Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

mairie

Dossier IA95000363 réalisé en 2006

Fiche

Parties constituantes non étudiées jardin d'agrément
Dénominations mairie
Aire d'étude et canton Enghien-les-Bains
Adresse Commune : Enghien-les-Bains
Adresse : 57 rue du Général de Gaulle
Cadastre : 1995 AC 412

Dès 1884, sous le mandat du maire Anatole Carré est lancée l'idée d'acquérir une grande propriété dans la ville pour y installer la nouvelle mairie. En 1895 la propriété Paillard, contigüe à la mairie-école est achetée. Cette propriété dotée d'un grand jardin ouvrant sur la rue de Malleville possédait une pièce d'eau, une orangerie, une serre, des fabriques de jardin et de nombreux communs. Des travaux sont alors exécuté et la salle du conseil municipal prend alors place dans l'ancienne salle à manger, la salle de mariage est installée dans un salon et la salle de réception dans le billard. L'extérieur de l'édifice, maison bourgeoise de brique et pierre est conservé. Mais l'édifice devient rapidement exigu et, dès 1909, germe l'idée de la construction d'une nouvelle mairie. L'architecte parisien et Enghiennois L. Duran souligne que la ville d'Enghien est très en vue par le mouvement de sa population qui en fait chaque année un véritable lieu de réunions mondiales et artistiques et propose de lancer un concours pour la construction. Le projet n'abouti pas. En1912 l'architecte Louis Olivier dessine la grille d'entrée donnant sur la rue et confie sa réalisation à l'entreprise de serrurerie G. Tirfoin et fils de Soissons. Elle est mise en place en 1914. En 1932, des agrandissements sont effectués dans la mairie pour répondre au développement considérable des services municipaux. L'architecte de la ville, Henri Moreels, présente plusieurs projets. La version adoptée est celle qui propose la construction à l'arrière de l'édifice, au rez de chaussée, d'une nouvelle salle de mariage surmontée d'une salle du conseil couverte en terrasse. Le nouvel édifice présente les caractères des années Trente sur la façade antérieure : cinq grandes travées de baies en hauteur, une grande corniche saillante et un toit plat. Les réaménagements se sont succédés jusqu'à ces dernières années avec notamment la création d'un nouveau jardin à l'arrière de l'édifice, œuvre du paysagiste Brichet, inauguré en 2004.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Olivier Louis, architecte, attribution par source
Auteur : Moreels Henri, architecte, attribution par source
Auteur : Tirfoin G-et-fils, entrepreneur, attribution par source

La première mairie avait conservé l'aspect de la maison initiale : façade antérieure avec un corps de bâtiment central encadré de deux avant corps ouverts d'une travée amortie par une lucarne. Le tout était en brique et pierre sur soubassement de meulière. Cet aspect a disparu lors des différents agrandissements et aujourd'hui l'édifice est enduit et la façade antérieure se caractérise par une avancée centrale en forme de rotonde sur les deux niveaux.

Murs brique
béton
enduit
pierre de taille
Toit ardoise, zinc en couverture
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans brisés
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier tournant à retours avec jour
Techniques ferronnerie
Statut de la propriété propriété publique
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Cueille Sophie
Sophie Cueille

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.