué : figure de Christ en mandorle, « RM _ MJ [initiales au sein d'un cœur Dessins : profil d'homme fumant et profil de femme au crayon de menuisier. IVR11_20119300024NUC4A « [U]RINER ». Fin de l'inscription précédente (Phot. 20119300025NUC4A) IVR11_20119300026NUC4A Dessins: deux étoiles de David avec une inscription dans celle de droite : « Liz [illisible Détail : « Liz [illisible] (inscription dans une étoile de David) ». IVR11_20119300038NUC4A « Prochownik _ Jacques de Metz _ arrivé le 16.10.[19]42 », « Pepi Sojanner [illisible] _ [illisible Dessin : homme aux lunettes, de profil. IVR11_20119300220NUC4A Dessin : homme aux lunettes, de profil. IVR11_20119300055NUC4A tristement ici Mon bonheur et mes chagrins La vie fut belle en ce pays Ou je n'ai plus le droit de rester [...] chose trop jolie Doit une fois cesser Adieu, oh pays de ma jeunesse Non, laisse moi crier Au Revoir
  • groupe scolaire Charcot-Barbusse
    groupe scolaire Charcot-Barbusse Romainville - 96 boulevard Henri-Barbusse
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La décision d'édifier une nouvelle école dans le centre de Romainville est prise dès 1932, car la seule école de garçons de la commune est alors surpeuplée : les classes y comptent plus de cinquante élèves. Le projet de construction de deux immeubles d'habitat à bon marché en 1935 augmente encore le André Bérard (1871-1948), diplômé en 1894 et élève de Blondel, qui succède à Ernest Bertrand comme Charcot-Barbusse constitue un modèle de l'architecture de brique des années 1930 à Romainville.
    Description :
    une carte de France où sont figurés les deux principaux domaines d'activités de i'époque André Bérard fait grand cas des décors de ses édifices, échos aux préoccupations sociales et politiques de l'époque. Rue Gallieni et rue des Grands-Champs, deux bas-reliefs en pierre signalent la séparation entre l'école des filles et l'école des garçons. CEuvres de M. Rondest, ils sont réalisés dans un relief plat et anguleux caractéristique de l'avant-garde artistique des années 1930. Côté filles, le bas -relief figure une mère accompagnant ses enfants et des scènes d'éducation ou de travaux ménagers. Côté garçons, un père de famille porte ses enfants, joue avec eux et travaille. Dans le hall d'entrée traditionnelle de sculpteur M. Rond est la République française, elle porte aux regards de deux jeunes enfants exalter les notions de famille, de travail et de patrie portées par le Front populaire puis reprises comme devise par le régime de Vichy.
    Illustration :
    Française. En fond, la carte de la France. IVR11_20089300301NUC4A fond de carte de France. IVR11_20089300302NUC4A Photographie ancienne. Vue de l'école. (AD Seine-Saint-Denis) IVR11_20089300066NUC4AB Vue de la façade principale. IVR11_20089300280NUC4A Haut-relief signalant de l'entrée des filles représentant une écolière. IVR11_20089300282NUC4A Haut-relief signalant l'entrée de l'école de garçons, représentant un écolier Bas-reliefs signalant l'entrée de l'école de filles, représentant une femme et des fillettes ainsi Bas-reliefs signalant l'entrée de l'école de garçons, figurant une famille et des activités Vue sur la cour de récréation du groupe scolaire. IVR11_20089300290NUC4A Vue sur la cour de récréation du groupe scolaire. IVR11_20089300289NUC4A
  • chapelle Sainte-Solange
    chapelle Sainte-Solange Romainville - 6 rue Louise-Dory
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Située au pied de la colline, dans le quartier des Bas-pays, la chapelle Sainte-Solange, œuvre des de Poitiers. Elle fut choisie comme patronne de l'édifice en mémoire d'une jeune fille, ainsi crèche intéressante, datable de 1935, représentative de la production des santons en cire du début du 20è rembourrée de paille, sont revêtus de tuniques de tissu et d'accessoires. Les extrémités en cire (tête, mains et pieds) sont finement sculptées. Il est rare de trouver, dans ce matériau fragile, une crèche
    Représentations :
    décor de palme, hommage des anciens combattants à leur camarade
    Description :
    en hémicycle accueillait autrefois un décor de peinture murale représentant le Christ en gloire dans une mandorle. Au-dessus du portail d'entrée, se dresse une statue de sainte Solange (l'auteur est à ce
    Illustration :
