Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 26 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral
    verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    Signature peinte en grisaille, en bas à droite : "Société artistique de peinture sur verre. 96 rue Notre-Dame des Champs (Paris)". Titre de l'oeuvre, en bas de la verrière : ""Les habitants de Meaux obtiennent de Henri I comte de Champagne et Brie leurs premières chartes communales. MCLXXIX"".
    Représentations :
    Sur la terrasse de son château, le comte de Champagne fait lire par un clerc le texte de la charte communale, en présence de la foule des habitants.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'escalier d'honneur de l'hôtel de ville est orné d'une grande verrière exécutée vers 1900 par l'atelier Champigneulle, qui prit alors le nom de "Société artistique de peinture sur verre". Il s'agit d'une verrière à sujet historique, représentant l'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral, en 1179. Certains des personnages représentés sont des portraits de personnalités meldoises de l'époque.
    Lieu d'exécution :
    Île-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral
  • calice d'Honoré Le Balleur, vers 1900 (?)
    calice d'Honoré Le Balleur, vers 1900 (?) Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître marque de marchand production de cet orfèvre parisien.
    Historique :
    . Il s'inscrit dans une production abondante, diffusée dans toute la France par les soins de la maison -Vienne (département de la Haute-Vienne) et de Steene (département du Nord) : bien que le décor diffère coupe allongée. Le calice de Steene porte une inscription indiquant qu'il fut donné en 1903, le calice de Meaux date probablement de la même époque.
    Référence documentaire :
    p. 395 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Description :
    Calice néo-gothique très simple, sans fausse-coupe, avec décor de feuilles d'eau sur le pied.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Illustration :
    Vue de la patène. IVR11_20097701773NUC4A
  • calice et patène de la maison Trioullier, vers 1912
    calice et patène de la maison Trioullier, vers 1912 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître Le poinçon de l'orfèvre (deux lettres autour d'une burette) et la Minerve sont visibles sur le (non transcrite). Au revers du pied est inscrite une dédicace : "Les paroissiens de Saint-Aspais de
    Historique :
    Antoine Montagnier à partir de 1912), l'un des grands fournisseurs parisiens de l'Eglise. On peut notamment rapprocher la patène de celle conservée à Notre-Dame de Vincennes, aussi fournie par la maison Trioullier dans le 1er quart du 20e siècle. L'inscription au revers du pied précise les circonstances de sa commande : "Les paroissiens de Saint-Aspais de Melun/ souvenir reconnaissant/ 24 novembre 1912 / PP
    Référence documentaire :
    p. 395 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Description :
    Calice néo-gothique avec patène assortie. Le pied, circulaire, est orné de quatre médaillons émaillés en forme de quadrilobes. Un 4e médaillon se trouve au centre de la patène. Nombreuses inscriptions Trioullier frères. Maison fondée en 1850. A. Montagnier successeur. 24 rue de Grenelle, Paris".
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    calice et patène de la maison Trioullier, vers 1912
    Dimension :
    Dimensions du calice : h=21,5 ; d pied=14,8 ;d coupe = 11,4. Diamètre de la patène : d = 15 cm.
    Illustration :
    Détail d'un médaillon émaillé sur le pied : le Christ et saint Jean, lors de la Cène
  • chapelle de Léon Berthelin, vers 1915
    chapelle de Léon Berthelin, vers 1915 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître marque de marchand de l'orfèvre, LB entourant un cep de vigne, dans un losange horizontal (poinçon de Léon Berthelin , actif de 1909 à 1926). Inscription gravée au revers du plateau : ""24 juin 1890. H.M. M.T. 24 juin 1915 ", "Benedic haereditati tuae, et rege eos", "Sancte Henrice ora pro nobis". Sur la boîte de la chapelle
    Référence documentaire :
    p. 395-396 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux , 2014, p. 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa
    Représentations :
    des mandorles : le Christ, la Vierge à l'Enfant et saint Henri. Iconographie de la patène : la Cène
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    chapelle de Léon Berthelin, vers 1915
    Dimension :
    Dimensions du calice : h=18 ; d pied=15 ;d coupe = 13. Poids du calice: 786 g. Diamètre de la patène : d = 16 cm. Poids de la patène : 243 g. Dimensions du plateau : l = 27, la = 16. Dimensions des
    Illustration :
    entourée d'anges porteurs de phylactères. IVR11_20107700069NUC4A
  • calice et patène des frères Demarquet, vers 1902
    calice et patène des frères Demarquet, vers 1902 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître La patène et la coupe du calice portent le poinçon de l'orfèvre, Demarquet frères, et la Minerve . Inscription sur le revers du pied : "A M. le curé de Maincy ses confrères 8 avril 1902". Inscription latine sur la patène, autour de l'Agneau de Dieu : "Agnus Dei panis vivus".
