Vue générale de la façade côté rue
Montmartre aux artistes - Vue générale de la façade côté rue
Localisation Commune : Paris 18e arrondissement
Adresse : 187 rue Ordener , 189 rue Ordener
Cadastre : 2018 A101 38
Auteur(s) Thiers Adolphe
Adolphe Thiers (1878 - 1957)

Matricule de l’École des Beaux-Arts : 4949, surnom à l’atelier « Le Pisso »,

a tenté l’admission en février et juin 1897,admis en 2ème classe le22 novembre 1897. Adolphe Thiers est élève dans l’atelier de Jean-Louis Pascal[1] (1872-1920) en même temps qu’Henri Sauvage, 1873-1932. Il obtient le Prix Achille Leclère de l’Académie des Beaux-arts 5 mars 1904 et le 3è prix Chenavard le 12 avril 1906.

Il est diplômé en 1920 (113e promotion)[2]. Il est mentionné comme architecte à Paris 17e dès 1902, Paris 15e entre 1904 et 1909, Paris 7e (en 1912 et 1313).

Médaille de 3e classe au Salon des Artistes Français en 1904[3].

Salon des Artistes Français de 1906 : expose « Ensemble décoratif au confluent

de deux fleuves [4]». Il obtient pour son envoi le prix Palais de Longchamps (Fondation Bartholdi).

1908 : participe au concours international pour Le Monument de la Réformation à Genève (avec Edmond Fation, architecte à Génève et Auguste Seysses [5], sculpteur à Paris/ devis du monument Post Tenebra Lux)

1908 : Mission de deux ans pour l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres/ Étude d’églises byzantines.

Salon des Artistes Français de 1909 : envoi « L’Église des SS.Serge et Bacchus à Constantinople ». Il obtient une médaille de 2e classe et une bourse de voyage[6].

Salon des Artistes Français de 1910 : expose des séries d’étude d’églises byzantines de Constantinople[7]. Obtient

la médaille de 1ere classe de la section d’architecture[8]. Obtient le « Prix du Salon » pour ce même envoi[9] (depuis

16 ans, ce prix n’avait pas été accordé à l’architecture.

1917 : obtient le prix Bailly de l’Académie des Beaux-Arts pour son ouvrage sur les

églises de Constantinople[10].

1920 : réalise une salle de théâtre sous le cinéma Max-Linder (localisé 4 passage du Faubourg-Montmartre, Paris 9e. actuel théâtre des Variétés ?)[11] pour La Générale Cinéma.

1923. Monument aux morts, boulevard Eurvin, Boulogne sur Mer[12].

1923. Immeuble d’habitation, 40 rue de Londres, Paris 9e[13].

1923. Bureaux pour l’agence Havas, Dijon (Côte d’Or)[14].

1925. Réaménagement du Moulin Rouge, Paris 9e[15].

1925. Réalisation d’un groupe de 5 hôtels particuliers avec ateliers rue Leconte de L’Isle, Paris 16e[16].

1925. Est récompensé à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels

Modernes (groupe I Architecture).

1926. Demandes en autorisation de bâtir : « 18e arr.-Avenue Junot 30.- Prop., M.Agnaud.- Arch., M.Thiers, 56 rue de Rome._ Hôtel particulier (2 étages). [17]»

1928-1930. Réalisation, avec les architectes Eugène Colibert et Louis Lembrouck, du casino municipal de Malo

les Bains (Nord-Pas-de-Calais)[18] [réalisation d’une salle de spectacle et d’un théâtre dans le casino, agrandissement

du casino[19]].

1928. Aix en Provence, Villa pour M.Jouve, en collaboration avec H.Duflot, ingénieur et agent Hennebique. Entreprise Pierre Tétaz, concessionnaire Hennebique[20].

1928. Sanatorium pour la Renaissance sanitaire, château de Villiers-sur-Marne (aujourd’hui Villiers-Saint-Denis, Aisne). Réalisation en collaboration avec les architectes A.Bonnet et Henry Trésal (avec qui il travaille pour Montmartre

aux Artistes) [21]. Ce projet est commandité par La Renaissance sanitaire. Œuvre des sanatoriums et préventoriums populaires de France. Entreprises : Établissement Boyron ; Maurice Debosque : concessionnaire Hennebique.

1930. Expose au Salon d’Automne les maquettes du Casino de Malo les Bains et le Sanatorium d’Arnières[22] [23][24]

1933. Réalisation de la cité Montmartre aux Artistes, 187-189 rue Ordener, Paris 18e,

en collaboration avec l’architecte Henry Trésal[25].

1935. Projets pour les fontaines du Trocadéro [26], aménagements réalisés dans le cadre de l’Exposition Universelle de 1937[27]. 1936. Réalisation des bassins, fontaines et jardins en collaboration avec MM. R.-H. Expert et Paul Maître, architecte D.P.L.G[28][29].

