Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 60 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • triptyque : le Christ en croix, saint Augustin et saint Nicolas
    triptyque : le Christ en croix, saint Augustin et saint Nicolas Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Représentations :
    Christ en croix ; saint Nicolas ; saint Augustin, enfant ; Panneau central : le Christ en croix , avec la ville de Jérusalem dans le fond. Panneau de droite : saint Nicolas. Panneau de gauche : saint
    Titre courant :
    triptyque : le Christ en croix, saint Augustin et saint Nicolas
    États conservations :
    Fissure verticale sur le volet central. Trou dans le panneau de gauche, près des mains de l'Enfant.
  • maison de campagne dite le Chapitre, 1-7 rue du Chapitre
    maison de campagne dite le Chapitre, 1-7 rue du Chapitre Chanteloup-les-Vignes - 1-7 rue du Chapitre - en ville - Cadastre : 1988 AN 174-191, 193-199, 767, 768
    Historique :
    de Monsieur, frère du roi. En 1749, comme le rapporte Roch Longé, elle appartient à Laurent Pécoule le curé de Jouy-le-Moutier. En 1821, la propriété, qui comprend des vignes, est aux mains de M. Pion
    Titre courant :
    maison de campagne dite le Chapitre, 1-7 rue du Chapitre
    Appellations :
    Le Chapitre
    Illustration :
    Plan sur le cadastre napoléonien. (AD Yvelines). IVR11_20087800595NUC2A
  • université de Marne-la-Vallée : Maison des étudiants
    université de Marne-la-Vallée : Maison des étudiants Champs-sur-Marne
    Historique :
    La ferme de la Haute-Maison était une ferme seigneuriale située sur la paroisse de Champs, mais relevant de la seigneurie de Noisy-le-Grand, qui appartenait aux moines de Saint-Martin-des-Champs à Paris l'Université Paris Est Marne-la-Vallée. L'aile sud du corps de ferme a fait l'objet d'une réhabilitation en Adrien Henocq. La partie nord très abîmée a été démolie pour accueillir le nouveau bâtiment de la
    Référence documentaire :
    l'étudiant à Champs-sur-Marne, une illustration par l'exemple. In Rénover, réutiliser, reconvertir le La maison de l'étudiant à Champs-sur-Marne, une illustration par l'exemple. In Rénover, réutiliser , reconvertir le patrimoine. Actes du colloque régional, 15-16 septembre 2014. HAGENMÜLLER, Odile. La maison de p. 87 ; p. 133 Histoire de Noisy-le-Grand, 1919 (rééd. 2005) MENTIENNE, Adrien. Histoire de Noisy -le-Grand. Domaine royal du temps des Mérovingiens, devenu ensuite sous la domination des moines Saint -Martin. Paris, Le livre d’histoire, 2005 (rééd. de l’ouvrage paru en 1919).
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - Cité Descartes - boulevard Descartes - en ville - Cadastre : 2007 AM 201
    Titre courant :
    université de Marne-la-Vallée : Maison des étudiants
    Appellations :
    Maison des étudiants de l'université de Marne-la-Vallée
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
    Illustration :
    L'ancienne ferme de la Haute-Maison, vue du sud-ouest. Au premier plan, le fossé entourant la ferme Vue de l'intérieur de l'ancienne cour de ferme, depuis le sud-est. IVR11_20157700296NUC4A
  • évêché, aujourd'hui musée Bossuet
    évêché, aujourd'hui musée Bossuet Meaux - 5 place Charles-de-Gaulle - - Cadastre : 2000 BT 67
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le palais épiscopal comprend des parties médiévales : les deux salles basses datent des années 1150 le jardin est dessiné vers 1643-1644. En 1927, le palais épiscopal est transformé en musée municipal.
    Précisions sur la protection :
    suivante. Le pavillon Bossuet, sur la terrasse nord du jardin de l'évêché, près de la tour est de Le palais épiscopal fait partie de la liste des édifices classés établie en 1862. Cette protection servant de soutènement à la terrasse du jardin de l'évêché : classement par arrêté du 15 juin 1910 - Le palais épiscopal ; les bâtiments et éléments suivants en dépendant : portail d'entrée sur la place, sol pavé de la cour, façades et toitures de la porterie et des anciens communs, bâtiment dit le Vieux
    Description :
    "salle du synode" et aux appartements de l'évêque au premier étage. Dans le prolongement de ce corps de cocher qui donne sur une petite cour, bordée au nord (côté jardin) par une galerie. Par ailleurs, une aile de communs s'étend entre l'ancien évêché et le parvis de la cathédrale.
