Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • verrières de la gare Saint-Lazare
    verrières de la gare Saint-Lazare Paris 8e arrondissement - 13 rue d' Amsterdam - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Ministère de la culture
    Contributeur :
    Redacteur de Finance Laurence
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant l'auteur : verrière n°2, quai transversal, signature de Sarteur (cartonnier
    Historique :
    Les parties les plus anciennes de la gare Saint-Lazare actuelle datent de sa reconstruction par l'architecte Juste Lisch en 1889. On doit au Directeur général des chemins de fer de l' Etat, Raoul Dautry, son agrandissement et l' aménagement de la salle des Pas-perdus vers 1928-1930. Les verrières ont toutes été ), ingénieur de la Compagnie des chemins de fer de l' Ouest, connu pour ses talents de peintre, et en grande partie selon ses compositions. A partir de 1927, Sarteur travaille en effet au chantier de rénovation la gare et notamment à l' embellissement et à la modernisation de la salle des Pas-perdus. L'exécution des verrières, gravées au jet de sable puis peintes à froid, a été confiée semble-t-il à la maison Guy et Dheilly, dont on ne connait pas à ce jour d'autres réalisations. Sous l' égide de la SNCF, une opération de restauration de l'ensemble de la gare et de ses vitraux dans le cadre d'une restructuration est entreprise de 2007 à 2011. La restauration des vitraux et la création de compléments ont été réalisées entre
    Représentations :
    de Guimiliau, Pleyben, Saint-Thégonnec ; sites exceptionnels : Le Mont-Saint-Michel, Etretat, île de Monuments célèbres : cathédrale Notre-Dame à Paris, châteaux de Versailles, Saint-Germain-en-Laye , Chartres, Lisieux ; édifices religieux : cathédrales de Paris, Rouen, Bayeux, églises de Saint-Lô, Saintes , Morlaix, Pontoise, Elisabethville-sur-Seine, cloîtres de Tréguier, Nieul-sur-l'Autise, enclos paroissiaux Bréhat ; destinations de loisirs ou sports : champ de courses de Longchamp, casinos de Bagnoles-de-l'Orne , Granville, stade de Colombes ; activité économique : ports de Bordeaux, Le Havre, Rouen, Sables-d'Olonne , arsenal de Brest, usines d'Argenteuil, Clichy.
    Description :
    Les 114 verrières se divisent en 2 groupes : celles de la salle des Pas-perdus ( 65) et celles du trains partant de Saint-Lazare. Pour illustrer ces destinations, Sarteur a souvent repris des photographies, des cartes postales, ou des affiches publicitaires existantes. Les verrières de la gare Saint : renouvellement iconographie, mais aussi du style, dit Art déco, et apparition de procédés techniques très différents, liés au développement de l'industrie du verre. Il s'agit du décor sur verre ou sur glace dont les permet de décorer des supports de grande dimension, en jouant ou non sur la transparence, avec un coût
    Auteur :
    [ingénieur au réseau de l'Etat, peintre] Sarteur Charles
    Titre courant :
    verrières de la gare Saint-Lazare
    États conservations :
    La restauration des vitraux a été réalisée dans le cadre de la restructuration de la gare Saint -Lazare, entre 2005 et 2011. Cette mission a été confiée à l'atelier France Vitrail International
    Texte libre :
    importante campagne photographique par le service Patrimoines et Inventaire de la Région Ile-de-France et, en artistiques de la France de l’entre-deux guerres. Véritable invitation au voyage, elles illustrent les sites importante gare de Paris par son trafic de banlieue comme par la desserte de destinations lointaines. Quand Raoul Dautry devient le directeur général du Réseau de l’État, il décide d’en faire le principal outil -1933), ingénieur chargé des travaux et peintre de talent, reprennent leur rôle de vitrine des trésors desservis par les trains en partance de la gare Saint-Lazare. Cette opération a donné lieu en 2012 à une partenariat avec l'Association pour l'histoire des chemins de fer, à la publication de l'ouvrage Gare Saint -Lazare : les verrières de Paris à New-York", Bruno Carrière (réd.), Véronique David (réd.), Laurence de
    Illustration :
    de la revue « A la France, Sites et Monuments », publiée par le Touring-club de France en 1903 « A la France, Sites et Monuments », publiée par le Touring-club de France en 1901 L'horloge centrale du pavillon de la gare, sur la cour de Rome, façade réalisée selon les dessins de Juste Lisch, vers 1885-1890. IVR11_20127500276NUC4A Médaillon de la façade de la gare sur la cour de Rome réalisée selon les dessins de Juste Lisch , vers 1885-1890, évoquant les richesses du territoire desservi par les chemins de fer de l'Ouest : ruche Médaillon de la façade de la gare sur la cour de Rome réalisée selon les dessins de Juste Lisch , vers 1885-1890, évoquant les richesses du territoire desservi par les chemins de fer de l'Ouest : ancre Médaillon de la façade de la gare sur la cour de Rome réalisée selon les dessins de Juste Lisch , vers 1885-1890, évoquant les richesses du territoire desservi par les chemins de fer de l'Ouest
  • rampe d'appui, escalier privé de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale
    rampe d'appui, escalier privé de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale Paris 8e arrondissement - 2 rue Royale