Admis au second concours d’essai du Grand Prix d’Architecture (programme : Une fontaine monumentale).

Réalisations (AGORHA) :

Reconstruction du Moulin Rouge en 1924

Reconstruction des régions libérées en 1918

Ateliers d’artistes avenue Junot en 1925

Ateliers d’artistes 187-189 rue Ordener 1930-32

Constructions particulières.

[1] Grand prix de Rome en 1866, auteur en 1868 de l’hôtel

particulier-atelier de William Bougereau rue Notre Dame des Champs et également

architecte de la Bibliothèque Nationale de France, après Labrouste-réalisation de la salle ovale.

[2] AGORHA/ Archives nationales [AJ/52/240 ;

AJ/52/112 ; AJ/52/412]

[3] L’Architecture, n°24, 4 juin 1904, p. 215-216

[4] L’Architecture, n°22, 2 juin 1906 p.175

[5] Groupe des « Toulousains », formés par Falguière

[6] La Construction Moderne n°36, 4.09.1909, pl.121-122, p.580-581

[7] Adolphe Thiers, Jean Ebersolt, Les église de Constantinople, Paris, E.Leroux, 1913

[8] La Construction Moderne n°18, 30.04.1910, p.364-365 et La Construction Moderne n°23, 04.06.1910, p.432

[9] La Construction Moderne n°26, 25.06.1910, p.468

[10] L’Architecture n°8, 1917, p.148

[11] Cité de l’architecture et du patrimoine, IFA, Fonds Lyon, Gustave (1857-1936). 237 IFA

[12] Étudié par l’Inventaire/ IA00059464

[13] Cité de l’architecture et du patrimoine, Fonds Bétons

armés Hennebique (BAH). Subdiv.24 : Paris- De 1922 à 1928.076 IFA. Objet BAH-12-1923-61150

[14] Cité de l’architecture et du patrimoine, Fonds Richard, Joachim (1869-1960). 081 IFA. Chapitre F. Objet RICJO-F-1923-07

[15] L’Architecture n°5, 1925, p.63-68. Adolphe Thiers y est mentionné avec les architectes Forest et Nibodeau.

[16] La Construction Moderne n°46, 15.11.1925, pl.25-28,p.78-81

[17] L’Architecture n°13, 10 juillet 1926, p.155

[18] Étudié par l’Inventaire Général IA00076310

[19] Cité de l’architecture et du patrimoine, IFA, Fonds Bétons armés Hennebique (BAH). Subdiv.31 : Nord-Pas-de-Calais-Avant 1912.076 Ifa/ Objet BAH-17-1904-32917 et Subdiv.33 : Nord-Pas-de-Calais- De 1925 à 1929..076 Ifa/ Objet BAH-17-1927-33118

[20] Cité de l’architecture et du patrimoine, IFA, Fonds Bétons armés Hennebique (BAH). Subdiv.41 : PACA- A partir de 1920 et n.d.. 076 Ifa/ Objet BAH-21-1928-36060. Villa pour Monsieur Jouve, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). 1928

[21] Cité de l’architecture et du patrimoine, IFA, Fonds Bétons armés Hennebique (BAH). Subdiv.37 : Picardie- De 1925 à 1930 076 Ifa/ Objet BAH-19-1928-35243. Sanatorium pour La Renaissance sanitaire château de Villiers-sur-Marne (aujourd’hui Villiers-Saint-Denis, Aisne). 1928.

[22] L’Architecture n°12, 1930, p.445-446

[23] Architecture d’Aujourd’hui n°2, déc.1930, p.32

[24] La Construction Moderne n°1, 4 janvier 1931, p.211-212 (reproductions des élévations du sanatorium)

[25] L’Architecte n°3, 1933, p.39-40 (reproduction des plans, élévations –vues de la façade et photographies).

[26] Cité de l’architecture et du patrimoine, IFA, Fonds Carlu, Jacques (1890-1976).010 Ifa. Chapitre D. Projets et réalisations en France et en Europe, 1921-1959. Objet CARJA-D-35-3. Exposition internationale de Paris, 1937 et Cité de l’architecture et du patrimoine, IFA, Fonds Expert, Roger-Henri (1882-1955à.296 AA. Chapitre C. Projets. Objet EXPER-C-37. Exposition internationale de Paris, 1937 : jardin et bassin des fontaines du Palais de Chaillot.1937

[27] L’Architecture n°1, 15 janvier 1935, p. 8-9 et « Exposition de 1937 », Architecture Aujourd’hui n°6, juin 1936, p.84

[28] La Construction Moderne n°22, 31 mai 1936.

[29] Architecture d’Aujourd’hui n°5 et 6, juin 1937, pp.110-113.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
dossier.copyrights (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel