Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
collégiale Notre-Dame

orgue

Dossier IM77000076 réalisé en 2002

Fiche

Dénominations orgue
Aire d'étude et canton Melun
Adresse Commune : Melun
Adresse : place Notre-Dame
Emplacement dans l'édifice sur la tribune

Sous l'Ancien Régime, la collégiale Notre-Dame possède un orgue dont les titulaires sont mentionnés dans les archives de 1673 à 1790. Cet orgue, qui aurait été offert par Etienne Chevalier vers 1460, disparaît à la Révolution et n'est réellement remplacé qu'à la fin du 19e siècle, même si un faux orgue est établi en 1840. A l'instigation de l'abbé Séroin, curé de Notre-Dame, la fabrique achète son orgue personnel à la cantatrice Pauline Viardot en 1885. Cet instrument avait été commandé à Aristide Cavaillé-Coll par Pauline Viardot en 1850 pour le salon de musique de son hôtel particulier, rue de Douai, à Paris. Les plans du buffet sont dus à l'architecte Liénard. L'orgue, achevé en 1851, jouit très vite d'une grande célébrité, liée au succès des jeudis de Pauline Viardot, fréquentés par Gounod, Liszt, Saint-Saëns, etc : il est présenté par Cavaillé-Coll à l'Exposition universelle de 1855. Lorsque Pauline Viardot se retire, en 1863, l'orgue est transféré dans sa maison de Baden-Baden. La guerre de 1870 amène un nouveau déménagement, à Bougival. Après son achat par la fabrique, l'orgue est enfin remonté à Notre-Dame fin 1885 ou début 1886, sur une tribune construite par l'entrepreneur Lequeux (après destruction de l'ancienne tribune). A l'occasion de ce transfert, sont apportées de légères modifications : le buffet est relevé d'environ 25 cm, et le médaillon de Ary Scheffer représentant la Malibran (soeur de Pauline Viardot), qui ornait le haut du buffet, est remplacé par une horloge. Depuis son installation dans la collégiale, l'orgue a connu plusieurs restaurations : par Charles Mutin vers 1896, Duputel en 1912, Paul-Marie Koenig en 1955 (à la suite des bombardements de 1940), Jean Jonet en 1966. Les parties latérales sont des rajouts, peut-être assez anciens : elles pourraient dater de l'installation de l'orgue à Baden-Baden en 1864.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1851
Lieu d'exécution Édifice ou site : Ile-de-France, 75, Paris
Auteur(s) Auteur : Cavaillé-Coll Aristide, facteur d'orgues
Auteur : Liénard, architecte
Auteur : Scheffer Ary, peintre

Le buffet d'orgue porte un abondant décor en bas-relief, rapporté, complété par quelques rondes-bosses (anges en couronnement) et par une horloge, surmontée d'un fronton brisé. Seule la partie centrale (buffet, banc et console) est d'origine : les deux ailes en retrait, postérieures, ne sont pas étudiées.

Catégories menuiserie, facture d'orgue
Matériaux chêne, décor en bas-relief, décor en ronde-bosse, décor rapporté
étain
Précision dimensions

h = 400; l = 250; pr = 460 (dimensions approximatives. Longueur approximative avec les rajouts latéraux : l = 425. dimensions de la console, avec le banc : h = 120, l = 145, pr = 122)

Précision représentations

cor, lyre, flûte de pan, rinceaux, castagnettes, tambourin, flûte, ange, harpe, pot à feu ; Le buffet d'orgue est orné de plusieurs instruments de musique : flûtes de pan et rinceaux fleuris (au centre), cor, lyre et flûte de pan (à gauche), sistre, castagnettes, tambourin et flûtes (à droite). En couronnement sont représentés des anges tenant une harpe et des pots à feu.

Inscriptions & marques inscription concernant le commanditaire, sur l'oeuvre, initiale
Précision inscriptions

Le V et le G de Pauline Viardot, née Garcia, sont répétés à plusieurs reprises sur le buffet d'orgue et la console.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1989/10/30
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.