Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • stalles
    stalles Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Inscription gravée sur une miséricorde (coté sud, stalles basses, la 7e en partant de l'ouest
    Matériaux :
    chêne taillé décor en bas relief décor en haut relief
    Représentations :
    Les têtes d'ange des miséricordes sont de deux types : l'un, plus simple, est aussi le plus fréquent. Le lambris au-dessus des stalles est orné de panneaux moulurés encadrés de légers décors de fleurs, coquilles et entrelacs en bas-relief.
    Description :
    Les stalles occupent les trois premières travées du choeur (moins le passage permettant de au sud, compte 19 places. Dans la rangée basse, le côté sud présente 17 places et le côté nord, qui dignitaire, vers le sanctuaire. Au total, on a donc 71 stalles. Chaque stalle a deux accotoirs ornés d'un
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le choeur
    Dimension :
    : h = 430, l = 1300 environ. Dimensions des tuyaux de l'orgue de choeur visibles dans le lambris : h
    Illustration :
    Vue d'ensemble des stalles bordant le côté nord du choeur. IVR11_20087700214NUC4A Vue rapprochée des stalles bordant le côté nord du choeur, avec l'orgue de choeur Détail de la jouée nord-ouest (vue depuis le choeur). IVR11_20087700221NUC4A Les stalles bordant le côté nord du choeur, avec l'orgue de choeur, vues depuis le sud-ouest
  • chaire à prêcher
    chaire à prêcher Meaux -
    Historique :
    , vicaire de la cathédrale de 1824 à 1829. Le dorsal et l'abat-voix remploient pour leur part quatre
    Matériaux :
    bois taillé décor en bas relief décor en ronde-bosse
    Représentations :
    des Trinitaires (IM77000273) : de haut en bas, un buste d'apôtre en médaillon, un trophée d'éléments
    Description :
    La chaire est constituée d'une cuve à 6 pans ornée de 4 panneaux en bas relief, d'un dorsal également orné de 4 panneaux en bas relief et d'un abat-voix hexagonal. Ce dernier est couronné par la
    Dimension :
    d'un panneau de la cuve : la = 53, h = 125 cm. Dimensions des panneaux en remploi dans le dorsal : H
    Texte libre :
    La chaire installée dans le vaisseau central de la nef résulte d'un remontage. Elle comprend des
  • tableau : Crucifixion
    tableau : Crucifixion Chanteloup-les-Vignes
    Historique :
    Le tableau a été offert à la paroisse en 1750.
    Auteur :
    [d'après, peintre] Tintoretto, dit : le Tintoret
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • chaire à prêcher des Trinitaires
    chaire à prêcher des Trinitaires Meaux -
    Historique :
    La cuve résulte d'un remontage effectué dans le dernier quart du 19e siècle. On a alors remployé 2
    Matériaux :
    chêne taillé décor en bas relief
    Représentations :
    saint Jacques le Majeur, en médaillon, couronne, épée, bâton, gourde, église, décollation (IM77000272) : de haut en bas, un buste d'apôtre en médaillon, un trophée d'éléments symboliques et une vignette représentant une scène de la vie du saint. De droite à gauche, on trouve ainsi : saint Jacques le
    Description :
    La chaire est constituée d'une cuve à 6 pans ornée de 5 panneaux en bas relief. On accède à la cuve
    Illustration :
    au centre, le panneau de saint Jacques (panneau droit). IVR11_20087700551NUC4A Détail du panneau de saint Jacques : le "trophée" du saint (église, bourdon de pèlerin, épée) et le Détail du panneau de saint Philippe : le "trophée" du saint (dragon, livre, croix, lance ) et le Détail du panneau de saint Jean de Matha : le portrait du saint, en médaillon
  • abbaye Notre-Dame de Chaage
    abbaye Notre-Dame de Chaage Meaux - 20 rue de Chaage - - Cadastre : BW 242, 253
    Historique :
    Jean François Scellier pour former le bas-côté au sud de l'église. A la Révolution, l'ensemble abbatial reconstruite et consacrée en 1616. En 1781, la chapelle du Rosaire fut transformée par le maître-maçon meldois rachetés sur l'ordre de Mgr de Faudoas, évêque de Meaux. S'y installèrent le grand et le petit séminaire cloître dont le gros-oeuvre date probablement du début du XVIe siècle mais a été rhabillé au XVIIe siècle
    Précisions sur la protection :
    Chapelle inscrite en totalité y compris le décor intérieur par arrêté du 09 04 1998.
