Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Collégiale Notre-Dame
    Collégiale Notre-Dame Mantes-la-Jolie - place de l' Etape - en ville - Cadastre : 2014 AB 225
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    ses architectes, un crédit de 10 000 francs ayant été alloué par l’État. L’architecte local qui dirige Il existait à Mantes une église Notre-Dame qui fut cédée par le comte Simon à l'abbé de Cluny vers utilisable puisqu'on y célébra la messe pour les habitants de la paroisse de Saint-Maclou jusqu'au rétablissement de cette dernière église. Il est à noter que la Confrérie de l'Assomption de la Vierge avait son siège à Notre-Dame depuis le règne de Robert-le-Pieux (996-1031). C'est parmi cette confrérie que furent nommés les pairs lors de l'octroi de la charte de commune par Louis VI vers 1110. La proximité avec le pouvoir royal est encore attestée par le fait que l'abbé de Mantes fut à plusieurs reprises un fils de France. Vers 1138, c'est Henri, fils du roi Louis VI, puis lui succède son frère Philippe. Cette proximité est importante pour comprendre l'ampleur de l'édifice, dénotant des ambitions et des moyens. En l’absence de sources, la chronologie des travaux de construction ne peut être dressée que par analogies avec
    Référence documentaire :
    BONY, Jean, "La collégiale de Mantes", in : Congrès archéologique de France, CIVe session Paris Mantes médiévale. La collégiale au cœur de la ville. Paris, Somogy. 2000. Rochette J.C.,Contrat d’étude pour la restauration générale de l’édifice, Tapuscrit, 1989 La collégiale Notre-Dame de Mantes. Milieu XIIe -début XIIIe HUON, Marie, La collégiale Notre -Dame de Mantes. Milieu XIIe -début XIIIe. Mémoire de master 2 sous la direction de Dany Sandron , Université de Paris IV-Sorbonne. Juin 2016 Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 Lachiver , Marcel, Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792, Meulan
    Description :
    La collégiale est un édifice de plan simple à nef centrale et bas-côtés sans transept. Son élévation est à trois niveaux avec un étage intermédiaire de tribunes. Les voûtes supérieures de la nef sont chapelles plus la sacristie, dont la plus importante est la chapelle dite de Navarre. Cet état actuel ne correspond pas au parti d'origine qui, très proche de la cathédrale de Senlis,n'avait pas de chapelles rayonnantes. Celles-ci ont été ajoutées postérieurement. L'élément le plus original de l'église est le mode de voûtement originel des tribunes (des berceaux transversaux) et leur éclairage par de grands oculi. Ces correspondent sont composées de deux lancettes surmontées d'un oculus polylobé. La circulation au niveau des les berceaux transversaux et un passage existe au pied du triplet de la façade occidentale. Les tours de la façade sont aujourd'hui identiques. Mais la tour nord de 1492 était beaucoup plus massive. Elle a été reconstruite à l'identique de la tour sud en 1855 et l'arcature supérieure ajoutée.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place de l' Etape - en ville - Cadastre : 2014 AB 225
    Annexe :
    Etapes de la construction de la collégiale Les grandes étapes de la construction de la collégiale sol. (vers 1140-1145), Parties basses de la façade occidentale jusqu'au sol des tribunes, Mise en premières travées) avec des voûtes en berceaux transversaux et des murs très minces 4°) Couvrement de l'abside et des deux dernières travées doubles de la nef (entre 1190 et 1200) Intervention du troisième maître d’œuvre 5°) Achèvement des deux premières travées des tribunes (1200) 6°) Achèvement de la façade occidentale (après 1215) 7°) Mise en place des deux tours de façade vers 1240 Modifications ultérieures Adjonction de la sacristie Ajout des cinq chapelles rayonnantes (1265-1280) Chapelle de Navarre (1313 ) Portail des Echevins (vers 1320) Fortification de la collégiale Création par Charles de Navarre d'une clôture, porte et pont-levis, creusement de puits, construction de moulins à bras et de fours dans la collégiale en 1351 Effacement du "fort Notre-Dame" en 1432-1450 Tour Nord Reconstruite de 1492 à 1508
    Texte libre :
    Même si sa ressemblance avec Notre-Dame de Paris est le fruit d'une intervention des restaurateurs du XIXe siècle, la collégiale de Mantes n'est pas moins un monument insigne, symbole du passé royal de la ville.
    Illustration :
    La chapelle du Sacré-Coeur de la collégiale. Carte postale (Région Ile-de-France, fonds CREDOP La collégiale et les maisons du quai. Carte postale. (Région Ile-de-France, fonds CREDOP La collégiale, le pont et l'entrée de ville. Carte postale. (Région Ile-de-France, fonds CREDOP Vue d'ensemble de la façade nord prise depuis l'île aux Dames. IVR11_20157800186NUC4A La collégiale émergeant des arbres de l'île aux Dames. IVR11_20157800189NUC4A Le chevet de la collégiale vue depuis l'île aux Dames. IVR11_20157800190NUC4A Les tours et la toiture de la collégiale prise depuis l'île aux Dames. IVR11_20157800191NUC4A Relevé Monuments Historiques. A. Durand (1851). Vue extérieure de la façade Nord nord avant les changements exécutés au XIXe. Relevé Monuments historiques de M. Simil Relevé Th. King (1919). Plan. Congrès Archéologique de 1919 IVR11_19927800702P
  • Porte aux prêtres
    Porte aux prêtres Mantes-la-Jolie - quai des Cordeliers - en ville - Cadastre : 2014 ab 155
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    siècle. Il en restitue l'élévation (pl.28). Selon lui elle était surmontée d'un chemin de ronde avec dans le courant du 13e siècle. Elle permettait aux habitants de rejoindre le fleuve, comme les deux autres poternes, la porte des Ormeteaux (ou du Milieu ou à l’Eslo) et la porte Baudet (ou de la défensif était constitué des mâchicoulis qui sont encore en place. Ce qui a sauvé la porte aux Prêtres de de 1900 qu’elle a été transformée par l’adjonction d’un décor en bois lui conférant un air néo
    Référence documentaire :
    De Charlemagne à Henri IV, l'essor d'une ville médiévale DUFAY, Bruno, "De Charlemagne à Henri IV , l'essor d'une ville médiévale", in : Mantes médiévale, la collégiale au cœur de la ville, Paris, Somogy p. 34-35 Les fortifications de Mantes depuis l'origine jusqu'au XVIe siècle SAINTIER, Eugène, Les fortifications de Mantes depuis l'origine jusqu'au XVIe siècle, Mantes, 1925
    Précisions sur la protection :
    Les parties anciennes de la poterne dite Porte aux Prêtres (cad. B 31p) : inscription par arrêté du
    Dénominations :
    porte de ville
    Murs :
    calcaire pierre de taille bois pan de bois
    Description :
    considérablement réduite lorsque le niveau du quai des Cordeliers a été surélevé en 1845. Les mâchicoulis de pierre ont été intégrés dans une façade pittoresque en pan-de-bois reposant en partie sur des aisseliers qui cintre surmonte l'ensemble. L'étage de la façade arrière est en pan-de-bois. L'étage de comble comporte
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    On aperçoit l'emplacement de la porte sur ce plan dressé au XVIe siècle. (AM Mantes-la-Jolie 1Fi 44 Carte postale montrant un détail de la porte. Elle n'est pas encore transformée par des pans-de Carte postale montrant la porte du côté de la ville. IVR11_19777800500X Carte postale montrant la façade arrière de la porte. IVR11_20157800068X Vue de la porte. (Fonds Bertin) IVR11_20177800628NUC2B Vue d'ensemble de la porte aux Prêtres du côté de la ville en 1977. IVR11_19777800729X Carte postale montrant la porte du côté de la Seine. IVR11_19777800495X Vue de la façade sur le quai des Cordeliers en 1977. IVR11_19777800730X Vue de la porte aux prêtres en 1977. IVR11_19777800529X Vue d'ensemble de la porte aux Prêtres et de la maison dans laquelle elle est insérée
1