    Annexe :
    V 23 à 25 : travaux sur le palais épiscopal dans la première moitié du XIXe siècle. Médiathèque historique et descriptive sur la cathédrale de Meaux [avec l’évêché et le séminaire], Meaux : A. Le Blondel Dominique Séguier à Antoine Amelot, maître juré du roi ès œuvres de maçonnerie, sur son palais épiscopal architectes des Monuments historiques (Creuzot, Berry, Rochette) de 1950 à 1987. A.D. Seine-et-Marne : - B . 99-100, p. 125. ALLOU (Auguste), La cathédrale et le palais épiscopal de Meaux, Meaux : Le Blondel , 1884. ASSELINEAU (Georges), « Mémoire sur l’histoire et les antiquités du diocèse de Meaux par François . 179-180. AUFAUVRE (Amédée) et FICHOT (Charles), Les monuments de Seine-et-Marne, Paris, 1858, p. 161 . BAUCHET (Olivier), COUTURIER (David), FÖRSTEL (Judith), GALFO (Ludovic), MAGNAN (Danielle), « Le palais diocèse de Meaux, 10e année, 1959, p. 462-464 [sur la chapelle]. COUTURIER (David), Salles basses (Thierry), Recherches sur les palais épiscopaux en France au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècle) d’après divers
    Texte libre :
    Le Musée Bossuet constitue un remarquable exemple de palais épiscopal remontant en grande partie à canonial, a permis de le doter d'un jardin qui est le plus vaste existant au sein de la ville fortifiée.
    Illustration :
    Façade sud (sur cour) : vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR11_20097700169NUC4A Façade sud (sur cour) : vue d'ensemble du corps principal, depuis le sud-ouest Façade sud (sur cour) : vue d'ensemble du corps principal, depuis le sud-est Façade sud (sur cour) : vue d'ensemble, depuis le sud-est. Au premier plan, la chapelle épiscopale sur le mur pignon est de l'évêché. IVR11_20097701685NUC4A Vue panoramique sur le jardin de l'évêché, depuis le premier étage. IVR11_20127700697NUC4A Vue sur le jardin de l'évêché, depuis le premier étage. IVR11_20127700696NUC4A Vue sur le jardin de l'évêché, depuis le premier étage. Au premier plan, un garde-corps en fer Une allée du jardin de l'évêché, donnant sur le transept de la cathédrale. IVR11_20097700180NUC4A Le jardin en terrasse aménagé sur le rempart du Bas Empire par l'évêque Dominique de Ligny : vue
  • hôtel dit 'la Grande Maison'
    hôtel dit 'la Grande Maison' Meaux - rue Cornillon 80-84 quai Sadi-Carnot - - Cadastre : 2014 BN 56-57
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    siècle. Sur le côté oriental, aux n° 80 et 84 du quai Sadi Carnot, furent élevées dans le 4e quart du 19e siècle deux maisons jumelles qui encadraient l'ancien portail de la "Grande Maison". Au n°84, le mur
    Texte libre :
    La plupart des hôtels particuliers de Meaux ont été édifiés sur la rive droite de la Marne, mais le
    Illustration :
    Vue d'ensemble des deux maisons construites au 19e siècle sur le quai Sadi-Carnot, depuis le nord
  • statue : saint Fiacre
    statue : saint Fiacre Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    inscription sur socle indépendant
    Référence documentaire :
    CAOA Seine-et-Marne. Dossier de restauration des statues de saint Roch et saint Fiacre, 1998 . Archives de la Conservation des antiquités et objets d'art de Seine-et-Marne. Dossier de restauration des
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral nord du choeur
    Dimension :
    h = 105 (sans le socle) ; la = 41 ; pr = 40.
