Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

les écoles de Melun

Dossier IA77000602 réalisé en 2005

Fiche

Aires d'études Melun
Dénominations école
Adresse Commune : Melun

Dès le 18e siècle, un enseignement gratuit est dispensé par les Frères de la Doctrine chrétienne dans des locaux loués par la ville, dans la maison du sieur Digard, puis au premier étage de l'ancien Châtelet. Au 19e siècle, des bâtiments sont aménagés par la municipalité pour accueillir l'enseignement primaire et secondaire : Melun se dote d'un collège en 1803 (IA77000423) et de plusieurs écoles primaires telles que celle de la rue des Potiers, aménagée en école de garçons en 1848-1850 par l'entrepreneur Hallier (aujourd'hui disparue). A la suite des lois Ferry, les bâtiments scolaires sont complètement renouvelés dans le dernier quart du 19e siècle : la ville mène la reconstruction du collège de 1882 à 1885, puis la transformation de l'ancien hôtel Guérin en école en 1888 (IA77000424), et la construction de l'école de la Courtille de 1888 à 1892 (IA77000442). Ce renouvellement se poursuit au 20e siècle, avec l'édification d'une école rue Armand-Cassagne, au sein du lotissement qui remplace les casernes de la rive sud (IA77000425). Dans l'entre-deux-guerres, un important groupe scolaire est construit dans la partie nord de la ville, sous le nom d'école Pasteur (IA77000426). Enfin, de très nombreux bâtiments scolaires sortent de terre entre 1950 et 1970, en lien avec l'aménagement des grands ensembles : groupe scolaire des Capucins, école Jules-Ferry, école Beauregard, lycée Léonard de Vinci... Et Melun accueille une antenne de l'université Paris-Assas en 1998 (IA77000484). Outre ces écoles publiques, Melun compte plusieurs établissements privés telles que l'Institution Saint-Aspais (IA77000429) ou l'Institution Sainte-Jeanne d'Arc (IA77000473), toutes deux fondées dans la seconde moitié du 19e siècle.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Hallier, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Pichet, G., architecte, attribution par source
Auteur : Verdeaux Maxime, architecte, attribution par source
Auteur : Leroux, architecte, attribution par source
Auteur : Paupe, architecte, attribution par source
Auteur : Jouven, architecte, attribution par source
Auteur : Phelouzat, architecte, attribution par source

L'architecture scolaire présente deux types différents, suivant que l'établissement est issu de la réappropriation de bâtiments plus anciens ou d'une construction ex nihilo. Les exemples du premier type sont assez nombreux dans l'histoire de Melun, mais la plupart d'entre eux ont aujourd'hui perdu leur affectation scolaire, quand ils n'ont pas tout simplement disparu. Les écoles installées dans les hôtels particuliers de la ville (hôtel Leconte, hôtel Guérin, hôtel de Barbeau) ont ainsi fermé leurs portes. A l'inverse, c'est parfois l'école qui supplante l'édifice ancien : dans le cas de l'institution Saint-Aspais par exemple, les seuls vestiges de la propriété sur laquelle s'est bâti l'établissement scolaire sont le parc et la chapelle (installée dans d'anciens communs) ; mais la villa Despatys a été détruite. Dans tous les cas, le type réappropriation n'est plus réellement observable dans les bâtiments actuels, à part sur l'antenne universitaire de la rue du Château (installée dans une ancienne trésorerie). La plupart des établissements scolaires en activité à Melun sont des édifices spécifiquement conçus à cet effet. Ils regroupent fréquemment plusieurs niveaux et forment des groupes scolaires comprenant maternelle, primaire et parfois collège. Le parti le plus courant est donc celui d'un plan à plusieurs corps de bâtiments, parfois de construction disparate. Les exemples de plan massé sont rares et concernent souvent des édifices disparus. L'école de la Courtille et l'école normale de filles peuvent cependant être rangées dans cette catégorie malgré leurs adjonctions.

Typologies groupe scolaire à plusieurs corps de bâtiments, plan massé, édifice ancien transformé
Toits tuile, béton en couverture
Murs calcaire
béton
enduit
moellon
Décompte des œuvres repérés 29
étudiés 13
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.