    Carte postale ancienne. Vue de la façade Sud de la chapelle. (Oeuvre des Chantiers du Cardinal Vue intérieure un jour de célébration eucharistique, années 1950. Les décorations murales , représentant le Christ dans une mandorle entouré de saints, qui ornaient le choeur, ont aujourd'hui disparu Vue actuelle de la façade. IVR11_20099300550NUC4A Vue de la façade principale. IVR11_20099300551NUC4A Vue du cloche-mur et de la statue de Sainte-Solange qui orne la façade principale Vue de la sculpture représentant Sainte-Solange, façade principale. IVR11_20099300552NUC4A Statue de la façade principale représentant Sainte-Solange. IVR11_20099300554NUC4A Vue intérieure de l'église. IVR11_20099300555NUC4A Bénitier. Técelles de verre coloré. IVR11_20099300559NUC4A
  • dispensaire Louise Michel
    dispensaire Louise Michel Romainville - 15 rue Carnot
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    recouvert d' un parement de briques. Une technique qu'André Bérard utilise à la même période pour l'école scènes de soins et sont l’œuvre du sculpteur Marmorat qui collabore fréquemment avec André Bérard sur la
    Illustration :
    Vue de la façade principale. IVR11_20089300269NUC4A Vue de la façade principale. IVR11_20099300260NUC4A Vue de la façade principale. IVR11_20089300272NUC4A Vue de l'escalier intérieur. IVR11_20089300273NUC4A Détail du décor. Carreaux de céramique. IVR11_20089300274NUC4A
  • église paroissiale Saint-Luc-des-Champs
    église paroissiale Saint-Luc-des-Champs Romainville - 56 rue de la Fraternité
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Dans les années 1930, l'afflux de population dans le quartier des Grands-Champs nécessite un nouveau lieu de culte. Il s'agit aussi de donner un édifice majeur à cette zone déshéritée de la ville Chantiers du Cardinal dans le département de la Seine. Le numéro 9 de la revue Le Christ dans la banlieue , daté de janvier 1934, relate l'ouverture de l'église Saint-Luc-des-Grands-Champs le jour de Noël et précise ainsi que cet événement signe « l'amélioration considérable de la situation morale du quartier
    Représentations :
    Décor de palme, hommage des anciens combattants à leur camarade.
    Description :
    Construite en béton armé et parement de brique, l'église présente une large nef encadrée de deux grandes arcades et terminé par un autel secondaire. Les services et la chapelle de la Vierge sont situés douce et changeante et constituent l'unique source lumineuse de la nef. Les pignons à redents, la voûte d'arêtes, les roses et les ouvertures à lancette sont autant de citations de l'architecture gothique. A l'intérieur du bâtiment, une crucifixion monumentale dans le chœur carré constitue le fleuron de l'édifice Picardie après la Première Guerre mondiale - il participe entre autres aux chantiers de reconstruction des églises de Martigny-Courpierre (Aisne) et de Rollot (Somme). Il y réalise, comme à Saint-Luc-des-Grands figés lors de son durcissement. Pour cette crucifixion, Chapleau réinterprète la composition d'une frise d'anges portant les instruments de la Passion (marteau, échelle, clous, lances, croix). A lâchés, est à genoux au pied de la Croix. Saint-Luc, tenant le rouleau de son évangile et accompagné du
    Localisation :
    Romainville - 56 rue de la Fraternité
    Illustration :
    Vue de la façade principale de l'église, dans les années 1930. (AM Romainville Carte postale ancienne. Façade de la chapelle mariale. Haut-relief représentant la Vierge. (Oeuvre Projet de l'église : élévation. Le clocher ainsi que la troisième travée n'ont jamais été réalisés Vue actuelle de la façade Sud. IVR11_20089300345NUC4A Détail d'une rose de la façade Sud. IVR11_20089300346NUC4A Haut-relief représentant la Vierge, surmontant le portail latéral de la chapelle mariale. Réalisé Vue du vaisseau principal de l'église, avec la peinture murale au-dessus de l'autel Vue de l'église depuis le bas-côté, avec la peinture murale au-dessus de l'autel Vue intérieure de l'église depuis le mur Sud, avec deux des quatre peintures murales Vue intérieure de l'église depuis le mur Sud, avec deux des quatre peintures murales de l'église
  • graffiti de chambrée sur revers de façade
    graffiti de chambrée sur revers de façade Drancy - avenue Jean-Jaurès rue Arthur-Fontaine rue Auguste-Blanqui
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-Saint-Denis
    Historique :
    camp de Drancy entre août 1941 et août 1944. Certains ont cependant été inscrits par des personnes suspectes de collaboration après la Libération, entre août 1944 et décembre 1945
    Précision dénomination :
    sur revers de façade
    Description :
    Les graffiti sur le revers des murs de façade ont été restaurés puis photographiés et sont, de
    Emplacement dans l'édifice :
    revers de façade dans les étages côté cour
    Titre courant :
    graffiti de chambrée sur revers de façade
    États conservations :
    Oeuvre restaurée et confinée à l'issue des trvaux de remplacement des huisseries.