    États conservations :
    Oeuvre restaurée en 1998 par Laurence Chicoineau, et placée sur un nouveau socle en 2001 . Nombreuses attaques d'insectes. Le saint n'a plus son attribut.
    Texte libre :
    Dans la chapelle Saint-Eloi, aménagée dans le collatéral nord du choeur, se trouvent deux statues
    Illustration :
    Vue de détail : le visage. IVR11_20087700144NUC4A
  • ensemble de deux tableaux : Martyre de saint André
    ensemble de deux tableaux : Martyre de saint André Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Représentations :
    L'un des tableaux représente saint André conduit au supplice : il se prosterne devant la croix sur pour être flagellé (copie d'après le Dominiquin).
    Emplacement dans l'édifice :
    sur le mur ouest
    Texte libre :
    chapelle Saint-André au couvent de Saint-Grégoire de Rome : la "Flagellation de saint André", peinte par le
    Illustration :
    "La Flagellation de saint André" , détail de la partie droite : le saint et ses bourreaux, et le "La Flagellation de saint André", détail de la partie droite : le public à l'arrière-plan "La Flagellation de saint André", détail de la partie gauche : un soldat romain écarte le public. A l'arrière-plan, le proconsul ordonne le supplice. Au fond, paysage de ville antique. IVR11_20107700169NUC4A "Saint André conduit au supplice", détail de la partie droite : le public et les soldats "Saint André conduit au supplice", détail de la partie droite : le début du cortège "Saint André conduit au supplice", détail de la partie droite : le début du cortège (vue rapprochée "Saint André conduit au supplice", détail de la partie centrale : le public et le paysage, dans le
  • ville de Meaux
    ville de Meaux Meaux
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    implanté de l'autre côté de la Marne, sur le site de La Bauve. A la fin de l'Antiquité, la ville s'est La ville antique, "civitas" des Meldes, s'est développée dans le méandre de la Marne, qui était -Etienne. Au Moyen Âge, cette zone est désignée sous le nom de "Ville", par opposition au "Marché" sur l'autre rive de la Marne. A l'époque carolingienne, Meaux est le chef-lieu d'un comté. Au Xe siècle le que de grands édifices : chapelles, temple, théâtre, écoles, hôtel de ville, hôpital... Sur le plan urbanistique, Meaux connaît aussi d'importantes transformations : des quais sont aménagés le long de la Marne plus allongé qu'aujourd'hui : le cours de la rivière correspondait à l'actuel Brasset. De nombreux vestiges antiques ont donc été retrouvés dans le faubourg Saint-Faron. Un lieu de culte était d'autre part debout, le long du boulevard Jean-Rose. C'est au sein de ce "castrum" que se trouve la cathédrale Saint comte de Meaux devient aussi comte de Troyes : c'est le noyau d'une importante principauté qui connaît
    Description :
    , le pont Jean-Bureau et le pont Foch. Sur la rive droite, qui abrite la plus grande partie de la La ville de Meaux se situe dans un territoire en cuvette, parcouru par la Marne. La ville s'étend s'étend le "Marché", dont la fonction commerciale, attestée depuis le XIIIe siècle, est toujours cathédrale qui s'élève au sommet du coteau. Les deux quartiers ont longtemps été reliés par un seul pont, le "pont du Marché", jusqu'à la construction de trois nouveaux ponts routiers au XXe siècle : le pont Neuf , Saint-Faron au nord, Saint-Nicolas à l'est. Le faubourg Saint-Rémy a été en grande partie englobé dans la "Ville" à la fin du Moyen Âge. Il a accueilli la gare au milieu du XIXe siècle. Le faubourg Saint "Ville" jusqu'au XIXe siècle. En 1849, le tracé du chemin de fer l'a coupé en deux parties : au nord, la ce secteur reste encore non construite, le long du Brasset. Au sud en revanche, le faubourg fait l'objet de nombreuses constructions d'immeubles et surtout de maisons durant tout le XIXe siècle, avec
    Illustration :
    droite : les moulins de l'Echelle sur la Marne, à gauche : le séminaire et la cathédrale. Lithographie l'arrière, le chemin de fer. Plus au fond, à droite : les moulins de l'Echelle sur la Marne, à gauche : le et le quartier de la "Ville", sur la rive droite de la Marne. IVR11_20127701194NUC4A Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : la Marne et le quartier de la "Ville", sur la rive de la Marne, avec le quai Jacques-Prévert (à droite) et le port de plaisance, sur la rive du quartier Vue sur la Marne, ses quais et la cathédrale, depuis le Pont Neuf. IVR11_20117701006NUC4A Le plan d'intendance de Meaux. Papier aquarellé, fin des années 1780. (AD Seine-et-Marne. 1 C 47/7 Panorama sur la ville, depuis les bords de Marne à l'ouest. La gravure mentionne notamment l'ancien Panorama sur la ville, depuis les bords de Marne au sud-est. Gravure, 1ere moitié du 19e siècle avec la cathédrale et le château. Gravure, 1828. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne
  • crucifix
    crucifix Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Description :
    Le corps du Christ, taillé dans une essence de couleur claire (du buis?), est fixé sur une croix de
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le Vieux-Chapitre
  • ensemble cathédral
    ensemble cathédral Meaux - - Cadastre : 2014 BT L'ensemble cathédral s'étend sur les parcelles : BS 62-64, 82, 84-90, 92-102, BT 48-112.
