Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Le Tellier (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Le Tellier (non étudié) Paris 3e arrondissement - 16 rue de Michel-Le-Comte
    Historique :
    L'aile sous laquelle se trouve le départ de l'escalier a été bâtie en 1731 (elle porte la date ). Mais l'escalier qui dessert le corps de bâtiment en fond de cour semble plutôt dater de la première
    Description :
    l'aile droite et le bâtiment en fond de cour dans lequel se poursuit la montée au delà du premier étage
    Localisation :
    Paris 3e arrondissement - 16 rue de Michel-Le-Comte
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Le Tellier (non étudié)
    Illustration :
    Date portée (1731) sur l'angle coupé à droite de l'escalier. IVR11_20107500251NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Le Maistre puis de Ségur (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Le Maistre puis de Ségur (non étudié) Paris 7e arrondissement - 97 rue du Bac
    Historique :
    -Rachel de Meuvres lors de son mariage avec Pierre-Henry Le Maistre, fils d'un fermier général. La maison voisine au 99 fait partie du lot. Dans un premier temps, Le Maistre fait d'importants travaux au 99 puis est délivrée l'autorisation de poser un balcon sur la façade. C'est l'architecte Debias-Aubry qui fut location, le propriétaire habitant au 99. A sa mort, sa plus jeune fille Jeanne-Henriette Comtesse de Ségur en hérita d'où le nom traditionnel de l'hôtel. Le couple se réserva un appartement au 99 et loua tout le reste, comme en témoignent de nombreux baux. Après la Révolution, l'hôtel fut acquis en 1809 par le comte de Salm-Dyck qui y effectua d'importantes modifications, notamment dans leur appartement du
    Description :
    L'escalier donne sur le passage cocher à gauche en entrant. Il dessert deux étages carrés. Le vide central de forme carrée est important, le limon est en pierre puis en bois à partir du premier étage. La . Des feuilles d'eau en tôle sont fixées sur les côtés. Au delà du deuxième étage, la rampe a été
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Le Maistre puis de Ségur (non étudié)
    Illustration :
    Vue plongeante sur le vide central. IVR11_20107500330NUC4A Vue d'ensemble depuis le vestibule. On aperçoit le mascaron en tête d'Hercule au dessus de la porte Le premier palier avec alternance de petits panneaux à rosette et à palmette
  • rampe d'appui, escalier secondaire de l'hôtel de Rohan-Strasbourg, actuellement Archives Nationales (non étudié)
    rampe d'appui, escalier secondaire de l'hôtel de Rohan-Strasbourg, actuellement Archives Nationales (non étudié) Paris 3e arrondissement - 87 rue Vieille-du-Temple
    Historique :
    Cet hôtel particulier fut bâti entre 1705 et 1708 pour le Cardinal Armand Gaston Maximilien de . Les Archives nationales conservent le marché de serrurerie passé pour la rampe de l'escalier, daté du
    Description :
    Le bâtiment s'ouvre sur la rue Vieille-du-Temple par une cour en hémicycle et une porte cochère. La extrémités de la façade. Au rez-de-chaussée, le perron donne accès à un grand vestibule ovale qui s'ouvre à droite sur un spectaculaire escalier d'honneur démoli au XIXe siècle puis reconstitué dans les années 1930. Le second escalier, traité ici, est placé à gauche du vestibule. Plus petit et privé, il dessert trois (?) étages et particulièrement les appartements du prince. La rampe réalisée par le maître
    Annexe :
    Documentation - IM75000077 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE LE MOËL, Michel : L’architecture privée à
    Illustration :
    Détail d'un balustre dans la partie tournante avec le macle, armes des Rohan Détail des paneaux avec le macle, armes des Rohan. IVR11_20097500167NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Béthune-Charost, actuellement résidence de l'ambassadeur de Grande-Bretagne (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Béthune-Charost, actuellement résidence de l'ambassadeur de Grande-Bretagne (non étudié) Paris 8e arrondissement - 39 rue du Faubourg-Saint-Honoré
    Historique :
    , lieutenant général des armées du Roi. Le corps de logis principal entre cour et jardin, était relié à la rue
    Description :
    L'escalier d'honneur donne sur un large vestibule central. Du décor original subsiste la cage
    Illustration :
    La volée et le palier du premier étage. IVR11_20097501107NUC4A Le palier du premier étage. IVR11_20097501108NUC4A Le palier du premier étage se termine par une sorte de balcon arrondi en saillie Le vestibule et le départ de l'escalier. IVR11_20097501104NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Roquelaure, actuellement ministère de l'Ecologie (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Roquelaure, actuellement ministère de l'Ecologie (non étudié) Paris 7e arrondissement - 246 boulevard Saint-Germain
    Historique :
    -Germain marque le début de l'engouement pour ce quartier par la haute société. En 1711, le terrain fut
    Description :
    appartement situé à l'étage. Le modèle de la rampe fait référence à ceux de la fin du règne de Louis XIV : une enroulée sur elle-même amortit la rampe, une acanthe, fleur et feuille en forment l'ornement.
