Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 31 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • présentation de l'étude d'Elisabethville
    présentation de l'étude d'Elisabethville Aubergenville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Titre courant :
    présentation de l'étude d'Elisabethville
    Texte libre :
    , Région Ile de France, Somogy, 2014. Voir en bas de page, dans la rubrique Documentation - Liens Web. , Joumana Timéry (red.), Laurent Kruszyk (phot.) Elisabethville, La plage de Paris-sur-seine, Aubergenville
  • présentation du diagnostic patrimonial, urbain et paysager de Seine-Aval
    présentation du diagnostic patrimonial, urbain et paysager de Seine-Aval Aubergenville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    diagnostic patrimonial patrimoine urbain et paysager de l'OIN Seine-Aval
    Titre courant :
    présentation du diagnostic patrimonial, urbain et paysager de Seine-Aval
    Texte libre :
    Patrimoines et Inventaire de la Région Île-de-France et le CAUE des Yvelines, qui a reçu un soutien financier de la DRAC d'Île-de-France. Toutes les communes de l'OIN n'ont pas fait l'objet d'un diagnostic L'opération d'Intérêt National (OIN) de Seine-Aval concerne 51 communes des Yvelines le long de la vallée de la Seine d'Achères à Port-Villez. Ce territoire étant promis à d'importants bouleversements dans les années à venir, il a été décidé, pour en garder la mémoire, de faire un diagnostic faute de temps, cette opération ayant été menée de 2011 à 2013. Parallèlement un repérage accessibles dans la rubrique Documentation- Liens web (en bas de page).
    Illustration :
    . Oon peut voir L'île au Fort, L'île-Belle et le détail des parcelles et des immeubles de la ville Plan et figure [perspective de Meulan, de l'île au Fort et de l'île Saint-Niçaise. Dessin, 17e Plan et figure [perspective de Meulan, de l'île au Fort et de l'île Saint-Niçaise]. Dessin, 17e Plan et figure [perspective de Meulan, de l'île au Fort et de l'île Saint-Niçaise. Dessin, 17e Meulan : maison ancienne sur l'Ile du Fort vue depuis le parking de l'hôpital Meulan : sous le tablier du pont de Meulan depuis l'Ile Belle. IVR11_20117800128NUC4A Vaux-sur-Seine : ancien poste électrique à l'entrée du pont de l'Ile de Vaux Vaux-sur-Seine : maison du gardien du Domaine de l'Ile de Vaux vue depuis la passerelle Vaux-sur-Seine : panneau d'entrée du Domaine de l'île de Vaux situé juste avant la passerelle Vernouillet : le lotissement du Parc, vestiges de l'ile. IVR11_20137800014NUC2A
  • monument de l'amitié franco-belge
    monument de l'amitié franco-belge Aubergenville - Elisabethville - place de l' Etoile - Cadastre : 2014 ai NC
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Il a été érigé en 1927 au centre de la place de l’Étoile pour commémorer et matérialiser l'amitié franco-belge suite à l'intervention de la Reine Élisabeth de Belgique en parrainant la cité.