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Desbordes sous le choeœur de la cathédrale gothique. L'ensemble cathédral, tel qu'il se présente aujourd'hui , remonte aux 12e et 13e siècles : le palais épiscopal comporte des salles et une chapelle datant des années 1150-1170, la cathédrale fut mise en chantier dans le dernier quart du 12e siècle et le "Vieux Chapitre " fut construit pour le chapitre cathédral vers le début du 13e siècle. Les liaisons entre les même que, peu après, le "bâtiment de la maîtrise" qui faisait face au Vieux Chapitre, permettant ainsi le dégagement d'une vaste cour d'honneur bordée par l'ensemble cathédral ; de ces dépendances, seule a subsisté une petite chapelle du 13e siècle connue sous le nom de "chapelle des catéchismes" ou, au passerelle à pan de bois qui relie le Vieux Chapitre à la cathédrale ne date que des années 1930. Quant au
    Précisions sur la protection :
    La cathédrale fait partie de la liste de 1840. Le palais épiscopal et le Vieux Chapitre sont également classés au titre des Monuments historiques (voir les dossiers IA77000615 et 616). Le reste de
    Description :
    : au nord de la cathédrale Saint-Etienne proprement dite (dossier IA77000614), se trouvent en effet le IA77000617) doté d'un bâtiment officiel connu sous le nom de "Vieux Chapitre" (dossier IA77000616). Seul gestion de cet établissement avait été transférée du chapitre aux Trinitaires dès le XIIIe siècle
    Localisation :
    Meaux - - Cadastre : 2014 BT L'ensemble cathédral s'étend sur les parcelles : BS 62-64, 82, 84-90
    Illustration :
    Vue de l'ensemble cathédral, depuis l'ouest : à gauche, la chapelle des catéchismes. Au fond, le Vieux-Chapitre. A droite, la cathédrale et le puits de la cour de l'évêché. Gravure d'André Hébuterne . Gravure. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne) IVR11_19807700035Z Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : la façade nord de la cathédrale, le Vieux Chapitre Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le Vieux Chapitre et le côté nord du transept et Vue de l'ancien évêché et de la chapelle des catéchismes, depuis le chevet de la cathédrale La "chapelle des catéchismes" et le palais épiscopal. IVR11_20097700179NUC4A La "chapelle des catéchismes", vue depuis le sud-ouest. IVR11_20147700212NUC4A Le flanc nord de la cathédrale (à droite), le Vieux-Chapitre (au fond), la "chapelle des catéchismes" et le puits de l'évêché (à gauche), encadrent une vaste cour accueillant aujourd'hui le spectacle
  • statue : Christ en croix
    statue : Christ en croix Meaux - 18 avenue Henri Dunant -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le crucifix appartenait à un curé de la paroisse avant d'être installé dans l'église.
    Description :
    Christ en bois sculpté et fixé sur une croix refaite.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le choeur
    États conservations :
    Le Christ est fixé sur une croix moderne.
