Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 11 sur 11 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • barrage mobile à fermettes et aiguilles, écluse de Denouval (détruits), barrage à hausses mobiles
    barrage mobile à fermettes et aiguilles, écluse de Denouval (détruits), barrage à hausses mobiles Andrésy - en ville - Cadastre : 1983 AL domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ce barrage mobile de type Poirée a été construit en même temps que celui qui est en amont. Il a été encore sur la commune de Carrières-sous-Poissy. En 1882 on creuse un canal de dérivation en aval à Carrières-sous-Poissy avec deux écluses si bien que celle de Denouval dont le seuil était trop élevé devient
    Description :
    Le barrage à fermettes et aiguilles présentait une seule passe de 78 m qui s'appuyait sur l'île d'en bas, de même qu'un déversoir. Une écluse lui était accolée côté rive droite. Le barrage de 1980 comporte une trentaine de hausses mobiles mues par un vérin hydraulique placé à l'aval. C'est une
    Titre courant :
    barrage mobile à fermettes et aiguilles, écluse de Denouval (détruits), barrage à hausses mobiles
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Le barrage d' Andrésy-Denouval. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800573XB Le déversoir de Denouval. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800560XB La pointe amont de l' ile de la Dérivation. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France Trafic sur la Seine : la sortie de l' écluse d'un remorqueur. Carte postale. (Musée de l'Ile-de -France). IVR11_20027800567XB
  • barrage mobile à fermette et aiguille dit barrage d'Andrésy (détruit)
    barrage mobile à fermette et aiguille dit barrage d'Andrésy (détruit) Andrésy - en ville - Cadastre : 1983 AI domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1842 un projet de barrage mobile de type Poirée est présenté au Conseil des Ponts et Chaussées
    Description :
    Le barrage d'une centaine de mètres situé entre l'île Nancy et la rive gauche comportait deux piles lesquelles ont engageait des aiguilles en bois. Il était prolongé du côté de l'île par une passerelle intermédiaires de 4 mètres de large. Il comportait des fermettes de forme trapézoïdale en métal de 50 kg dans
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Vue d'ensemble du barrage. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800575XB Sur le barrage. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800574XB
  • Gares de Mantes-la-Jolie
    Gares de Mantes-la-Jolie Mantes-la-Jolie - place du 8 mai 1945 - en ville - Cadastre : 2014 AI 212-437
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Lors de la création de la ligne de chemin de fer de Paris-Rouen en 1843, la gare Mantes-station , située sur le territoire de Mantes-la-Ville est, avec Vernon, la principale station intermédiaire entre dans les deux sens. Les trains directs s’y arrêtent une dizaine de minutes, le temps pour les voyageurs de se rendre au café-restaurant sur le quai pour profiter d’« un grand buffet chargé de fruits , pâtisseries et rafraîchissements » et pour les locomotives de se ravitailler en eau. Cette première gare est l’ouest, sur le territoire de Gassicourt. Elle comporte en outre une gare de marchandises et un dépôt . L'implantation des ateliers de réparation et d'entretien à mi-chemin entre Paris et Sotteville a rendu nécessaire la construction d'une cité cheminote appelée la cité Buddicom, le long de l'actuelle rue Pierre -Sémard. En 1892 deux voies nouvelles sont créées en lien avec l'ouverture de la ligne Paris-Mantes par Argenteuil et un nouveau bâtiment est élevé de l'autre côté des voies, sur la place. Il est inauguré en 1896
    Référence documentaire :
    De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-le Havre BOCARD, Hélène. De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-le Havre. Images du patrimoine n° 239. Paris : APPIF, 2005 Les origines du chemin de fer dans le Mantois, Ligne de Paris à Rouen COLOMBIER, Roger. Les origines du chemin de fer dans le Mantois, Ligne de Paris à Rouen. Paris : L'Harmattan,
    Description :
    La gare de Mantes-station, reconstruite à l'identique dans les années 1860, est un petit bâtiment de un étage et trois travées avec chaîne d'angle, actuellement enduit. La voie ferrée se trouve en contre-bas, en tranchée profonde, soutenue par un haut mur de soutènement en meulière. Elle est desservie par un escalier droit extérieur. La gare de 1855 est un grand bâtiment de 5 travées et 1 étage carré de 1896 qui donne sur la place est un bâtiment en brique et pierre en rez-de-chaussée. Les couvertures sont des toits à longs pans et croupes. Celui de la gare de 1896 est très plat et dissimulé derrière une sorte de balustrade pleine. La nouvelle rotonde type P en béton armé de 1948 regroupait 23 voies dont 19 sur fosse desservies par un pont-tournant de 24 mètres. Trois voies d'entrée et deux voies de sorties y aboutissaient. Un atelier était accolé à la rotonde qui comprenait 2 voies pour levage
    Titre courant :
    Gares de Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    La ville de Mantes-la-Jolie est desservie par deux gares : Mantes-station et Mantes-la-Jolie. Cet avantage est le résultat d'une longue histoire car à la création de la ligne en 1843 la gare se trouvait sur le territoire de Mantes-la-Ville et en 1855 Mantes-Embranchement sur celui de Gassicourt.