    Représentations :
    Belgique, le lion rampant et pour la France le bonnet phrygien surmontant un faisceau de licteur. La France et la Belgique sont symbolisées par une grande sculpture représentant deux drapeaux
    Localisation :
    Aubergenville - Elisabethville - place de l' Etoile - Cadastre : 2014 ai NC
    Titre courant :
    monument de l'amitié franco-belge
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la place du monument l'amitié franco-belge. IVR11_20137800274NUC4A deux pays entouré d'une couronne de feuille de lauriers. IVR11_20137800277NUC4A
  • regard photographique sur le territoire de Seine-Aval
    regard photographique sur le territoire de Seine-Aval Achères
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    diagnostic patrimonial patrimoine urbain et paysager de l'OIN Seine-Aval
    Titre courant :
    regard photographique sur le territoire de Seine-Aval
    Texte libre :
    photographies ci-dessous sont le résultat de cette campagne menée de 2011 à 2013. Le propos n’était pas de couvrir tout le territoire mais de mettre l’accent sur certains aspects paysagers, le grand paysage, les
    Illustration :
    Carrières-sous-Poissy : vue sur l'île de Migneaux à Poissy depuis l'étang de la Galiotte Meulan : sortie de l'hôpital de l'île du Fort. IVR11_20117800125NUC4A Vaux-sur-Seine : club nautique face à l'île de Vaux. IVR11_20117800146NUC4A Vaux-sur-Seine : club nautique face à l'île de Vaux. IVR11_20117800147NUC4A Guerville : l'île de Rangiport vue depuis La Plagne. IVR11_20117800155NUC4A Guerville : l'île de Rangiport vue depuis La Plagne. IVR11_20117800156NUC4A Les Mureaux : pompe agricole en face de l'île de Mézy. IVR11_20117800192NUC4A Mézy-sur-Seine : l'île de Mézy vue depuis les Mureaux. IVR11_20117800193NUC4A Bonnières-sur-Seine : extrémité de la Grande Ile et îlots vus depuis le pont vers l'amont Bonnières-sur-Seine : Grande Ile vue depuis le pont vers l'aval. On aperçoit le clocher de
  • plage artificielle d'Elisabethville
    plage artificielle d'Elisabethville Aubergenville - Elisabethville - Cadastre : 2014 AC 1
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La plage de Paris n'est aujourd'hui qu'un souvenir. Ses derniers vestiges ont été engloutis dans les récents travaux d'aménagement de l'espace naturel régional dit: "Du bout du monde". Ce n'est qu"à travers des documents anciens qu'on peut en restituer l'aspect. Des affiches vantaient les qualités de cette plage artificielle aménagée à usage de baignade délivrée par arrêté de la mairie de Juziers le 19 mai 1929. L'ouverture de la saison avait lieu tous les ans le premier dimanche du mois de Juin et s'achevait le dernier dimanche du mois de septembre; cette habitude perpétuée à chaque saison était l'occasion de multiples réjouissances. Les images montrent une plage de sable fin bordant une eau de bain agrandi. L'hôtel de la plage a été reconstruit en 1929 par Paul Tournon sous le nom d' "hôtel de
    Parties constituantes non étudiées :
    hôtel de voyageurs cabine de bain établissement de bains
    Description :
    grâce aux documents anciens. Une autorisation d'aménagement d'une plage artificielle à usage de baignade . Les images montrent une plage de sable fin, bordant une eau de bain limpide avec son plongeoir et quelques voiliers au loin, qui annoncent de futures régates. On aperçoit également la terrasse de la "rôtisserie périgourdine", ainsi que le restaurant de l'hôtel l'Ermitage, un hôtel de luxe avec belvédère.
    Illustration :
    Hôtel de l'Ermitage et son café au bord de la plage. Photographie, vers 1927. (AM Aubergenville Photographie de la plage et de l hôtel-rôtisserie la Périgourdine. Photographie, vers 1929 La plage de Paris le casino et le restaurant de la pLage. Carte postale, vers 1928. (Collection L'hôtel de la plage. Carte postale, vers 1929. (Collection particulière). IVR11_20147800342NUC4A L'hôtel de la plage. Carte postale, vers 1928. (Collection particulière). IVR11_20147800341NUC4A L'hôtel de la plage. Carte postale, vers 1928. (Collection particulière). IVR11_20147800344NUC4A L'hôtel de la plage. Carte postale, vers 1929. (Collection particulière). IVR11_20147800343NUC4A Intérieur de la rôtisserie. Carte postale, vers 1928. (Collection particulière Intérieur de la rôtisserie. Carte postale, vers 1928. (Collection particulière Le plongeoir de la plage. Carte postale, vers 1928. (Collection particulière
  • hôtel restaurant Le Giboin
    hôtel restaurant Le Giboin Aubergenville - Elisabethville - 5 boulevard de la Plage - Cadastre : 2014 ac 311
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    les visiteurs. On ignore le nom de son architecte.