    Illustration :
    Crucifix en bois sculpté installé dans le choeur. IVR11_20117701066NUC4A
  • colonne
    colonne Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Dimension :
    h = 141 ; d = 37 (dimensions sans le socle)
  • Tableau : les Hébreux dans la fournaise
    Tableau : les Hébreux dans la fournaise Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Représentations :
    Trois Hébreux dans la fournaise ; Le roi Nabuchodonosor, à cheval, vient constater que les trois bourreaux sont brûlés par le feu jailli de la fournaise.
    Emplacement dans l'édifice :
    sur le mur de l'ancien trésor
    Dimension :
    h = 114; la = 112 (dimensions hors cadre. Le cadre = 12 cm)
  • hôtel-Dieu
    hôtel-Dieu Meaux - 2-14 rue Martimprey 1-23 rue Saint-Remy 1-7 rue des Vieux-Moulins - - Cadastre : 2000 BR 28-31, 34, 51, 54-58, 128-129, 138, 146-148, 163-167
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le grand hôtel-Dieu faisait initialement partie de l'ensemble canonial lié à la cathédrale, mais , le chapitre unit la cure de Saint-Remy à cet hôtel-Dieu, qui disposait ainsi d'un lieu pour les en pierre et des devises pieuses peintes sur les murs (décor aujourd'hui disparu). Son emprise est Saint-Remy) construits par l'entrepreneur meldois Barigny vers 1845. Derrière le portail du n°13, le rez
    Description :
    s'appuyant sur le "castrum" antique, se trouvait la grande "salle des hommes". La "salle des femmes", plus chapelle, le long de la rue Saint-Remy (aujorud'hui détruite). Perpendiculaire à cette chapelle, et petite, était orientée perpendiculairement à la salle des hommes et aboutissait sur la rue des Vieux
    Illustration :
    Vesseron [ancien hôtel-Dieu ; 1847]. Encre sur papier. (AD Seine-et-Marne. 4 Op 284/6 Vue panoramique sur le site de l'ancien hôtel-Dieu (converti en maisons d'habitation), depuis le Elévation sur la rue des Vieux-Moulins d'un vestige de l'hôtel-Dieu, abritant jadis la "salle des Eléments de l'apothicairerie de l'hôtel-Dieu (inaugurée le 9 août 1719), mis en dépôt au Musée
  • statue : saint Roch
    statue : saint Roch Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    inscription sur socle indépendant
    Référence documentaire :
    CAOA Seine-et-Marne. Dossier de restauration des statues de saint Roch et saint Fiacre, 1998 . Archives de la Conservation des antiquités et objets d'art de Seine-et-Marne. Dossier de restauration des
    Représentations :
    ses pieds s'est couché le chien qui l'a nourri, tenant dans sa gueule un pain. Le saint porte une
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral nord du choeur
    États conservations :
    Oeuvre restaurée en 1998 par Laurence Chicoineau et placée sur un nouveau socle en 2001. Manque la
    Texte libre :
    Dans la chapelle Saint-Eloi, aménagée dans le collatéral nord du choeur, se trouvent deux statues
  • hôtel des Cens
    hôtel des Cens Melun - 16 rue Paul-Doumer - en ville - Cadastre : 1985 AS 214
    Historique :
    Au Moyen Age, l'hôtel des Cens est le lieu où sont versées à l'abbaye de Saint-Denis-en-France les l'hôtel au bourgeois melunais Jehan Regnault. Ce dernier le fait reconstruire, sans doute au début du 16e sa propriété au nord, et le transforme en jardin. En 1744, l'hôtel est vendu à Louis de Regnier de de murs) pour permettre la construction de l'hôtel de ville sur les plans de J.-J. Gilson (1846-1848).
