Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Z.U.P. du Val Fourré

Dossier IA78002201 réalisé en 2015

Fiche

Réalisé dans les années 60 mais conçu dans les années 50, le Val Fourré, dans son principe, est la mise en application des théories de l'urbaniste Raymond Lopez qui trouve ici une page blanche offerte par le maire Jean-Paul David épris de modernité. Lopez peut appliquer les grands principes de la Charte d'Athènes en toute liberté et il conçoit une ville de tours et de barres ponctuée d'aménagements publics. Devenu Z.U.P. en 1959, le Val Fourré échappe peu à peu à son concepteur (mort en 1966) et le programme initial de 5780 logements est porté finalement à 8230 faisant de cette Z.U.P. la plus grande de France. Grandes sont aussi les difficultés quand la crise économique bat son plein et des émeutes éclatent en 1991. Une politique nouvelle de destruction des tours et de réduction des barres réduit de 2000 le parc de logements.

Appellations Val Fourré
Parties constituantes non étudiées chaufferie, patinoire, piscine, maison de retraite, centre commercial, atelier
Dénominations zone d'urbanisation prioritaire
Aire d'étude et canton Mantes-la-Jolie
Adresse Commune : Mantes-la-Jolie

L'histoire du Val Fourré commence avant la création des ZUP puisque le terrain de 90 ha de l'ancien aérodrome de Gassicourt a été acheté en 1954 et un premier plan d'ensemble dressé par Raymond Lopez approuvé par le conseil municipal en 1958. La ZUP du Val Fourré a été légalement créée le 3 août 1959 et aussitôt confiée à la Société d'Equipement de la Région de Mantes (SERM). Un nouveau plan masse, plus dense, est adopté en 1960. Henri Longepierre assiste Lopez dans ses fonctions d’architecte en chef et prend sa succession après sa mort en 1966. Les architectes d'opération sont, notamment, R. Porte et E. Wassermann mandatés par le Logement Français, (quartiers 1) et la Société coopérative interprofessionnelle de la région parisienne (quartier 5), O.Caplain, J. Rolland, M. Gojard, M. David mandatés par les HLM de l’arrondissement de Mantes et l’Office communal de HLM de Mantes (quartier 2), Y.Houdard, R. Vassy et O. Caplain pour la société coopérative HLM de l’arrondissement de Mantes( quartier 2), Legrand et Rabinel pour la Société Centrale immobilière de la Caisse , SCIC (quartiers 2 et 4), Henry Pottier pour le Foyer du Fonctionnaire et de la Famille (quartier 3), Delavigne et Rimbaud (quartiers 7 et 7 bis) pour le Foyer du Fonctionnaire et de la Famille, Longepierre pour la SCIC (quartier 1). En 1977, lors du changement de municipalité, le nouveau maire, Monsieur Picard décide d'arrêter la construction de tours. c'est ainsi que la tour Pluton, dans le quartier 1 est plus basse. Au total ce sont près de 8000 logements qui ont été construits (contre 6000 dans le projet d'origine) qui abritent en 1983 23 798 habitants. A cette date, la crise économique est déjà très avancée, notamment celle de l'automobile où travaillent de nombreux ouvriers sans qualification qui sont les premiers licenciés. De plus le Val Fourré souffre d'une mauvaise qualité constructive si bien qu'un programme de réhabilitation est lancé en 1984 par la ville. Cela n'empêche pas de graves émeutes en mai-juin 1991. Un vaste programme de dé-densification est alors lancé avec destruction de 13 tours et de plusieurs barres soit 2000 logements. La population tombe à 20 981 habitants en 2011 pour 6175 logements. (Pour plus de détail voir ci-dessous le Lien Web vers une synthèse).

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1963, daté par source
Auteur(s) Auteur : Lopez Raymond, architecte urbaniste, architecte, attribution par source
Auteur : Longepierre Henri, architecte urbaniste, architecte, attribution par source
Auteur : Rolland J., architecte, attribution par source
Auteur : David M., architecte, attribution par source
Auteur : Gojard Marcel, architecte, attribution par source
Auteur : Caplain Olivier, architecte, attribution par source
Auteur : Houdard Yves, architecte, attribution par source
Auteur : Legrand J.M., architecte, attribution par source
Auteur : Rabinel J., architecte, attribution par source
Auteur : Porte R., architecte, attribution par source
Auteur : Wassermann E., architecte, attribution par source
Auteur : Pottier Henry, architecte, attribution par source
Auteur : Delavigne Sainte Suzanne Maurice, architecte, attribution par source
Auteur : Rimbaud, architecte, attribution par source

8 quartiers délimités géographiquement par des voies principales et secondaires, constituent l’ensemble du Val Fourré. chacun d’eux, porte une dénomination qui correspond au choix des noms des rues qui les desservent (quartier 1 des écrivains, quartier 2 des inventeurs, quartier 3 des musiciens, quartier 4 des aviateurs, quartier 5 des peintres, quartier 6 des médecins, quartier 7 des explorateurs), auxquels s'ajoutent le quartier 7 bis des garennes et le "village d'artistes". La structure urbaine est matérialisée par un maillage de voies à trame orthogonale, et par quelques grands mails d’architecture végétale. L’un de ces mails suit un axe de desserte automobile important, (rue Nungesser et Coli) et constitue l’axe urbain principal de la ZUP. Le long de cet axe, sont implantés plusieurs équipements scolaires et sportifs, ainsi que le centre commercial principal. L'habitat est essentiellement composé de tours et de barres, à l'exception des quartiers 7 et 7 bis qui comportent aussi des pavillons. Des équipements publics sont construits parallèlement : chaufferie commune (Lopez, et Longepierre) 1963, château d'eau (Lopez, 1967), église Saint Jean-Baptiste (1968), mosquée (1981). De très nombreuses écoles sont érigées : 6 écoles maternelles, 7 écoles primaires, 2 collèges. Trois petits centres commerciaux plus le centre commercial central sont aménagés. Le centre social Chopin, la maison des jeunes et de la culture dite "la Pagode", l'ECM le Chaplin. Par ailleurs trois maisons de retraite sont disséminées dans les quartiers 3, 4 et 6. Enfin une patinoire et une piscine sont à la périphérie. (Pour plus de détail voir ci-dessous le Lien Web vers une synthèse).

Murs béton
Toit béton en couverture

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives Nationales, Direction de l'habitat et de la construction, carton n°19950207/41 à 43

  • Archives Nationales, Direction de l'habitat et de la construction, carton n°19840091/130-132

  • Archives Départementales des Yvelines, 2414 W 453-1047 : opération de la ZUP du val Fourré. 1959-1988

  • Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire 97/63

  • Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 50/63

  • Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 94/63

  • Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 51/63

  • Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 27/65

  • Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 77/65

  • Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, 7 A 8 Enquête auprès des habitants du Val Fourré

Bibliographie
  • Souvenirs de Mantes Acte II : Trente ans d'aventure urbaine de 1945 à 1975

    p.8
Périodiques
  • L'Architecture d'aujourd'hui, n°80, oct.nov. 1958.

    p.14-16

Liens web

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Bussière Roselyne
Roselyne Bussière

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.