    Référence documentaire :
    p. 395 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Représentations :
    Agneau de Dieu Sur la patène : l'Agneau de Dieu. Sur les médaillons du pied du calice : la Vierge, le Christ et
    Description :
    réduit à une frise d'entrelacs, un noeud fortement saillant et peu large, un pied circulaire orné de la même frise que la fausse-coupe et de trois médaillons rapportés, en argent, signés "E.T.". Le pied porte également une croix émaillée bleu pâle. Poids de la patène : 83 g. Poids du calice : 345 g.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Dimension :
    Dimensions du calice : h=23 ; d pied=12,7 ;d coupe = 9,3. Diamètre de la patène : d = 13,4 cm.
  • tapis d'autel, dit
    tapis d'autel, dit "tapis de l'Aigle" Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    Le tapis porte une série de blasons sur son long côté ouest, avec les armoiries du chapitre cathédral (écu écartelé, au 1 et au 4, d'azur à la fleur de lys d'or, au 2 et au 3, de gueules au chandelier d'or), de Bossuet (d'azur à trois roues d'or), de la Ville de Meaux et de Mgr Emmanuel de Briey, évêque de Meaux de 1884 à 1909 (d'or à trois pals de gueules). Une citation latine tirée de la Bible (Jérémie 49, 22) est inscrite près de l'aigle au centre du tapis : ""Ecce quasi aquila ascendet et avolabit , ""Domine Jesu suscipe spiritum meum"". Ce sont les dernières paroles de saint Etienne pendant sa lapidation
    Historique :
    Ce tapis a été exécuté pour le bicententaire de la mort de Bossuet en 1904, à la demande de l'évêque de Meaux Monseigneur de Briey. Le patron est dû à la maison Gagnot-Sausse, de Blois, important fournisseur de l'Eglise en matière de tapisseries : on lui commanda notamment le tapis de la basilique et celui de la grotte de Lourdes, ainsi que le tapis du sanctuaire du Sacré-Coeur à Paris (inauguré le 5 Bibliothèque diocésaine de Meaux. La broderie a été exécutée par des dames de Meaux sous la direction des Soeurs de Saint-Joseph de Cluny. L'iconographie rend hommage à Bossuet, "l'aigle de Meaux" dont le tapis rappelle la naissance en 1627, la nomination à l'évêché de Meaux en 1681 et la mort en 1704. Il rappelle également la titulature de la cathédrale, dédiée à saint Etienne, dont les dernières paroles sont inscrites
    Représentations :
    Au centre du tapis est figuré un aigle aux ailes éployées, tenant un rameau de laurier. Il se fleuris. Les bordures reprennent le fond clair, avec des motifs de fleurs et de chardons. Une petite frise
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Cet immense tapis, dont les dimensions sont spécifiquement adaptées au sanctuaire de la cathédrale de Meaux, est constitué de 530 morceaux de canevas de 55 cm de côté, brodés au point de croix.
    Auteur :
    [brodeur] soeurs de Saint-Joseph de Cluny [commanditaire] Briey, de Emmanuel Marie Ange
    Lieu d'exécution :
    Ile-de-France, 77, Meaux
    Titre courant :
    tapis d'autel, dit "tapis de l'Aigle"
    Appellations :
    de l'Aigle
    Annexe :
    Documentation A.B., «Le tapis du centenaire de Bossuet », Semaine religieuse du diocèse de Meaux , 1903, p. 42-46. « Célébrations. Informations », [présentation du Tapis de l’Aigle aux Journées du patrimoine 1993, avec notice historique], Les Amis de Bossuet, n° 22, 1993, p. 32. DIDIER (Marie-Hélène ), « Dix ans de restauration d’objets mobiliers », dans : FÖRSTEL (Judith) et al., Meaux. Patrimoine urbain , collection Cahiers du patrimoine n°104, 2013, p. 81. Denis VASSIGH, « Tapis de l’Aigle », dans : Le Patrimoine des communes de la Seine-et-Marne, Paris : Flohic éditions, 2001, tome II, p. 794.