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Description :
    C'est un bâtiment massif de plan rectangulaire avec deux pans coupés. Sur l'un se situe l'entrée de l'établissement, alors que l'autre est orné d'une rocaille. Le décor d'origine de l'hôtel était plus sobre qu'aujourd'hui: les faux pans de bois qui ornent les murs et les lucarnes sont en effet des adjonctions récentes
    Localisation :
    Aubergenville - Elisabethville - 5 boulevard de la Plage - Cadastre : 2014 ac 311
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'hôtel. Carte postale, vers 1929. (Collection particulière Vue générale de l hôtel Le Giboin. Carte postale, vers 1930. (Collection particulière L'intérieur de l hôtel Le Giboin. Carte postale, vers 1930 (Collection particulière Menu du restaurant de l'hôtel Le Giboin. Affiche, 1929. (Collection particulière Dépliant publicitaire de l'hôtel Le Giboin. Affiche, 1929. (Collection particulière Décor rocaillé sur un des murs de l'hôtel du Giboin. IVR11_20137800273NUC4A Vue d'ensemble de l'hôtel. IVR11_20147800187NUC4A Vue de la rocaille qui orne l'un des deux pans coupés de l'hôtel. IVR11_20137800273NUC4A Le bar en bois de l'hôtel. IVR11_20137800304NUC4A Vue de l'entrée. IVR11_20137800270NUC4A
  • porte
    porte Aubergenville - place de Louvain
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    l’un des plus importants maîtres ferronniers de l’époque : Raymond Subes (1891-1970) qui avait déjà réalisé pour lui la croix couronnant le clocher de l’église de Villemomble. Comme le souligne l’architecte dans ses écrits, ce portail présente la disposition particulière de s’ouvrir de toute sa largeur sur la
    Description :
    La composition d’ensemble de la grille est très géométrique, bien dans la veine de l’Art déco. Elle est composée de panneaux rectangulaires dessinant par leur agencement un triangle inversé . L’alternance de panneaux pleins formés d’un tressage de fers plats et de panneaux plus ajourés ornés de volutes représentant les langues de feu de l’Écriture, donne un résultat très graphique, plus fort vu à contre-jour, de l’intérieur. C’est peut-être à cause du caractère profane de l’ensemble, qui ne déparerait pas une entrée figuraient pas sur le croquis de l’architecte.
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis l' intérieur de la grille d'entrée. IVR11_20137800125NUC4A Détails de la grande grille d'entrée en fer forgé. Vue depuis l'intérieur. IVR11_20137800126NUC4A Portail et sculpture de l'Eglise Sainte-Thérèse, évoque les emblèmes des quatre Evangélistes sur plaques de cuivres incisés. IVR11_20137800283NUC4A Portail et sculpture de l'Eglise Sainte-Thérèse, détail de la ferronnerie. IVR11_20137800284NUC4A Sculpture de l'Eglise Sainte-Thérèse. Cette plaque représente Saint Mathieu en forme de jeune homme Portail et sculpture de l'Eglise Sainte-Thérèse. Cette plaque représente Saint Marc en lion Portail et sculpture de l'Eglise Sainte-Thérèse. Cette plaque représente Saint Jean en forme Sculpture de l'Eglise Sainte-Thérèse. Cette plaque représente Saint Luc sous forme de taureau
  • château d'eau
    château d'eau Aubergenville - Elisabethville - 4 boulevard de la République - Cadastre : 2014 AI 129
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ce château d'eau date de la création du lotissement. Devenu insuffisant, il a été doublé par un
    Description :
    cet élégant château d'eau est construit en forme de tour médiévale avec sa salle haute précée de
    Localisation :
    Aubergenville - Elisabethville - 4 boulevard de la République - Cadastre : 2014 AI 129
  • casino, actuellement temple dit chapelle évangélique
    casino, actuellement temple dit chapelle évangélique Aubergenville - Elisabethville - 7 boulevard de la plage - Cadastre : 2014 AK 30
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    casino. Il fait office de salle de spectacle et de loisirs divers. Après la guerre, l'établissement a été équipé d'une salle de cinéma. Lors de la transformation en 1993, le casino devient église protestante évangélique et le bâtiment subit de multiples transformations. Les plus importantes concernent l'intérieur: la grande salle de spectacle a été entresolée et la cabine de projection a disparu de la façade.
    Murs :
    béton faux pan de bois
    Description :
    Le bâtiment est construit sur un plan rectangulaire. il est orné de faux pans de bois et couvert modifications de celle-ci. A l'intérieur la grande salle de spectacle a été entresolée.
