Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

grand ensemble de la Croix Blanche

Dossier IA91000913 réalisé en 2005
Appellations la Croix-Blanche
Dénominations cité
Aire d'étude et canton Vigneux-sur-Seine
Adresse Commune : Vigneux-sur-Seine
Lieu-dit : La Croix Blanche
Adresse : avenue Henri-Barbusse , avenue Henri-Charon
Cadastre : 1983 AR ; 1983 AT 2 à 4, 31 à 33, 35 à 42, 45, 49, 123 à 126, 142, 152, 153, 156, 157, 165, 166

Le grand ensemble occupe un terrain de 44 ha environ situé aux lieux-dits la Garenne et la Croix Blanche, sur d'anciennes sablières exploitées jusqu'aux années trente et remblayées. Son plan masse a été étudié pour intégrer à la composition les terrains d'angle (ou Patte d'Oie) appartenant à la commune et destinés à la construction du centre administratif et du groupe d'habitations des Briques Rouges. L'opération, réalisée en 3 tranches réparties sur 5 ans (1963 - 1967) comporte la construction de 2648 logements et de bâtiments annexes constituant les équipements sociaux, commerciaux et techniques nécessaires au bon fonctionnement de l'ensemble. La mise en état de viabilité générale est réalisée sous la direction de la Société immobilière d'économie mixte de la ville de Paris (SIEMP), chef de file, qui prend également en charge l'étude de la totalité des bâtiments logements, confiée aux architectes Lopez et Tourry, auteurs aussi du plan-masse. Ces bâtiments sont réalisés par 5 maîtres d'ouvrage différents : SIEMP, BATIREX, FFF, SCI Pierre Marin, SCI Jonquilles et sont répartis en : 1555 logements réalisés par la SIEMP, 173 logements par BATIREX, 40 logements par la SCI Jonquilles et 40 autres par la SCI Pierre-Marin, 840 logements (7 tours) par le Foyer du Fonctionnaire et de la Famille (FFF). Cette répartition est concrétisée par l'attribution d'îlots de construction à chaque promoteur. La majeure partie des logements est réservée à la location au bénéfice des mal-logés de la région parisienne (seuls les bâtiments Pierre-Marin et Jonquilles sont destinés à la vente), mais 300 sont alloués à la commune grâce à l'action de la municipalité qui fait de cette attribution une condition de son accord. Tous sont des Logecos (logements économiques et familiaux), sauf ceux des tours qui correspondent aux normes HLM. Les différents permis de construire sont déposés dans le cadre d'un accord préalable général qui a été obtenu le 22 mars 1962. Le marché du gros-oeuvre est attribué aux entreprises Dumont-Besson, Versillé et Lafond pour les bâtiments bas et la chaufferie, à l'entreprise Ganier et Petetin pour les bâtiments tours. Des terrains sont cédés au franc symbolique par la SIEMP à la ville de Vigneux pour la réalisation de 4 groupes scolaires et d'équipements collectifs communaux. 2 centres commerciaux sont créés, l'un au pied des tours, propriété de la SIEMP (centre principal), l'autre à la Patte d'Oie, appartenant à une copropriété privée (centre secondaire). L'implantation du grand ensemble de la Croix Blanche a entraîné la réorganisation de la structure de la commune qui jusque-là possédait un caractère strictement pavillonnaire. Au début des années 2000 les dysfonctionnements du cadre urbain, de l'habitat et des services ont conduit à l'adoption d'un projet de rénovation urbaine (2007-2012) qui prévoit la démolition des sept tours et leur remplacement par des petits collectifs R+5 sur le modèle de la cité-jardin dans le secteur Concorde et dans le quartier de la gare, la réhabilitation des logements sociaux SIEMP et Batigère, des opérations de résidentialisation sur les espaces extérieurs et une réorganisation viaire, ainsi que la reconstruction des équipements commerciaux.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1963, daté par source
Auteur(s) Auteur : Lopez Raymond, architecte, attribution par source
Auteur : Tourry Georges, architecte, attribution par source

