Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

statue de la Vierge à l'Enfant avec son retable

Dossier IM77000333 réalisé en 2011

Fiche

L'église de Rampillon abrite plusieurs statues. La plus remarquable est une Vierge à l'Enfant du XIVe siècle. Cette oeuvre s’inscrit dans un vaste corpus mais se signale par la qualité de son exécution, qui lui a valu de figurer dans l’exposition « La Vierge dans l’art français » en 1950. La statue était en outre placée dans un retable sculpté un peu moins ancien (XVIe siècle), dont les bas-reliefs représentaient douze scènes de la vie de la Vierge, mais qui a malheureusement fait l'objet d'un vol en 1974.

Dénominations statue, retable
Titres Vierge à l'Enfant
Aire d'étude et canton Nangis
Adresse Commune : Rampillon
Adresse : place de la Commanderie
Emplacement dans l'édifice dans la chapelle sud

La statue combine une certaine préciosité caractéristique du XIVe siècle, qui apparaît par exemple dans les volutes des plis ou dans les mains aux doigts effilés, et une attitude assez monumentale qui se situe encore dans la tradition du XIIIe siècle. L¿analyse stylistique suggère donc une datation dans le deuxième quart du XIVe siècle.

Période(s) Principale : 14e siècle
Principale : 16e siècle

La statue de la Vierge à l'Enfant est une oeuvre en calcaire polychrome datant du 14e siècle, d'une très belle facture. Elle a été entourée, au 16e siècle, par un retable en bois formé d'un dais sommital et de quatre panneaux latéraux ornés de scènes en bas-relief. Ces panneaux ont été volés en février 1974. Une partie d'entre eux a été retrouvée le 17 novembre 1976 et rendue à la commune.

Catégories sculpture, menuiserie
Matériaux calcaire, taillé, polychrome, incrustations
Précision dimensions

Dimensions du retable : h = 250 ; la = 205. Statue de la Vierge : h = 175. Largeur du socle de la statue : la = 78.

Iconographies Vierge à l'Enfant
Annonciation
Visitation
Adoration des Mages
Fuite en Egypte
Saint Joseph charpentier
Présentation au Temple
Massacre des Innocents
la Vierge filant
Nativité
Annonce aux Bergesr
soldat, paysan, champ, blé
Précision représentations

La Vierge, fortement hanchée, porte une couronne à hauts fleurons feuillagés et un manteau relevé sur le bras droit, qui forme une sorte de tablier sur le devant du corps et s'achève en volutes sur la hanche. L'Enfant, vêtu d'une robe, a de courts cheveux frisés et lève vers sa mère son visage rond. Il tient dans la main gauche un objet rond (pomme ou globe ?) tandis que de la main droite, il retient le voile de sa mère. Sur les volets du retable figurent des épisodes de l'Enfance du Christ. A l'origine, ils formaient un ensemble de douze scènes, rangées trois par trois sous des coquilles, et dont l'une illustre un épisode apocryphe : celui de la "Légende du champ de blé".

Précision état de conservation

La statue a conservé son décor de polychromie (restauré en 1908) et d¿incrustations de verroterie, encore présentes en bordure du manteau de la Vierge et de la robe de l'Enfant. En revanche, seules restent les traces des bagues que portait la Vierge à la main droite. L'attribut qu'elle tenait dans cette main, sceptre ou fleur de lys, a lui aussi disparu.

à signaler

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé au titre objet, 1902/06/06

Annexes

  • Documentation sur la Vierge à l'Enfant de Rampillon

    Sources d’archives

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

    - 81//77/90 : restauration de la statue en 1908.

    - Photographies anciennes (voir rubrique « liens web »).

    Bibliographie

    - F. Baron, notice dans le catalogue de l’exposition Trésors sacrés, trésors cachés. Patrimoine des églises de Seine-et-Marne, Paris : musée du Luxembourg, 10 septembre-30 octobre 1988, Melun : Comité départemental du patrimoine de Seine-et-Marne, 1988, p. 170.

    - A. Carlier, Un chef d’œuvre du XIIIe siècle. L’église de Rampillon, Paris, 1930.

    - L. Forgeard, L’âge d’or de la Vierge et l’Enfant. Le XIVe siècle en Seine-et-Marne, Paris : éditions du Chêne, 1995, p. 44-46.

    - L. Réau, Iconographie de l’art chrétien, tome II-2, Paris : PUF, 1957, p. 277.

    - R. Suckale, « Réflexions sur la sculpture parisienne à l’époque de Saint Louis et de Philippe le Bel », Revue de l’Art, n° 128, 2000-2, p. 39.

    - J. Vendryes, « Le miracle de la moisson en Galles », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, N. 1, 1948. pp. 64-76. (voir rubrique « liens web »)

    Liens web

    - photographies anciennes du retable dans son état complet (Médiathèque du patrimoine):

    http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/memoire_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_5=LBASE&VALUE_5=PM77001949

    Vue du retable avec la statue au centre :

    http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/memoire_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_5=LBASE&VALUE_5=PA00087252&NUMBER=21&GRP=0&REQ=%28%28PA00087252%29%20%3aLBASE%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=50&DOM=Tous

    - Gravure parue dans le « Magasin pittoresque », 1860-10, p. 337 :

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5566058x/f25.image.r=Rampillon.langFR

    - sur un détail du retable, la légende apocryphe du Miracle de la Moisson :

    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1948_num_92_1_78220

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.