    Illustration :
    Vue générale des murs de béton ayant reçu des graffiti. IVR11_20099300605NUC4A Vue large sur les modules de béton vibré et moulé constituant les éléments de façade
  • graffiti sur conduit de cheminée
    graffiti sur conduit de cheminée Drancy - avenue Jean-Jaurès rue Arthur-Fontaine rue Auguste-Blanqui
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-Saint-Denis
    Historique :
    aussi par des personnes suspectes de collaboration après la Libération, entre août 1944 et décembre 1945
    Précision dénomination :
    sur conduit de cheminée
    Description :
    Les graffiti sur conduit de cheminée sont toujours dans les locaux du conservatoire historique du camp de Drancy qui a fermé ses portes depuis l'ouverture du Mémorial de la Shoah de Drancy en septembre 2012. Ils devront être restaurés afin de permettre une conservation pérenne.
    Emplacement dans l'édifice :
    en rez-de-chaussée dans l'ancien conservatoire historique du camp de Drancy
    Titre courant :
    graffiti sur conduit de cheminée
    États conservations :
    bonnes conditions de conservation
    Illustration :
    Graffiti sur conduit de cheminée découvert et déposé au début des années 1980 et conservé au Conservatoire historique du camp de Drancy. IVR11_20099300615NUC4A Graffiti sur conduit de cheminée découvert et déposé au début des années 1980 et conservé au Conservatoire historique du camp de Drancy. IVR11_20099300616NUC4A Graffiti sur conduit de cheminée découvert et déposé au début des années 1980 et conservé au Conservatoire historique du camp de Drancy. IVR11_20099300617NUC4A « [tête de chef indien de profil] » ; « 16-12-[19]44 / DEPART DUMOURIN / 21-12 BOSSELUT Graffiti illisible et dessin en couleur : chef indien de profil. IVR11_20099300619NUC4A Graffiti sur conduit de cheminée découvert et déposé au début des années 1980 et conservé au Conservatoire historique du camp de Drancy. IVR11_20099300620NUC4A
  • graffiti sur murs et charpentes des
    graffiti sur murs et charpentes des "caves-prisons Drancy - avenue Jean-Jaurès rue Arthur-Fontaine rue Auguste-Blanqui
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-Saint-Denis
    Historique :
    aussi par des personnes suspectes de collaboration après la Libération, entre août 1944 et décembre 1945
    Illustration :
    Vue générale de graffiti sur structure béton dans la première cave prison. IVR11_20109300066NUC4A Série de graffiti sur structure béton de la cave. IVR11_20109300075NUC4A « Hélène 1.XII.[19]43 », « [plusieurs étoiles de David] », « [croix gammée « [Deux étoiles de David] », graffiti en hébreu inspiré d'une phrase clef du judaïsme qui se Dessin de femme nue de dos, au crayon de menuisier. IVR11_20109300073NUC4A « LL [initiales enlacées] », au crayon de menuisier. IVR11_20109300074NUC4A « Jacques LEVASSEUR » ; « LL 29/11/[19]44 », au crayon de menuisier sur béton « Jackie LOUIS [dans un cœur] », au crayon de menuisier sur béton et graffiti hachuré Graffiti de personne internée car suspecte de collaboration à la Libération : « Le 21.8.44 / Odile Graffiti de personne internée car suspecte de collaboration à la Libération : « ER évadé / 18-11
1