Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

prison

Dossier IA77000642 inclus dans ville de Meaux réalisé en 2011

Fiche

Dénominations prison
Aire d'étude et canton Meaux
Adresse Commune : Meaux
Adresse : 4 rue des Cordeliers
Cadastre : 2000 BC 652

La maison d'arrêt de Meaux a été édifiée de 1854 à 1857 par l'entrepreneur meldois Pierre Félicité Barigny sur les plans de l'architecte départemental Ernest Mangeon, également auteur des prisons de Coulommiers et de Fontainebleau dont elle reprend le plan "en nef" tout en l'adaptant aux principes de la répartition des détenus par quartiers (circulaire Persigny du 17 août 1853). Le retour au régime cellulaire imposé par la loi de 1875 a été appliqué par l'architecte de l'arrondissement Perdrigé en 1902-1903. L'inauguration du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin, le 8 juillet 2004, a entraîné la désaffectation progressive de l'ancienne maison d'arrêt. Elle est actuellement en cours de reconversion en pôle culturel, selon le projet de l'Atelier Novembre (livraison prévue en 2016).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates 1855, daté par source
1902, daté par source
Auteur(s) Auteur : Mangeon Ernest, architecte, attribution par source
Auteur : Barigny Pierre-Félicité, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Perdrigé, architecte, attribution par source

La maison d'arrêt de Meaux est construite sur un plan "en nef" : la zone réservée aux prisonniers forme un grand rectangle avec un espace de circulation central, qui se retrouve sur les trois étages de cellules que compte l'établissement ; le niveau inférieur abritait quant à lui le « mitard » et un atelier. Cette nef est gouvernée, vers l'est, par un observatoire en rotonde qui permet de surveiller aussi les « préaux » (cours de promenade) disposés à l'extérieur, en « camembert ». Cette zone d'enfermement est précédée par un espace réservé à l'administration pénitentiaire. On y trouvait notamment, au XIXe siècle : le greffe, la lingerie, la cuisine, les logements des gardiens, de la gardienne des femmes et du gardien-chef. C'est cette partie « administrative » qui forme la façade de la prison, avec ses deux avant-corps latéraux.

Murs meulière
Toit tuile mécanique
Étages 3 étages carrés
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures appentis
croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier droit, en charpente métallique


Statut de la propriété propriété publique
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil général de Seine-et-Marne - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.