    Description :
    occupe une vaste parcelle aujourd'hui bordée par le chemin de fer, la rue de Chaageet la rue Georges abbatiaux sont quant à eux construits sur la partie orientale, le long de la rue de Chaage. Ils s'organisent salles de classes et le réfectoire. L'aile sud est formée par la chapelle du séminaire, en grande partie
    Illustration :
    Le sanctuaire de la chapelle du grand séminaire (état d'origine). Photographie ancienne. (Musée Photographie d'une autre oeuvre de l'architecte Henry Faucheur : le séminaire de Saint-Jean-les Vue panoramique de l'établissement et de ses abords, depuis le clocher de la cathédrale Chapelle de l'abbaye notre-Dame de Chaage. Vue perspective vers le choeur depuis la tribune Chapelle de l'abbaye notre-Dame de Chaage. Vue perspective vers le choeur. IVR11_20097700855NUC4A Chapelle de l'abbaye notre-Dame de Chaage. Vue perspective vers le choeur. IVR11_20097700856NUC4A Pot à feu déposé après le percement de la rue Georges lugol. Origine : Maison Navarre Pot à feu déposé après le percement de la rue Georges lugol. Origine : Maison Navarre
  • château de Villiers, actuellement bibliothèque municipale et centre culturel
    château de Villiers, actuellement bibliothèque municipale et centre culturel Draveil - Villiers - avenue de Villiers - en ville - Cadastre : 1983 AR 5, 76-79, 82, 100-104, 108, 109, 111, 113, 114, 116-120, 200, 296, 297, 299, 303-309 1983 BC 54, 211, 218, 234, 24, 260-262, 265, 266, 268-272, 276, 278
    Historique :
    construction du corps principal. Les ailes latérales plus basses qui relient le corps principal à ces pavillons Le fief de Villiers, qui appartient à l'abbaye de Saint-Victor de Paris depuis le milieu du XIIe château seigneurial de Draveil après son acquisition par le fermier général Marin de La Haye. En 1782 un ont été rajoutées vers 1789. L'allée des Tilleuls qui conduit au château a été plantée sous le règne de Louis XIV. Le parc, qui compte 6 ha au XVIIIe siècle, est réaménagé à l'anglaise au début du XIXe siècle par le botaniste André Thouin qui créée une grande prairie bordée d'un front boisé, puis réaménagé en 1900 par Edouard André. Le site a été classé le 18 mai 1942. Le domaine devient en 1954 la étages. En 1987 il est racheté par la commune, qui installe dans le château une bibliothèque municipale
    Description :
    Le château situé au fond de la cour d'honneur comprend un corps central en légère saillie, à trois représentant Cérès, déesse de l'agriculture et des moissons. Les pavillons d'entrée et le château, reliés par d'un pigeonnier). A l'est du château, un jardin aménagé dans le prolongement du parc comporte un plan
    Annexe :
    . Draveil, 150 W 12 : projet de création d’un centre aéré dans le parc par la SCIC, 1979, et cession de
    Illustration :
    L'allée des Tilleuls, site classé depuis le 18 mai 1942. Carte postale, vers 1930. (AD Essonne, 2 Sablière dans le parc. Carte postale, vers 1910. (Collection particulière) IVR11_20059100501XB Le château fermant la perspective de l'allée des Tilleuls. IVR11_20079100784XA La façade arrière du château et des communs, sur le parc. IVR11_20079100796XA Façade arrière du château : détail du fonton couronnant le corps central. Le groupe sculpté Le vestibule. Les boiseries autrefois blanc et or ont été recouvertes d'une peinture uniforme Grand salon : panneau placé au-dessus de la porte donnant sur le hall. IVR11_20079101080XA cour d'honneur et le jardin agrémenté d'un plan d'eau. IVR11_20079101056VA Bibliothèque ""néogothique"" faisant suite au grand salon et donnant sur le parc (côté ouest Boudoir situé dans le prolongement d'un petit salon faisant suite au grand salon, à l'angle du
  • église paroissiale Saint-Barthélemy
    église paroissiale Saint-Barthélemy Melun - place de la Préfecture - en ville - Cadastre : 1985 AH 244
    Historique :
    l'autorisation de rebâtir l'église et le presbytère. La reconstruction est lente : elle dure encore en 1610 , lorsque l'abbé de Saint-Père donne de l'argent et du bois pour le chantier. La nouvelle église n'est pas orientée : son portail se trouve au nord. En 1618, le maître maçon Claude Bourgeois passe marché pour refaire une chapelle du bas-côté donnant vers Saint-Père (vers l'ouest), avec une charpente en tuiles reconstruisent le clocher, pour 605 livres 8 sols 8 deniers. Ce clocher sert à la triangulation de la carte de Cassini. Il est aujourd'hui le seul vestige de l'église, tout le reste de l'édifice étant démoli en 1806 . Une importante restauration est menée sur le clocher en 1858.
