Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison Bonnefois, Chennevières-sur-Marne

Dossier IA94000561 inclus dans Présentation de l’œuvre de Dominique Zimbacca (1928-2011) réalisé en 2017

Fiche

Monsieur Bonnefois a commandé cette maison à Dominique Zimbacca. Il a été séduit par son sens des proportions et apprécie la présence de nombreux espaces enfoncés, ainsi que la configuration de son salon comme un amphithéâtre. Au départ, la cheminée devait comporter cinq âtres. La piscine devant la maison reprend quant à elle la forme d'un hexagone. La maison n'a pas de cave et possède un chauffage au sol. Elle est construite sur un terrain très glissant, il a donc été nécessaire de réaliser une semelle.

[les mots en italique sont de M.Bonnefois]

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Ile-de-France
Adresse Commune : Chennevières-sur-Marne
Adresse : 11 bis - 13 rue de l'Aqueduc
Cadastre : 2015 AH01 350 - 351

Si les plans de cette maison ont été dessinés par Dominique Zimbacca, c'est Alain-Philippe Riou, ancien étudiant d'Hervé Baley à l'ESA qui s'est chargé de la réaliser. La maison n'a jamais été modifiée depuis.

Période(s) Principale : 1er quart 21e siècle
Dates 2000, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Zimbacca Jean-Pierre, Raymond, dit(e) Dominique ,
Jean-Pierre, Raymond Zimbacca , né(e) Zimbacca , dit(e) Dominique (1 mars 1928 - 4 janvier 2011)

Étudiant à l’École des Beaux-Arts à partir de 1951, Dominique Zimbacca suit les cours de l'atelier Chappey puis ceux de l'atelier de Jean Faugeron (en 1958). C'est probablement là qu'il rencontre Hervé Baley (1933-2010) avec qui il crée entre 1959 et 1960 l'Atelier d'Architecture et Aménagement. C'est dans ce cadre qu'ils réalisent une première maison à Cholet, dite maison Résibois. Leur collaboration dure quelques années, prenant le plus souvent la forme de création de mobiliers. En 1968, alors qu'Hervé Baley devient professeur à l’École spéciale d'Architecture et fonde l'atelier Sens et Espace, D. Zimbacca donne quelques conférences et fonde le groupe Art et Habitation où il dispense un enseignement informel. En 1968, il épouse Geneviève Fournier. En 1969, il est chargé de la construction du Centre Paroissial Jean XXIII à Saint Quentin (Aisne). C'est à partir des années 70 que son activité de constructeur se développe réellement tout en maintenant une intense activité de concepteur de mobilier (il collabore de façon exclusive avec deux menuisiers successivement, M.Jacobi puis Jacques Mauraisin). Il réalise sa première maison en 1979 à Corbeil-Essonnes, et l'en-tête de son papier à lettres indique alors " Dominique Zimbacca, architecte, création de maisons organiques-architecture d'intérieur-mobilier.".

1979 : Maison Michard à Corbeil-Essonnes (Essonne)

1979-81 : Mobilier de la maison Auriol (architecte Edmond Lay, né en 1930)

1982 : Inscription à l'Ordre des Architectes d'Ile-de-France

1987 : Participation au Salon de la Maison Individuelle, Palais des Congrès, Paris.

1988 : Maison Von Bredow, Yerres (Essonne) sur un terrain lui appartenant (également construction de la maison Bru et de la maison Andrès)

1989 : Maison Étienne, La Chapelle du Mont du Chat (Savoie)

1997 : Construction de sa propre maison à Tourouvre (Orne)

1999 : Mariage avec Lucienne Wack

2002 : Démission de l'Ordre des Architectes

2011 : Décès. Dominique Zimbacca est enterré à Tourouvre, aux cotés de sa première épouse Geneviève Fournier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Riou Philippe-Alain,
Philippe-Alain Riou (1953 - )