    Illustration :
    Vue de la première gare de Mantes-la-Jolie construite en 1855. Carte postale (Région Ile-de-France Vue de la gare construite en 1892. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP La place de la gare au début du XXe siècle. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP La façade de la gare. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP) IVR11_20157800134X Vue de la voie ferrée venant de Mantes-la-Ville. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP locomotives, grande halle à charpente métallique. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP La gare de Mantes-station, la première construite à Mantes-la-Ville. Carte postale (Région Ile-de -France. Fonds CREDOP) IVR11_20157800137X Vue du dépôt de Mantes. On aperçoit au premier plan deux réservoirs et à l'arrière la remise des Vue de la rotonde. (Fonds Bertin). IVR11_20177800596NUC2B
  • église paroissiale Saint Roch
    église paroissiale Saint Roch Chanteloup-les-Vignes - Cadastre : 1988 AM 247
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Les paroissiens de Chanteloup-les-Vignes ont obtenu l'autorisation de construire une chapelle qui fut dédiée en 1518 comme le laisse deviner la pierre de dédicace très effacée qui se trouve sous la 1535 quatre perches de terrain furent données pour le choeur. Les deux chapelles latérales furent reprises au XVIIe siècle : celle de la Vierge (à droite) fut agrandie en 1683 et celle de saint Vincent (à gauche) en 1630 grâce au don de Joachim Teinturier religieux au monastère des Feuillants. Le clocher porche a été reconstruit en 1846 sur les plans de l'architecte Fauconnier de Saint-Germain-en-Laye. C'est l'entrepreneur Petit, lui aussi de Saint-Germain-en-Laye qui a réalisé les travaux. Mais des malfaçons furent Bernard Ruel, dont le travail fut primé en 2004 par les rubans du patrimoine, récompense de la fondation
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Petit édifice à vaisseau unique voûté d'ogives. Le chœur se distingue de la nef par les retombées , les ogives retombent sur des culs-de-lampes. Le clocher porche reconstruit en 1846 comportait deux niveaux maçonnés au dessus du rez-de-chaussée. Le clocher reconstruit est charpenté au dessus du niveau de
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Vue générale, côté sud. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800600XB Vue du clocher. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800599XB Vue d'ensemble de l'église. IVR11_20087800083NUC4A Vue d'ensemble de l'intérieur en direction du choeur. IVR11_20087800292VA Vue d'ensemble de l'intérieur en direction de la tribune. IVR11_20087800289VA Plaque commémorative de la fondation de l'église. Elle est quasiment illisible, sauf pour la date de 1518. IVR11_20087800080NUC4A
  • châsse de saint Roch
    châsse de saint Roch Chanteloup-les-Vignes
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant le donateur : la paroisse de Chanteloup reconnaissante à saint Roch pour sa
    Historique :
    grand vicaire de Versailles et dont la statuette a été réutilisée.
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    châsse de saint Roch
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • tombeau de la famille Geoffroy-Lepic
    tombeau de la famille Geoffroy-Lepic Andrésy - en ville - Cadastre : 1973 AT 199 / 200
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    ordre de la Légion d'honneur
    Description :
    Tombeau en forme de sarcophage.
    Titre courant :
    tombeau de la famille Geoffroy-Lepic
    Appellations :
    de la famille Geoffroy-Lepic
  • maison de campagne, mairie-école, presbytère, actuellement copropriété
    maison de campagne, mairie-école, presbytère, actuellement copropriété Maurecourt - 18 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AH 355
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1731, il existe une maison de campagne avec un clos à l'arrière qui se développe à la même place . En retour sur la rue se trouve une petite maison de vigneron. En 1824 la maison qui appartient au redistribution des lieux est faite par l'architecte Goix. Le logement de l'instituteur se trouve dans la maison de vigneron.
    Précision dénomination :
    maison de campagne
    Description :
    La plus grande partie de la maison a été transformée récemment. Il subsiste encore des traces de la maison de vigneron primitive : elle a conservé sa cave en berceau, son escalier rural et sa distribution.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Maurecourt - 18 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AH 355
    Titre courant :
    maison de campagne, mairie-école, presbytère, actuellement copropriété
    Illustration :
    Plan de la seigneurie d'Andrésy, 1731. (AN, N IV Seine-et-Oise 19). IVR11_20087800023NUC1A Plan de la mairie-école en 1899. Tiré de : Monographie de l'instituteur. (AD Yvelines Plan et coupe du domaine que la commune de Mauricourt projette d'acquérir...", 1822. Dessin. (AD le logement de l'instituteur. IVR11_20077800136XA La façade arrière et le mur de clôture du jardin, ancien clos. IVR11_20077800138XA L'escalier qui dessert l'étage de l'ancien logement de l'instituteur. IVR11_20077800140XA Le cellier qui se trouve sous l'ancien logement de l'instituteur. Vue d'ensemble
  • école primaire
    école primaire Andrésy - en ville - Cadastre : 1983
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette école de garçon à classe unique a été construite en 1843 sur les plans de l'architecte Greppin qui est architecte de la ville de Poissy et qui fournira les plans de la première mairie -école de
    Description :
    Les murs étaient en moellons de vergelot hourdis de plâtre. Selon une description de 1873 cette école de garçons est d'un accès difficile, ne présente que 2 m3 par élève alors que les règlements scolaires en demandent 3 et le logement de l'instituteur est insuffisant. Il n'a pas de cour ni de jardin . Pour toutes ces raisons il est décidé de transférer l'école dans un nouveau bâtiment, acheté au sieur Blanchon (le château de la princesse.).
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • maison de vigneron, 22 rue de l' Hautil
    maison de vigneron, 22 rue de l' Hautil Chanteloup-les-Vignes - 22 rue de l' Hautil - en ville - Cadastre : 1988 AM 133
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Description :
    La maison d'origine, de plan plutôt carré comporte deux berceaux de caves parallèles. On y accède par un escalier extérieur. Elle a subi de nombreuses transformations à l'intérieur et à l'extérieur.
    Localisation :
    Chanteloup-les-Vignes - 22 rue de l' Hautil - en ville - Cadastre : 1988 AM 133
    Titre courant :
    maison de vigneron, 22 rue de l' Hautil
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sur rue. IVR11_20067800760VA Vue d'ensemble de la façade sur cour. IVR11_20067800132XA Détail de la corniche. IVR11_20067800134XA
  • maison de villégiature, 45 rue du Général-Leclerc
    maison de villégiature, 45 rue du Général-Leclerc Andrésy - 45 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AO 492, 493, 9953
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Monsieur Paris, homme de loi à Paris à Monsieur Desmoulin de Charmes. la maison actuelle pourrait avoir été construite entre 1829 et 1838 par Monsieur et madame Lizeray qui la gardent peu de temps. La maison est achetée en 1847 par Guillaume Martin, fabricant de fleurs artificielles qui y ajoute un bâtiment dit chalet destiné à recevoir une salle de billard. La propriété est vendue en 1857 à Monsieur Fauvel, avocat . La maison, relativement modeste, à l'origine, comme les maisons de campagne de cette époque, a été
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Description :
    On distingue nettement deux parties : la partie droite, la plus ancienne, comportant un étage de descente de cave vers un berceau plein cintre qui s'étend sous la salle à manger. La partie gauche , composée d'un rez-de-chaussée et d'un étage. A la jonction entre les deux une tourelle, adjonction faite à
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Titre courant :
    maison de villégiature, 45 rue du Général-Leclerc
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sur rue. IVR11_20067800893XA Vue d'ensemble de la façade sur jardin tournée vers la Seine. IVR11_20067800088XA Vue d'ensemble de la façade sur jardin. La maison est en contrebas de la rue à laquelle elle tourne Le départ de l'escalier à marches formant limon et à col de cygne. IVR11_20067800094XA
  • Maison de notable (vestiges)
    Maison de notable (vestiges) Mantes-la-Jolie - rue de l' Abbé-Hua - en ville - Cadastre : 2014 AB 764, 747
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette propriété s'étend sur la plate forme où se trouvait l'ancien château de Mantes. Elle comportait une maison de notable construite vers 1820 et une autre maison de style néo-régionaliste datant de 1910 avec ses annexes pittoresques. Le jardin était aménagé avec une pergola, permettant de dominer le panorama très vaste, et des statues de style asiatique. En 1945 l’ensemble était encore intact et a fait l'objet d'une expertise en vue de l'acquisition par la ville. Il était alors question d'y reconstruire l'hôtel de ville. La maison de notable a été détruite par la suite. La propriété a été transformée en
    Référence documentaire :
    Projet d'acquisition de la propriété Fayard AD Yvelines. 1290W 866. Projet d'acquisition de la
    Précision dénomination :
    de notable
    Description :
    La maison de notable (détruite) comportait un étage carré et un étage de comble. Elle était construite en moellons de calcaire et de meulière et couverte en ardoise. La seconde maison a elle aussi un étage carré et un étage de comble, elle est en meulière apparente et brique avec des pans-de-bois en sapin et couverte en tuile de style néo-normand.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - rue de l' Abbé-Hua - en ville - Cadastre : 2014 AB 764, 747
    Titre courant :
    Maison de notable (vestiges)
    Illustration :
    Vue de l'escalier extérieur. Contrairement à ce qu'il n'y paraît, la maison à l'arrière ne fait pas partie de la propriété. Elle est de l'autre côté de la rue. IVR11_19777800607X Vue de l'escalier extérieur. IVR11_19777800810X Vue de face de l'escalier extérieur. IVR11_19777800808X Vue de l'entrée principale de la propriété, place du château. IVR11_20157800262NUC4A Vue d'ensemble de la propriété sur l'emplacement de l'ancien château. IVR11_20157800250NUC4A Vue de l'emplacement de la maison de notable détruite. IVR11_20157800254NUC4A la plate-forme sur laquelle se trouvait la maison de notable détruite. IVR11_20157800253NUC4A L'escalier extérieur est le seul vestige de la maison de notable détruite. IVR11_20157800249NUC4A Vue de l'escalier extérieur en fer à cheval qui enserre une ancienne fontaine
1