    Description :
    De l'église Saint-Barthélemy ne subsiste plus que le clocher, haut de trois étages, et coiffé d'une
    Illustration :
    Le clocher Saint-Barthélemy et la place de la Préfecture, dessin, 19e siècle. Fusain, estompe et Le clocher, seul vestige de l'église, vu du sud, vers 1903. Carte postale. (Musée municipal de Le clocher, seul vestige de l'église, vers 1915. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv Le clocher, seul vestige de l'église, vu depuis le sud-ouest. IVR11_20037700339VA Le clocher de Saint-Barthélemy, vu depuis l'hôtel de la préfecture. IVR11_20057700010XA
  • pont routier dit Petit Pont de Meulan ou Pont aux Perches
    pont routier dit Petit Pont de Meulan ou Pont aux Perches Meulan - Cadastre : AE parcelle non cadastrée domaine public
    Historique :
    Dès avant le 10e siècle, un pont de bois reliait Meulan à l'actuelle Ile du Fort ; il était ans et des Guerres de religion, le pont dut constamment être réparé ; la seconde arche est décintrée remis en service pour éviter de dégrader davantage le pont. Au 18e siècle, les réparations s'accumulent ampleur voient le jour et sont réalisés lors des premières décennies du 19e siècle : le tablier est élargi , et le tablier de la première arche en bois est à nouveau réparé ; l'état de l'édifice ne s'améliore pas vraiment, d'autant plus que le Grand pont subit en même temps des travaux bien plus importants du tramway. Mais le Petit Pont échappe au dynamitage pendant la Seconde Guerre mondiale. Les berges
    Description :
    Le Petit Pont est composé de dix arches en maçonnerie, surmontées d'un tablier comprenant une
    Illustration :
    côté Meulan sont plus basses et d'un style différent des premières qui sont plus anciennes Première arche enjamant le fleuve vue depuis les quais de Meulan vers l'aval Partie latérale d'une pile en éperon vue depuis le pont vers l'amont. On aperçoit le parapet et le Partie supérieure d'une pile en éperon vue depuis le pont vers l'amont. IVR11_20117800263NUC4A Partie supérieure d'une pile en éperon vue depuis le pont vers l'amont. Une partie de l'ouvrage Crèche d'une pile vue depuis le pont vers l'aval. IVR11_20117800255NUC4A Meulan : ancien pont sur le bras de Meulan. IVR11_20117800123NUC4A Meulan : ancien pont sur le bras de Meulan. IVR11_20117800120NUC4A
  • fortification d'agglomération
    fortification d'agglomération Melun
    Historique :
    siècle, Philippe-Auguste ordonne le renforcement des fortifications, avec notamment la construction de ), Guillaume de Flamenville et maître Gautier pour le bourg qui se trouve au-delà du petit pont (= la paroisse IV en avril 1590. Les travaux continuent sous le règne de Louis XIII : en 1616-1619, une campagne est citadelle est en outre élevée à l'est, sur la colline de Vaux-le-Pénil, mais elle est détruite dès 1615 subsistent dans l'île et le quartier Saint-Aspais. Le tracé des fortifications se lit encore dans les
    Description :
    Le rempart du Bas-Empire, autour de l'île Saint-Etienne, est une fortification en pierre de petit
    Illustration :
    la ville depuis le nord-ouest, par Claude Chastillon. Début du XVIIe siècle. (BNF, Département des Plan de l'entrée de la ville de Melun depuis le pont St Lienne jusques à la porte St Jean. 1734 Poterne et abreuvoir aux chevaux au bas de la rue du Presbytère. Fusain et estompe sur papier bleu Vestiges du rempart, sur la rive sud de l'île Saint-Etienne, entre la collégiale Notre-Dame et le
1