    Illustration :
    Détail de l'aigle, au centre du tapis. IVR11_20097700255NUC4A Détail de l'aigle, au centre du tapis (vue horizontale). IVR11_20097700256NUC4A
  • monument aux morts de l'Empire britannique
    monument aux morts de l'Empire britannique Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    in France." / "A la gloire de Dieu et à la mémoire du million de morts de l'empire britannique tombés dans la Grande Guerre 1914-1918, et qui pour la plupart reposent en France".
    Historique :
    Cette plaque en mémoire des soldats de l'Empire britannique tombés pendant la Grande Guerre commémore la Bataille de la Marne (septembre 1914). Il s'agit d'un modèle sériel. Un autre monument aux morts, français cette fois, a été placé dans le collatéral nord du choeur en mémoire des victimes de la paroisse Saint-Etienne de Meaux et des prêtres du diocèse morts en 1914-1918.
    Référence documentaire :
    p. 346-347 Sépultures, pierres tombales et inscriptions dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux , dans : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux tombales et inscriptions dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, dans : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 327-361.
    Précision dénomination :
    de la Première guerre mondiale
    Titre courant :
    monument aux morts de l'Empire britannique
    Illustration :
    Détail de la partie supérieure, avec les armoiries. IVR11_20087700125NUC4A
  • magasin Nouvelles Galeries
    magasin Nouvelles Galeries Meaux - 6-10 rue du Général-Leclerc - - Cadastre : 2000 BS 147
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    dans l'ouest de la France où il construisit de nombreux édifices Art Déco dans l'entre-deux-guerres. La succursale des Nouvelles Galeries fut construite en 1910 sur les plans de l'architecte Maurice Martineau, sur la principale artère du centre ancien de Meaux. Elle occupait l'emplacement du "café
    Description :
    dôme couronne une rotonde circulaire qui possède un étage carré de plus que le reste du magasin. C'est là que se déploie un important décor sculpté, avec notamment les initiales "NG" couronnées de laurier et surmontées d'une tête de lion, tandis qu'en dessous deux cornes d'abondance laissent s'échapper
    Étages :
    étage de comble
  • monument à Bossuet
    monument à Bossuet Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    " (etc.). Au-dessus figurent les armoiries de Bossuet et les dates de sa naissance (1627) et de sa mort
    Historique :
    En 1897, l'évêque de Meaux Mgr Emmanuel de Briey créa un comité de souscription pour ériger un nouveau monument à Bossuet, plus digne de sa mémoire que la statue (très critiquée) de Ruxtheil. Le projet fut confié au sculpteur Ernest Dubois, élève de Falguière et de Chapu. La maquette fut présentée au Grand Palais lors de l'Exposition Universelle de 1900, et remporta la médaille d'or. Le monument aurait dû être installé dans la cathédrale pour le bicentenaire de la mort de Bossuet, en 1904, mais le projet prit du retard. A la suite de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, une commission fut
    Représentations :
    femme, agenouillée : Louise de la Vallière femme agenouillée revêtue de l'habit des Carmélites (Louise de La Vallière) et un homme debout portant
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Cette imposante composition pyramidale en marbre blanc comporte un socle cantonné de quatre statues , avec un médaillon en demi-relief à l'arrière. L'ensemble est couronné par la statue de Bossuet en pied.
    Auteur :
    [commanditaire] Briey, de Emmanuel Marie Ange
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral nord de la nef
    Dimension :
    h = 700 ; la = 400. Dimensions approximatives. Dimensions du médaillon de Condé au revers du
    États conservations :
    Le monument, de même que la statue de Bossuet assis dans l'autre collatéral, a fait l'objet d'un nettoyage en 2004, à l'occasion du tricentenaire de la mort du prélat.
    Texte libre :
    La cathédrale de Meaux possède trois monuments commémorant son plus illustre évêque, Jacques sculptés dans la nef. Le plus imposant est celui-ci, sculpté par Ernest Dubois et inauguré en 1911. De l'autre côté de la nef se trouve un monument plus ancien et plus petit (IM77000263), également en marbre
    Illustration :
    Détail : l'aigle de Meaux. IVR11_20087700430NUC4A Détail : le buste de Bossuet. IVR11_20087700431NUC4A Détail : Louise de La Vallière en carmélite. IVR11_20087700434NUC4A Détail du revers : en médaillon, le prince de Condé, vainqueur de Rocroy. IVR11_20087700558NUC4A
  • dalle funéraire de Bossuet
    dalle funéraire de Bossuet Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    . LUGENS POSUIT." Armoiries de Bossuet, gravées au sommet de la date et inscrites en bas-relief sur le médaillon central de la grille : d'azur à trois roues d'or posées 2 et 1. Texte au revers de ce médaillon dates de la vie de Bossuet.
    Historique :
    A sa mort en 1704, Bossuet fut inhumé dans le sanctuaire de sa cathédrale, dans un caveau du côté de l'épître ; une dalle funéraire fut posée par les soins de son neveu, l'abbé Bossuet, abbé de Saint -Lucien de Beauvais et archidiacre de Meaux. Mais à l'occasion du réaménagement du sanctuaire par le cardinal de Bissy, toutes les pierres tombales des évêques furent enlevées en 1723 : celle de Bossuet fut transportée derrière le maître-autel. En 1854, à l'occasion de travaux de dallage, Mgr Allou fit reconnaître le cercueil de Bossuet. La dalle d'origine étant détériorée, on lui superposa en 1856 une nouvelle dalle, donnée par l'Etat, reproduisant l'inscription de la dalle d'origine, mais en restituant les armoiries du prélat qui avaient été bûchées à la Révolution. La grille en ferronnerie placée à la tête de la
    Représentations :
    Sur la dalle funéraire, en-dessous de l'épitaphe, sont figurés trois livres ouverts avec des inscriptions faisant référence aux principales oeuvres de Bossuet : "Exposition" à l'extrême gauche (Exposition de la doctrine de l'église catholique sur les matières de controverse, 1671) ; "Variations" à "SANCTUM J.C. EVANGELIUM"; sur les côtés, les noms de quatre Pères de l'Eglise : à gauche, l'Eglise
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    La dalle funéraire de Bossuet se trouve dans le sanctuaire, au sud-ouest du maître-autel. Elle tête de la dalle, avec un médaillon doré aux armes de Bossuet.
    Titre courant :
    dalle funéraire de Bossuet
    Appellations :
    de Bossuet
    Illustration :
    Reconnaissance de la tombe de Bossuet en 1854 : article de J.H. Rabotin, chanoine honoraire de
  • ornement blanc de Mgr Marbeau
    ornement blanc de Mgr Marbeau Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    / SANCTA TRINITAS". Inscription portée sur les étiquettes apposée au revers des différents éléments de l'ornement : "PROPRIETE DE MONSIEUR RADIUS. ORNEMENT PRETE A MGR MARBEAU ET A SES SUCCESSEURS. EX VOTO DU 8
    Historique :
    Cet ornement a été porté par Mgr Emmanuel Barbeau, évêque de Meaux pendant la Grande Guerre.
    Référence documentaire :
    p. 410-412 Les ornements liturgiques de la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014 FÖRSTEL, Judith. Les ornements liturgiques de la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir .), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 401
    Dénominations :
    voile de calice bourse de corporal
    Représentations :
    accompagnés de l'inscription : ""Pater, Filius, S. Spiritus"". C'est un symoble trinitaire.
    Description :
    porte un décor central rapporté, brodé. L'ornement se compose de quatre chapes, quatre dalmatiques, une chasuble, des manipules et des étoles, un voile de calice, une bourse du corporal, un voile huméral.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le chapier de la petite sacristie (déplacé au Vieux-Chapitre en 2010) dit ""de Mgr Marbeau
    Titre courant :
    ornement blanc de Mgr Marbeau
    Dimension :
    h = 115, la = 71 (dimensions de la chasuble). H chape = 142 cm.
    Appellations :
    de Mgr Marbeau
    Illustration :
    Détail du médaillon au centre du voile huméral : emblème de la Trinité. IVR11_20097700454NUC4A Détail de l'étiquette au revers du voile huméral : "Propriété de Monsieur Radius. Ornement prêté à Vue de l'une des quatre dalmatiques. IVR11_20097700456NUC4A Vue de l'une des quatre chapes. IVR11_20097700457NUC4A
  • cité de la Caisse d'épargne
    cité de la Caisse d'épargne Meaux - 2-10 rue de la Prévoyance 16-32 rue Joseph Lhoste 65-71 avenue Maréchal Foch - - Cadastre : BI 286-307
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    A partir de 1901, la Caisse d'Epargne entreprend de construire pour ses employés un lotissement à la périphérie de la ville, au milieu des jardins maraîchers du faubourg Saint-Nicolas. Ce sont des maisons individuelles, alignées en mitoyenneté le long de deux rues parallèles créées de toute pièce et dotées à l'arrière de petits jardins privatifs. Le matériau employé est local : la pierre meulière. Le : les cités-jardins. Entre 1909 et 1914 s'ajoutent des villas attribuées aux cadres de la Caisse d'Epargne, dotées de superficies plus conséquentes et surtout de type pavillonnaire, sans mitoyenneté. Après la Première Guerre mondiale, ces maisons ne sont plus réservées au personnel de la Caisse d'Epargne et attirent les classes moyennes. Finalement la Caisse d'Epargne les met en vente à partir de 1965.
    Description :
    Le lotissement s'étend sur un îlot compris entre la rue Joseph Lhoste (numéros pairs, de 16 à 32 ), la rue de la Prévoyance (tous les numéros, de 2 à 10) et l'avenue du Maréchal Foch (numéros impairs , de 65 à 71). Les maisons sont construites en meulière apparente avec un léger décor de brique , notamment sur les arcs des baies, et des toits de tuile mécanique. Les parcelles les plus étroites se trouvent au nord (deux fois sept maisons en bande), les plus larges au sud, le long de l'avenue Foch.
    Localisation :
    Meaux - 2-10 rue de la Prévoyance 16-32 rue Joseph Lhoste 65-71 avenue Maréchal Foch - - Cadastre
    Titre courant :
    cité de la Caisse d'épargne
  • tombeau de la famille Frot-Favier
    tombeau de la famille Frot-Favier Meaux - - Cadastre : 2014 BV 125
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Titre courant :
    tombeau de la famille Frot-Favier
    Appellations :
    de la famille Frot-Favier
  • calice de l'atelier Bourdon à Gand
    calice de l'atelier Bourdon à Gand Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître poinçon de titre de l'argent Deux poinçons sont insculpés sur le rebord du pied : l'un figurant le titre de l'argent au 900° et l'autre représentant la marque d'Edouard Bourdon, successeur de Bourdon de Bruyne, 1888-1920. Sur la coupe
    Historique :
    Le trésor de la cathédrale de Meaux conserve deux calices exécutés à Gand par l'atelier Bourdon-De consacrés par Mgr de Courmont, évêque de Bodona, Paris le 25 avril 1902" et "M. le chanoine Vendeuil".
    Référence documentaire :
    p. 396-398 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux , 2014, p. 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa
    Description :
    réduite et gravée d'une inscription en lettres gothiques, une tige hexagonale à décor de lancettes, un noe œud à facettes en forte saillie décoré de six pierres dures et un pied polylobé, orné de médaillons
    Auteur :
    [] Courmont de
    Titre courant :
    calice de l'atelier Bourdon à Gand
    Texte libre :
    Le trésor de la cathédrale de Meaux a la particularité de posséder deux calices provenant de l'atelier Bourdon-De Bruyne, à Gand. Ces deux pièces, de style néo-médiéval, sont ornées de médaillons émaillés (rouges ou bleus) sur le pied. L'un des deux calices (dossier IM77000362) porte les armoiries de Monseigneur de Briey, évêque de Meaux de 1888 à 1909.
  • monument aux morts de la guerre de 1870 et de la guerre de 1914-1918
    monument aux morts de la guerre de 1870 et de la guerre de 1914-1918 Meaux - place Paul-Doumer - - Cadastre : BT non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le monument aux morts de la guerre de 1870 natifs de l'arrondissement de Meaux est dû au sculpteur Alphonse Emmanuel de Moncel de Perrin, en collaboration avec la fonderie parisienne Andro et Sefert (raison sociale de la fonderie Andro de 1896 à 1904), dont la signature figure sur la demi-sphère en bronze portant la statue de la Renommée ailée, au sommet du monument. Le visage de celle-ci serait un portrait de Mme veuve Theurey-Geoffroy, fille de Louis Geoffroy, qui était maire de Meaux en 1870 : celle-ci fut , ami de la famille (il offrit en 1905 à la ville de Meaux un buste en bronze de Louis Geoffroy cimetière de Meaux, jusqu'à son monument place Henri IV, avec un arrêt devant le monument aux morts et un autre devant sa maison natale. Le monument de 1870 commémora aussi par la suite les morts de la Grande Guerre : il fut alors complété par un exèdre dessiné par l'architecte de la ville Auguste Boudinaud et inauguré le 31 juillet 1927. Des problèmes de stabilité étant apparu sur ce monument, il fut restauré en
    Référence documentaire :
    Le monument aux morts à Meaux, 2008. VITRY, Josette. Le monument aux morts à Meaux. Bulletin de la société historique de Meaux et sa région, t. 5, 2008, p. 47-59.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    , surmontée par une statue de bronze représentant une femme ailée, tenant une couronne de lauriers. Au pied du monument se dresse un lion de bronze, référence au "Lion de Belfort". L'ensemble est entouré d'une grille et d'un muret. A l'arrière du monument s'élève une seconde stèle, consacrée aux morts de la guerre de
    Auteur :
    [sculpteur] Moncel, de Alphonse Emmanuel
    Titre courant :
    monument aux morts de la guerre de 1870 et de la guerre de 1914-1918
    Illustration :
    Le sommet de la colonne avec la statue de Moncel, vue prise depuis un ballon captif
  • magasin
    magasin Meaux - 28 rue du Grand-Cerf - - Cadastre : BS 42
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le magasin s'élève à l'emplacement de l'ancien "Café de Mars", démoli en 1908, qui était lui-même installé sur le site de l'ancienne église paroissiale Saint-Christophe (voir dossier IA77000620). Le rez-de
    Dénominations :
    magasin de commerce
    Description :
    Le rez-de-chaussée a été modernisé, mais la façade a conservé ses deux étages d'origine en brique , avec un beau décor de grès cérame formant frise au-dessus des fenêtres du premier étage.
    Illustration :
    Façade sur la rue du Grand Cerf, avec décor de briques et de grès cérame. IVR11_20137700246NUC4A
  • tombeau de la famille Marcilly-Burgeat
    tombeau de la famille Marcilly-Burgeat Meaux - - Cadastre : 2014 BV 125
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    1918 au champ d'honneur. Elle est signée du marbrier meldois Louis Lelu, également auteur de la chapelle Scharff-Clergé (dossier IA77000851) et de la chapelle de sa propre famille (dossier IA77000856
    Représentations :
    Portrait de poilu.
    Titre courant :
    tombeau de la famille Marcilly-Burgeat
    Appellations :
    de la famille Marcilly-Burgeat
    Illustration :
    Vue générale de la chapelle funéraire. IVR11_20077700067XA
  • tombeau de la famille Lesgent-Pourrut
    tombeau de la famille Lesgent-Pourrut Meaux - - Cadastre : 2014 BV 125
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Description :
    de vigne, cabochons floraux) et le vitrail.