Ancien élève d'Hervé Baley (1933-2010) à l'École Spéciale d'Architecture (ESA), et diplômé en 1982, Philippe-Alain Riou devient par la suite le collaborateur de Dominique Zimbacca (1928-2011) dont il réalise quatre projets : Maison Bonnefois à Chennevières-sur-Marne, Maison Ducorneau à Boutigny-sur-Essonne, ainsi que deux autres maisons en Normandie. Pour les parties en bois et en particulier les charpentes, Alain-Philippe Riou travaille avec un menuisier, compagnon du Devoir, Jean-Louis Giraud. Dès 1982, avec son épouse Françoise, également ancienne élève de Baley à L'ESA, il fonde l'agence Art-Trait-Design, spécialisée dans l'architecture organique. Il poursuit aujourd'hui encore son activité, entre Seine-et-Marne et Normandie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques

La maison Bonnefois prend place sur une terrain en pente de 655 m² qui offre un point de vue panoramique sur l'Ouest parisien assez remarquable. L'habitation s'étend donc sur la longueur de la parcelle, et observe une gradation de ses différents niveaux afin que la vue soit toujours dégagée. Elle respecte ainsi le choix de son commanditaire : une maison en lien et en intégration avec son site et la nature, tout en gardant des espaces intimes.

La maison Bonnefois dispose d'un sous-sol avec deux caves, chacune à une extrémité de la maison. Elles sont desservies par deux volées de marches distinctes dont le départ, au centre du plan présente un espace au volume polygonal correspondant à la partie basse du séjour. Une vaste cheminée à trois foyers y prend place et constitue l'axe vertical de cet espace. Ce séjour se prolonge au niveau du rez-de-chaussée, il est la colonne vertébrale de la maison. L'emplacement des caves du sous-sol correspondent au rez-de-chaussée à deux chambres, qui reprennent également des volumes polygonaux en multipliant murs et cloisons à 120°. Le premier étage, qui observe toujours la même surface que les deux niveaux précédents, offre à son extrémité Est le seuil d'entrée. Il correspond en effet au point le plus haut du terrain sur lequel est implantée la maison. Se retrouve ensuite l'espace central du séjour, ici agrémenté de la cuisine. L'extrémité Ouest est quant à elle utilisée comme salon et offre un point de vue imprenable sur le paysage parisien. À l'extérieur ce salon est longé d'une vaste terrasse dans lequel s'encastre une piscine. Avec le dénivelé du terrain, elle paraît comme en suspens et s'ouvre directement vers l'horizon. Ce premier étage est coiffé en son centre d'une petite pièce sous comble largement vitrée, faisant office de belvédère. Enfin un toit à double pente douce couvre les divers décrochements de la maison dus à son étagement qui épouse le dénivelé du terrain. Cette toiture, recouverte de shingle offre également un subtil jeu de couvert/découvert, en laissant sur certains débords la charpente apparente, qui se transforme ainsi en pergola. L'intérieur comme l'extérieur de la maison sont également unifiées par une même sobriété esthétique, qui fait une large place au bois, au verre, et au béton enduit.

L'adaptation au terrain en pente, la fluidité des circulations horizontale et verticale dans les espaces intérieurs, qui elles-mêmes s'articulent autour d'une vaste cheminée, correspondent aux conceptions architecturales de Dominique Zimbacca, présentes dans toutes ses réalisations.

Murs béton enduit
Toit bitume
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à deux pans
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier droit, en charpente, cage ouverte
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AM Chennevières-sur-Marne, service urbanisme, PC n°94 019 00 N1044. Arrêté de permis de construire du 19 décembre 2000

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Sol Anne-Laure
Anne-Laure Sol

Conservateur du patrimoine, service Patrimoines et Inventaire, Région Ile-de-France.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Van Eynde Salomé
Salomé Van Eynde

Étudiante de l'École du Louvre et diplômée d'une licence de philosophie (université Sorbonne-Paris IV), Salomé Van Eynde est l'auteur d'un mémoire, soutenu en juin 2017, sur l'enseignement d'Hervé Baley à l'École Spéciale d'Architecture (1968-1990). Elle réalise un stage au sein du service de l'Inventaire de la région Ile-de-France en mai et juin de la même année, stage au cours duquel elle seconde la conservatrice du patrimoine Anne-Laure Sol dans ses recherches sur Hervé Baley (1933-2010) et Dominique Zimbacca (1928-2011).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.