Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison Colmont, Jouy-le-Moutier

Dossier IA95000500 inclus dans Présentation de l’œuvre de Dominique Zimbacca (1928-2011) réalisé en 2017

Fiche

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Ile-de-France
Adresse Commune : Jouy-le-Moutier
Adresse : 4 rue du four à pain
Cadastre : 2016 000ck01 645
Précisions

La maison de Jouy-le-Moutier a été réalisée dans le cadre d'un projet porté par les habitants de ce lotissement surnommé La Hayette. Il s'agit d'une démarche collective d'auto-construction débutée en 1981. Les habitants réunis en une association, "Des murs, un toit", ont élaboré leur projet avec des architectes de leur choix. Il y a en tout sept maisons de formes, matériaux et couleurs différents, qui respectent toutes une harmonie de taille et de gamme chromatique. Ce processus participatif s'est aussi fondé sur la création d'espaces de circulation et d'un jardin partagé dans le lotissement. Particulièrement réussis, car très végétalisés, ils tendent à faire disparaître les murs de clôtures et les séparations. Le propriétaire à l’initiative de cette maison en particulier, monsieur Colmont (la maison a été vendue en 2001), a demandé à Dominique Zimbacca un projet au budget modeste mais tout à fait respectueux du processus participatif et reprenant l'ensemble des codes propres à l'architecture défendue par D.Zimbacca.

Aujourd'hui, la maison Colmont reste proche de son état et de son environnement originels. Seule la toiture de bitume a due être remplacée, au profit d'un matériau : le zinc. Les propriétaires actuels ont agrandi la maison en y ajoutant un jardin d'hiver.

Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1982, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Zimbacca Jean-Pierre, Raymond, dit(e) Dominique
Jean-Pierre, Raymond Zimbacca , né(e) Zimbacca , dit(e) Dominique (1 mars 1928 - 4 janvier 2011)

Étudiant à l’École des Beaux-Arts à partir de 1951, Dominique Zimbacca suit les cours de l'atelier Chappey puis ceux de l'atelier de Jean Faugeron (en 1958). C'est probablement là qu'il rencontre Hervé Baley (1933-2010) avec qui il crée entre 1959 et 1960 l'Atelier d'Architecture et Aménagement. C'est dans ce cadre qu'ils réalisent une première maison à Cholet, dite maison Résibois. Leur collaboration dure quelques années, prenant le plus souvent la forme de création de mobiliers. En 1968, alors qu'Hervé Baley devient professeur à l’École spéciale d'Architecture et fonde l'atelier Sens et Espace, D. Zimbacca donne quelques conférences et fonde le groupe Art et Habitation où il dispense un enseignement informel. En 1968, il épouse Geneviève Fournier. En 1969, il est chargé de la construction du Centre Paroissial Jean XXIII à Saint Quentin (Aisne). C'est à partir des années 70 que son activité de constructeur se développe réellement tout en maintenant une intense activité de concepteur de mobilier (il collabore de façon exclusive avec deux menuisiers successivement, M.Jacobi puis Jacques Mauraisin). Il réalise sa première maison en 1979 à Corbeil-Essonnes, et l'en-tête de son papier à lettres indique alors " Dominique Zimbacca, architecte, création de maisons organiques-architecture d'intérieur-mobilier.".

1979 : Maison Michard à Corbeil-Essonnes (Essonne)

1979-81 : Mobilier de la maison Auriol (architecte Edmond Lay, né en 1930)

1982 : Inscription à l'Ordre des Architectes d'Ile-de-France

1987 : Participation au Salon de la Maison Individuelle, Palais des Congrès, Paris.

1988 : Maison Von Bredow, Yerres (Essonne) sur un terrain lui appartenant (également construction de la maison Bru et de la maison Andrès)

1989 : Maison Étienne, La Chapelle du Mont du Chat (Savoie)

1997 : Construction de sa propre maison à Tourouvre (Orne)

1999 : Mariage avec Lucienne Wack

2002 : Démission de l'Ordre des Architectes

2011 : Décès. Dominique Zimbacca est enterré à Tourouvre, aux cotés de sa première épouse Geneviève Fournier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

La maison est composée d'un seul corps principal en forme de L, dont la forme est caractérisée tant à l'extérieur qu'à l'intérieur par une toiture très importante, visible à l'intérieur de toutes les pièces. Une attention particulière a été portée à la charpente : les deux poutres faîtières des deux ailes de la toiture, d'une portée d'environ 6m, partent orthogonalement d'un même point de la cheminée qui les porte, vers des fermettes qui les supportent à leur extrémité opposée. La maison est dotée d'un étage peu important entièrement sous combles et d'un sous-sol utilitaire. L'essentiel de la surface habitable se trouve au rez-de-jardin. Au centre du L se trouve les parties communes : salle de séjour, cuisine, entrée et à chaque extrémité, une chambre. Les salles d'eau et toilettes sont situées près de l'une de ces chambres, à l'aile sud. La troisième chambre est à l'étage, au dessus de la salle de séjour, et communique aux loggias des chambres du niveau inférieur par des passerelles légères. La toiture se compose d'un corps principal, formé de huit versants à 45° et d'un corps secondaire formé par une rigole d'égout périphérique.

Murs béton enduit
Toit zinc en couverture
Étages étage de comble, sous-sol
Couvertures
Escaliers escalier dans-oeuvre
Techniques maçonnerie
menuiserie
Représentations représentation non figurative, triangle
Précision dimensions

La maison fait 100m2 au sol pour 186 m2 de toiture. La toiture était recouverte de shingle mais a été refaite en zinc, les propriétaires actuels ont ajoutés une véranda.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Sol Anne-Laure
Anne-Laure Sol

Conservateur du patrimoine, service Patrimoines et Inventaire, Région Ile-de-France.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Van Eynde Salomé
Salomé Van Eynde

Étudiante de l'École du Louvre et diplômée d'une licence de philosophie (université Sorbonne-Paris IV), Salomé Van Eynde est l'auteur d'un mémoire, soutenu en juin 2017, sur l'enseignement d'Hervé Baley à l'École Spéciale d'Architecture (1968-1990). Elle réalise un stage au sein du service de l'Inventaire de la région Ile-de-France en mai et juin de la même année, stage au cours duquel elle seconde la conservatrice du patrimoine Anne-Laure Sol dans ses recherches sur Hervé Baley (1933-2010) et Dominique Zimbacca (1928-2011).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.