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    bâtiments de la place de la Concorde alors en cours de construction. Gabriel proposa différents plans d'aménagement intérieur et le projet définitif fut arrête en 1768, à la suite de nombreux échanges avec Pierre -Elisabeth de Fontanieu, intendant et contrôleur général des meubles de la Couronne. Le bâtiment comporte les appartements de l'intendant. En effet les salles étaient ouvertes au public les premiers mardis de
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Cet escalier, réservé à un usage privé, donnait accès aux appartements de l'Intendant du Garde -Meuble. Il dessert deux étages. La cage de forme rectangulaire est très classique, la rampe reste dans la panneaux longs, est marqué par des motifs à la grecque très anguleux qui se détachent du châssis par de petites billes de fer. L'originalité qui donne à cette rampe son caractère tout à fait unique consiste en un réseau de losanges légèrement curvilignes, motif de marqueterie utilisé à cette époque par Gilles Joubert qui pourrait avoir fourni le dessin de la rampe.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier privé de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine
    Annexe :
    Documentation - IM75000088 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE CASTELLUCCIO, Stéphane, Le Garde-Meuble de la , Les Collections royales d’objets d’Art de François Ier à la Révolution, Paris, Les Editions de
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500980NUC4A Vue de la console de départ et de la première volée. IVR11_20097500979NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500981NUC4A Vue de la partie tournante de la rampe. IVR11_20097500983NUC4A
  • rampe d'appui, grand escalier de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale
    rampe d'appui, grand escalier de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale Paris 8e arrondissement - 2 rue Royale
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    bâtiments de la place de la Concorde alors en cours de construction. Gabriel proposa différents plans d'aménagement intérieur et le projet définitif fut arrêté en 1768, à la suite de nombreux échanges avec Pierre -Elisabeth de Fontanieu, intendant et contrôleur général des meubles de la Couronne. Le bâtiment comporte les appartements de l'intendant. En effet les salles étaient ouvertes au public les premiers mardis de
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Le grand escalier de très vastes dimensions a été construit pour desservir les salles d'exposition à l'étage. Il est très lumineux étant placé dans une aile qu'il occupe entièrement de manière est d'un dessin riche et puissant ; composée d'une frise de postes encadrée en haut et en bas d'une frise d'entrelacs, la rampe est interrompue par deux panneaux, le premier situé dans l'axe de la grande volée et le second dans l'axe du grand palier. Ces panneaux abritaient deux fleurs de lys, quatre branches de laurier et quatre L, le tout en bronze doré. Supprimés en 1793, ils furent remplacés par le symbole de la Marine au début du 19e siècle lorsque le décor de l'escalier fut repris. La console de départ surmontée d'un vase de bronze doré s'enroule suivant une portion d'arc de cercle. Elle est enrichie d'un demi-culot en chapelets et de feuilles d'acanthe.
    Titre courant :
    rampe d'appui, grand escalier de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine
    Annexe :
    -Meuble de la Couronne et ses intendants du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 2004, p.189-193 CASTELLUCCIO, Stéphane, Les Collections royales d’objets d’Art de François Ier à la Révolution, Paris, Les Editions de l’amateur, 2002, p.198-203 VERLET, Pierre, Le mobilier royal français, Paris, Picard, 1990-
    Illustration :
    Vestibule et départ de l'escalier. IVR11_20097500984NUC4A Console de départ et première volée. IVR11_20097500986NUC4A Console de départ, détail. IVR11_20097500987NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500985NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Béthune-Charost, actuellement résidence de l'ambassadeur de Grande-Bretagne (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Béthune-Charost, actuellement résidence de l'ambassadeur de Grande-Bretagne (non étudié) Paris 8e arrondissement - 39 rue du Faubourg-Saint-Honoré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Les plans de l'hôtel sont conçus en 1722 par Antoine Mazin pour Paul-François de Béthune-Charost , lieutenant général des armées du Roi. Le corps de logis principal entre cour et jardin, était relié à la rue par une cour en hémicycle. Au 19e siècle, de nombreuses modifications vinrent bouleverser l'état du 18e siècle. L'élévation du corps de logis subsiste prolongée côté jardin par deux ailes d'un seul niveau, à éclairage zénithal, alors que l'essentiel des bâtiments de la cour sont remplacés.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    balcons) : de longs panneaux symétriques rehaussés de feuillages et fleurons en bronze doré sont organisés autour d'un médaillon représentant une tête d'Apollon entourée de rayons de soleil et alternent avec des
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Béthune-Charost, actuellement résidence de l'ambassadeur de
    Illustration :
    Le palier du premier étage se termine par une sorte de balcon arrondi en saillie Le vestibule et le départ de l'escalier. IVR11_20097501104NUC4A
1