    Localisation :
    Aubergenville - Elisabethville - 7 boulevard de la plage - Cadastre : 2014 AK 30
    Illustration :
    Le bâtiment de l'ancien Casino en cours de réhabilitation pour le transformer de en chapelle La façade en réfection en 1993 du Casino en vue de sa transformation en chapelle. On y voit l'architecture en faux pans de bois apparents. Photographie, 1993. (Collection particulière Inscription en mosaïque qui signe la date de construction du Casino mais qui est actuellement enfouie sous une chape de béton au rez-de-chaussée. Photographie, 1993. (Collection particulière Tête de statue qui ornait en son milieu la frise de la scène de du théâtre du Casino. Photographie Vue d'ensemble de la chapelle dédiée au culte protestant. On y voit une croix et des instruments de Parterre du sous-sol de la Chapelle anciennement casino.On y voit un sol d'origine en terre cuite Détail d'un ornement de la chapelle dédiée au culte protestant. On y voit un décor en fleurs de Détails du parterre du sous-sol de la Chapelle anciennement casino.Des losanges et des carrés de
  • statue : Jeanne d'Arc
    statue : Jeanne d'Arc Aubergenville - place de Louvain
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
    Illustration :
    La statue de Jeanne d'Arc agenouillée la tête posée sur son sabre dans un geste de recueillement
  • château de la Garenne (détruit)
    château de la Garenne (détruit) Aubergenville - Elisabethville - rue du Château - isolé - Cadastre : 2014 ah 183
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le domaine de la Garenne est une propriété d'Ancien régime qui s'étendait à la fois sur Epône , Aubergenville, Mézières, Flins, Garenville et Juziers. Sur ce domaine acquis en 1878 par Paul Bertin, agent de change parisien, a été construit une vaste résidence de style Renaissance. Le domaine s'étendait en tout sur 393 ha et offrait de nombreuses possibilités d'aménagement. Le château et son parc permettent l'installation par l'homme d'affaire belge Edmond Ramoisy d'un hôtel avec un golf de 18 trous. Les bâtiments ont
    Description :
    comportait un corps central plat de ce côté, flanqué de deux tours carrées auxquelles succédaient deux ailes retrouvait le corps central terminé par trois pans de ce côté. Il était prolongé de deux ailes en rez-de -chaussée puis de deux tours circulaires. Un pavillon termianit l'ensemble d'un seul côté.
    Titre courant :
    château de la Garenne (détruit)
    Appellations :
    de la Garenne
    Illustration :
    Façade du Château de la Garenne (2e vue). Carte postale, vers 1920. (AM Aubergenville Façade du Château de la Garenne (2e vue). Carte postale, vers 1920. (AM Aubergenville Vue générale du château de la Garenne. Carte postale, vers 1925. (Collection particulière Vue générale du château de la Garenne. Carte postale, vers 1925. (Collection particulière Affiche publicitaire de la compagnie d'assurances installée au château de la Garenne. Carte postale Photographie du château de la Garenne. Carte postale, vers 1920. (Collection particulière Vue générale du château de la Garenne. Carte postale, vers 1925. (Collection particulière Le château de la Garenne. Carte postale, vers 1925. (Collection particulière Façade nord du château de la Garenne. Carte postale, vers 1925. (Collection particulière Vue de l'intérieur de la ferme avec les employés. Carte postale, vers 1920. (AM Aubergenville
  • ensemble de peintures monumentales
    ensemble de peintures monumentales Aubergenville - place de Louvain
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
    Titre courant :
    ensemble de peintures monumentales
    Illustration :
    Mur avec fresque peinte aux motifs de fleurs symboles du paradis. Le tabernacle a été déplacé dans Mur orné d' oiseaux, de papiillons et de fleurs de paradis.. Au dessus on peut lire le début de la Détails représentant des oiseaux, des papillons et des fleurs de paradis. IVR11_20137800096NUC4A
  • usine de confiserie puis usine de matériel de télecommunication RIETER, actuellement usine de fabrication de matériaux de construction Eiffage Construction
    usine de confiserie puis usine de matériel de télecommunication RIETER, actuellement usine de fabrication de matériaux de construction Eiffage Construction Aubergenville - Elisabethville - boulevard de Mantes - Cadastre : 2014 AI 345
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'usine de confiture a été construite en 1932.
