Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Samois-sur-Seine - usine de petite métallurgie (usine de pompes à essence) SEP, actuellement gymnase municipal et magasin industriel Wolters SA

Dossier IA77000722 réalisé en 2009

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • magasin industriel
    • maison
    • quai
    • cour
    • bureau
    • atelier de fabrication
Précision dénomination usine de pompes à essence
Appellations usine de petite métallurgie de la Société d'Exploitation des Pompes, puis Chemico departement SEP, actuellement magasin industriel Wolters SA
Destinations magasin industriel, gymnase municipal
Parties constituantes non étudiées magasin industriel, maison, quai, cour, bureau, atelier de fabrication
Dénominations usine de petite métallurgie, magasin industriel, gymnase
Aire d'étude et canton Seine-et-Marne - Fontainebleau
Adresse Commune : Samois-sur-Seine
Adresse : 22 avenue de la Libération
Cadastre : 2007 AL 486, 487, 488, 489

La Société d'Exploitation des Pompes (SEP, puis Chemico departement SEP), s'est implantée à Samois-sur-Seine au cours de la première moitié du 20e siècle. Dans la seconde moitié du 20e siècle, elle se spécialise dans la fabrication de pompes à essence (pompe Chemico) et effectue sur place le façonnage, le montage et le conditionnement des pompes. L'activité prend fin au milieu des années 1980. Le site est alors racheté par la commune qui entreprend des travaux de restauration au cours de l'année 1986. Une partie du site est reconvertie en gymnase avec vestiaires. L'autre est divisée en lots afin d'accueillir des activités artisanales et permettre la création d'activités nouvelles. Ainsi un atelier de restauration de sièges anciens, un atelier de ferronnerie d'art, une radio locale et un entrepôt de textiles s'y installent durant quelques années. Depuis la fin des années 1980, Wolters SA, négociant en textiles techniques, occupe la totalité du site, exceptée la partie convertie en gymnase. Les locaux servent au stockage de la matière première (textiles synthétiques) importée de France, d'Europe et d'Asie avant d'être redistribuée vers les clients spécialisés dans la confection, notamment à Paris (quartier du Sentier), Lyon, Bordeaux, Le Havre, en Vendée, dans le Nord de la France ainsi qu'en Afrique du Nord et dans les pays de l'Est.

Période(s) Principale : 1ère moitié 20e siècle

L'ensemble de la parcelle est bâti, exceptés une cour rectangulaire centrale et un petit jardin en fond de parcelle. La façade latérale du pavillon (du gardien ?) comportant un transformateur électrique, le portail d'entrée avec ses piliers de briques pleines, la façade latérale des anciens bureaux et le pignon de la salle des machines forment un front bâti côté rue. La cour centrale (à l'origine couverte) dessert à l'est des bâtiments sur deux niveaux dont les rez-de-chaussée ont servi au personnel de la SEP de vestiaires, réfectoire et lavabos. A l'extrémité opposée de la cour étaient organisés les ateliers de façonnage. Le plus vaste, d'une surface de 300 m², abritait notamment un banc d'essais et de rodage ainsi que plusieurs machines-outils. La façade latérale de cet ancien atelier a été modifiée lors de la reconversion du site : deux des trois baies rectangulaires ainsi que la porte vitrée permettant l'accès au bâtiment depuis la cour ont été murés. Le linteau métallique de la baie inférieure témoigne de ces anciens percements. La toiture à deux pentes comporte un châssis vitré qui permettait un éclairage zénithal de l'atelier, maintenu lors de la reconversion tout comme la charpente apparente en bois. Au nord de cette nef se trouvait le local de la chaufferie ainsi que les compresseurs. Cet ensemble a été transformé en gymnase dont les vestiaires et douches occupent aujourd'hui les anciens bureaux. En fond de cour, l'espace anciennement réservé au montage, sous appentis, communiquait avec l'atelier de façonnage. Seul l'accès depuis la cour a été conservé. A l'arrière se trouvait une cabine de peinture. Un quai de chargement en béton permet de desservir les espaces ayant servi de stockage à la SEP puis à Wolters SA. Les anciens locaux réservés au poste de soudure et au magasin, à l'arrière de cet ensemble, sont aujourd'hui occupés par les bureaux de Wolters SA. La réaffectation des espaces au stockage de textiles a très peu modifié leur organisation : seule la cloison qui séparait l'espace desservi par le quai de chargement et la cabine de peinture a été abattue. De manière générale, la reconversion des anciens ateliers de la SEP a été respectueuse de l'organisation et de la répartition des espaces de production initiaux.

Murs bois
béton
calcaire
moellon
pan de bois
parpaing de béton
Toit tuile mécanique, tôle ondulée, verre en couverture
Étages 2 étages carrés
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans
Énergies énergie électrique
achetée
États conservations restauré, établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée
propriété de la commune
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil général de Seine-et-Marne - Caliste Lisa
Lisa Caliste

Chargée de mission, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire, de 2009 à 2010.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.