    Illustration :
    Vue plongeante sur le départ de l'escalier. IVR11_20097501058NUC4A Le départ de l'escalier. IVR11_20097501059NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier qui desservait probablement le second appartement privé du maréchal de La dernière volée et le palier supérieur. IVR11_20097501063NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Richelieu (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Richelieu (non étudié) Paris 3e arrondissement - 21 place des Vosges
    Historique :
    marquis de Vatan en 1630 puis par Armand Jean du Plessis, duc de Richelieu, le petit neveu du cardinal. En 1698 le duc fait moderniser son hôtel par l'architecte Dulin. La rampe est l'oeuvre des serruriers Gilles Bellin pour le châssis et Jean Boüet pour les panneaux. La famille de Richelieu conserva et
    Description :
    repose entièrement sur un mur d'échiffre. La baie entre le vestibule et l'escalier est ornée de deux L'escalier est placé dans le passage cocher à gauche en entrant. Il est précédé d'un vestibule et des rivets encore en place. L'ensemble est très proche des gravures publiées par le serrurier Vallée
    Illustration :
    Vue de l'escalier depuis le vestibule. IVR11_20107500220NUC4A Console placée dans l'ouverture entre le vestibule et l'escalier. Elle représente une tête Panneau et pilastre du palier. Le panneau avait des lambrequins qui ont disparu Pilastre de transition entre le rampant et le palier. IVR11_20107500230NUC4A Vue plongeante sur l'escalier depuis une galerie postérieure à celui-ci. IVR11_20107500231NUC4A Façade de l'hôtel sur la place des Vosges. IVR11_20107500219NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 1er arrondissement - 27 rue Danièle-Casanova
    Historique :
    retour d'équerre sur la cour. Elles se répondent symétriquement. Le grand appartement de l'étage est doté , et Elisabeth Françoise Landrin, son épouse. Le 27 fut délaissé par contrat de mariage à leur fille deux maisons sont constituées d'un corps de logis principal sur la rue, et d'un corps de logis en , sur la rue, d'un grand balcon soutenu par des consoles sculptées de têtes d'indiens d'Amérique.
    Description :
    Le grand escalier est situé à l'intersection des deux corps de logis, l'escalier est plus ample : la cage s'étire en longueur et le vide central est particulièrement étroit. De spacieux paliers l'arrière de la maison. La rampe qui s'élance sur trois étages est composée de panneaux rectangulaires de courbes s'étale autour d'un médaillon, qui enserrait autrefois le chiffre des propriétaires. Un cadre à onglets géométriques circonscrit le panneau.
    Illustration :
    Le départ de l'escalier et son mur d'échiffre. IVR11_20097500711NUC4A Le départ de la rampe est orné d'une console très élégante. IVR11_20097500712NUC4A Le départ de la rampe : on voit l'alternance de pilastres et de panneaux rectangulaires à médaillon La console de départ et le pilastre qui la jouxte. IVR11_20097500714NUC4A Le premier palier et la volée vers le second étage. IVR11_20097500717NUC4A Vue du vide central de l'escalier en plongée. on remarquera que le jour central s'élargit au fur et
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Villeroy, actuellement Ministère de l'Agriculture (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Villeroy, actuellement Ministère de l'Agriculture (non étudié) Paris 7e arrondissement - 78 rue de Varenne
    Historique :
    Hôtel construit par le financier Hogguer pour sa maîtresse Charlotte Desmares. La direction des financier, l'hôtel fut acquis par le duc de Villeroy en 1735. Des modifications furent introduites à l'hôtel par l'architecte Leroux. Pendant tout le 19e siècle, l'hôtel fut occupé par des ministères
    Description :
    La rampe est composée de panneaux allongés alternant avec des pilastres étroits. Le médaillon
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise depuis le second repos. IVR11_20097501019NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Brienne, actuellement Ministère de la défense (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Brienne, actuellement Ministère de la défense (non étudié) Paris 7e arrondissement - 14 rue Saint-Dominique
    Historique :
    L'hôtel a été construit en 1718 pour le président François Duret. La maison a été transformée en acheté par l'Etat en 1817 pour y établir le ministère de la guerre.
    Description :
    losanges curvilignes. La rampe est amortie par un simple enroulement de la rampe sur elle-même.
    Illustration :
    Le départ et la première volée. IVR11_20097500936NUC4A Le départ de l'escalier. IVR11_20097500937NUC4A
1