Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

les usines de l'OIN ORSA (Opération d'intérêt national Orly-Rungis-Seine-Amont)

Dossier IA94000515 réalisé en 2008

Fiche

La Seine, assurant le transport des matières premières, et les plaines libres la bordant expliquent l'implantation, à partir du milieu du XIXe siècle, des premières vastes usines le long de la Seine en amont de Paris.

La construction de la ligne de chemin de fer Paris-Orléans pour la rive gauche en 1843 et celle de Paris-Lyon pour la rive droite, favorisent le phénomène, encore encouragé par la canalisation du fleuve et l'amélioration de la navigabilité de ses affluents. L'urbanisation et la densification incessantes de Paris intra-muros obligent les activités exigeantes en foncier à se transférer hors les murs, le long des axes de desserte. Dans un mouvement général, les usines d'abord installées dans la capitale, se déplacent dans ses faubourgs. Le phénomène s'accélère au début du XXe siècle, puis durant la guerre 1914-1918, jusqu'à faire de Seine Amont le plus important secteur industriel de la banlieue sud.

La Seine implique la présence d'activités industrielles spécifiques : petite métallurgie, constructions mécaniques, industries pharmaceutique et chimique, centrales électriques ou gazières, usines d'épuration des eaux et de retraitement des déchets, sablières et gravières, chantiers navals. Les usines se regroupent et forment de véritables quartiers industriels, tels Ivry-Port, Port-à-l'Anglais à Vitry-sur-Seine ou le secteur nord de la rive gauche de Choisy-le-Roi. Ces zones accueillent, en corollaire, des entrepôts et des espaces de stockage.

L'habitat de ces anciens villages se transforme de façon désordonnée pour répondre aux besoins des ouvriers cherchant à se loger sur place. Certaines communes, demeurées rurales et dirigées par des ruraux, telles qu'Orly, luttent contre l'installation d'usines.

L'après Seconde guerre mondiale est une période de réorganisation industrielle : des entreprises quittent leur site, d'autres s'implantent dans des locaux libérés. Mais, à la fin des années 1970, en raison des 2 crises pétrolières et de la politique d'aménagement du territoire de l'Etat, le phénomène de désindustrialisation s'amorce : en 30 ans, l'Ile-de-France perd la moitié de ses emplois industriels. Seine-Amont, comme les autres territoires similaires de la petite couronne est touchée. Suite à la délocalisation, nombre d'usines ont été détruites et remplacées par des quartiers résidentiels ou des pôles d'activités tertiaires. Les communes cherchent à reconvertir et requalifier leurs rives.

L'ensemble de l'étude est accessible dans la rubrique Documentation - Liens web (en bas de page).

Aires d'études OIN ORSA (opération d'intérêt national Orly-Rungis-Seine-Amont)
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Duhau Isabelle
Isabelle Duhau

Conservatrice du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.