    Description :
    Ensemble constitué de deux ateliers de part et d'autre d'une cour, pour chaque atelier la façade est ordonnancée (pilastres à chapiteaux, arcades, frontons portant une table au nom de l'entreprise
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Aubergenville - Elisabethville - boulevard de Mantes - Cadastre : 2014 AI 345
    Titre courant :
    usine de confiserie puis usine de matériel de télecommunication RIETER, actuellement usine de fabrication de matériaux de construction Eiffage Construction
    Illustration :
    Ouvriers de l'usine Grondel qui fabriquait les barrières du lotissement, devant la façade du Intérieur de l'usine de barrière avec ses employés. Photographie, 1930. (Collection particulière L'intérieur de l'usine Grondel de barrières. Carte postale, vers 1930. (Collection particulière Intérieur de l'usine de conserverie. Photographie, 1930. (Collection particulière Carte postale de l'usine de conserverie. Photographie, 1930. (Collection particulière Carte postale de l'usine de conserverie. Photographie, 1930. (Collection particulière Carte postale de l'usine de conserverie. Photographie, 1930. (Collection particulière Intérieur des usines de conserves. Photographie. (Collection particulière). IVR11_20147800217NUC4A Usine, Mantes (boulevard de ) 20. Vue générale de l'usine. IVR11_20147800287NUC4A Usine, Mantes (boulevard de ) 20. Façade prinicipale de l'usine. IVR11_20147800288NUC4A
  • ensemble de 10 verrières
    ensemble de 10 verrières Aubergenville - place de Louvain
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    l'Exposition coloniale internationale de 1931 (remonté à Épinay-sur-Seine en Seine-Saint-Denis) et pour le pavillon pontifical de l'Exposition internationale des arts et des techniques dans la vie moderne de 1937 . Dans la baie axiale d’Elisabethville, Marguerite Huré a traduit la maquette de Marcel Imbs (1882-1935 ), peintre et mosaïste très prolifique (auteur notamment des trois verrières de la crypte de l’église du Saint-Esprit à Paris, construite par Paul Tournon en 1936). En 1987, l’atelier de Bruno de Pirey est appelé pour combler les parties manquantes des baies latérales et pour remplacer la verrière de la façade
    Description :
    Les baies sont insérées dans des claustra en béton. Le vitrail de la baie axiale symbolise les trois grands mystères de la foi : celui de la Sainte-Trinité (l’Esprit Saint représenté par la colombe , Dieu le Père par deux mains qui offrent la Vierge et l’Enfant au monde, le Fils dans les bras de la Vierge), celui de de l’Incarnation (Jésus-Christ, fils de Dieu, conçu du Saint-Esprit, né de la Vierge Marie) et celui de l’Eucharistie (l’Enfant Jésus au milieu des épis de blé qui sont la matière même avec laquelle le sacrement sera fait). Pour la réalisation de cet ensemble, Marguerite Huré a repris son procédé de standardisation de la coupe du verre mis au point au Raincy, en prenant ici le triangle équilatéral comme base de découpe. Dans la baie 1, autour de la figure de sainte Thérèse, à qui l’édifice est dédié, chaque pièce de verre est peinte à l’aide de pochoirs d’un motif stylisé qui évoque les quatre éléments d’une treille de roses : la lumière (filtrée par les grappes de perlés), le ciel (rendu par des
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
    Titre courant :
    ensemble de 10 verrières
    Illustration :
    Croquis de la verrière. Photographie. (IFA, Paris). IVR11_20147800004NUC4A Dessin préparatoire du choeur des vitraux de l' église Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus Vue d'ensemble de la nef. Photographie. (AM Aubergenville). IVR11_20137800076NUC4A Baie 1. Verrière de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. IVR11_20137800109NUC4A Baie 1. Verrière de Sainte-Thérèse de l'enfant Jésus. Panneau inférieur. IVR11_20137800371NUC4A Baie 1. Verrière de Sainte-Thérèse . IVR11_20137800132NUC4A Baie 1. Verrière de Sainte-Thérèse de l'enfant Jésus. IVR11_20137800371NUC4A Baie 7. Panneau supérieur. feuilles de raisins. Automne. IVR11_20137800365NUC4A Reflets de la lumière filtrant des vitraux sur la paroi en béton. IVR11_20137800331NUC4A
  • église paroissiale Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus
    église paroissiale Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus Aubergenville - Elisabethville - Cadastre : 2014 ak 159