Les 2648 logements sont répartis en 97 bâtiments collectifs, 75 construits par la SIEMP, 7 par BATIREX, 8 par les SCI Pierre-Marin et Jonquilles et 7 par les 3 F. La densité générale est de 60 logements à l'ha. 4 types de bâtiments distincts ont été prévus : bâtiments longs (L) de R+ 3 et R+4, au nombre de 12 ; bâtiments pavés (P) de R+4 au nombre de 46 ; bâtiments tours à 3 branches (T) de R+13, 18 et 22, au nombre de 7 ; bâtiments individuels en bandes (I) de R+1, au nombre de 32. Une diversification des quartiers a en effet été recherchée grâce à la réalisation de bâtiments de différentes hauteurs, les tours signalant le nouveau centre de la commune. Une voie principale à double circulation bordée d'arbres traverse le groupe depuis la RN 448 jusqu'à la gare ; une voie transversale recoupe cette voie principale sur laquelle viennent se greffer des voies transversales secondaires. Les tours sont implantées dans une zone située entre la voie principale et l'avenue de la Gare ; les bâtiments bas sont répartis de l'autre côté de l'artère principale et regroupés par îlots desservis par les voies secondaires. Des voies tertiaires desservent les bâtiments et dessinent des cours intérieures équipées en espaces verts. Ceux-ci sont complétés par la coulée de verdure qui traverse le groupe d'est en ouest, le long de la voie principale. Les établissements scolaires sont répartis à l'intérieur de l'ensemble et les équipements sociaux regroupés sur la rue principale. Une chaufferie collective est implantée sur un terrain de 5719 m2 au nord du grand ensemble. Le principe de construction adopté pour l'ensemble de l'opération est le suivant : refends transversaux porteurs, plancher dalle pleine, façades légères par panneaux menuiserie. Le procédé Foulquier est utilisé pour les 90 bâtiments bas (refends porteurs transversaux et dalles de plancher coulés sur place dans des banches métalliques à grandes dimensions, pièces secondaires préfabriquées) et le procédé Tracoba 1 (préfabrication totale des éléments de gros oeuvre) pour les bâtiments tours.

Murs béton
Toit béton en couverture
Étages 1 étage carré, 3 étages carrés, 4 étages carrés, 13 étages carrés, 18 étages carrés, 22 étages carrés
Couvertures terrasse
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Vigneux-sur-Seine, grand ensemble de la Croix Blanche. Sources et bibliographie

    DOCUMENTATION

    I. Archives

    . A. M. Vigneux, délibérations du Conseil municipal, 1960-1964.

    . A. M. Vigneux, 80 W 1-7 : demande d’accord préalable, viabilité, permis de construire, plans, 1961-1962 ; 80 W 16 : réservation de logements pour la commune, 1962-1963.

    . A. D. Essonne, 1502 W 1251 : foyer du fonctionnaire et de la Famille, dossier marché, plans, 1961.

    II. Bibliographie

    - Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne. Ville de Vigneux. Restructuration du quartier de la Croix Blanche, septembre 2000.

    - Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine. Programme de rénovation urbaine de Vigneux-sur-Seine, quartier La Croix Blanche : présentation du projet, décembre 2005.

    - Deux nouveaux cœurs vont battre à Vigneux-sur-Seine ! In Le Petit Vigneusien, journal municipal d’information, n° 50, décembre 2005, p. 7- 9.

    - Duthu, Henri. Vigneux 1966. In L’œil, 1966, p. 21-23

    - Réalisation d’un programme de 2648 logements à Vigneux, « La Croix Blanche ». Supplément aux Annales de l’institut technique du bâtiment et des travaux publics. Visite de chantier du 13 octobre 1965. Novembre 1965, 18e année, n° 215.

    - Vigneux. La Croix Blanche. In : Techniques et architecture, 27e série, n°2, septembre 1966, p. 82 – 89.

    - Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p. 130- 135 et 170-180.

Liens web

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Blanc Brigitte
Brigitte Blanc

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.