Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

grand ensemble les Briques Rouges

Dossier IA91000919 réalisé en 2005

Fiche

Appellations Briques Rouges (les)
Parties constituantes non étudiées espace vert
Dénominations cité
Aire d'étude et canton Vigneux-sur-Seine
Adresse Commune : Vigneux-sur-Seine
Adresse : avenue Henri-Barbusse , rue Henri-Charon , rue du Commandant-de-Courcel
Cadastre : 1983 AS 546, 548-550 ; 1983 AR 183-185

En 1960 la municipalité de Vigneux confie à Paul Chemetov la réalisation d'un ensemble de 213 logements au lieu-dit la Patte d'Oie, sur un terrain de 26 970 m2 situé dans l'angle formé par l'avenue Barbusse et la rue Charon, site prévu pour le nouveau centre administratif communal. L'opération fait suite aux nombreuses demandes de logement exprimées en mairie par les mal-logés de Vigneux (256 ménages en septembre 1960). La municipalité se voyant refuser l'autorisation de créer un office municipal d'HLM, qui lui aurait donné les moyens nécessaires à l'achat des terrains sur lesquels est implanté le grand ensemble de la Croix-Blanche, met au point et réalise avec l'Office départemental d'HLM de Seine-et-Oise, sur un terrain lui appartenant, ce programme HLM dont 70% des logements sont réservés aux habitants de Vigneux (la commune présentant des candidats pour 50 % des logements et l'Office en attribuant 20% supplémentaires à des candidats de Vigneux). Le contrat passé avec les d'architectes d'opération date du 15 décembre 1960. A la demande du maire de Vigneux, le programme initial de 213 logements est augmenté de 60 logements en 1962. Les pouvoirs publics qui privilégient le projet de construction de 2600 logements par la Société immobilière d'économie mixte de la Ville de Paris (SIEMP), rejettent dans un premier temps la demande d'accord préalable, mais le permis de construire des 5 immeubles de la première tranche est accordé le 10 juillet 1962, celui de la deuxième tranche (2 immeubles) le 29 juin 1964. La réalisation de la voirie générale, de l'assainissement et des espaces verts est confiée à la SIEMP, responsable de l'aménagement général du grand ensemble de la Croix-Blanche dont le périmètre englobe le terrain de la Patte d'Oie. Les travaux de gros-oeuvre de la première tranche sont adjugés le 22 janvier 1963 à l'entreprise Vonrufs et Latard, 37, rue du Sahel à Paris, qui réalise aussi l'extension de 60 logements.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1962, daté par source
Auteur(s) Auteur : Chemetov Paul, architecte, attribution par source
Auteur : Ouhayoun Louis, architecte, attribution par source
Auteur : Coraini Léon, architecte, attribution par source
Auteur : Simon J., paysagiste, attribution par source

Les bâtiments d'habitation sont des HLM de catégorie B. Les appartements se répartissent en logements de 2, 3, 4 et 5 pièces. Les cinq immeubles de la 1ère tranche (A-E) comportent 3 étages (bâtiments A et D), 4 (B et E) et 9 étages (bâtiment C). Les sous-sols des immeubles A, B, D et E sont desservis extérieurement par une cour anglaise, le sous-sol du bâtiment C accessible de plein pied est prévu à usage de garages locatifs, la chaufferie étant aménagée en deuxième sous-sol. Tous les murs extérieurs des sous-sols des bâtiments bas sont exécutés en maçonnerie de meulière, ceux du bâtiment C en béton banché. Sur une ossature en béton armé, les pignons et extrémités de façades, côté loggias, des bâtiments A, B, D et E, au-dessus du sous-sol, sont montés en maçonnerie de meulière, et les façades de tous les bâtiments en brique apparente avec doublage en brique creuse et cloisonnements entre les deux parois. Les pignons nord et sud du bâtiment C sont en brique pleine avec doublage en brique creuse. La brique perforée est utilisée pour les façades des séchoirs des bâtiments A, B, D et E. Les façades est et ouest du logement du concierge du groupe, aménagé en rez-de-chaussée du bâtiment C, sont montées en parpaings isothermes. La couverture de tous les bâtiments (toit à longs pans) est en tuiles, sauf celle du bâtiment de 9 étages à toiture-terrasse. Les deux immeubles de la 2e tranche (F et G), de 30 logements chacun, sont identiques aux bâtiments B et E de la 1ère tranche, sauf modification des sous-sols résultant de la suppression des cours anglaises. Le terrain, contigu à celui des 213 logements, se trouve de l'autre côté de la rue du commandant-de-Courcel. Les pignons de tous les bâtiments ont été revêtus de plaques d'isolation qui respectent approximativement les différences de couleur (meulière et brique) originelles. La voirie intérieure comprend des rues carrossables et des allées piétonnes, des aires de stationnement et des parkings (216 places soit 192 en parkings et 24 en garages pour la 1ère tranche, 60 places en parkings pour la 2e). Les aménagements comportent aussi des espaces vert : pelouses, arbres et arbustes, aires de jeux traitées en prairies entre les bâtiments A et C et dans l'angle formé par les bâtiments D et E avec buttes artificielles et bacs à sable, ainsi qu'à côté des bâtiments F et G.

Murs brique
meulière
Toit béton en couverture, tuile plate mécanique
Étages 3 étages carrés, 4 étages carrés, 9 étages carrés, étage de soubassement
Couvertures terrasse
toit à longs pans
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Vigneux-sur-Seine, les Briques Rouges. Sources et bibliographie

    DOCUMENTATION

    I. Archives

    . A.D. Essonne, .1502 W 1254 : construction de 60 logements (2e tranche), 1964 ; 1502 W 1281 : construction de 213 logements (1ère tranche), 1960-1962.

    . A. M. Vigneux-sur-Seine, 80 W 21 et 37 : cahier des charges, permis de construire, plans, 1962–1963.

    II. Bibliographie

    . Devillers, Christian. Les derniers puritains. In : AMC, avril 1986, n° 11, p. 118 – 127, 2 ill. P. 126.

    . Les HLM témoins et acteurs de leur temps. Le logement social, moteur de l’innovation, 1850-2006. Union sociale pour l’habitat, 2006, p. 102-103.

    . Schein, Ionel, et Querrien, Max. Paris construit. Guide de l’architecture contemporaine. Paris, 1970, 307 p.

    . Vigneux, centre-ville. In :Techniques et architecture, 26e série, n°4, mars 1966, p.78 – 79.

Liens web

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Blanc Brigitte
Brigitte Blanc

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.