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette église a été construite en 1927 par l'architecte Paul Tournon. la pose de la première pierre a lieu le 18 septembre 1927. Un comité de soutien en a permis le financement. Ce comité était placé sous le haut patronage de la reine Elisabeth et avait deux présidents d'honneur, le cardinal Van Roey , archevêque de Malines et monseigneur Gibier, évêque de Versailles. On trouve parmi les membres des amies de la reine, Edouard Branly, le beau-père de Tournon, la comtesse de Caraman-Chimay et la comtesse
    Description :
    -Chapelle. Elle se compose d'un haut vaisseau central flanqué de collatéraux très bas, formant un sorte de socle. La façade a 20 mètres de haut et 7,5 mètres de large. La flèche, placée au centre de l'édifice , culmine à 45 mètres. Les trois travées de la nef sont dans le prolongement de l'abside à trois pans, sans rupture. La voûte en béton est ajourée de dalles de verre qui en soulignent les nervures. Les vitraux des baies sont sertis dans une structure de béton.
    Titre courant :
    église paroissiale Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus
    Vocables :
    Sainte-Thérèse de l'Enfant-Jésus
    Illustration :
    Plan façade de l'église. Tirage, vers 1929. (AM Aubergenville). IVR11_20137800196NUC4A Façade principale de l'église. Tirage, vers 1929. (AM Aubergenville). IVR11_20137800192NUC4A Dessin de la façade principale de l'église. Tirage, 1927. (AM Aubergenville Plan masse de l'église. Tirage, vers 1929. (AM Aubergenville). IVR11_20137800195NUC4A Détails de la façade principale de l'église et élévation latérale. Tirage, vers 1929. (AM Plan des voûtes de l'église. Tirage, 1927. (AM Aubergenville). IVR11_20137800190NUC4A Plan de construction de la flèche de l'église. Tirage, vers 1929. (AM Aubergenville Elévation et plan de la flèche de l'église. Tirage, vers 1929. (AM Aubergenville Plan de construction de la flèche de l'église. Tirage, , vers 1928. (AM Aubergenville Disposition des dalles de verres de l'église. Tirage, vers 1929. (AM Aubergenville
  • les maisons d'Elisabethville
    les maisons d'Elisabethville Aubergenville - Elisabethville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Description :
    Les maisons en meulière sont très peu nombreuses (10 sur 172), de même que les maisons en brique (4 . 56 maisons ont un décor en faux pans-de-bois.
    Texte libre :
    Le repérage a permis de révéler une vingtaine de pavillons qui présentent un air de famille et font l’originalité du lotissement. Ce sont de petites habitations avec une porte cintrée en façade et une fenêtre, et un étage de comble aménagé. Le décor se résume à une corniche moulurée en bois. Ces maisons d’un plan latérales sont plus variées, certaines sont dotées de bow-windows ou de loggias. Une version un peu plus épi de faitage et ses lucarnes aux gardes corps en ferronnerie. La maison du 8, boulevard de Mantes présente une légère variante sur la forme des fenêtres du rez-de-chaussée. Ces maisons faisaient sans doute aussi plusieurs villas néo-normandes, même si l’évocation régionaliste se limite ici aux faux pans-de -bois et au large débord du toit et de sa demi-croupe. Leur haute silhouette dissymétrique ponctue le lotissement. Le modèle de base est décliné avec de nombreuses variantes, bow-windows, loggias, chaque propriétaire y mettant sa touche de couleur. Le cahier des charges autorisait les maisons « accolées par deux
    Illustration :
    Plans d'une maison avenue de Verdun appartenant à Monsieur Desgranges. (AM Aubergenville Elévation de la maison de Monsieur E. Kutaz. Architecte : A. Schiketans, 1932 (AM Aubergenville Plans de la maison de Monsieur E. Kutaz. Architecte : A. Schiketans, 1932 (AM Aubergenville Façades de la maison de M. Blankaert. Architecte (?) : Fouquet. (AM Aubergenville Façades de la maison de M. Blankaert. Architecte (?) : Fouquet. (AM Aubergenville Plans de la maison de Monsieur René le Ruste. Architecte : A.Schiketans, 1933 Façade de la maison de Monsieur Lejeune . Entreprise : Netter (AM Aubergenville Plans de la maison de Monsieur Lejeune . Entreprise : Netter (AM Aubergenville Plans de la maison de Monsieur Hotte, avenue de l'Yser . Entrepreneur A. Gérard et Cie. (AM Plans de construction de la maison de M. Vareau. Architecte : Fouquet (?). (AM Aubergenville
  • kiosque à musique
    kiosque à musique Aubergenville - Elisabethville - parc Nelli-Rody - Cadastre : 2014 AI domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le kiosque à musique faisait partie du domaine du château de la Garenne avant sa démolition.