    Titre courant :
    tombeau de la famille Lesgent-Pourrut
    Appellations :
    de la famille Lesgent-Pourrut
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la chapelle funéraire, avec son décor de cabochons en céramique vernissée Verrière ornant la chapelle (vue de l'extérieur). IVR11_20077700081XA
  • chromolithographies : armoiries d'évêques et du pape Pie X
    chromolithographies : armoiries d'évêques et du pape Pie X Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    Armes de Monseigneur Emmanuel de Briey, évêque de Meaux de 1884 à 1909 : d'or à trois pals de gueules. Armes de Monseigneur Rosset, évêque de Saint-Jean de Maurienne de 1876 à 1902 : écartelé au 1 , d'argent à deux hermines de sable; au 2 et 3, de gueules au pal d'argent; au 4, d'azur à la colombe sa devise : « Veritatem facientes in caritate ». Armes de l'évêque de Nîmes Anatole de Cabrières (1830-1921), créé cardinal par Pie X en 1911 : mi-parti, d'azur au chêne d'or et écartelé, au premier de gueules au cerf d'or cabré ; au second de gueules à la bande d'or chargée d'une fouine d'azur ; au troisième d'argent à trois fasces ondées de sable ; au quatrième d'azur aux fleurs de lys sans nombre. Sous : d'azur à l'ancre de sable posée sur une mer d'argent et d'azur accompagnée en chef d'une étoile d'or, au
    Description :
    utilisées pour orner la cathédrale lors de certaines cérémonies. Trois lithographies identiques portent les armes du pape Pie X (1903-1914) et sont signées par la Lithographie Saint-Augustin de Tournai. Trois autres représentent les armoiries d'évêques : Monseigneur Emmanuel de Briey, évêque de Meaux de 1884 à 1909 ; Monseigneur Rosset, évêque de Saint-Jean de Maurienne de 1876 à 1902 ; Monseigneur Anatole de Cabrières (1830-1921), créé cardinal par Pie X en 1911. La lithographie portant les armes de Mgr de Briey est signée, par l'imprimeur meldois Le Blondel ; celle aux armes de Mgr Rosset est signée "Desclée de
    Auteur :
    [imprimeur] Desclées de Brouwer
    Dimension :
    Les lithographies aux armes de Pie X ont pour dimensions : 87 cm de haut, 65 cm de large. Celle aux armes de Mgr de Briey : 78 cm de haut, 58 cm de large. Celle aux armes de Mgr Anatole de Cabrières : 55 cm de haut, 43 cm de large.
    Illustration :
    Ce panneau porte les armoiries de Monseigneur de Briey, évêque de Meaux de 1884 à 1909 Ce panneau porte les armoiries de Monseigneur Rosset, évêque de Saint-Jean de Maurienne de 1876 à 1902 : écartelé au 1, d'argent à deux hermines de sable; au 2 et 3, de gueules au pal d'argent; au 4 Ce panneau porte les armoiries de l'évêque de Nîmes Anatole de Cabrières (1830-1921), créé cardinal par Pie X en 1911 : mi-parti, d'azur au chêne d'or et écartelé, au premier de gueules au cerf d'or cabré ; au second de gueules à la bande d'or chargée d'une fouine d'azur ; au troisième d'argent à trois fasces ondées de sable ; au quatrième d'azur aux fleurs de lys sans nombre. Sous l'écu court la devise
  • lotissement concerté
    lotissement concerté Meaux - Faubourg de Chaage - 72-82 rue Gambetta 1- 29 rue Emile-Gavroy - - Cadastre : 2014 BC 1-17, 61-70
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Les pavillons en bande de la rue Gambetta peuvent être associés à ceux de la rue Emile Gavroy, en raison notamment des prénoms féminins qui nomment les maisons et de la structure de l'habitat et de leur promoteur commun. Les premiers construits sont ceux de la rue Gambetta : les maisons aux n° 70 à 76 ont été Gavroy) sont un peu postérieurs. Ils sont probablement contemporains de la poursuite du lotissement sur la rue perpendiculaire. M. Emile Gavroy entreprit en effet de créer une nouvelle voie pour desservir les 15 pavillons en bande, de type lotissement ouvrier, qu'il y fit construire. L'ensemble était terminé en 1912. Cette rue initialement appelée Avenue de l'Opéra a été rebaptisée à la mort d'Emile Gavroy du nom de son créateur. Chaque maison porte le nom d'un prénom le plus souvent féminin (Henriette , Juliette, etc.), qui serait celui de la maîtresse de maison du premier occupant.
    Référence documentaire :
    p. 214 Dictionnaire topographique et historique des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux quartiers. Meaux : Société littéraire et historique de la Brie, 1999.
    Description :
    Pavillons en bande avec plaque de nom de maisons. Mise en oeuvre et décors diffèrent selon les rues . Calcaire partiellement enduit et décor de cabochon de céramique pour la rue Emile Gavroy. Mise en oeuvre en meulière et décor d'encadrement de baies constitué de briques glaçurées de couleurs différentes avec clés
    Localisation :
    Meaux - Faubourg de Chaage - 72-82 rue Gambetta 1- 29 rue Emile-Gavroy - - Cadastre : 2014 BC 1-17