Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Monument du cimetière
    Monument du cimetière Clamart - 104 rue Porte-de-Trivaux (de la) - en ville - Cadastre : 2017 BH 46 2017 BG 417
    Historique :
    bas-reliefs et le coulage de l’ensemble de la sculpture en une seule journée. particularités, la substance par-delà les accidents » et cite encore Malraux « Le seul domaine où le divin soit déjà auteur d’un monumental Lion de Juda (12 m) à Addis-Abeba, le soin de réaliser l’oeuvre, très probablement sur la base d’indications assez précises. L’artiste réalise un premier moule pour un bas-relief
    Description :
    chacune de ses quatre faces de nombreux bas-reliefs illustrant les signes du zodiaque, ou leur équivalence , dans quatre civilisations : le zodiaque occidental, les heures aztèques, le zodiaque lunaire cambodgien , enfin les signes africains des éléments et constellations. Ces bas-reliefs s’inscrivent dans la même trame géométrique ponctuée de pointes de diamant que les parements des bâtiments du cimetière. Le par Auzelle. Le sculpteur quant à lui, tout en inscrivant sa réalisation dans ce cadre architectural , déploie toute sa créativité dans le dessin très graphique des reliefs alternant personnages ou animaux monumentale lorsque l’on pénètre dans le cimetière jusqu’à la découverte globale des reliefs lorsque l’on se espaces du cimetière voulus par l’architecte. La sculpture, grand signal marquant une coupure avec le monde extérieur et favorisant le recueillement demeure aujourd’hui l’un des emblèmes du cimetière
    Illustration :
    Projet de monument pour le premier projet de cimetière, par Robert Auzelle, janvier 1947. SIAF/CAPA l’agence de Auzelle. Les motifs des bas-reliefs sculptés ne correspondent pas aux réalisations de Calka et dans le lointain, le monument, déjà terminé. SIAF/CAPA. Fonds Robert Auzelle 242 IFA, boite 50, affaire Vue d’ensemble du monument. A l’arrière-plan, le monument funéraire de la famille Auzelle Détail du bas-relief ayant servi à tester la technique du moulage sur l’un des piliers du bâtiment Vue rapprochée du monument. Détail des bas-reliefs : éléments géométriques, personnages et animaux Autre détail des bas-reliefs, des poissons, un aigle. IVR11_20179200167NUCA Autre détail d’un bas-relief représentant une femme tenant un panier et semant des graines Autre détail d’un bas-relief représentant un chevalier sur sa monture. IVR11_20179200169NUCA Bas-relief représentant un bélier. IVR11_20179200170NUCA
  • Résidence Bellevue, Clamart
    Résidence Bellevue, Clamart Clamart - 71-73 rue de Fontenay - Cadastre : 2015 000 AI 01 179
    Description :
    bâtiments hauts, et le troisième étage du bâtiment bas. Dans chaque corps de bâtiment, les appartements sont La résidence Bellevue épouse le dénivelé d'une pente, orientée Nord-Ouest, qui offre une vue imprenable sur le paysage urbain de Paris. L'ensemble de dix-huit logements, de deux, trois, ou quatre pièces étages. Le troisième corps de bâtiment, en contrebas, voit son élévation décalée par rapport aux deux corps de bâtiment côté rue. Ainsi, par le jeu du dénivelé, se rejoignent les rez-de-chaussée des plus bas de recevoir tout de même un ensoleillement optimal. Pour l'aménagement intérieur, chaque retrouvent dans la résidence Bellevue plusieurs traits caractéristiques de l'agence d'Hervé Baley : le goût ), le souci d'une architecture intégrée au site (terrain en pente, ouverture sur le paysage), et une
    Annexe :
    °54 France 1, p.64 L’architecture est le moyen de situer l’individu dans un contexte vital. C’est le geste de créer un lieu, qui lui donne la possibilité d’être chez lui dans le cadre environnant, qui le situe par rapport à ce cadre et le situe par rapport à lui-même. En cela seulement réside le réel confort. C’est le geste d’accueillir. C’est faire que la forme accueille l’espace et l’espace la lumière le développement de formes et espaces se développant : démarche que l’homme décide par son geste et dans son geste accompagne. Le geste est l’efflorescence de la géométrie dans lequel elle s’épanouit et
    Illustration :