  • ensemble de cinq peintures monumentales
    ensemble de cinq peintures monumentales Aubergenville - place de Louvain
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La chapelle des fonts baptismaux, placée comme il se doit, à l’entrée de l’église a été inaugurée . Le style de cette composition aux couleurs vives est inhabituel dans une église. Il est cependant caractéristique de l’époque de sa construction et des recherches artistiques contemporaines.
    Description :
    , l’Espérance tend la main vers la colombe de l’Arche et au milieu la Charité serre contre elle un enfant. De . L’artiste use de couleurs vives évoquant un printemps perpétuel. La lumière zénithale donne un caractère style d’Elisabeth Branly : des silhouettes filiformes exagérées, de taille élancée, de posture oblongue . Elles se veulent des icônes de la perfection et de la coquetterie et incarnent une beauté dont s’agit d’un composé de pigments en suspension dans un médium comprenant de l’huile de lin cuite, une gomme dure à vernis, auquel on ajoute des oxydes de zinc et de titane » écrit la fille du peintre , Marion Tournon-Branly. Lors de la restauration de l’église en 1987, aucune intervention n’a été
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
    Titre courant :
    ensemble de cinq peintures monumentales
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la chapelle. Le sol en gravier figure le lit du Jourdain. IVR11_20137800099NUC4A théologales : la foi, l'espérance et la charité. Les autres panneaux de gauche à droite, représentent, la théologales : la foi, l'espérance et la charité. Les autres panneaux de gauche à droite, représentent, la La signature d'Elisabeth Branly et la date 1933 de l'oeuvre apposés sur l'illustration
  • statue : Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus
    statue : Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus Aubergenville - place de Louvain
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La statue de la sainte au sommet d’un haut pilier derrière l’autel est l’œuvre de Lucie Delarue , avec l’aide de son ami Carlo Sarrabezolles, l’original de la statue sur la demande de l’abbé Alleaume pour orner l’église de Notre-Dame du Havre. L’auteur voulait renouveler la mièvrerie de l’iconographie saint-sulpicienne de Thérèse de l’Enfant Jésus, en lui donnant plus de force. La sainte apparaît ici en extase, ses jouets aux pieds pour indiquer qu’elle passe sans transition de l’enfance à la sainteté. Il s’agit là d’une copie de la statue originale qui a disparu de l’église à la suite des bombardements de la
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
    Titre courant :
    statue : Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus
    Illustration :
    La statue Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus qui domine le choeur. Vue d'ensemble Cette statue est la copie de la statue originale qui a disparu à la suite des bombardements de la
  • maison dite
    maison dite "villa le Bois fleuri", 27 avenue d'Ypres Aubergenville - Elisabethville - 27 avenue d' Ypres - en ville - Cadastre : 2014 AI 388
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Description :
    recherche d'interpénétration entre l'intérieur et l’extérieur. Les toits s'articulent sous l'effet de toits et très prisé dans les années 1920. Placée sur la façade latérale, l'entrée en saillie couverte de
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Plan (en bas à droite) et photographie de la maison en 1929. Extrait de l'Illustration (Archives Vue de la maison depuis le jardin, côté entrée principale. IVR11_20147800231NUC4A Vue rapprochée de la façade et de son entrée. IVR11_20147800311NUC4A