    Description :
    L'hôtel des Cens se composait d'un corps de logis entre cour et jardin. Le corps de logis, orienté la tourelle circulaire a été préservée. Le côté oriental de la cour était bordé par une galerie -d’œuvre, en vis, dans une tour carrée. Le côté sud de la cour était séparé de la rue aux Oignons (actuelle rue Paul-Doumer) par un corps de bâtiment percé d'une porte cochère. Le côté ouest de la cour
    Illustration :
    Dessin du portail ouvrant sur la rue. (BNF, Département des estampes. Topo Va Seine-et-Marne La galerie de l'hôtel des Cens. (BNF, Département des estampes. Topo Va Seine-et-Marne La cour de l'hôtel des Cens en 1830. Fusain et estompe sur papier. (Musée municipal de Melun. inv
  • couvent de la Visitation, aujourd'hui école Sainte-Marie
    couvent de la Visitation, aujourd'hui école Sainte-Marie Meaux - 54 rue Alfred-Maury - - Cadastre : BW 439
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Châage, dans une maison particulière. En 1634-1635 fut édifié dans l'enclos un grand corps de logis, sur d'Atilly (1637-1644), lui fut adjointe une aile orientale dans laquelle on établit la chapelle et le ch persister jusqu'à la Révolution. Le cloître fut complété par une aile occidentale (1678) et une simple couvent comme bien national. Bien que la construction de cette aile orientale ne soit pas documentée, le porche et le bâtiment voisin, qui semble avoir abrité les cellules des soeurs, sont stylistiquement datable du XVIIIe siècle. En 1874, l'évêque de Meaux Mgr Allou acheta le domaine pour y installer le
    Description :
    plus récents. Le plus important est l'édifice au centre du domaine, construit en 1887 (date portée sur Le long de rue de Chaâge s'élèvent les bâtiments les plus anciens, construits pour les Visitandines du XIXe siècle) donne accès au domaine. Dans son prolongement au nord, le long de la rue de Chaâge est couvert en ardoise, avec un toit à longs pans. Sa façade sur rue est sans ornement, mais sa façade sur jardin, à l'ouest, se signale par son enduit imitation brique et pierre et par son fronton bicolores formant bandeau et corniche, plus étoffé sur l'avant-corps central dont il souligne les angles et surtout la travée centrale. Les vantaux de la porte centrale portent le chiffre "VSM" (Visitation Sainte Meaux. Le bâtiment est couvert en ardoise, par un toit à croupe brisée. A l'arrière se trouve la niveau, avec des baies en tiers-point. Le toit, en ardoise, est à longs pans, pignon découvert. Les Vierge Marie, bénie le 8 décembre 1882 par Mgr de Briey. Au nord se trouvent des terrains de sport
    Illustration :
    Le porche d'entrée, sur la rue de Châage. IVR11_20137700250NUC4A Le bâtiment du XVIIIe siècle : façade occidentale (sur jardin). IVR11_20127700896NUC4A Carte postale, vers 1900 : vue intérieure de la chapelle, avec son vitrail. (AD Seine-et-Marne. 2 Vue panoramique de l'école et de ses abords, depuis le clocher de la cathédrale La façade du bâtiment du XVIIIe siècle, le long de la rue de Châage. IVR11_20137700251NUC4A Elévation sud (sur jardin) du corps de bâtiment principal, achevé en 1887. IVR11_20127700879NUC4A sur la ferronnerie de l'imposte. Au-dessus, armes du cardinal de Briey, évêque de Meaux de 1884 à 1909 Le corps de bâtiment principal (1887), vu du sud-est. IVR11_20127700881NUC4A Le corps de bâtiment principal (1887) et la chapelle, vus du nord-ouest. IVR11_20127700883NUC4A Le mobilier néo-gothique de la chapelle : fauteuil de célébrant. IVR11_20127700889NUC4A
  • ville de Melun
    ville de Melun Melun
    Historique :
    Seine à l'époque gallo-romaine. Vers le 5ème siècle, la ville se replie dans le castrum établi sur l'île Saint-Etienne. Au Moyen Age, l'habitat se développe sur la rive droite (paroisse Saint-Aspais). Dès le Oppidum de la cité des Sénons à l'époque celte, Melun se développe surtout sur la rive sud de la protègent la ville jusqu'au 18e siècle. Des faubourgs se développent au-delà de cette enceinte sur la rive droite. Du 15e au 18e siècle, Melun joue surtout le rôle d'une ville administrative de moyenne importance , qui accueille de nombreux couvents au 17e siècle, dans le cadre de la Contre-Réforme. Son choix comme chef-lieu du département de Seine-et-Marne en 1790 renforce ses fonctions administratives et induit un
    Description :
    permet de franchir plus facilement le fleuve. La topographie définit donc trois zones dans la ville l'est par l'Almont (petit affluent de la Seine). Le territoire communal est aujourd'hui presque
    Illustration :
    ""maison de la Santé"", sur le quai des Fourneaux, lieu d'isolement des victimes d'épidémies. Huile sur Plan de Melun en 1760, dressé par le voyer municipal Padrona. Encre et crayon de couleur sur calque Projet (non réalisé) de pont à une seule arche, sur le grand bras de la Seine : vue d'ensemble. On Plan de Melun en 1810, dressé par le voyer municipal Padrona. Encre et crayon de couleur sur calque Vénus s'appuyant sur un autel, sur l'une des 4 faces du pilier découvert en 1864 en remploi dans le Apollon tenant sa lyre, sur l'une des 4 faces du pilier découvert en 1864 en remploi dans le Fouilles archéologiques sur le chantier de la médiathèque : le castrum du Bas-Empire, vue Fouilles archéologiques sur le chantier de la médiathèque : le castrum du Bas-Empire, colonne en Fouilles archéologiques sur le chantier de la médiathèque : le castrum du Bas-Empire, parement Vue de Melun depuis le chemin de Vaux, entre 1824 et 1868. Huile sur toile. (Musée municipal de
  • faubourg Saint-Nicolas
    faubourg Saint-Nicolas Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    par le Brasset, petit affluent de la Marne, couvert au XIXe siècle. A la jointure entre la ville au XVIIIe siècle sur l'emplacement de la "butte des Cordeliers" (dossier IA77000832). Le centre Le faubourg Saint-Nicolas s'étend à l'est des fortifications qui enserraient la ville ancienne , dont le tracé suit le cours Raoult et le boulevard Jean Rose. Il s'est constitué au pied du promontoire de la cathédrale, le long de la rue du Faubourg-Saint-Nicolas (ancienne "route d'Allemagne"), qui ancienne et le faubourg s'étend en outre une des principales places de Meaux, la place Henri IV, aménagée originel du faubourg était le prieuré Sainte-Céline, qui servait aussi d'église paroissiale aux habitants sous le vocable de Saint-Nicolas ; mais ce prieuré, qui se situait près du temple actuel, a été détruit maraîchères (fruits et légumes variés). Les matrices cadastrales viennent confirmer cette image. Le faubourg a
    Description :
    IV et le cours Raoult. De son passé maraîcher, ce quartier conserve des jardins en coeur d'îlotet des sentes les desservant. L'habitat ancien est aligné le long des rues principales, et aussi regroupé autour
    Illustration :
    Vue panoramique sur le faubourg Saint-Nicolas, depuis le clocher de la cathédrale : au premier plan Vue panoramique sur l'ensemble du faubourg, prise du sud, depuis un ballon captif. En bas à gauche , le Cours Raoult marque la limite entre le faubourg et la "Ville". Au-dessus, la place Henri IV, avec la place. Le bâtiment blanc, au centre de la photo, est l'église paroissiale Saint-Nicolas. L'axe visible au premier plan au centre est la rue des Béguines, avec à droite le couvent des Augustines et sa Le cours Raoult et la place Henri IV, limite entre le quartier de la "Ville" (à droite) et le , le toit de l'ancien théâtre et la place Henri IV. Au second plan au centre, la façade et le clocher avant le carrefour avec la rue de la Crèche). Vue prise vers l'est. IVR11_20097700071NUC4A d'anciennes auberges, installées le long de la "route d'Allemagne". IVR11_20127700839NUC4A Puits et auges, devant une petite maison au 40B Croix-Saint-Loup : vue d'ensemble, depuis le nord
  • statue : l'Hiver
    statue : l'Hiver Melun - 12 rue Saints-Pères (des) - en ville
    Historique :
    château de Roissy-en-Brie. Acquise par le conseil général de Seine-et-Marne, elle a été placée dans les
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le parc sur la terrasse en hémicycle
    Illustration :
    Vue d'ensemble, avec le piédestal. IVR11_20057700444XA Vue latérale (avec dans le fond, la statue de la Pureté). IVR11_20057700446XA
1 2 3 Suivant