Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
cathédrale Saint-Etienne

portail du bras sud du transept

Dossier IM77000253 réalisé en 2008

Fiche

Le portail du bras sud du transept illustre, comme celui du bras nord, la vie de saint Etienne, patron de la cathédrale de Meaux. Mais le style est très différent : le décor est beaucoup plus fourni, il s'étend notamment sur les piédroits et les voussures et même sur les murs encadrant le portail, à gauche et à droite. Le tympan sculpté s'inspire directement de celui du bras sud du transept de Notre-Dame de Paris, exécuté dans les années 1260 (début du chantier en 1258). C’est l’une des toutes premières copies « à l’identique » du Moyen Âge européen.

Dénominations portail
Aire d'étude et canton Meaux
Adresse Commune : Meaux
Emplacement dans l'édifice sur le bras sud du transept

Cet ensemble sculpté a été directement copié sur le décor du bras sud du transept de Notre-Dame de Paris. Toutefois, le style de son exécution trahit une date un peu plus tardive, comparable par exemple à certains groupes des portails occidentaux de la cathédrale d'Auxerre, réalisés dans les années 1260-1270, et plus encore au portail de la Vierge à la cathédrale de Sens (après 1268), que Peter Kurmann attribue au même atelier.

La similitude avec Notre-Dame de Paris avait été interprétée comme un manifeste politique lié au rattachement de la ville au domaine royal, en 1285. Mais la dernière datation proposée par Peter Kurmann pour la construction du bras sud du transept et la réalisation des sculptures, dans les années 1270, conduit à abandonner cette signification politique au profit d’une influence purement artistique, signe du prestige de l’œuvre parisienne, qui se fait également sentir sur la sculpture de la cathédrale de Reims.

Les sculptures ont subi d'importantes dégradations lors du saccage de la cathédrale par les protestants en 1562, ce qui rend parfois leur identification difficile. Par ailleurs, le portail a connu d'importantes restaurations au XIXe siècle, d'abord entre 1832 et 1835, puis entre 1882 et 1888. Au cours de cette dernière opération ont été mises en place les sculptures de la voussure extérieure, parmi lesquelles on reconnaît saint Maurice d'Agaune et saint Hubert. Les modèles en plâtre de ces sculptures sont conservés dans le dépôt lapidaire du Vieux-Chapitre.

Période(s) Principale : 2e moitié 13e siècle
Stade de création copie

La partie basse de la façade du bras sud du transept, ouvrant vers la rue Saint-Etienne (ancienne rue des Merciers), abrite un important décor sculpté qui se déploie aussi bien sur le portail central que sur les murs adjacents. Le portail proprement dit comprend au centre un trumeau et un tympan sculpté, entourés par trois rangs d'ébrasements, avec des statues de saints en pied, prolongés par des voussures peuplées de statuettes. Cet ensemble est couronné par un gâble (refait au XIXe siècle). Sur les côtés, sont également installées des statues en pied sous un décor d'arcatures aveugles, surmontées par un petit gâble.

Catégories sculpture
Matériaux calcaire, taillé
Précision dimensions

dimensions non prises

Iconographies saint Etienne diacre disputant avec les rabbins
saint Etienne diacre devant le Sanhédrin
lapidation de saint Etienne
saint Etienne diacre, ensevelissement, tombeau
Christ trônant, ange : agenouillé
prédication de saint Etienne
saint Denis
saint Saintin

Précision représentations

Au tympan sont représentées cinq scènes de la vie de saint Etienne, disposées sur deux registres. Au registre inférieur, on voit de gauche à droite son débat avec les docteurs juifs, puis une scène de prédication, et enfin la comparution de saint Etienne devant le tribunal du Sanhédrin. Au registre médian, on reconnaît la lapidation de saint Etienne (à gauche) et son inhumation (à droite). Au sommet du tympan trône le Christ entouré par deux anges. Ce tympan sculpté est encadré par trois voussures abritant des anges (voussure intérieure) et des apôtres et des confesseurs (voussure médiane). La voussure extérieure a été refaite au 19e siècle, elle abrite plusieurs saints. Enfin, des statues d'apôtres garnissent les piédroits mais leur état empêche toute identification certaine. Quant aux statues des murs latéraux, elles sont supportées par des marmousets et représentent des saints : peut-être saint Denis (tenant son chef dans ses mains) et saint Saintin (l'évêque à ses côtés) à gauche, et saint Faron et sainte Céline à droite. L'iconographie du tympan est directement inspirée par celle de Notre-Dame de Paris.

États conservations oeuvre mutilée
Statut de la propriété propriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre immeuble, 1840
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil général de Seine-et-Marne - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.