    Vue latérale de l'élément portant le numéro de la rue. IVR11_20169200255NUC4A Vue frontale de l'élément portant le numéro de la rue. IVR11_20169200256NUC4A Vue des boites aux lettres prise dans le hall d'entrée. IVR11_20169200263NUC4A Vue de l'escalier intérieur prise depuis le hall d'entrée. IVR11_20169200264NUC4A
  • cimetière intercommunal du Parc
    cimetière intercommunal du Parc Clamart - 104 rue Porte-de-Trivaux (de la) - en ville - Cadastre : 2017 BH 46 2017 BG 417
    Historique :
    former le syndicat intercommunal du cimetière de Clamart et mutualiser les efforts pour créer un nouveau cimetière commun. Les communes sont rejointes par Boulogne-Billancourt en 1952. Le terrain choisi (des terres agricoles localisées entre Clamart à l’est et le Petit-Clamart, à l’ouest) représente près de 40 ). Il forme peu ou prou un rectangle dont le grand côté, au nord, borde le bois de Meudon. Dans l’axe prévoir un drainage à l’est, dans la partie la plus humide. Le syndicat confie la conception de cimetières. Pour le maitre d’ouvrage, comme pour le maitre d’œuvre, il s’agit de concevoir un cimetière favorisée au détriment des caveaux. Autre signe de modernité pour l’époque, le programme comporte un crématorium. En 1946-47, Auzelle conçoit un premier projet. Il propose de délimiter le terrain par des dimensions, ne justifiait pas ». Le long du chemin de la Porte de Trivaux, l’entrée comprend de part et naturel, et couverte de gazon. Au centre, le nécrologe est formé d’une colossale colonne hélicoïdale en
    Référence documentaire :
    AUZELLE, Robert, « Le cimetière de Clamart », Techniques et architecture, vol. 6, n°11-12, 1947, p . 558-559. AUZELLE, Robert, « Le cimetière de Clamart », Techniques et architecture, vol. 6, n°11-12 , Fontaine – Saint Martin ». Le Mausolée, février 1973, n° 438, p. 317-342. MOTINOT, R. « Trois cimetières de l’Ile-de-France. Montfort-L’amaury, Clamart-intercommunal, Fontaine – Saint Martin ». Le Mausolée Atelier d'architecture Alain Janiaud. Site de l'agence [consulté le 16 juin 2017]. http d'architecture Alain Janiaud. Site de l'agence [consulté le 16 juin 2017]. http://www.janiaud-architecte.com
    Description :
    piéton. Seuls de très discrets panneaux bas de verre sécurit régulent l’accès laissant le regard du grande variété d’expression depuis le mur bas jusqu’à la stèle. Le reste du terrain constitue une levée familles, le logement du gardien (A) relié à la conservation (B) par le portique d’accès des piétons, des raccordent sur la vaste pelouse ovale d’accès (F) implantée devant le monument collectif, cippe monumentale tranche, environ 7 ha à l’est. Le crématorium (L), comme le jardin cinéraire (M) sont abandonnés et une bâtiments de WC (N) ont servi à l’entreprise à mettre au point le système de coffrages des murs. Le sol de l’esplanade est revêtu d’une trame orthogonale noir sur blanc, le noir étant obtenu par des surfaces aquifères vivaces suppléent aux canalisations d’évacuation. Ces voies, qui nécessitent le transfert de . Puisque ni l’ossuaire, ni le crématorium n’ont été réalisés, les seuls bâtiments construits sont situés à béton à deux versants, ainsi décrit par l’architecte « le développement horizontal des bâtiments qui se
    Illustration :
    Détail du pilier ayant servi d’essai pour le moulage des bas-reliefs du monument de Calka. A noter . Seule la partie centrale du cimetière est représentée et le crématorium n’est pas visible. A noter l’ossuaire en forme de colonne hélicoïdale monumentale (2e projet), qui sera repris dans le projet de Plan et élévation du crématorium projeté pour le premier projet de cimetière Bâtiments d’entrée, élévations du second projet, non datées [circa 1951]. A noter le parement des Plan d’ensemble du cimetière donnant le nombre d’inhumations réalisées ou possibles pour chaque Photo aérienne au tout début du chantier. Seul le réseau de voies principales est visible, circa Vue du couvrement du bâtiment de service durant le chantier, circa 1954. SIAF/CAPA. Fonds Robert cimetière, circa 1960. A noter sur un des piliers, le motif ayant servi de test à Calka pour sa sculpture monumentale et le dessin spécifique des descentes d’eau de pluie. SIAF/CAPA. Fonds Robert Auzelle 242 IFA
1